Dans tout texte, l'auteur peut rapporter les paroles d'une autre personne :

  • un journaliste qui interviewe un homme politique
  • un romancier qui veut faire parler ses personnages
  • etc.

Ces propos, en tant qu'ils proviennent d'un autre énonciateur (c'est-à-dire quelqu'un qui parle), sont désignés sous l'expression de discours rapporté. Il existe alors trois manières de présenter un discours rapporté :

  • le discours direct
  • le discours indirect
  • le discours indirect libre

Chacun de ces discours ont leurs propres codes qui peuvent être identifiés par vos soins.

Le discours direct

Utilisation

Lorsque l'on choisit de rapporter les propos de manière directe, on doit les citer fidèlement (c'est-à-dire : mot pour mot) en distinguant les phrases rapportées de ses propres phrases.

Caractéristiques du discours direct

Caractéristiques du discours directExemples
Un verbe de parole
avant les propos rapportés
Un homme a déclaré : « J'ai vu le voleur ! »
Un verbe de parole dans une incise« J'ai vu le voleur », a précisé un homme.
L’utilisation de la ponctuation (le deux-points, les guillemets
les tirets de dialogue)
Un homme a demandé :
« - Avez-vous vu le voleur ? »

Remarque :

Dans un texte que vous écrivez vous-mêmes, et notamment dans le cas d'une analyse de texte, il est très important d'utiliser correctement les guillemets. Sans cela, vous pourriez être accusé de plagiat !

Exemple en littérature

Le discours direct est utilisé de manière très fréquente en littérature. C'est encore le meilleur moyen pour les scènes de dialogue !

Par exemple :

Mais Roubaud éleva sa lanterne, donnant le signal. Le conducteur-chef siffla, et Jacques répondit, après avoir ouvert le régulateur et mis en avant le petit volant du changement de marche. On partait. Pendant une minute encore, le sous-chef suivit tranquillement du regard le train qui s’éloignait sous la tempête.

— Et attention ! dit Jacques à Pecqueux. Pas de farce, aujourd’hui !

Il avait bien remarqué que son compagnon semblait, lui aussi, tomber de lassitude : le résultat, sûrement, de quelque noce de la veille.

— Oh ! pas de danger, pas de danger ! bégaya le chauffeur.

La Bête humaine, Emile Zola, 1890

Saurez-vous repérer où se trouvent les discours directs des personnages et les marques de ponctuation qui les annoncent ?

Quels sont les romans naturalistes ?
La Bête humaine a été adaptée au cinéma par Jean Renoir (La Bête humaine © Tous droits réservés Studiocanal)
Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Le discours indirect

Utilisation

L'auteur d'un texte peut également choisir de rapporter les propos de manière indirecte. Il intègre alors les propos d'un autre énonciateur sans guillemets en les reformulant pour les intégrer à son propre récit.

Caractéristiques du discours indirect

Caractéristiques du discours directExemplesAnalyse de l'exemple
Un verbe de parole
ou un autre verbe (penser, écrire)
(1) dans une phrase sans subordonnée
Une habitante s'est inquiétée des bruits durant la nuit. Le discours rapporté arrive après « s'est inquiétée de » (verbe de parole qui introduit).
Un verbe de parole
ou un autre verbe (penser, écrire)
(2) dans une phrase enchâssante
Un habitant a indiqué qu'il avait vu un homme derrière les arbres. La phrase enchâssante est « Un habitant a indiqué qu' ».
Un verbe de parole
ou un autre verbe (penser, écrire)
(3) dans une subordonnée complément de phrase
Tout le voisinage a entendu des bruits, comme l'a fait remarquer Madame Michoux. La subordonnée complément de phrase est « comme l'a fait remarquer Madame Michoux »
Les paroles rapportées sont « Tout le voisinage a entendu des bruits. »
Un groupe incident (placé avant ou après les propos reformulés)A son avis, il y a des voleurs. Mais personne n'a rien perdu, selon le policier. Le groupe incident, ici, est « A son avis, [...]. selon le policier. »
Les paroles rapportées sont : « il y a des voleurs. Mais personne n'a rien perdu »

Remarque :

  • Il ne faut jamais utiliser le deux-points après le verbe introducteur dans le discours indirect. On n'écrirait jamais : « Un habitant a indiqué : qu'il avait vu un homme derrière les arbres. »
  • Le discours indirect fonctionne avec un verbe de parole ou bien avec un groupe incident, mais jamais les deux à la fois. On ne dit pas : « Selon lui, il dit qu'il y a des voleurs. »

Exemple en littérature

Dans Le Docteur Pascal (1893), Emile Zola écrit un long récit rapporté de manière indirect, qui retrace l'histoire de famille des Rougon, et qui s'amorce ainsi :

Muette, elle obéissait toujours, le cœur serré d’une angoisse, à tout ce qu’elle entendait. Et les dossiers défilaient, étalaient leurs documents, retournaient s’empiler dans l’armoire.

C’étaient d’abord les origines, Adélaïde Fouque, la grande fille détraquée, la lésion nerveuse première, donnant naissance à la branche légitime, Pierre Rougon, et aux deux branches bâtardes, Ursule et Antoine Macquart, toute cette tragédie bourgeoise et sanglante, dans le cadre du coup d’État de décembre 1851, les Rougon, Pierre et Félicité, sauvant l’ordre à Plassans, éclaboussant du sang de Silvère leur fortune commençante, tandis qu’Adélaïde vieillie, la misérable Tante Dide, était enfermée aux Tulettes, comme une figure spectrale de l’expiation et de l’attente.

Qu'a écrit Emile Zola ?
Portrait d'Emile Zola

Transformation du discours direct au discours indirect

Si jamais vous aviez un exercice dans lequel il vous faudrait transposer en discours indirect un discours direct, il y a plusieurs changements à opérer entre les pronoms personnels, les temps verbaux ou encore les adverbes.

Echange de pronoms personnels

Si le sujet de la phrase du discours direct est la première personne (singulier ou pluriel, c'est-à-dire « je » ou « nous »), il prendra, dans le discours indirect, la même personne que le sujet du verbe introducteur.

Voir cas n°1 du tableau.

Si le sujet de la phrase du discours direct est à la deuxième personne (singulier ou pluriel, soit « tu » et « vous »), ce sujet se met à la même personne que le COI du verbe introducteur lors du passage au discours indirect.

Voir cas n°2 du tableau.

Lorsque le sujet de la phrase du discours direct est à la troisième personne du singulier ou du pluriel, alors il n'y a aucun changement à faire.

Voir cas n°3 du tableau.

CasDiscours directDiscours indirect
n°1Il annonce : « Je vais recevoir mes enfants demain. »Il annonce qu'il va recevoir ses enfants demain.
n°1Vous déclarez : « Nous serons en retard. »Vous déclarez que vous serez en retard.
n°2Il me demande : « Viendrais-tu à ma fête de samedi ? » Il me demande si je viendrais à sa fête de samedi. 
n°3J'affirme : « Clémence est magnifique. »J'affirme que Clémence est magnifique.

Echange des temps verbaux

Lorsque le verbe introducteur est au présent ou au futur de l'indicatif, il n'y a aucun changement à effectuer (cas n°1 du tableau).

Lorsque le verbe du discours direct est à l'impératif, alors :

  • on peut remplacer l'impératif par l'infinitif + préposition (cas n°2 du tableau)
  • on peut remplacer l'impératif par le mode subjonctif (cas n°3 du tableau)
CasDiscours directDiscours indirect
1Il lui assure : « Je suis honnête. »Il lui assure qu'il est honnête.
2Elle lui dit : « Ne mange pas comme ça. »Elle lui dit de ne pas manger comme ça.
3Elle lui dit : « Ne viens pas comme ça. »Elle lui dit qu'il ne vienne pas comme ça.

Lorsque le verbe introducteur est à un temps du passé, alors :

Verbe du discours directVerbe du discours indirectExemple DDExemple DI 
Présent ou imparfaitImparfaitVous avez dit : « J'étais mort. »Vous avez dit que j'étais mort.
Plus-que-parfaitPlus-que-parfaitIl a dit : « Je m'étais blessé. »Il a dit qu'il s'était blessé.
Passé simple ou passé composéPlus-que-parfaitMaman affirma : « Mon ainé fut le plus courageux (a été). »Maman affirma que son ainé avait été le plus courageux.
Futur simpleConditionnel présentElle dit : « Je t'aimerai. »Elle dit qu'elle l'aimerait.
Futur antérieurConditionnel passéIl avait dit : « Je serai mort avant toi. »Il avait dit qu'il serait mort avant moi.
Subjonctif présentSubjonctif imparfaitIl disait : « Il faut qu'elle parte. »Il disait qu'il fallait qu'elle parte.
Conditionnel présent ou passéMême temps, même modeJean pensa : « Il aurait pu gagner. »Jean pensa qu'il aurait pu gagner.

Echange des adverbes et des indicateurs de temps

Quand le verbe introducteur est à un temps du passé, alors il faut adapter de manière cohérente les adverbes et les indicateurs de temps (voir cas n°1 à cas n°6).

Quand le verbe introducteur est au présent ou au futur, alors il n'y a aucun changement à réaliser (voir cas n°7).

CasDiscours directDiscours indirect
1 : aujourd'huiIl lui a demandé : « Qu'as-tu fait aujourd'hui ? »Il lui a demandé ce qu'il avait fait ce jour-là.
2 : hierJean a demandé à son fils : « As-tu mangé hier ? »Jean a demandé à son fils s'il avait mangé la veille.
3 : demainIl annonça : « Je passerai demain. »Il annonça qu'il passerait le lendemain.
4 : après-demainIl annonça : « Je passerai après-demain. »Il annonça qu'il passerait le surlendemain.
5 : ici Claude demanda à sa femme : « Seras-tu ici le jour de son anniversaire ? »Claude demande à sa femme si elle serait là le jour de son anniversaire.
6 : dans quelques joursLe chef déclara : « Le stagiaire arrivera dans quelques jours. »Le chef déclara que le stagiaire arriverait quelques jours plus tard.
7L'enfant demande : « Irons-nous demain au match ? »L'enfant demande s'ils iront demain au match.

Le discours indirect libre

Utilisation

Certains auteurs utilisent, pour varier les types de discours rapportés, le discours indirect libre. C'est un procédé popularisé par Gustave Flaubert au XIXème siècle qui permet de rapporter des paroles sans utiliser de verbe d'énonciation non plus que de ponctuation.

Caractéristiques du discours indirect libre

Caractéristiques du discours indirect libreExemplesDiscours rapporté dans l'exemple
Les temps verbaux et les pronoms sont ceux du discours indirectAlors, l’homme
reconnut une fosse. Il
fut repris de honte : à
quoi bon ? Il n’y aurait
pas de travail.
à
« quoi bon ? Il n’y aurait
pas de travail. »
Difficulté de délimiter ce qui appartient au premier locuteur et au second locuteur.La profondeur, l’inconnu du caractère de Julien, eussent effrayé, même en nouant avec lui une
relation ordinaire. Et elle allait en faire son amant, peut-être son maître !
« Et elle allait en faire son amant, peut-être son maître ! »
Dans le cas de pensées intimes d'un personnage, on parle de « monologue intérieur »Voir par exemple le roman Ulysse, de James Joyce

Exemple en littérature

Gustave Flaubert est l'un des premiers auteurs à avoir utilisé le style indirect libre de manière abondante.

Ainsi, dans Madame Bovary (1857), on en trouve de nombreux exemples (ici en gras) :

Emma se repentit d’avoir quitté si brusquement le percepteur. Sans doute, il allait faire des conjectures défavorables. L’histoire de la nourrice était la pire excuse, tout le monde sachant bien à Yonville que la petite Bovary, depuis un an, était revenue chez ses parents. D’ailleurs, personne n’habitait aux environs ; ce chemin ne conduisait qu’à la Huchette ; Binet, donc, avait deviné d’où elle venait, et il ne se tairait pas, il bavarderait, c’était certain !

Qui a usé du style indirect libre ?
Gustave Flaubert (source : L'Internaute)

Le discours narrativisé

Utilisation

Le discours narrativisé ne rapporte pas les paroles exactes du locuteur d'origine mais laisse le soin au lecteur d’imaginer ce que celui-là a pu dire.

Le discours rapporté est condensé et résumé ; il résume et traite le discours comme un événement.

Exemple de discours narrativisé

Mais M. Vedel était bon : il répéta sa définition avec la patience des vrais maîtres, proposa de nouveau le même exemple.

André Gide, Si le grain ne meurt, 1895

Exemple de discours narrativisé
Portrait daté du 10 octobre 1947 de l'écrivain André Gide au théâtre Marigny à Paris. AFP PHOTO / AFP PHOTO / PIGISTE

Dans Le côté de Guermantes, Marcel Proust donne aussi un exemple de discours narrativisé (mais attention, l'extrait se termine par du discours direct, comme l'annoncent les guillemets !) :

Elle n’aimait pas cela, elle disait que je « balançais » toujours, car elle usait, quand elle ne voulait pas rivaliser avec les modernes, du langage de Saint-Simon. Il est vrai qu’elle aimait encore moins quand je parlais en maître. Elle savait que cela ne m’était pas naturel et ne me seyait pas, ce qu’elle traduisait en disant que « le voulu ne m’allait pas ».

Marcel Proust, Le côté de Guermantes, 1920-1921

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00 (77 note(s))
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.