En se basant sur notre démocratie actuelle, nous pourrions penser que les pères de ce régime politique de liberté, les grecs, fonctionnaient de la même manière et que chacun était citoyen à part entière. Toutefois, cette conception du statut de citoyen ne partage que son titre avec le véritable citoyen athénien.

Considéré comme un privilège, assez contraignant mais aussi très enviable, le statut de citoyen (πολίτης) fut la norme dans la cité grecque d'Athènes jusqu'à la défaite des athéniens face aux macédoniens d'Alexandre au IVème siècle av. J.-C.

Afin d'être citoyen, il fallait déjà remplir de nombreux critères, ce qui n'était pas donné à tout le monde puisqu'une énorme partie de la population en était exclue. Entre difficulté d'accès, obligations, avantages certains et exclusions, nous avons tenté de vous résumer ce qu'était la citoyenneté à Athènes aux temps d'Hérodote, de Périclès et de Clisthène.

Le statut de citoyen athénien : un privilège qui se mérite

Quelles sont les conditions pour devenir citoyen à Athènes ?
Athènes, berceau de la civilisation occidentale et patrie de la démocratie !

Liste des conditions pour être un citoyen d'Athènes

Le statut de citoyen athénien, prisé pour ses avantages, n'était partagé que par près de 20% de la population seulement en raison des nombreuses conditions qu'elle exigeait.

Nous pouvons résumer la liste de ces conditions à 9 critères essentiels qui furent appliqués aux VIème et Vème siècles av. J.-C. :

  • Être un homme,
  • Être né d'un père citoyen,
  • Être de condition libre (ne pas être un esclave),
  • Être né d'une naissance légitime (les bâtards ne peuvent donc pas prétendre à la citoyenneté),
  • Être inscrit au démote dès 18 ans (une subdivision du dème, une division administrative de la cité),
  • Avoir suivi l'éphébie de 18 à 20 ans (formation militaire et civique),
  • Être majeur (20 ans),
  • Faire partie de la collectivité des citoyens, autrement dit la cité,
  • Faire partie du démos qui fait partie de l'Ecclésia,
  • Adhérer aux droits et devoirs du citoyen (devoir de défense, devoir de participation politique et religieuse).

A noter qu'en 451 av. J.-C., le stratège Périclès modifia la loi afin qu'elle soit plus restrictive : dès lors, il fallait avoir un père citoyen, mais aussi une mère d'une famille citoyenne.

On constate donc qu'il était très difficile d'accéder pleinement au statut de citoyen, ce qui est assez contrastant avec la conception même de la démocratie :

Le principe du gouvernement démocratique, c'est la liberté - Aristote

Cependant, peu ou pas de liberté sans le statut de citoyen !

Où trouver un prof d'histoire ?

Les moyens de perdre la citoyenneté : atimie et ostracisme

Il existait plusieurs manières de perdre le statut de citoyen durement acquis et ce même si le citoyen remplissait toujours tous les critères d'obtention du statut. La perte des droits du citoyen est une punition extrêmement sévère qui n'est utilisée que pour sanctionner dans des cas très particuliers.

Premièrement, il y avait l'atimie (ἡ ἀτιμία), la perte des droits de citoyenneté. Selon la faute, elle était temporaire ou définitive. Les raisons pouvaient être multiples mais étaient généralement d'ordre public bien qu'elles puissent être privées :

  • Spoliation,
  • Manque au devoir de respect/soin aux parents,
  • Violences contre les personnes,
  • Impiété,
  • Fraude,
  • Corruption,
  • Offense aux magistrats,
  • Offense envers la démocratie.

L'athénien frappé d'atimie ne pouvait plus participer à la vie politique : il ne pouvait plus assister à l'Assemblée, ni être Bouleute ou Héliaste. Toutefois, il conservait le droit de transmettre la citoyenneté à sa descendance s'il était marié à une athénienne (il était astos). Si l'atimie concernait une corruption, la descendance devait tout de même rembourser la dette que le père devait à la cité avant de pouvoir prétendre à la citoyenneté.

Le deuxième moyen de perdre la citoyenneté était l'ostracisme (ὁ ὀστρακισμός), une mesure créée par Clisthène. Le terme d'ostracisme, encore existant aujourd'hui, vient de l'ostrakon, un tesson de poterie utilisé dans la vie politique pour "voter".

Une assemblée de citoyens votait afin de bannir un membre de la communauté. Il fallait tout de même que 6000 ostraka (votants) décident de ce bannissement. Cette procédure n'était pas très fréquente mais les citoyens ostracisés n'avaient pas leur mot à dire : exécution immédiate et aucun appel possible.

L'ostracisme se traduisait concrètement par la déchéance des droits de citoyenneté et le bannissement de l'athénien pour une durée de 10 ans ! Le condamné conservait ses droits civils et ses biens, mais il avait dix jours pour plier bagage et quitter la cité. Nous savons par les découvertes archéologiques que le dernier ostracisme eut lieu en 416 av. J.-C.

Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
Chrys & chris
5
5 (124 avis)
Chrys & chris
78€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (12 avis)
Diego
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
150€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rémy
4,8
4,8 (24 avis)
Rémy
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Angelina
5
5 (20 avis)
Angelina
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chemsa
5
5 (14 avis)
Chemsa
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Hugo
5
5 (9 avis)
Hugo
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (13 avis)
Eloïse
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (124 avis)
Chrys & chris
78€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (12 avis)
Diego
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
150€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rémy
4,8
4,8 (24 avis)
Rémy
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Angelina
5
5 (20 avis)
Angelina
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chemsa
5
5 (14 avis)
Chemsa
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Hugo
5
5 (9 avis)
Hugo
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (13 avis)
Eloïse
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Les devoirs de l'athénien envers sa cité

Qui sont les citoyens dans la démocratie athénienne antique ?
Périclès, le plus grand homme d'État athénien, ayant donné son nom au siècle durant lequel il a vécu, rien que ça !

Le statut de citoyen était associé à plusieurs droits et devoirs fondamentaux et inhérents à la démocratie athénienne. Respecter les obligations du citoyen était la condition sine qua none pour conserver son statut.

Comment trouver une leçon d histoire pour progresser ?

La défense de la cité

Sans compter l'éphébie qui relevait concrètement du service militaire pour une durée de 2 ans, le citoyen avait un devoir de conscription qui durait toute sa vie. Défendre la cité était essentiel dans un monde grec divisé et enclin aux attaques de l'Orient, notamment de la Perse.

Les citoyens les plus pauvres étaient assignés aux postes de rameurs pour les trirèmes ou devenaient des fantassins légers lors des batailles terrestres. En somme, ils étaient envoyés au front et prenaient le plus de risques, une peine équivalente à leur contribution (notamment financière) à la cité.

Les citoyens de condition aisée servaient en tant qu'hoplite, un type de fantassin lourdement armé dont l'équipement complet était assez couteux, ce qui explique qu'il était réservé aux riches. Enfin, ceux des citoyens qui étaient les plus riches devenaient des cavaliers ou pouvaient faire office de liturgie militaire, c'est à dire financer la guerre pour ne pas avoir à partir à la guerre.

Les citoyens tombés pour la cité étaient particulièrement honorés et entretenaient l'esprit patriotique d'Athènes. Ils faisaient ensuite l'objet du culte des ancêtres, fondement du fonctionnement religieux athénien.

La participation à la vie politique et religieuse

Si pour nous le statut de citoyen rime avec liberté, l'athénien n'avait pas autant de chance. Tout au long de son existence, il devait consacrer une grande partie de son temps à la vie politique et religieuse de la cité. Il s'agissait bien sûr de participer aux élections, mais le citoyen avait aussi pour devoir de gouverner concrètement la cité.

L'Assemblée du peuple impliquait des réunions 4 fois par mois tandis que le Conseil des Cinq Cents était renouvelé tous les ans. Le citoyen devait aussi consacrer au minimum 1 année de sa vie pour être Bouleute au Bouleutérion. Le citoyen avait donc de nombreux droits politiques mais ils entraînaient nécessairement des contraintes.

La participation poilitique était une obligation mais était également bien vue dans la société athénienne :

"Nous sommes en effet les seuls à penser qu’un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile" - Thucydide

Au niveau religieux, les citoyens athéniens avaient pour obligation de participer aux grandes fêtes de la cité comme les Panathénées, les grands sacrifices ou les fêtes familiales/du dème. Par le biais du démos, le citoyen devait établir le calendrier religieux de la cité, décider des rénovations des temples et édifices ainsi que prendre des décisions sur l'élargissement du culte à une nouvelle divinité par exemple.

De plus, le citoyen peut être amené à exercer des responsabilités religieuses comme prêtre, pouvant être élu ou tiré au sort pour ce rôle. Il pouvait aussi être affecté à la tholos, devenir épistate ou même archonte-roi dans certains cas.

Les privilèges accordés par le statut de citoyen

Quels sont les droits et les devoirs du citoyen athénien ?
"Ce qui donne naissance à la société, c’est l’impuissance où chaque homme se trouve de se suffire à lui-même, et le besoin qu’il éprouve de beaucoup de choses. La multiplicité de ses besoins a réuni dans une même habitation plusieurs hommes en vue de s’entraider : et nous avons donné à cette société le nom d’État" - Platon

Les avantages dans la vie sociale et économique

A côté de toutes ces obligations, le citoyen avait beaucoup de privilèges qui valaient le coup d'avoir des devoirs. Ils concernaient l'ensemble de la vie dans la cité. Le premier était que la cité léguait au citoyen un lot de terre pour qu'il ait accès à la propriété et qu'il puisse la transmettre à sa descendance.

En réalité, seuls les citoyens pouvaient posséder une propriété foncière. Les métèques étaient exclus de ce système. Les citoyens profitaient de ce système pour exploiter leurs terres, car comme dirait Aristote, un peuple citoyen est un peuple d'agriculteurs.

A partir du mandat de stratège de Périclès, le citoyen pouvait percevoir un salaire, le misthos (ὁ μισθός) afin d'encourager les citoyens à participer à la vie politique de la cité. Au départ, il concernait les élections des bouleutes et des héliastes, puis il s'étendit à la participation à l'Assemblée. Grâce à ce système, les institutions démocratiques athéniennes perdurèrent.

Les avantages dans la vie politique et religieuse

Les privilèges conférés aux citoyens athéniens en matière de politique et de religion étaient très conséquents, ce qui explique que les athéniens étaient à ce point attachés à l'idée de citoyenneté.

Les prérogatives politiques du citoyen allaient de paire avec ses devoirs : il obtenait des charges politiques, un rôle dans les décisions et un moyen d'obtenir du pouvoir. Ainsi, les postes les plus recherchés par les citoyens les plus riches étaient les magistratures, du haut desquelles un athénien pouvait exercer une influence sur la cité. Leur rôle était capital pour la bonne marche de la cité d'Athènes :

"La société est bien gouvernée quand les citoyens obéissent aux magistrats, et les magistrats aux lois" - Solon

Ainsi, un citoyen pouvait exercer les charges politiques de juge et de magistrat. Ceci se traduit concrètement par la participation aux jugements au tribunal de l'Héliée. En tant qu'héliaste, le citoyen possédait un pouvoir judiciaire et devenait donc magistrat. Il pouvait également devenir stratège ou archonte et ainsi gagner un pouvoir exécutif.

Le citoyen était également pourvu d'une protection judiciaire. Ainsi, un citoyen ne pouvait pas tuer un autre citoyen sous peine de mort, cependant il pouvait très bien tuer un métèque sans pour autant mettre sa vie en danger : il serait simplement banni, une bien légère punition face à la mort. Encore pire : le citoyen pouvait tuer un esclave et s'en sortir avec une simple amende !

De plus, un citoyen ne pouvait pas être soumis à la torture, contrairement aux métèques et aux esclaves. Enfin, s'il fallait se défendre d'une affaire, seuls les citoyens pouvaient le faire, les autres étant interdits de siéger dans les tribunaux. Ceci représentait donc un avantage certain dans les conflits entre athéniens de statuts différents.

En termes de religion, le citoyen possédait des fonctions liturgiques qui lui donnait le pouvoir d'officier aux rites et célébrations, mais aussi de juger les actes impies dans la cité. Idéal pour se venger d'un concitoyen gênant tout en passant pour le plus pieux des athéniens !

Les limites de la citoyenneté athénienne

Découvrez les conditions pour accéder à la citoyenneté athénienne en Grèce antique !
La société athénienne antique était très inégalitaire : même si le régime démocratique était appréciable, il était imparfait.

Les exclus de la citoyenneté (femmes, métèques, esclaves)

La citoyenneté athénienne, codifiée et limitée pour ne pas gaspiller les privilèges à toutes les classes de la population, excluait de ce fait une très grande partie des athéniens et athéniennes.

Les femmes, les étrangers (ou métèques) et les esclaves étaient de facto exclus du corps civique. Ainsi, on considérait la femme comme mineure toute sa vie, "l'éternelle enfant", soumise à son père avant le mariage, puis à son mari jusqu'à la fin de son existence.

Toutefois, les femmes pouvaient jouer un rôle dans la politique de la cité en participant aux manifestations religieuses et politiques. De plus, grâce à Périclès, elle pouvait transmettre la citoyenneté à sa descendance.

Les métèques (ὁ μέτοικος) ou "celui qui habite avec nous" peuvent s'installer à Athènes, y vivre, y travailler, s'y marier, y faire affaire et même y faire grandir ses enfants. Toutefois, rien de tout cela ne lui donne accès à la citoyenneté. Il n'a pas le droit d'épouser une athénienne, doit payer une taxe spéciale et n'a pas le droit de propriété agricole.

A noter qu'exceptionnellement, les Athéniens pouvaient, par décret, concéder le droit de cité à un étranger. Au contraire, il pouvait être banni de la cité ou vendu comme esclave par une décision de l'Assemblée qui le jugerait trop néfaste à la cité.

Enfin, les esclaves, entre humiliations, châtiments, déshumanisation et autres joies de la période antique, n'avaient évidemment pas le droit d'être citoyens. On peut être réduit en esclavage à la suite d'une condamnation en justice pour dettes ou fraude, ou simplement à la suite d'une mésaventure dans une cité qui n'est pas la nôtre. Ainsi, chacun peut tomber en servitude dans sa vie, faute de chance.

Les esclaves qui étaient affranchis (car heureusement il y en avait) devenaient métèques et non citoyens.

Une citoyenneté exclusive aux riches ?

Il faut bien voir que si l'immense majorité de la population athénienne était exclue de la citoyenneté (40 000 citoyens sur 350 000 habitants), ce n'est pas pour rien : c'est aussi une question de situation sociale et financière.

La citoyenneté offrait une égalité théorique à plusieurs niveaux, mais dans la pratique, chaque habitant d'Athènes ne pouvait pas exercer ses fonctions de citoyen comme il l'entendait. En règle générale, les riches pouvaient se permettre de devenir citoyen, de participer à la politique de la cité et de devenir magistrat, moment à partir duquel ils recevaient leur salaire.

Toutefois, les plus pauvres devaient travailler ! Pas le temps de faire de la politique lorsqu'il faut remplir les réserves de nourriture de la cité. Ainsi, Aristote est un grand idéaliste :

Tous les citoyens doivent être égaux - Aristote

De plus, seuls pouvaient faire carrière en politique les orateurs ayant reçu une éducation coûteuse, ce qui excluait les citoyens les plus démunis. Enfin, nous avons vu précédemment qu'en fonction de leurs revenus, les citoyens pouvaient mourir plus ou moins facilement au combat...

Pour terminer, voici un tableau récapitulatif des droits et devoirs du citoyen :

 PolitiqueReligionArméeAutres
Citoyens les plus pauvresAccès aux assemblées (Boulè, Ecclésia, Héliée), accès au misthos, exclusion systématique du tirage au sort des archontesParticipation aux fêtes de la citéService militaire de 2 ans (en tant qu'éphèbe), assignation aux postes de rameur ou de fantassin légerDroit de propriété et terrain conféré par la cité, possibilité de se défendre ou de poursuivre en justice
Citoyens aisésAccès aux assemblées (Boulè, Ecclésia, Héliée), accès au misthos, accès à presque toutes les magistratures par élection ou tirage au sortParticipation aux fêtes de la citéService militaire de 2 ans (en tant qu'éphèbe), deviennent hoplites (fantassins lourds)Droit de propriété et terrain conféré par la cité, possibilité de se défendre ou de poursuivre en justice
Citoyens les plus richesAccès aux assemblées (Boulè, Ecclésia, Héliée), accès au misthos, accès à toutes les magistratures par élection ou tirage au sort, facilités pour accéder aux magistratures les plus importantes (moyens financiers)Participation aux fêtes de la cité, liturgies religieuses (frais des fêtes religieuses)Service militaire de 2 ans (en tant qu'éphèbe), deviennent cavaliers ou payent une liturgie militaireDroit de propriété et terrain conféré par la cité, possibilité de se défendre ou de poursuivre en justice, meilleurs orateurs car éducation plus coûteuse
Femmes, métèques et esclavesParticipation très limitée aux manifestations politiquesParticipation aux fêtes de la citéMétèques peuvent payer des liturgies ou doivent servir en tant qu'hoplite s'ils sont aisés ; Esclaves doivent servir en tant que servants ou fantassinsTaxe spéciale pour les métèques (xenika)

La citoyenneté à Athènes était donc bien différente de celle que nous connaissons en France aujourd'hui. Elle a cependant posé les bases du régime démocratique participatif et les gages de liberté qu'elle offrait faisait d'elle l'une des meilleures situations de tout le monde grec antique, entre les VIème et Vème siècles av J.-C.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,20 (25 note(s))
Loading...

Mathieu

Animé par la découverte et l'acquisition des connaissances, je suis passionné par les mythes et la culture populaire. J'aime l'écriture, les jeux vidéo et la tartiflette. La dalle angevine me donne soif de savoirs !