Qui est Voltaire ?

Prince de l'esprit et des idées philosophiques qu'il répand dans ses poèmes, ses contes, ses essais historiques et ses campagnes en faveur des victimes d'erreurs judiciaires, il reste un maître du récit vif et spirituel.

François-Marie Arrouet, dit Voltaire, était un philosophe et écrivain français. Il est né le 21 novembre 1694 à Paris. Il est originaire d'un milieu bourgeois puisque son père était notaire. Il fait de brillantes études chez les jésuites de Louis le Grand. Il néglige ses études de droit et part pour la Haye pour devenir secrétaire d'ambassade. Mais il est renvoyer à Paris parce qu'il tombe amoureux d'une jeune huguenote. Des vers et quelques mots de trop contre le Régent l'obligent à rester en province, puis provoquent son incarcération à la Bastille en 1717 (pendant 11 mois). C'est à ce moment là qu'il prend le pseudonyme de Voltaire. Une altercation avec le chevalier Rohan-Chabot le conduit à nouveau à la Bastille, puis le contraint à un exil de trois ans en Angleterre. Au contact des philosophes d'Outre-Manche où la liberté d'expression était alors plus grande qu'en France, il s'engage dans une philosophie réformatrice de la justice et de la société.

De retour en France, Voltaire poursuit sa carrière littéraire avec pour objectif la recherche de la vérité et de la faire connaître pour transformer la société. A Cirey, en Lorraine, il écrit des tragédies (« Zaïre », « La Mort de César », …) et, avec moins de succès, des comédies (« Nanine »). Il critique la guerre dans « L'Histoire de Charles XII » (1731) puis s'en prend aux dogmes chrétiens dans « Epîtres à Uranie » (1733) et au régime politique en France, basée sur le droit divin, dans « Lettres Philosophiques » (1734). Ce dernier ouvrage fit scandale et fut brûlé au pied du grand escalier du palais. Pour éviter d'être incarcéré une nouvelle fois, il trouve refuge chez Mme du Châtelet, avec qui il se lie. Elle devient alors sa bienfaitrice.

Des poèmes officiels lui permettent d'entrer à l'Académie Française et à la Cour comme historiographe du roi en 1746. Cependant « Zadig » l'oblige à s'exiler à Potsdam sur l'invitation de Frédéric II de Prusse. Suite à la mort de sa bienfaitrice, il revient à Genève et il s'installe avec Mme Denis. Il achète une propriété qui s'appelle les Délices. Il a alors un premier désaccord avec Rousseau.

En 1759, Voltaire publie « Candide », une de ses oeuvres romanesques les plus célèbres et les plus achevées. S'indignant devant l'intolérance, les guerres et les injustices qui pèsent sur l'humanité, il y dénonce la pensée providentialiste et la métaphysique oiseuse. Avec ses pamphlets mordants, Voltaire est un brillant polémiste. Il s'installe définitivement à Ferney, près de la frontière Suisse, où il reçoit toute l'élite intellectuelle de l'époque tout en ayant une production littéraire abondante Il engage une correspondance avec plusieurs souverains : l'impératrice Catherine II de Russie, Frédéric II, les rois de Pologne, du Danemark et de Suède. De Paris, des personnages influents lui témoignent également leur soutien : Choiseul (alors Ministre des Affaires étrangères), d'Alembert, Richelieu, Turgot, Condorcet… Il combat inlassablement pour la liberté, la justice et le triomphe de la raison (affaires Calas, Sirven, chevalier de la Barre...). En 1778, il retourne enfin à Paris, à l'Académie et à la Comédie Française, mais épuisé par son triomphe, il y meurt peu de temps après, le 30 mai, de la même année, à Paris. Sa dépouille est transférée au Panthéon en 1791.

Esprit universel ayant marqué le siècle des "Lumières", défenseur acharné de la liberté individuelle et de la tolérance, Voltaire a beaucoup de succès auprès de la bourgeoisie libérale. Il laisse une oeuvre considérable. A cause de la censure, la plupart de ses écrits étaient interdits. Ils étaient publiés de manière anonyme, imprimés à l'étranger et introduits clandestinement en France.

Les œuvres de Voltaire

• Oedipe (1718)
• La Henriade (1723)
• Brutus (1730)
• L'Histoire de Charles XII (1731)
• Zaïre (1732)
• Epîtres à Uranie (1733)
•  Lettres philosophiques (1734)
• La mort de César (1735)
• Discours sur l'homme (1738)
• Zadig (1747)
• Nanine (1749)
• Le siècle de Louis XIV (1751)
• Micromégas (1752)
• La Pucelle d'Orléans (1752)
• Essai sur les mœurs et l'esprit des nations (1756)
• Candide (1759)
• Traité sur la tolérance (1763)
• Dictionnaire philosophique(1764)
• Jeannot et Colin (1764)
• L'ingénu (1767)

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Maelys

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide