Comparaison

Il s’agit de comparer et de trouver les points communs et divergents de ces deux pièces, traitées et adaptées de façon différentes, mais dont la moralité peut avoir des points communs. Les deux pièces concernées sont « Beaucoup de bruit pour rien » de William Shakespeare, adapté par Kenneth Branagh,  et « Antigone » de Sophocle, adaptée par Jean Anouilh.

« Antigone » est une pièce écrite par Sophocle, durant l’Antiquité. Elle est considérée comme un mythe grec, qui commence à la mort des deux frères de la jeune Antigone, Polynice et Étéocle, après s’êtres entre-tués pour devenir roi de Thèbes. Créon, roi de Thèbes et oncle d’Antigone, décide alors, pour maintenir l’ordre de sa cité, d’offrir des funérailles royales pour un des deux frères, et de laisser le cadavre de l’autre, exposé au soleil, sans sépulture. Antigone n’accepte pas cette décision et tente de recouvrir le cadavre de son frère avec de la terre, comme le veut la tradition religieuse. En exécutant ce rituel, elle s’oppose à l’autorité familiale, mais également politique, puisque c’est une décision de son oncle. Son geste incarne son personnage, sa personnalité. Antigone est une jeune fille insoumise, désobéissante, qui possède une notion d’idéalisme poussé à l’extrême, et qui n’a d’autres issues que la mort.

« Beaucoup de bruit pour rien » est une comédie écrite par William Shakespeare au XVIe siècle, destiné à un public diverse, qui va du bourgeois à la femme de chambre, en passant par les gens du peuple. Elle a pour thème l’amour, principalement, mais au-delà de ce beau mot, la confiance en l’autre et la loyauté. Béatrice est une jeune femme qui se rie du mariage et de l’amour. Elle-même se vante de n’avoir jamais trouvé le mari idéal. Pourtant elle va tomber amoureuse d’un homme avec qui elle ne cesse de se disputer, et pour qui le mariage n’est qu’une plaisanterie qu’on ne lui fera pas.

Kenneth Branagh a choisi de respecter le contexte de la pièce de Shakespeare, en conservant les décors, les costumes et le texte d’origine. Il n’a pas modifié le déroulement de la pièce et l’a simplement adaptée comme une œuvre cinématographique, avec une connotation de théâtre. « Beaucoup de bruit pour rien » est une comédie, elle joue donc beaucoup plus sure la représentation des personnages. Les thèmes sont plus fluides, moins profonds que ceux abordés dans l’œuvre de Sophocle, puisque qu’on parle de l’amour, et non du choix à faire entre la soumission et la vie, et la résistance et la mort.

«  Antigone » est une adaptation de Jean Anouilh. Il a repris l’œuvre de Sophocle et en a fait un véritable message pour les résistants de la deuxième guerre mondiale. Il a laissé de côté les décors somptueux et les costumes affriolants, pour mettre en avant le texte, qu’il a également modifié et qui a une portée morale importante. Cette pièce est une tragédie contrairement à celle de Shakespeare. De plus, le sujet abordé n’est pas trivial et banal, puisqu’il s’agit de personnes royales, dont le destin tragique est raconté. Le choix d’Antigone, pour dire non à l’autorité de son oncle, qui tellement obsédé par la recherche du bonheur et de la droiture, devient inhumain, et paye de la vie de ceux qu’il aime, ses choix. Antigone représente la jeunesse, mais aussi, ce qui peut être paradoxal, la sagesse. Elle préfère défendre ses idées qui sont contraires aux lois fixées par l’autorité royale, quitte à mourir pour faire passer et accepter son message d’humanisme, plutôt qu’obéir à une autorité qui la rabaisse au rang d’animaux. De plus, les deux héroïnes sont totalement différentes, et physiquement et dans leur façon de penser. L’une, Béatrice, est gaie, sourit à la vie, et est aimée de tous, l’autre, Antigone, est souvent triste, maigre, et peu de gens l’aiment (à part sa sœur Ismène et son fiancé, Hémon). Il est donc très difficile de leur trouver des points communs.

Les deux oeuvres dégagent une certaine modernité, mais de façon différente. Les dialogues de « Beaucoup de bruit pour rien » sont assez humoristiques, et les personnages également, par un jeu de mimique et de grimaces. Même si le texte n’a pas été modifié, l’histoire reste drôle et ironique (à l’époque, Shakespeare la destinait aux gens du peuple, il fallait donc que l’histoire soit simple et drôle). De plus, le fait que cette pièce ai été adaptée au cinéma, la rend intemporelle. La modernité de l’adaptation de Jean Anouilh d’ « Antigone » se trouve dans la mise en scène très simple (pratiquement pas de décors, juste quatre piliers qui représentent la Grèce et des costumes « citadins ») et dans les dialogues changés, et remis au goût du jour, notamment adapté à l’esprit de la deuxième guerre mondiale. L’humour qu’on retrouve chez le garde principal donne aussi une connotation moderne, par ses mimiques, ses grimaces, et ses paroles dérisoires, qui change le ton de cette tragédie.

Conclusion

On peut donc en conclure qu’il existe de nombreuses différences entre la comédie de Shakespeare, adaptée par Kenneth Branagh, et la tragédie de Sophocle, adapté par Jean Anouilh.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (1,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide