Les catégories socioprofessionnelles sont des groupements censés présenter une certaine « homogénéité sociale » et faciliter ainsi la compréhension et la modélisation de la société. Elles disposent ainsi de nombreuses applications concrètes afin de mieux connaître la société française (sondages d’opinion) et mieux la transformer. Pourtant la catégorisation en CSP a fait l’objet de nombreuses critiques.

On peut tout d’abord mettre en doute la pertinence de certains rapprochements opérés. Qu’en était il par exemple de l’ « homogénéité sociale » de l’ancienne nomenclature des patrons de l’industrie et du commerce ? Malgré les améliorations introduites en 1982 (Lien), certains regroupements apparaissent discutables. Le groupe des « professions intermédiaires » rassemble par exemple des situations très hétérogènes : instituteurs, assistants sociaux, contremaîtres, etc.

En outre, la classification sous forme de CSP laisse de côté certains facteurs sociaux importants telle que l’origine ethnique, dont l’introduction est fortement discutée (comme en témoigne les polémiques sur les chiffres du chômage). Elle ignore également un autre principe de stratification sociale qui est celui de la « domination symbolique ». Peut-on par exemple penser que tous les « artisans » ou tous les « cadres » se situent au même niveau de l’échelle social ?

A l’inverse, la nomenclature des CSP tend à fonctionner comme un principe de division entre personnes n’appartenant pas à la même catégorie. Pourtant les membres d’un même univers professionnel peuvent, au-delà de leur différence de statut ou de qualification, partager des valeurs communes importantes. C’est par exemple le cas dans le domaine de l’enseignement public où un instituteur a peut-être plus de proximité sociale avec un professeur (considéré comme un cadre) qu’avec un contremaître.

Enfin la catégorisation en termes de CSP s’avère très insuffisante pour comprendre les inégalités de revenus. Comme le souligne Thomas Piketty (L’économie des inégalités), on constate toujours en France une réduction du rapport entre le salaire moyen des cadres et celui des ouvriers, en dépit du fait que l’écart entre les 10% des salariés les mieux payés et les 10% les moins bien payés est globalement stable. Ce paradoxe s’explique par le fait que les effectifs de la CSP des cadres augmentent régulièrement au cours du temps, contrairement aux ouvriers. Ainsi l’évolution du rapport entre les salaires moyens de ces deux groupes est artificiellement tirée vers le bas. « le seule façon d’éviter ce type de biais, conclue T Piketty, est d’étudier des groupes dont les effectifs et la représentativité sociale restent stables au cours du temps »

Mais la critique la plus virulente à l’égard de la notion de CSP est peut-être la critique sociologique constructiviste formulée par Luc Boltanski dans son ouvrage Les cadres. La formation d'un groupe social publié en 1982. Rompant avec les approches essentialistes des groupes sociaux (qui considèrent les faits sociaux comme des donnés), Boltanski retrace le processus socio-historique par lequel la catégorie « cadres » s'est enracinée comme une évidence. Boltanski a alors recours à l'histoire qui va permettre de dé-naturaliser l'existence du groupe « cadres », qui nous paraît si évidente aujourd'hui, et d'appréhender le processus socio-historique de sa naturalisation. Ainsi sans pour autant nier l’existence de cette catégorie, Boltanski montre comment certains individus arrivent à obtenir une existence collective à partir d’un travail de mobilisation : « Je souhaitais donc, dans un travail empirique, développer une position montrant à la fois comment la catégorie des cadres n’était pas une fatalité naturelle, comment elle avait été construite dans l’histoire, sous quels effets événementiels, dans quelles visées, et en même temps, comment lui correspondait une réalité d’un certain type, dont le caractère flou n’empêchait pas qu’elle soit à la fois robuste et efficace ». (Propos de Luc Boltanski recueillis par A.Grelon)

Besoin d'un professeur de SES ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !