Qu’est-ce que le pacte autobiographique ?

En littérature, l’autobiographie est un genre narratif qui peut être appliqué à plusieurs genres littéraires (genre narratif, épistolaire, etc). Il permet de parler de soi et de son histoire.

Mais comment savoir si l’auteur est sincère et raconte la vérité ?

Pourquoi un pacte autobiographique ? Le pacte autobiographie est une sorte de contrat imaginaire entre l'auteur et le lecteur.

Dans son ouvrage intitulé « Le Pacte autobiographique », Philippe Lejeune introduit donc en 1975 cette notion de pacte autobiographique. Selon lui, les auteurs réalisent un pacte avec les lecteurs en choisissant d’écrire une autobiographie. Écrit noir sur blanc, ou bien de manière implicite, l’auteur doit donc respecter cette confiance en écrivant uniquement la vérité, même les parties les moins flatteuses.

En échange, le pacte autobiographique implique que le lecteur ait un jugement honnête et équitable devant les révélations de l’auteur.

Complètement opposé à la fiction, le pacte autobiographique permet au lecteur de croire à ce qu’il va lire. Dans la fiction, le pacte est tout autre. L’auteur demande à ses lecteurs de jouer le jeu et de faire semblant. Le lecteur sait qu’il est devant une histoire inventée.

Dans l’autobiographie, l’auteur raconte une vérité. Celle-ci dépend de l’auteur bien sûr. Il ne s’agit pas de LA vérité mais de ce que l’auteur croit vrai. Les lecteurs peuvent donc y croire mais aussi se faire leur propre opinion sur les révélations de l’auteur qui doit être sincère.

-Le pacte autobiographique peut être explicite (l'auteur présente son projet dès le début de l'oeuvre) ou implicite (la date de naissance et le nom du narrateur personnage correspondent à ceux de l'auteur).

Un petit exemple: Dans La Gloire de mon Père, Marcel Pagnol noue ce pacte:

  "Ce qui m'effraie, ce n'est point tant le choix des mots ou des tournures, ni les suntilités grammaticales - qui sont, finalement, à la portée de tout le monde: mais c'est la position du romancier, et celle, plus dangeureuse encore, du mémorialiste.

  Il est bien difficile de parler de soi: tout le mal qu'un auteur dira de lui-même, nous le croyons de fort bon coeur; tout le bien nous ne l'admettons que preuves en main, et nous regrettons qu'il n'ait pas laissé ce soin à d'autres.

  Dans ces Souvenirs, je ne dirai de moi ni mal ni bien; ce n'est pas de moi que je parle, mais de l'enfant que je ne suis plus. C'est un petit personnage que j'ai connu et qui s'est fondu dans l'air du temps, à la manière des moineaux qui disparaissent sans laisser de  squelette. D'ailleurs, il n'est pas le sujet de ce livre, mais le témoin de très petits événements.

  Cependant, c'est moi qui vais rédiger son récit. Il est bien imprudent, vers la soixantaine, de changer de métier.

  [...] Par ma seule façon d'écrire, je vais me dévoiler tout entier, et si je ne suis pas sincère - c'est-à-dire sans aucune pudeur - j'aurais perdu mon temps à gâcher du papier.

    [...] Ce n'est qu'un témoignage sur une époque disparue, et une petite chanson de piété filiale, qui passera peut-être aujourd'hui pour une grande nouveauté."

Récit autobiographique : définition et histoire

A quoi sert une autobiographie en littérature ? Comment écrire son histoire ?

Toujours selon Philippe Lejeune, l’autobiographie est ainsi définie :

« Le récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité. »

Il s’agit alors de raconter sa vie, ou un passage comme une histoire. Dans une autobiographie, la narrateur est la même personne que l’auteur, mais aussi la même personne que le personnage. Tous les acteurs du livre ne font qu’un.

Plusieurs caractéristiques doivent donc être respectées pour réaliser une autobiographie. La première consiste à parler à la première personne. L’emploi du « je » implique donc que l’auteur parler de lui-même et ne prête pas à confusion.

Pourtant, certains auteurs et certains passages de livres sont écrits à la seconde ou troisième personne. Cette utilisation permet le plus souvent de marquer une séparation temporelle ou un changement de pensée. Cela peut par exemple être le cas d’un auteur qui parler de son enfance en disant « il » pour parler de l’enfant qu’il était. C’est notamment le cas dans le livre d’Alain Bosquet :  « L'Enfant que tu étais ».

Les temps utilisés dans le récit autobiographique est le présent, le passé-composé et l’imparfait. Le passé-simple est aujourd’hui très rarement employé. Ce temps est plutôt destiné à la fiction.

Le récit autobiographique induit souvent de raconter sa vie de manière chronologique, de l’enfance à l’âge adulte. Le récit suit alors toute une série de péripéties jusqu’à arriver au moment présent. Mais, encore une fois, certains auteurs décident de mélanger les anecdotes afin de déconstruire le schéma habituel et pour mieux coller aux souvenirs qui leurs viennent en tête.

L’autobiographie est largement représentée dans l’histoire de littéraire. On peut retrouver des écrits de type autobiographiques très loin dans l’histoire avec notamment :

  • Confessions de saint Augustin (397-401),
  • Confessions de Rousseau, (1782, 1789, 1813),
  • Essais de Montaigne (1580, 1588 et, posth., 1595).

Montaigne disait alors :

« Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre ».

Cependant, les Essais de Montaigne relève parfois plus de l’autoportrait que du récit autobiographique. Dans l’autoportrait, l’auteur cherche plus à s’analyser qu’à raconter son histoire.

Le récit autobiographique permet aussi parfois de raconter l’Histoire comme ce fut le cas du livre « Les Mémoires d'outre-tombe » de Chateaubriand écrit durant toute la première moitié du 19ème siècle. L’écrivain utilise son histoire personnelle pour évoquer l’histoire de ses contemporains et de son époque.

D’autres œuvres encore ont marqué l’histoire de l’autobiographie :

  • La Vie de Henry Brulard (écrit en 1835-1836, posth., 1890) de Stendhal,
  • L'Histoire de ma vie (1854-1855) de Georges Sand,
  • Si le grain ne meurt (1920-1924) d'André Gide,
  • Les Mots (1964) de Jean-Paul Sartre,
  • Enfance (1983) de Nathalie Sarraute.

L’autobiographie : le problème de la sincérité

Le pacte autobiographique assure au lecteur que l’auteur raconte son histoire avec sincérité, mais cela n’assure pas l’histoire réelle. Autrement dit, l’auteur peut avoir oublié quelques parties de son histoire et ne raconte que ce dont il se souvient.

Il faut donc bien comprendre que le pacte autobiographique implique la bonne volonté de l’auteur et non la véracité historique. L’auteur doit donc expliquer son histoire avec sincérité et selon ses souvenirs mais la mémoire peut faire défaut et tout n’est pas toujours raconté, et surtout, pas toujours dans le bon ordre. Il s’agit donc bien d’un récit subjectif. Le choix de la structure du récit dépend aussi de l’auteur.

De plus, les ressentis de l’époque ne sont parfois plus les mêmes au moment de l’écriture du récit. La personnalité de l’auteur peut avoir changé. De nombreux éléments viennent donc perturber l’histoire initiale.

Comment savoir si l'autobiographie est réelle ? L'auteur n'a parfois qu'une partie de l'histoire, il s'agit de sa vérité personnelle.

Quel est le but du projet autobiographique ?

L’autobiographie a un objectif évident : raconter son histoire, sa vie. Elle permet de faire le point sur tout ce que l’on a vécu et de partager ses expériences avec ses lecteurs. Mais le récit autobiographique ne s’arrête pas là. Parler de sa vie est aussi une manière d’expliquer des choix (choix politiques, chois professionnels, choix de vie, etc), tout comme un témoignage. Il peut alors servir à d’autres personnes et ouvrir les esprits en proposant d’autres manières de voir ou de penser.

Le projet autobiographique peut aussi raconter l’Histoire d’une époque en évoquant des rencontres ou des événements historiques vécus par l’auteur.

Le projet autobiographique peut se présenter sous différentes formes.

L’autobiographie reprend les codes du roman mais dans lequel tout est vrai. Il s’agit pourtant bien de raconter sont histoire dans l’ordre chronologique.

Le projet autobiographique peut aussi être présenté sous la forme d’un journal. Dans ce cas, l’auteur raconte ce qu’il a vécu, jour après jour, en précisant la date. Dans le cas du journal, le temps utilisé est souvent le présent.

Les mémoires sont aussi une forme de projet autobiographique. Dans ce cas, l’auteur raconte son histoire selon ses souvenirs. Il s’agit plutôt de faire le bilan de sa vie, de ce que l’on a vécu et de raconter les grands événements historiques de ce que l’on a vécu. L’un des exemples les plus connus récemment est le livre « Les Chemins de la victoire 1926-1959 » de Fidel Castro. Dans l’introduction du livre, l’auteur explique clairement raconter sa vie, ce qui implique de nombreux événements historiques :

« J’y inclus une petite autobiographie des premières années de ma vie sans laquelle on ne comprendrait pas le sens de ce livre. Elle explique ce qui m’a mené à la révolution et à la lutte armée dans les montagnes de la Sierra Maestra.

Je suis né le 13 octobre 1926. À vingt-quatre ans, j’obtenais mon diplôme de droit à l’université de La Havane. Trois ans plus tard seulement, je menais l’attaque de la caserne de Moncada à Santiago de Cuba. Ce fut notre premier affrontement militaire. »

Comment écrire une biographie ? L'autobiographie peut s'écrire sous différentes formes.

D’autres autobiographies peuvent prendre la forme de romans. Dans ce cas, l’auteur choisit un personnage autre que lui, mais l’ensemble des événements racontés sont clairement des histoires de sa propre vie. C’est le cas notamment d’Amélie Notomb dans son livre « Stupeur et tremblements » publié en 1999.

D’autres formes peuvent sortir du projet autobiographique mais son un peu moins évidentes et utilisées. Les voici résumées dans un tableau :

GenreCaractéristique
La correspondance
Procédé qui vise à montrer ses sentiments et ses émotions tout en racontant sa vie au destinataire.
Le récit de vieUne personne raconte sa vie à un auteur qui se charge d'écrire le texte.
Les interview / entretiensUne personne raconte sa vie via des questions précises.
La nouvelleMélange de fiction et de réel (le pacte autobiographique est alors rompu)
La BDRécits autobiographiques dessinés

Chaque auteur décide alors de la meilleure forme pour raconter sa vie selon son histoire et son envie. Cependant, les auteurs doivent être clairs dès le début sur leur intention d'écriture et ainsi sur le pacte autobiographique passé avec le lecteur.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,22/5 - 9 vote(s)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.