Les figures de style sont des procédés qui visent à rendre l'énoncé plus expressif. Elles constituent des tours de langues particuliers qui personnalisent le discours et contribuent à l'originalité du style.

Ces dernières ont trouvé leur origine dans l'art de la rhétorique dans les textes littéraires. Afin de créer ces jeux de la langue, on utilise différents procédés comme le sens des mots, leur ordre dans une phrase ou encore la sonorité des mots.

On peut classer les figures en plusieurs groupes que nous allons détailler.

Figure de l'analogie

La comparaison

On établit un lien entre deux éléments ayant un point commun par le biais d'un outil de comparaison (comme, pareil à …).

Exemple : « La musique souvent me prend comme une mer! » (Charles Baudelaire)

Le symbole

La figure de style du symbole sert à remplacer la dénomination d'une chose par une autre afin de la désigner.

Exemple : "Devant le drapeau bleu-blanc-rouge". Ici, le drapeau français est désigné par ses couleurs.

Qu'est-ce qu'un symbole ?
Nous côtoyons beaucoup de symboles au quotidien tels que la colombe qui définit la paix.

La métaphore

On rapproche des êtres ou des choses, mais sans utiliser l'outil de comparaison.

Exemple : « Cette faucille d'or. » (Victor Hugo) « faucille » renvoie au croissant de lune.

La personnification

On attribut à un animal ou à une chose les qualités d'une personne.

Exemple : « Des centaines de toits tutoient les nuages ». (Marc Epstein)

L'image

L'image littéraire consiste à rapprocher deux idées afin d'en exprimer une nouvelle, en dehors du sens commun.

Exemple : "Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, traversé çà et là par de brillants soleils." Charles Baudelaire, L’ennemi.
Baudelaire mets ici en image l'alternance entre lumière et obscurité.

L'allégorie

Le but d'une allégorie est d'exprimer une idée sous la forme d'une image afin de faire comprendre un autre sens que celui du texte.

On peut prendre comme exemple les Fables de La Fontaine qui mettent en scène des animaux afin de dénoncer le comportement des hommes.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
4,9
4,9 (78 avis)
Cristèle
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sophie
4,9
4,9 (23 avis)
Sophie
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (87 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (122 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Konan pacome
5
5 (41 avis)
Konan pacome
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (63 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (80 avis)
Jérémy
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
4,9
4,9 (78 avis)
Cristèle
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sophie
4,9
4,9 (23 avis)
Sophie
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (87 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Valentine
5
5 (38 avis)
Valentine
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (122 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Konan pacome
5
5 (41 avis)
Konan pacome
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (63 avis)
Koffi felicien
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (80 avis)
Jérémy
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Figures d'insistance

Les figures d'insistances cherchent à souligner l'importance d'un mot, d'une idée, d'une impression.

L'accumulation

La figure de style de l'accumulation a pour principe de créer une amplification en énumérant des mots ou des groupes de mots afin de créer une profusion.

Exemple : "Le lait tombe : adieu veau, vache, cochon, couvée." Fables, Jean de la Fontaine.

L'épanadiplose

L'épanadiplose est une figure de style dans laquelle on répète à la fin d'une phrase le même mot ou groupe de mots qui était situé au début d'une phrase précédente.

Exemple : "Alouette, gentille alouette ! Alouette je te plumerai… " Comptine française
Le poète insiste sur le sujet : l'alouette.

Le parallélisme

On utilise une construction semblable pour deux énoncés. Cela met en évidence une similitude ou une opposition.

Exemple : « J'ai tendresse pour toi, j'ai passion pour elle. » (Corneille)

La dislocation

La dislocation, aussi appelée reprise nominale est un procédé littéraire qui consiste à détacher une partie en tête ou en fin de phrase en le reprenant par un pronom.

Exemple : "Elle est vraiment jolie, ma voiture." Ici, le pronom "Elle" est repris en fin de phrase par "ma voiture".

L'anaphore

On répète le même mot ou la même expression en tête de vers, de phrase ou de paragraphe. Cela met l'accent sur une idée, pour convaincre ou rythmer l'énoncer.

Exemple : « Il y a des petits ponts épatants. Il y a mon cœur qui bat pour toi. Il y a une femme triste sur la route… » (Apollinaire)

Qui écrit les discours politiques ?
L'anaphore est une figure de style que l'on retrouve fréquemment dans les discours, notamment dans les discours politiques.

L'épanalepse

L'épanalepse consiste à répéter un mot ou un groupe de mots dans un même phrase.

Exemple : "Ô triste, triste était mon âme. À cause, à cause d’une femme." Romances sans paroles, Verlaine

L'épiphore

L'épiphore est une forme d'écriture elle aussi répétitive. Elle consiste en la reprise d'un mot ou de plusieurs dans des phrases ou des vers de poésie successifs.

Exemple : "Sans bruit, je quitte la maison, tout est gris dehors, comme d’habitude. J’ai froid, je relève mon col, comme d’habitude" Comme d'habitude, Claude François.

La gradation

On fait se succéder des termes d'intensité croissante ou décroissante. Cela produit un effet de grossissement, elle peut tendre à l'hyperbole.

Exemple : « Je meurs, je suis mort, je suis enterré. » (Molière)

L'hyperbole

Le but de l'hyperbole est d'exagérer une idée afin de créer une forte impression. Habituellement, elle est utilisée pour convaincre ou interpeller le lecteur.

Qu'est-ce qu'une hyperbole ?
Beaucoup de personnes ont recours à l'hyperbole lorsqu'elles exagèrent.

Exemple : "Le voici. Vers mon cœur, tout mon sang se retire." Biographie de Jean Racine.
Ici, Racine insiste sur le fait que le sang lui monte au cœur.

Figures d'opposition

Les figures d'opposition rapprochent dans un même énoncé deux termes opposés. Elles soulignent les contradictions entre deux idées, deux situations ou deux personnages. Elles créent aussi un effet de contraste.

L'antithèse

On rapproche deux mots de sens contraire à l'intérieur d'un vers ou d'une strophe, d'une phrase ou d'un paragraphe. Cela a pour effet de souligner un conflit, un contraste, une opposition.

Exemple : « Présente, je vous fuis, absente, je vous trouve » (Racine)

Le zeugme

La figure de style du zeugme, aussi appelé zeugma, est une figure de style elliptique. Elle met en rapport un mot avec deux autres termes différents et dont l'association avec le premier terme produit un autre sens. On s'en sert généralement pour éviter la répétition en ayant recours à un sous-entendu.

Exemple : "Il croyait à son étoile et qu’un certain bonheur lui était dû" Les Faux-monnayeurs, André Gide. Le zeugme permet ici de ne pas répéter "il croyait".

L'oxymore ou l'alliance de mots contradictoires

On juxtapose deux mots de sens contradictoires au sein d'un même groupe grammatical. Cela a pour effet de créer une nouvelle réalité poétique, un effet de surprise.

Exemple : « Le soleil noir de la mélancolie.» (Nerval)

Le chiasme

On fait suivre deux expressions contenant les mêmes éléments syntaxiques ou lexicaux et fait intervertir leur ordre dans la seconde expression. Cela a pour effet de créer une vision synthétique fondée sur l'union ou l'opposition.

Exemple : « Des cadavres dessous et dessus des fantômes. » (Hugo)

Figures d'amplification et d'atténuation

Les figures d'amplification permettent d'accentuer avec force la grandeur d'une idée ou l'intensité d'un sentiment. Les figures d'atténuation permettent d'adoucir par le langage la brutalité d'une réalité.

L'hyperbole

On emploie des termes très forts, de façon exagéré. Cela met en relief la réalité en le grossissant.

Exemple : « Une mère aussi inflexible que soixante-treize administrations à casquettes de plomb » (Rimbaud).

Qu'est-ce qu'une hyperbole ?
Beaucoup de personnes ont recours à l'hyperbole lorsqu'elles exagèrent.

La litote

On se sert d'une expression qui en dit peu pour suggérer davantage.  La litote renforce ce qu'elle semble minimiser.

Exemple : « Va, je ne te hais point. » (Corneille), prononcé par Chimène amoureuse signifie «  Je t'aime. »

L'euphémisme

On remplace un mot ou une expression désagréable ou cruelle par un mot ou une expression qui atténue son sens. Cela a pour effet d'adoucir la réalité.

  Exemple : « La servante au grand cœur dont vous étiez jalouse, Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse. » (Baudelaire)

Figures de détour et la substitution

Outre la comparaison et la métaphore, les figures de substitution permettent de remplacer un mot par un autre pour créer des effets inattendus.

La métonymie

On désigne une chose par un terme proche de la chose désignée, qui entretient avec elle une relation logique facilement identifiable. Cela a pour effet de permettre un raccourci d'une expression.

Exemple : « Boire un verre » (Le contenant pour le contenu) ; « Aimez-vous ce bourgogne ? » (Le lieu pour la chose) ; « les cuivres de l'orchestre » (l'objet pour la matière)…

La synecdoque

On emploie pour parler d'un être ou d'un objet un mot désignant une partie de cet être ou de cet objet, ou la matière dont il est fait. Cela a pour effet de donner une vision fragmentée de la réalité.

Exemple : « Il a trouvé un toit » (la partie pour le tout) ; « Avoir l'œil attentif » (le singulier pour le pluriel) ; « Faire périr par le fer » (la matière pour l'objet).

La périphrase

On remplace un mot par une expression qui le caractérise, en précise ou en développe le sens. Cela a pour effet d'attirer l'attention sur une qualité particulière et éviter une répétition.

Exemple : « L'auteur de la Comédie humaine » (pour Balzac) ; « La ville des Lumières » (pour Paris) ; « Le géant des mers » (pour un paquebot).

L'antiphrase

On dit le contraire de ce que l'on veut faire entendre, en ne laissant aucun doute sur le sens réels des propos. Cela a pour effet de traduire l'ironie et d'instaurer une complicité entre les interlocuteurs.

Exemple : « Ne vous gênez pas ! » ; « C'est du propre ! » ; « Ca sent la rose… »

Qu'est-ce qu'une antiphrase ?
Dire le contraire de ce que l'on pense permet parfois d'appuyer sur la réalité des faits.

La litote

La litote vient du grec litótēs qui signifie "d'apparence simple". Elle consiste à ne pas dévoiler l'entièreté de sa pensée de manière évidente en disant moins pour laisser entendre davantage.
Pour cela, on a souvent recours à une atténuation en utilisant la forme négative.

Exemple : "Il n’est pas complètement stupide." Le premier sens explique qu'il n'est pas très intelligent mais dit des choses un minimum intéressantes alors que le second ses dit qu'il est très intelligent.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,19 (59 note(s))
Loading...

Agathe

Professeur de langues dans le secondaire, je partage avec vous mes cours de linguistique !