En littérature et notamment dans les romans, le narrateur a un rôle très important puisqu'il est celui qui raconte l'histoire, qu'il fasse partie lui-même de l'intrigue ou non. Si les personnages ont tous leur importance dans le récit, la narration est l'élément clé qui permet de décrire et de raconter un point de vue bien précis.

Dans le programme de français de Cinquième, on apprend justement les spécificités de ce personnage omniscient qui ne doit pas être confondu avec l'auteur : en effet, le narrateur est un être de fiction créé pour raconter l'histoire. Ses prérogatives sont essentielles dans l'organisation  des évènements du récit.

Superprof vous propose de découvrir ce qu'est un narrateur en littérature, quels sont ses statuts et quels sont les différents points de vue qui peuvent être adoptés par l'auteur. Avec des exemples, nous allons explorer toutes les possibilités de la narration à travers des cadres spatio-temporels précis !

Le narrateur : tout un concept

Quels sont les focalisations adoptées par la narration ? Le narrateur porte en lui une part de l'auteur plus ou moins grande, mais ils ne sont pas la même personne !

Le narrateur est une entité plus qu'un personnage : en effet, il n'a pas nécessairement de forme qui lui est propre, il ne peut être qu'une voix décrivant ce qu'il se passe. En tant que responsable de la narration (production ou énonciation du récit), il est toujours présent en dehors des dialogues et même pendant ceux-ci sous la forme de verbes de dialogue.

Historiquement, le narrateur décrivait la narration racontée seulement à la première personne (par le "Je"), mais la notion a progressivement évoluée vers toutes les personnes. La raison est que les écrivains réalistes du XIXème siècle souhaitaient que l'on distingue l'auteur du narrateur, même lorsque celui-ci est à la troisième personne.

Cette distinction importante se retrouve jusque dans la définition du mot narrateur :

Personnage fictif qui raconte une histoire au sein d'un récit littéraire. Le narrateur n'est pas forcément l'auteur, l'écrivain

Ainsi, il était plus simple de distinguer les pensées de l'auteur de son personnage : un auteur peut donc se permettre de raconter le point de vue d'un serial killer sans être considéré comme partageant le point de vue de son assassin. C'est bien évidemment encore plus utile lorsque le narrateur est à la première personne !

Le narrateur est donc une création fictionnelle de l'auteur qui seule est responsable de la production du récit, que ce soit l'ordre des évènements racontés ou le point de vue. L'auteur se dédouane donc et se détache de sa narration afin d'avoir une liberté bien plus grande.

En cours francais, la personne à qui s'adresse le narrateur, généralement le lecteur mais aussi un personnage, prend le nom de narrataire : cela fonctionne notamment lorsque le narrateur utilise le "Je" et le "Tu" pour s'adresser à quelqu'un.

Le statut du narrateur : externe ou interne

Comment peut-on repérer un narrateur interne et un narrateur externe dans un roman ? "Il me sourit avec une sorte de complicité - qui allait au-delà de la complicité. L'un de ces sourires singuliers qu'on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais" - Gatsby le Magnifique, F. Scott Fitzgerald (Source : Warner Bros)

Pour savoir quel est le statut du narrateur dans le récit, il s'agit de savoir si la personne qui écrit est dans le texte ou en dehors du texte. On dira alors qu'il s'agit d'un narrateur externe ou interne en fonction de son appartenance ou non au cadre spatio-temporel de l'histoire ou s'il s'agit simplement de l'un des personnages.

Commençons avec le narrateur externe : celui-ci est distant de la situation et omniscient vis à vis de ce qu'il se passe dans le cadre du récit. Ainsi, il connaît toute l'histoire. Ce type de narration emploie nécessairement la troisième personne du singulier (Il ou Elle) afin de décrire ce qu'il se passe de façon plus ou moins neutre.

Voici quelques exemples d'œuvres qui utilisent un narrateur externe :

  • Zadig ou la Destinée de Voltaire,
  • Madame Bovary de Gustave Flaubert,
  • Les Misérables de Victor Hugo,
  • Les Chroniques de Narnia de C. S. Lewis,
  • La Passe-Miroir de Christelle Dabos,
  • Mort sur le Nil d'Agatha Christie,
  • Dr Jekyll et M. Hyde de Robert Louis Stevenson.

Parfois le narrateur est interne : il emploie la première personne du singulier et devient son propre narrateur (autobiographie ou roman). Ce type de narration permet à l'auteur de se projeter dans la tête de l'un des personnages, bien souvent le protagoniste et de nous faire découvrir l'histoire par ses yeux, petit à petit.

Voici quelques exemples d'œuvres qui utilisent un narrateur interne :

  • Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald,
  • Moins que Zéro de Bret Easton Ellis,
  • Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry,
  • L'Éducation Sentimentale de Gustave Flaubert,
  • Lolita de Vladimir Nabokov,
  • Stupeur et Tremblements d'Amélie Nothomb,
  • Hunger Games de Suzanne Collins.

Ce sont des concepts assez simples à assimiler car il suffit très simplement de constater quelle est la personne qui est utilisée pour la narration. Bien sûr, cette classification peut se complexifier si l'on recherche une exactitude des types de narrateurs.

Voici un tableau résumant les différents types de narrateurs tels qu'ils ont été conceptualisés par des théoriciens littéraires tels que Gérard Genette :

Type de narrateurExplicationExemple
ExtradiégétiqueNon impliqué dans le récitLe narrateur de Harry Potter
IntradiégétiquePersonnage du récitRaskolnikov dans Crime et Châtiment
HétérodiégétiquePersonnage appartenant au récit mais non présent dans le cadre spatio-temporel du récitShéhérazade dans les Mille et une nuits
HomodiégétiquePersonnage appartenant au récit et présent dans le cadre spatio-temporel du récitUlysse dans l'Odyssée
AutodiégétiqueHéros du récitWatson dans Sherlock Holmes

Le statut du narrateur est donc multiple et les possibilités pour l'auteur sont absolument infinies. Alterner des lectures de narrateur interne et externe peut être un bon moyen de découvrir toutes les facettes de cette entité au rôle si important dans le roman !

Les points de vue de la narration

Quelles sont les particularités du narrateur en littérature ? Une histoire peut être racontée de bien des façons et c'est à l'auteur de décider ce qu'il veut nous dévoiler !

Les points de vue de la narration découlent logiquement du statut du narrateur : s'il est externe, il aura un point de vue externe ou omniscient alors que s'il est interne, il aura un point de vue... interne. Voyons plus en détails ce qu'impliquent ces points de vue vis à vis du récit.

Le premier point de vue est celui que l'on appelle le point de vue zéro ou le point de vue omniscient. Dans ce cadre, le narrateur est au courant de tout ce qu'il se passe dans l'univers raconté : il voit tout, il sait tout, il entend tout, telle une entité divine qui raconte ce qu'il veut à propos de la situation narrative.

Puisqu'il nous dit tout sur la situation ou en tout cas bien plus d'éléments que pourrait nous donner un personnage classique, il laisse peu de place à l'imagination pure du lecteur. Les descriptions du narrateur omniscient sont toujours parfaitement crédibles : il ne ment pas au lecteur sur ce qui se passe.

Voici un exemple de ce type de narration tiré de Harry Potter de J. K. Rowling. Celui-ci nous place directement dans les pensées du personnage principal tout en étant extérieur :

"Harry avait finalement compris qu’il n’était pas sensé survivre. Il sentit son cœur tambouriner furieusement dans sa poitrine. Il était étrange que, dans sa peur de la mort, il batte d’autant plus vite, le maintenant vaillamment en vie. Mais il allait devoir s’arrêter, et bientôt. Ses pulsations étaient comptées. La terreur le submergea tandis qu’il demeurait étendu par terre, avec ce tambour funèbre qui battait en lui. Mourir était-il douloureux ? Toutes les fois où il avait cru que c’était la fin mais avait réussi à s’échapper, il n’avait jamais vraiment pensé à la chose elle-même. Sa volonté de vivre avait toujours été beaucoup plus forte que sa peur de la mort. Pourtant, en cet instant, il ne lui venait pas à l’idée d’essayer de s’échapper, de distancer Voldemort. C’était fini, il le savait, et il ne restait plus que le fait en soi : mourir".

Le second point de vue que l'on peut aborder est le point de vue interne : il implique nécessairement que le narrateur est également un personnage du récit. Voir à travers les yeux d'un protagoniste implique donc une subjectivité totale, car les pensées et les descriptions du personnage dépendent fortement de sa vision psychologique des choses.

Le lecteur doit donc régulièrement faire la part des choses entre le factuel et les opinions du personnage-narrateur. L'effort est donc plus important pour nous, mais ce type de narration est bien souvent passionnant pour comprendre la psychologie du personnage et pour être totalement immergé dans l'intrigue.

Voici un exemple de ce type de narration tiré de Hunger Games de Suzanne Collins. Celui-ci nous place dans la tête de Katniss, de son point de vue à elle :

"La suite n'est pas un accident. Elle est trop bien exécutée pour être spontanée. A l'unisson, toutes les personnes présentes pressent contre leurs lèvres trois doigts de la main gauche, avant de les tendre vers moi. Le vieux signal du district Douze, le dernier adieu que j'ai adressé à Rue dans l'arène. Avant mon entrevue avec le président Snow, ce geste m'aurait émue aux larmes. Mais avec l'ordre qu'il m'a donné de ramener le calme dans les districts, il m'emplit de terreur. que pensera-t-il de cet hommage de la foule à celle qui a défié le Capitole ?"

Le troisième point de vue est le point de vue externe : le narrateur voit et sait simplement ce qu'il voit, tel une caméra. Il raconte ce qu'il voit de l'extérieur de façon neutre, de manière très factuelle. La personne choisie pour ce point de vue est généralement la troisième personne du singulier.

Il ne faut pas confondre le point de vue externe et le point de vue omniscient : dans ce dernier, l'angle de vue peut être n'importe où dans le cadre spatio-temporel alors que le point de vue externe se focalise souvent sur un ou plusieurs personnages donnés.

Voici un exemple de ce type de narration tiré de Madame Bovary de Flaubert. Celui-ci décrit simplement ce que l'on peut voir dans la scène :

"Resté dans l'angle, derrière la porte, si bien qu'on l'apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d'une quinzaine d'années environ, et plus haut de taille qu'aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l'air raisonnable et fort embarrassé. Quoiqu'il ne fût pas large des épaules, son habit-veste de drap vert à boutons noirs devait le gêner aux entournures et laissait voir, par la fente des parements, des poignets rouges habitués à être nus. Ses jambes, en bas bleus, sortaient d'un pantalon jaunâtre très tiré par les bretelles. Il était chaussé de souliers forts, mal cirés, garnis de clous".

Il existe aussi un autre point de vue qui est celui de l'alternance : l'auteur s'amuse à modifier le point de vue au cours du récit en changeant tour à tour de personnage ou de manière de voir l'intrigue. Retenez donc que le point de vue est la focalisation adoptée par le narrateur pour nous raconter son histoire !

Le cadre spatio-temporel et la structure du récit

Quelle est la structure de la narration dans le récit et les formes qu'elle peut prendre ? Un narrateur peut à la fois être un personnage hors du cadre temporel, mais également faire partie de l'histoire qu'il raconte dans le cadre temporel du récit. Ça donne mal au crâne, tout ça... (Source : CBS)

Le récit s'installe dans une réalité concrète : temps et lieu doivent être décrits. C'est ce que l'on appelle le cadre spatio-temporel du récit dans lequel se déroule la narration. Le narrateur y est soumis mais peut également jouer avec si le point de vue est omniscient.

Le temps et l'espace peuvent changer en fonction de l'intrigue choisie par l'auteur : ainsi, l'espace dans lequel se déroule l'action peut être très restreint comme dans Le Crime de l'Orient Express ou au contraire assez large comme dans Le Seigneur des Anneaux.

De la même manière, le cadre temporel peut varier : l'auteur peut faire le choix de narrer les évènements à la suite sans discontinuer ou celui de faire des ellipses temporelles afin de nous emmener plus loin dans le temps. L'ordre chronologique peut lui aussi être bouleversé, notamment dans le roman policier qui fait souvent l'examen du passé.

Le narrateur est aussi contraint à une certaine structure du récit qui ne change jamais. Il s'agit du sens dans lequel le récit évolue au fur et à mesure et qui amène le lecteur de la situation de base à la finalité de l'histoire. Voici un tableau de rappel de la structure du récit dans le texte narratif en plusieurs étapes (rappel de Sixième) :

ÉtapeExplication
Situation InitialeCadre spatio-temporel, présentation des personnages
Élément PerturbateurFin de la stabilité de la situation, déclenchement de l'action
PéripétiesAventures des personnages
Élément de RésolutionFin des péripéties, il n'y a plus de problème à résoudre
Situation FinaleRetour à une nouvelle stabilité

Enfin, si vous aimez écrire vous-même, sachez que c'est en lisant que vous saurez créer le parfait narrateur. Il n'y a pas de recette miracle pour savoir faire de la narration, mais l'expérience est un atout majeur. De même, les statuts du narrateur ne sont pas plus difficiles à aborder les uns que les autres.

Vous savez désormais tout du narrateur et des possibilités que possède l'auteur pour raconter son histoire par le biais de ce personnage fictif si important. Superprof peut également vous aider en vous proposant d'autres fiches complètes sur le français ou en vous mettant en relation avec un professeur particulier de français pour vous améliorer !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,85/ 5 pour 13 votes)
Loading...

Mathieu

Animé par la découverte et l'acquisition des connaissances, je suis passionné par les mythes et la culture populaire. J'aime l'écriture, les jeux vidéo et la tartiflette. La dalle angevine me donne soif de savoirs !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide