I- Définition

Une autobiographie est le récit qu'une personne réelle fait rétrospectivement de sa propre vie.

Le mot "autobiographie" vient des mots grecs auto (soi-même), bio (vie) et graphein (écrire).

Les récits autobiographiques font référence à des lieux, des personnes, des évènements réels. Dans une autobiographie, l'auteur, le narrateur et le personnage principal ne font qu'un.

Le récit autobiographique est mené à la première personne. Cependant, pour éviter l'implication directe, l'auteur peut jouer sur l'énonciation et choisir d'évoquer des souvenirs à la 2ème ou à la 3ème personne ("L'être que j'appelle moi vint au monde..." Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux).

Il existe aussi des genres proches mais différents de l'autobiographie :

  • Le roman autobiographique : il mêle fiction et souvenir et ne respecte pas l'identité entre auteur, narrateur et personnages.
  • Le journal intime : l'auteur écrit au jour le jour.
  • Le mémoire : un auteur témoin ou acteur d'événements historiques écrit pour exposer se vie publique, et non sa vie privée.
  • Le récit témoignage : l'auteur fait partager son expérience personnelle dans l'intention de perpétuer le souvenir d'évènements graves.
  • Les fragments : les souvenirs se présentent sous la forme de courts paragraphes dans liens logiques.

L'autobiographie est fondée sur un contrat d'authenticité et d'identité. C'est le paratexte (nom de l'auteur, titre de l'ouvrage...) qui indique le plus souvent au lecteur que l'auteur se livre à une autobiographie. Le lecteur est ainsi certain qu'il y a adéquation entre les faits racontés et les faits vécus par l'auteur.

Attention : Il ne faut pas confondre l'autobiographie avec la biographie qui est le récit qu'une personne fait de la vie d'une autre personne.

II- La longue histoire de l'autobiographie

La première autobiographie connue date de la fin du IVème siècle. Elle a été écrite par Saint-Augustin, un des théologiens les plus importants de l'histoire du christianisme. Son titre est Les Confessions. Dans cet ouvrage, Saint-Augustin s'adresse à Dieu pour confesser ses péchés, ses doutes, et raconte l'itinéraire de sa formation jusqu'à sa conversion.

Au XVIème siècle, Dans Les Essais, Montaigne fait le projet de se peindre lui-même dans l'intention de mieux se connaître.

Au XVIIème siècle, le genre autobiographique n'est pas représenté car les écrivains classiques s'interdissent de parler d'eux-mêmes : "Le moi est haïssable" (Blaise Pascal).

A partir du XVIIIème siècle, les mentalités changent : l'individu triomphe comme une valeur nouvelle. Dans ses Confessions, Jean-Jacques Rousseau dit être le fondateur de l'autobiographie, alors que Saint-Augustin l'avait précédé. Dans son livre, il promet de livrer tous les aspects de son existence.

Le XIXème siècle est caractérisé par l'essor de l'individualisme romantique. Chateaubriand, Stendhal ou encore George Sand retracent l'histoire de leur vie selon de intentions assez différentes : faire partager leur expérience, se situer dans l'Histoire, exalter les valeurs personnelles...

Au XXème siècle, de plus en plus d'écrivains écrivent leur autobiographie, tandis que Freud considère que l'on ne peut pas se connaître soi-même et que André Gide pose le problème de la sincérité.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 3 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide