Savoir reconnaître une situation d'énonciation, adapter son registre de langue, repérer les discours ancrés et coupés et les différents temps font partie des compétences essentielles à acquérir dans l'étude de textes en français.

La situation d'énonciation et les registres de langue

Comment analyser un texte de français ? Pour repérer une situation d'énonciation, il faut répondre aux différents critères.

Que nous nous exprimions à l'écrit ou à l'oral, nous échangeons des informations avec d'autres personnes. L'énonciation existe dès lors qu'il y a un acte de parole ou d'écriture.  Le résultat de l'énonciation s'appelle un énoncé et les circonstances dans lesquelles l'énonciation se déroule s'appellent la situation d'énonciation.

La situation d'énonciation

Un émetteur (ou locuteur) parle ou écrit pour produire un message destiné au récepteur (ou destinataire) qui reçoit alors le message.

Une situation d'énonciation se repère grâce à quatre composantes :

  • Qui parle ?
  • A qui s'adresse le locuteur ?
  • Où et quand se passe l'énonciation ?
  • Quel est le sujet de l'énonciation ?

Par exemple, dans l'énoncé suivant :

Ce mercredi matin des vacances scolaires, Jeanne et son père sont au centre commercial. Jeanne cherche un nouveau manteau et hésite entre deux. Son père en lui désignant un manteau jaune moutarde lui dit : "Prends plutôt celui-ci, je le trouve plus joli." 

  • Locuteur : le père de Jeanne,
  • Destinataire : Jeanne,
  • Lieu et moment : centre commercial, mercredi matin des vacances scolaire,
  • Sujet : le manteau jaune moutarde.

Il existe plusieurs indices pour repérer facilement les situations d'énonciation (on les appelle aussi les déictiques) :

  • Les indices de personne : pronoms personnels et possessifs. La première personne du singulier désignera le locuteur, tandis que la deuxième personne du singulier désignera le récepteur. Il peut s'agir de la première personne du pluriel s'il y a plusieurs locuteurs et de la deuxième personne du pluriel s'il y a plusieurs destinataires,
  • Les déictiques de temps et de lieux : ils renvoient au moment d'énonciation et au lieu (ici, là-bas, à Paris, dans la rue, aujourd'hui, demain, hier...),
  • Les temps verbaux : pour connaître le moment d'énonciation (présent, passé ou futur).

Attention : le locuteur n'est pas forcément le narrateur de l'histoire. Le narrateur est celui qui raconte l'histoire (ce n'est pas l'auteur non plus). Il peut avoir un point de vue omniscient (il sait tout), interne (il a le point de vue d'un personnage) ou externe (il est témoin de l'histoire comme le lecteur).

Les niveaux ou registres de langue

Les niveaux de langue ou registres de langue sont au nombre de trois :

  • Le langage soutenu,
  • Le langage courant,
  • Le langage familier.

Chaque niveau de langue peut avoir différents degrés comme le niveau familier qui peut aller jusqu'à la vulgarité et l'argotique.

Selon la personne à qui s'adresse le locuteur mais aussi son milieu social, son niveau de langue sera différent. De même, vous ne parlez pas de la même manière lorsque vous vous adressez à vos copains et à vos professeurs.

Le niveau de langue s'adapte au contexte, aux destinataires et à la situation d'énonciation.

 Langage soutenuLangage courantLangage familier
LexiqueVocabulaire riche, recherché, utilisation de mots rares. Ce n'est pas un langage spontané et on le retrouve surtout à l'écrit.Utilisation de termes usuels, sans recherche de vocabulaire spécifique.Vocabulaire de la vie quotidienne avec des termes familiers voire vulgaires ou argotiques. La langue est spontanée et irréfléchie.
SyntaxeRègles respectées, constructions complexes et concordance des temps respectée.Règles de grammaire respectée, utilisation de temps simples (passé composé, plus-que-parfait, subjonctif présent)Rupture des constructions, répétitions, ellipses verbales, contractions.
Figures de style employéesRecherche d'effets et figures de style travailléesTon neutre, peu d'effet de style.Hyperboles, périphrases et expressions toutes faites.
Ce que peut révéler l'utilisation du registreMilieu social élevé, déférence, extrême politesse.Echange neutre, situation quotidienne.Milieu populaire, échange entre amis avec un vocabulaire commun, appartenance à un groupe.

Le vocabulaire et la syntaxe peuvent vous aider à déterminer le registre de langue.

Attention : le registre de langue est différent du registre littéraire (épique, tragique, comique, ironique, lyrique, pathétique, dramatique, didactique, fantastique, merveilleux) qui est lui-même différent du genre littéraire (narratif, poétique, théâtral, argumentatif, épistolaire). Mieux vaut retenir niveaux de langue pour ne pas se tromper. 

Exercice d'application

A vous de jouer ! Pour chacun des mots ou expressions, déterminez s'il s'agit du langage soutenu, courant ou familier (solutions à la fin de l'article) :

  • J'sais pas,
  • Se restaurer,
  • Godasses,
  • Ami,
  • Se goinfrer,
  • Faire diligence,
  • Se grouiller,
  • Souliers,
  • Être veinard,
  • Bagnole,
  • Vacarme,
  • Boucan,
  • Aduler,
  • Kiffer,
  • Aimer.

Les deux types d'énoncés : énoncé ancré et énoncé coupé

Que faut-il savoir pour réussir son brevet français ? Quand on écrit une histoire, mieux vaut prêter attention aux détails de la situation d'énonciation.

Il existe deux sortes d'énoncés (ou système d'énonciation) :

  • L'énoncé ancré,
  • L'énoncé coupé.

Pour comprendre un énoncé ancré, il est nécessaire de connaître la situation d'énonciation. Cela peut par exemple être un dialogue inséré dans un texte. Tout seul, il est peu probable que le lecteur comprenne de quoi il s'agit.

L'énoncé doit être ancré au milieu d'une situation d'énonciation pour être compris.

Par exemple, dans l'énoncé "Je te rejoins directement après le travail", on ne sait pas qui est "je", "te", on ne sait pas où le locuteur rejoint le destinataire. C'est un énoncé ancré : il doit être entouré de la situation d'énonciation pour être compris dans sa globalité.

C'est comme lorsque vous entendez une phrase d'une conversation de personnes dans le métro ou dans la rue. Impossible de savoir de qui ou de quoi elles parlent sans écouter du début à la fin.

L'énoncé ancré correspond plutôt au dialogue et au genre théâtral qui doit être inséré au milieu d'un texte pour être compris.

Au contraire, les énoncés coupés peuvent être compris sans la situation d'énonciation. Ils peuvent être retirés de la situation d'énonciation sans que cela gêne la compréhension de la phrase et du contexte.

Par exemple, "le mousquetaire entra dans l'auberge de Palaisao, il prit une soupe et repartit pour Paris où il arriva trois jours après". Dans cette phrase, on sait qu'il y a un mousquetaire, qu'il est dans une auberge, qu'il mange une soupe, puis qu'il part ensuite pour Paris où il arrive trois jours après. Même si nous n'avons pas le reste de la situation d'énonciation, ces éléments suffisent à comprendre de quoi on parle et où l'on est.

L'énoncé coupé se retrouve dans le récit. Les temps sont au passé et il n'y a pas de marque de l'énonciateur.

Exercice d'application

A vous de jouer ! Pour chaque phrase, dites s'il s'agit d'un énoncé ancré ou d'un énoncé coupé (solutions à la fin de l'article) :

  • Le chien de Pierre courut vers la maison de droite,
  • Madame, voulez-vous bien m'ouvrir la porte ?
  • La reine se leva pour accueillir ses invités,
  • Le dîner fût servi à 6 heures. Les femmes furent invitées à s'asseoir en premier,
  • As-tu perdu l'esprit ? Il se moquerait de toi !
  • Madame, désire-t-elle visiter la chapelle ?
  • Madame Bovary remarqua que plusieurs dames n'avaient jamais mis leurs gants dans leur verre,
  • Il ne fallait pas qu'elle s'en aille !
  • Je pense que tu as 16 ans,
  • Les domestiques, ensuite, servirent le thé.

La valeur des temps dans le récit et le discours

Comment savoir quel est le bon temps ? Pour mieux comprendre les textes de français, il est nécessaire de les analyser.

Les temps sont différents dans le discours et dans le récit. Il ne faut pas les mélanger ou en tout cas pas n'importe comment.

Le récit

Le récit est une histoire dans laquelle des événements sont racontés, qu'ils soient imaginaires ou réels. On le retrouve dans les romans, les autobiographies, les nouvelles ou encore les fables.

Ce sont les troisième personne du singulier et du pluriel qui sont utilisées dans le récit et le temps de référence est au passé. Les adverbes spatio-temporels marquent également cet éloignement avec le présent (autrefois, jadis, à cet endroit-là...).

On utilisera :

  • Le passé simple pour exprimer une action soudaine, de premier plan et/ou des actions qui se succèdent. C'est le temps du récit par excellence. Ex : il marchait sous la pluie quand il glissa sur une plaque d'égout / on servit le repas aussitôt que le roi entra,
  • L'imparfait pour décrire, exprimer l'habitude et la répétition ou exprimer une action d'arrière-plan lorsqu'il est employé avec le passé simple. Ex : il attendait depuis deux heures quand il vit arriver le taxi qui la transportait / la neige tombait depuis deux jours et recouvrait le paysage qui devenait fantomatique,
  • Le plus-que-parfait pour exprimer l'antériorité par rapport à un événement passé. Ex : quand j'étais jeune, je pensais que ma mère avait été actrice,
  • Le passé antérieur pour exprimer une action passée à un moment déterminé avant une autre action passée. Ex : quand je l'eus quitté, je partis pour Edimbourg,
  • Le conditionnel présent pour exprimer la postériorité par rapport à un événement passé. Ex : quand j'étais jeune, je pensais que mon père m'achèterait une voiture quand j'aurais le permis.

Il est possible de trouver du présent de narration dans un texte au passé. Dans ce cas, il est là pour attirer l'attention du lecteur et actualiser les actions racontées. Il remplace alors le passé simple. Ex : Les spectateurs tremblaient en admirant les exploits du dompteur. Tout à coup le clown arrive en trébuchant et les enfants éclatent de rire.

Plus rarement, il est possible de rencontrer le passé composé dans un récit en langue courante, à la place du passé simple. Ex : Nous sommes allés au cinéma et nous avons vu un film de Georges Lucas.

Le discours

Le discours en cours de français ne correspond pas au discours politique ou scientifique mais il se rattache à une manière d'écrire un texte. L'auteur exprime ses idées et ses opinions comme dans un article de presse ou dans un mémoire, dans l'espoir de convaincre.

On retrouve le discours dans les essais, les pièces de théâtre, les ouvrages critiques ou encore les modes d'emploi.

Le texte est alors écrit à la première personne du singulier ou du pluriel et il est adressé à une deuxième personne du singulier ou du pluriel. Le temps de référence est le présent.

On utilisera alors :

  • Le présent d'énonciation qui définit ce qu'on fait au moment où l'on parle. Ex : je suis en cours de français, 
  • Le présent d'habitude ou de répétition. Ex : le matin je me lève à 7h,
  • Le présent de passé récent. Ex : je sors de chez le dentiste il y a cinq minutes,
  • Le présent de futur proche. Ex : je pars aux Etats-Unis dans deux mois,
  • Le présent de vérité générale. Ex : les chiens ont quatre pattes,
  • Le futur simple pour exprimer des actions qui vont avoir lieu dans l'avenir. Ex : quand j'aurais 18 ans je passerai mon permis,
  • Le passé composé pour exprimer des faits passés mais en relation avec le présent. L'événement est terminé mais les conséquences se font sentir dans le présent. Ex : hier, j'ai cueilli des fleurs, j'ai fait un gros bouquet mais il s'étiole déjà / j'ai trop laissé cuire mon gâteau ! Il est immangeable !

Exercice d'application

A vous de jouer ! Pour chaque phrase, indiquez s'il s'agit d'un discours ou d'un récit :

  • Le lion buvait à l'oasis,
  • Je vais tous les jours à la boulangerie,
  • Un vieux monsieur se baladait près de la rivière,
  • Il adorait donner à manger aux canards,
  • J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage,
  • Fanny souhaitait plus que tout avoir son bac,
  • Jon Snow rentrait enfin à Winterfell,
  • Je ne sais pas quoi te dire,
  • Comment vais-je aller à la poste ?

Les solutions des exercices

Comment progresser en maîtrise de la conjugaison ? Le discours s'utilise chaque jour sans qu'on s'en rende compte.

Solutions de l'exercice sur les niveaux de langue

  • J'sais pas : familier, 
  • Se restaurer : soutenu, 
  • Godasses : familier, 
  • Ami : courant, 
  • Se goinfrer : familier, 
  • Faire diligence : soutenu, 
  • Se grouiller : familier, 
  • Souliers : soutenu, 
  • Être veinard : familier, 
  • Bagnole : familier, 
  • Vacarme : soutenu, 
  • Boucan : familier, 
  • Aduler : soutenu, 
  • Kiffer : familier, 
  • Aimer : courant. 

Solutions de l'exercice sur les énonces ancrés ou coupés

  • Le chien de Pierre courut vers la maison de droite : coupé, 
  • Madame, voulez-vous bien m'ouvrir la porte ? : ancré,
  • La reine se leva pour accueillir ses invités : coupé, 
  • Le dîner fût servi à 6 heures. Les femmes furent invitées à s'asseoir en premier : coupé, 
  • As-tu perdu l'esprit ? Il se moquerait de toi ! : ancré, 
  • Madame, désire-t-elle visiter la chapelle ? : ancré, 
  • Madame Bovary remarqua que plusieurs dames n'avaient jamais mis leurs gants dans leur verre : coupé,  
  • Il ne fallait pas qu'elle s'en aille ! : ancré, 
  • Je pense que tu as 16 ans : ancré, 
  • Les domestiques, ensuite, servirent le thé : coupé. 

Solutions à l'exercice sur le récit et le discours

  • Le lion buvait à l'oasis : récit,  
  • Je vais tous les jours à la boulangerie : discours, 
  • Un vieux monsieur se baladait près de la rivière : récit, 
  • Il adorait donner à manger aux canards : récit, 
  • J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage : discours,
  • Fanny souhaitait plus que tout avoir son bac : récit, 
  • Jon Snow rentrait enfin à Winterfell : récit, 
  • Je ne sais pas quoi te dire : discours, 
  • Comment vais-je aller à la poste ? : discours.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,50/ 5 pour 4 votes)
Loading...

Alexia

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide