Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Peut-on apprendre la théorie musicale rapidement ?

De Avner, publié le 10/07/2018 Blog > Musique > Piano > Piano : Combien de Temps pour Apprendre le Solfège ?

« Apprendre un nouveau solfège par des écoutes systématiques d’objets sonores de toute espèce », Pierre Schaeffer La Musique concrète (1967)

Il fait peur, il désespère, il impose, il contraint, il excite la curiosité, il étonne, il intrigue, il ordonne, il détermine, il exige… On parle bien évidemment du solfège pour apprendre à jouer du piano.

Selon le site d’études statistiques Statista, un quart des Français savent faire de la musique, et 60 % d’entre-eux pratiquent le piano.

Pour bien progresser au piano, il faut maîtriser les doigtés, déchiffrer et lire les notes de musique, or cet apprentissage requiert beaucoup de temps.

Dans cet article, nous nous penchons sur ce pilier de l’apprentissage du piano : combien de temps faut-il pour apprendre le solfège en cour de piano ?

Qu’est-ce que le solfège ?

Avant toute chose, il incombe de définir ce qu’est le solfège et de le situer dans le temps.

Le mot solfège est employé dans un sens dual : dans une première acception, il désigne l’ensemble des connaissances nécessaires à la lecture et à la réalisation sonore des signes musicaux.

Apprendre à lire les notes en cours de piano : la base pour devenir pianiste. On passe maintenant au solfège. « Oh non… »

Dans une seconde acception, cela regroupe les ouvrages spécialisés destinés à l’acquisition de ces connaissances.

Le solfège stimule l’oreille musicale, l’audition et la lecture de notes de musique. Le monde de la musique emploie huit notes : do, ré, mi, fa, sol, la, si et do (de l’octave supérieure).

D’abord, l’apprenant va se familiariser avec les notes de l’écriture musicale : ces exercices pratiques pour repérer les notes est assez simple. On lit à voix haute chacune des notes, ce qui permet de les mémoriser.

Ensuite, il importe de « monter en gamme » : on apprend l’armure, c’est-à-dire l’ensemble des altérations (dièses ou bémols) qui s’appliquent à une tonalité donnée : pour chaque note (do, ré, mi, etc.), s’applique en effet un demi-ton plus grave (bémol) ou un demi-ton plus aigu, que l’on appelle dièse.

Par exemple, si l’on étudie la gamme de ré majeur, on constate que celle-ci contiendra deux altérations : ré, mi, fa #, sol, la, si, do #.

Inversement, la gamme de do majeur – servant à jouer l’accord parfait de do – ne contient aucun dièse ni bémol : il n’y a pas d’altération et c’est la gamme la plus facile à apprendre car on ne joue que les touches blanches.

Alors comment savoir si une gamme majeure comporte un ou plusieurs dièses « à la clé » ?

Il suffit de mémoriser l’armature d’une gamme majeure, déclinée comme suit, entre chaque touche du piano : 1 ton – 1 ton – 1/2 ton – 1 ton – 1 ton – 1 ton – 1/2 ton (il y a un demi-ton par touche).

Il faut apprendre qu’à chaque changement de tonalité, s’applique l’altération : sur une gamme de ré majeur, on joue donc un fa # après le mi pour qu’il y ait bien un ton sur la troisième note de la gamme (la tierce).

Cette note appelée « tierce » sert à marquer l’identité de l’accord : joué un demi-ton plus grave, ce sera un accord mineur mais joué un demi-ton plus aigu, ce sera un accord majeur.

Bien entendu, un parfait néophyte sera incapable de comprendre cet aparté théorique, qui nécessite d’avoir déjà quelques notions de solfège, mais nous l’évoquons pour illustrer le fait qu’apprendre le solfège, sert majoritairement à pouvoir jouer et composer sa musique.

Enfin, l’armure signifie donc le nombre de dièses ou de bémols qu’il faut jouer pour conserver la structure de la gamme majeure dans une tonalité donnée.

Pour bien comprendre, voici un cours de solfège en ligne très complet et rédigé avec pédagogie : l’armure en solfège.

Une petite histoire du solfège

Inexistant avant le Moyen-âge, l’absence codification universelle de la musique donnait lieu à de nombreuses approximations de la part des musiciens, des professeurs de musique.

Et la musique était peu accessible, réservée à une élite riche et lettrée.

Le solfège, une branche relativement récente du cours de piano. Pensez-vous que les troubadours de Carcassonne apprenaient à lire une partition avant de jouer ? Assurément, non !

On usait alors du sonomètre, ou monocorde de Pythagore, pour accorder ses instruments de musique : un instrument doté d’une seule corde permettant sous l’Antiquité de déterminer les intervalles de notes.

Ce n’est qu’au 13ème siècle que le moine italien Guido D’Arezzo met au point un système simplifié, codifié pour apprendre la musique et apprendre le piano.

Cette première codification fut inspirée d’un poème grégorien – cette invention a très vite évolué -, écrit au 8ème siècle, et qui était chanté avec un demi-ton différent à chaque vers.

Guido d’Arezzo décida d’employer la première syllabe du premier mot de chacun des vers pour donner un nom aux notes : ainsi naquit le nom des notes et la théorie de la musique.

Par petits bouts, les compositeurs comme Bononcini ont ajouté leur pierre à l’édifice musical avec notamment la popularisation de la portée, de la main guidonienne ou en transformant la note UT en DO.

L’enseignement du solfège existe dans les conservatoires de France depuis 1669.

C’est Louis XIV (1638-1715) qui créa l’Académie Royale de Musique, une institution élitiste où l’enseignement musical était destiné aux nobles et aux religieux.

Au 20ème siècle, le solfège fut simplifié et s’imposa naturellement comme la référence universelle de codification de la musique et le système d’apprentissage de la musique le plus abouti et le plus perfectionné.

Aujourd’hui plus que remis en cause au profit d’autres méthodes d’apprentissage par les musiciens, les pianistes et les guitaristes entres autres, le solfège perd de sa splendeur.

Poussé par la productivité, les nouveaux médias et le numérique, la notion de temps est la valeur la plus précieuse dans notre époque contemporaine pour la plupart d’entre nous.

Vous cherchez des cours de piano débutant ?

Pourquoi apprendre le solfège ?

Quel est le meilleur conseil que l’on peut donner à un pianiste débutant ? Écrire les notes de musique en les disant à haute voix est un très bon exercice de mémorisation.

Apprendre la théorie musicale en cours de solfège ou en autodidacte n’a jamais tué personne !

D’autant plus que cela permettra d’apprendre à lire une partition ou des tablatures pour être autonome devant un morceau de musique.

L’interprétation et l’improvisation étant les meilleurs langages corporels de la créativité, cela sert également à charmer le sexe opposé…

Précisons d’emblée que de nombreux musiciens de renommée internationale n’ont jamais pris des cours de solfège. C’est le cas par exemple de jazzmen tels que Django Reinhardt ou Biréli Lagrène.

Toutefois, c’est une notion qu’il est important de prendre en compte car le solfège traîne derrière lui une mauvaise réputation qui lui nuit depuis plusieurs années.

Et apprendre à lire le solfège est un excellent moyen de comprendre et de se former à la musique.

On pense souvent que l’aspect théorique, conventionnel voire scolaire dégoûte l’apprenant du cours de musique :

  • Arrêt et découragement de l’apprentissage d’un instrument de musique,
  • Désaffection pour le conservatoire, les cours de musique et les cour de piano, pour les cours particuliers de musique par peur d’avoir affaire au solfège et à ses grandes notes,
  • Perdre la capacité créative et le talent.

Alors disons-le une fois pour toutes, développer sa compréhension de la théorie musicale est une aubaine pour ceux qui n’ont pas de prédispositions musicales comme pour ceux qui ont de l’expérience, afin d’ouvrir leurs sens aux possibilités qui leur sont offertes.

Pour les pianistes avérés, ceux qui n’ont pas peur de se lancer dans un solo de jazz, le solfège offre une autonomie qui leur permettra d’être plus libres dans la création, l’exécution et l’enregistrement studio de leur musique.

En effet, cette théorie musicale s’impose ; c’est comme maîtriser une langue étrangère, on a beau la parler couramment à l’oral, sans la connaissance parfaite des règles de grammaire ou de conjugaison, il va être difficile d’aller plus loin.

En apprenant à lire la musique, on apprend à comprendre :

  • La clé de sol,
  • La clé de fa,
  • La notation musicale : do majeur, dièse, bémol, silence, noire, blanche, croches, etc.

En musique on tirera les mêmes conclusions : sans perfectionner son solfège, certains concepts musicaux resteront bien compliqués à comprendre voire incompréhensibles pour les pianistes.

Le niveau de piano en restera par conséquent bloqué à un plafond de verre.

Conseillé, recommandé voire indispensable, si le solfège est un calvaire dans lequel on ne veut pas se laisser entraîner, alors on peut au moins prendre des cours de théorie musicale appliqués au piano.

Suivre une formation musicale de ce genre sera un bon moyen d’allier sa passion tout en comprenant un tant soit peu ce système de notation écrit particulièrement vaste et complexe.

De la même façon, être en mesure d’associer les symboles, pour identifier les hauteurs et les durées d’un son, ainsi que les nuances et les tons peut se faire sans forcément passer par le solfège.

Par surcroît, on peut également donner des cours de piano à un niveau débutant sans passer par le solfège.

« Récemment, j’ai appris à jouer le Prélude de J.S. Bach à une débutante. Cette personne, même si la compréhension de la musique nuit à son interprétation (les nuances, la sensibilité, le tempo), a réussi à jouer les notes du morceau sans se compliquer la vie à apprendre le solfège. »

Lire les notes pour jouer du piano

Comment ne pas prendre de mauvaises habitudes ou de mauvais réflexes au piano ? Il est important de toujours anticiper la note suivante lorsqu’on joue au piano.

Cela paraît évident et pourtant, bien que ce soit un passage obligé, beaucoup de musiciens de niveau débutant, de niveau intermédiaire voire avancé négligent l’apprentissage des notes.

Malheureusement pour eux, et heureusement pour vous, nous savons d’ores et déjà que le solfège rattrape tous les musiciens un jour ou l’autre.

Le fait de ne pas pouvoir lire ce qui est écrit sur une portée ou encore reconnaître la position d’une note est préjudiciable. Surtout si l’on essaye de jouer du piano.

C’est pourquoi lorsque j’aborde un morceau de piano avec un débutant, je donne toujours une petite dictée de notes informelle et improvisée : par exemple, en proposant des exercices de lecture des notes (où est le sol ? Où se trouve le do, le mi, le ré ?)

Cela s’appelle enseigner les notions d’intervalles entre les notes : chaque intervalle représente un demi-ton, de sorte que le saut d’une ligne à l’autre correspond à un ton.

Prêt à donner de votre temps, de votre patience et de votre énergie ?

Parce qu’il est important de savoir lire les notes pour devenir pianiste, découvrons ce qu’il faut faire pour apprendre à lire les notes :

  • Répéter ses exercices de solfège régulièrement et par courte durée. (De 5 à 20 minutes par jour),
  • Accorder une entière attention à la lecture des notes,
  • Réduire la vitesse de la lecture. Il n’est pas question d’impressionner qui que ce soit mais de retenir ce qu’on lit. Brûler les étapes pourrait inciter à prendre de mauvaises habitudes et à faire des erreurs. On utilisera donc un métronome,
  • Accélérer progressivement la vitesse d’apprentissage des notes en augmentant les octaves (Do, Ré, Mi) ainsi que la difficulté,
  • Sélectionner précautionneusement ses partitions. Rien ne sert de choisir des partitions qui regroupent plusieurs dizaines de mesures lorsque l’on débute. Aussi, faut-il choisir des partitions issues de musiques qui nous plaisent, après tout la musique c’est aussi ça : susciter le plaisir d’apprendre.

Travaillez sur les lacunes. Avancer pas à pas, en reprenant les notes qui posent problème pour mieux les comprendre et les assimiler.

Alterner l’apprentissage des clés : la clé de sol et la clé de fa doivent être apprises chacune à leur tour, de la même manière que l’on apprend d’abord la main gauche, puis la main droite lorsque l’on se lance dans le déchiffrage d’une partition.

Cela sert à dissocier et coordonner les mains, qui ont tendance à reproduire symétriquement les mêmes notes au début.

Écouter ensuite les retours avisés.

Que ce soit ceux des professeurs de musique, d’autres musiciens voire de vos amis, il est parfois nécessaire de se faire corriger.

Apprendre le solfège, c’est aussi apprendre les rythmes

Il est nécessaire d'effectuer des exercices de lecture aux débuts de la pratique du piano. Re-travailler une lecture de notes après l’avoir étudiée et réussie est une bonne méthode pour la mémoriser.

Comment parler de musique sans évoquer le rythme, le groove, la musicalité ?

On peut l’appeler comme cela nous chante, le rythme assure le bien-être de la musique, il est le cœur et le moteur d’un morceau.

Des stars reconnues mondialement comme Michael Jackson, Stevie Wonder ou, dans une moindre mesure Bruno Mars, ont souvent fait la différence par le rythme de leur musique.

Lent, rapide, régulier ou irrégulier, le rythme a ses raisons musicales que la raison ne connaît pas.

Qu’il nous susurre, nous parle ou nous crie à l’oreille, le rythme est une notion que tout musicien doit être en mesure de prendre en compte pour s’adapter ou encore pour l’avoir dans la peau.

Chaque partition, en plus des notes, possède en son sein des indications qui évoquent la vitesse :

  • Avec des mots comme par exemple andante, adagio,
  • Avec des nombres pour affiner la précision rythmique (par exemple 60 à la noire = 1 temps par seconde).

Indissociable de l’apprentissage des notes, l’apprentissage des rythmes s’effectue en simultané.

Il faudra compter plusieurs dizaines d’heures avant de parvenir à lire les rythmes d’une partition piano qui vont en se compliquant avec :

  • Les rythmes ternaires,
  • L’exploration des cellules rythmiques fondamentales.

De la même façon un travail, appelé polyrythmie frappée – comprenez l’indépendance des deux mains – est à réaliser.

En effet, le piano est un instrument complexe qui permet de jouer plusieurs éléments, sonorités et musicalités en même temps.

Considérée comme assez facile, la compréhension théorique de la notion se compose comme suit :

  • Être apte à reproduire un rythme en le tapant dans les mains par exemple,
  • Identifier un rythme par la simple écoute de celui-ci.

Enfin, un point important à retenir réside dans le fait qu’il est important d’associer l’aspect théorique des rythmes à un apprentissage pratique afin d’accélérer le déchiffrage sur le clavier pour les futurs pianistes.

Apprendre le solfège : quel temps d’apprentissage ?

En réalité, pour ce qui est du solfège on parlera plus de la notion de tempo, de rythmique et de notes que de temps.

En effet, les solutions miracles des conteurs d’histoires ont le même résultat dans les régimes minceurs que dans la musique : ils ne servent à rien !

Soyez-en sûr, pour apprendre le solfège il faut du temps à consacrer, de la patience, de la rigueur et de la détermination et aussi de l’entraînement régulier.

Il est important d’avoir une pratique musicale quotidienne, à hauteur de quinze à vingt minutes par jour : cela sera bien plus efficient que de pratiquer une séance de révision intensive de deux heures par semaine.

Comme pour les cours de soutien scolaire, le cours de musique nécessite de pratiquer la méthode de la répétition espacée, souvent décrite comme la meilleure technique de mémorisation qui soit.

Quelles que soient les méthodes, du moins à l’heure actuelle, le solfège ne peut s’apprendre en quelques heures comme certaines bannières de publicité cherchent à nous le faire dire.

Apprendre aux enfants le solfège est très délicat. Pourquoi il est important de comprendre le solfège et la musique ?

Affirmer que le solfège peut s’apprendre en un temps réduit ou un temps précis serait ne pas prendre en compte la personnalité musicale de chacun, sa faculté à apprendre et ce serait de plus, mentir outrageusement à nos lecteurs.

Déçus ? Sachez qu’il faudra quelques années avant de pouvoir maîtriser le solfège car c’est une matière qui nécessite un apprentissage continu.

Apprendre le rythme sans percevoir la notion du temps c’est se tirer une balle dans le pied qui appuie sur les pédales du piano.

Il faut comprendre – avant d’aborder chaque nouvelle partition – quelle est la pulsation qui découpe la musique ?

Mettez-vous dans la tête que plus la lecture des notes se fera rapidement et avec justesse, plus on aura l’occasion de se concentrer sur la musique, ses compositions et ses interprétations.

Vous pourrez même trouver des sites internet pour vous apprendre les bases du solfège.

Néanmoins, le temps quotidien que l’on peut réserver au solfège peut-être discuté.

Ainsi, sans trop s’égarer, nous prenons le parti qu’il faut réserver plusieurs dizaines de minutes par jour au solfège, via la répétition espacée, pour améliorer la mémorisation des notes, des rythmes et apprendre à lire le tout sur une partition comme on lit un roman.

Le professeur de musique, en cour de piano, le dira certainement.

Cours de piano : apprendre le solfège en un mois ?

On se répète, l’apprentissage du solfège risque fort bien d’être semblable à emprunter un chemin long et tortueux sur lequel on ne peut entrevoir le prochain carrefour.

Si apprendre comment lire les notes en quelques jours est très facile, on ne peut en revanche comprendre en quelques cours ce qu’est la notion de degré en musique, servant à jouer une note septième ou une neuvième, un accord sixième, etc.

S'entraîner pour repérer les notes comme on lit un roman est important. Dans un mois, je saurai déchiffrer n’importe quel morceau de tout style de musique…Bonne chance !

Dans l’apprentissage du solfège, il y a en réalité plusieurs disciplines que l’on peut dissocier par étapes, pour apprendre doucement et progressivement :

  • Lire les notes,
  • Lire les rythmes,
  • Bien lire notes et rythmes,
  • Apprendre les accords de piano de base,
  • Assimiler la théorie de la musique (noires, croches, double-croches, triolet, etc.).

Pour acquérir la capacité à repérer les notes sur une clé de sol, on fera en cours des exercices de lecture pour mémoriser les notes les plus simples, en répétant à voix haute.

A raison de dix minutes par jour, seulement une semaine suffira même si l’on n’a aucune notion initialement en lecture de notes.

Ensuite, il incombe d’apprendre à lire les rythmes : on pourra jouer un rythme simple en le tapant dans ses mains, par exemple, une mesure de quatre temps à la noire.

Cela fait donc quatre pulsations tapées sur le tempo d’un métronome (si l’on entend le bip du métronome, c’est que l’on n’est pas dans le tempo).

Même les musiciens les plus avertis – on pense aux batteurs professionnels – s’entraînent sur des rythmes simples pour jouer dans le tempo.

En fait, paradoxalement, être « carré » sur un rythme simple (quatre noires), c’est-à-dire rester dans le tempo sans ralentir ni accélérer est un exercice très difficile et nul n’en est exempté.

Pour approfondir, on complexifie un peu ensuite en incorporant des croches dans le tempo : une croche représente la moitié d’une noire, soit un demi-temps.

Puis, des double-croches : quatre par pulsation, et ainsi de suite.

Compter environ huit jours de travail pour apprendre à taper un rythme dans ses mains.

Pour lire les notes et les rythmes, un entraînement plus ardu s’invite : on lit les notes en même temps que l’on bat le rythme dans ses mains (environ 15 jours d’entraînement quotidien).

Conclusion, on peut d’ores et déjà se faire plaisir en un mois pour déchiffrer un morceau et le jouer en rythme.

S’attaquer à certains morceaux simples et passer à la suite : il faudra plusieurs mois d’apprentissage pour dompter les accords de piano et maîtriser la théorie (les gammes, improviser, etc.).

A vos notes, prêt, jouez !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,00 sur 5 pour 8 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar