Introduction

Comment savoir si la neige est bonne a skier ?
Le ski est un sport qui se pratique à la montagne.

Le ski est un type de locomotion de glisse individuelle. On pratique ce sport à l'aide de patins longs et étroits appelés skis qui sont fixés aux pieds, ainsi qu'un ensemble d'activités sportives essentiellement hivernales. Vulgarisée grâce au ski sur neige, introduit dans les Alpes et d'autres massifs européens à la fin du XIXe siècle, cette pratique est évidemment dépendante de la présence, de la résistance et de l'épaisseur du manteau neigeux, ce qui limite l'activité aux régions montagneuses ou nordiques, ainsi qu'à la saison hivernale, et plus rarement en été, dans les stations d'altitude.

Le ski peut également se pratiquer sur toute surface ayant une tension superficielle élevée, comme l'eau (on parle alors de ski nautique), les rochers tels que le sable ou la pouzzolane, les prairies en pente, ou encore la neige ou la glace artificielle, les aiguilles de pin, ou même les armatures en treillis recouvertes de feuilles ou de textiles synthétiques sur des pistes intérieures.

Avant de devenir un sport de loisir, le ski représentait un mode de transport et un moyen de déplacement, largement utilisé pendant les longs hivers enneigés dans les pays nordiques, les frontières sibériennes et les montagnes d'Asie centrale, sous une forme ressemblant au ski nordique et au ski de fond, tous deux originaires de Scandinavie. Il a également été utilisé comme moyen de transport hivernal dans certaines armées (ski de combat).

Activité récréative à l'origine, le ski alpin, qui consiste à dévaler une série de pentes plus ou moins difficiles, a donné lieu au développement de sites dédiés. En conséquence, le sport de glisse a pris le nom de "ski alpin" en Europe, et des domaines skiables et des centres de sports d'hiver ont été créés dans des zones jugées propices à une expérience de ski récréatif grâce à des travaux tels que des terrasses, des ascenseurs mécaniques, des canons à neige, des travaux de neige, etc., générant une industrie touristique non négligeable, en particulier dans les Alpes.

Le développement de sports plus orientés vers la nature, comme les nombreuses disciplines du ski nordique, a été favorisé par la pratique du ski sur des terrains à faible difficulté. Bien que les termes "ski" et "ski alpin" soient utilisés de manière interchangeable, les compétences et le matériel utilisés dans ces deux sports sont très différents.

Il existe également d'autres techniques de ski nordique de randonnée et de descente qui portent le nom de villes ou de régions norvégiennes : télémark, christiania, etc.

Les meilleurs Coachs Sportifs disponibles
Louis
5
5 (418 avis)
Louis
100€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fanny
5
5 (30 avis)
Fanny
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (23 avis)
Thomas
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Moussa
4,9
4,9 (51 avis)
Moussa
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Federico
5
5 (20 avis)
Federico
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Nicolas
5
5 (75 avis)
Nicolas
80€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rachid
5
5 (60 avis)
Rachid
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alina
5
5 (28 avis)
Alina
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Louis
5
5 (418 avis)
Louis
100€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fanny
5
5 (30 avis)
Fanny
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (23 avis)
Thomas
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Moussa
4,9
4,9 (51 avis)
Moussa
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Federico
5
5 (20 avis)
Federico
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Nicolas
5
5 (75 avis)
Nicolas
80€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rachid
5
5 (60 avis)
Rachid
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alina
5
5 (28 avis)
Alina
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Les origines du ski tel que nous le connaissons

Comment fabriquer un ski ?
Les skis et les traîneaux ont des structures très proches.

Les origines de ce sport se localisent très probablement dans la Baltique, dans la région qui comprend l'actuelle Estonie et la zone voisine de la Russie. Les restes des plus anciens skis connus ont été découverts au début des années 1960 par l'archéologue ukrainien Grigori Burov sur le site de Vis 1, à 350 kilomètres à l'est de la chaîne d'Oural et à la latitude du lac Onega. Les vestiges culturels du site sont issus de la culture Kunda, que l'on peut trouver dans l'Estonie moderne. Les fragments concernent deux types de skis appelés "Vis" et "Veretje". Ils sont situés entre 7350 et 7180 avant J.-C. et autour de 6000 avant J.-C.

Les skis et les patins de traîneaux n'ont pas été fabriqués à partir de planches de bois. Ils étaient façonnés à partir d'une pile de factures de bois prédécoupées, selon une méthode séculaire de fabrication des pirogues monoxyles.

Il est très probable que la création des skis ait été inspirée par les patins de traîneaux.

La population culturelle de Kunda avait une double ascendance. Elle était composée de groupes originaires du sud des plaines russes (culture épigravettienne) et d'autres de la région franco-cantabrique (culture magdalénienne). Ces derniers sont arrivés dans les Baltes vers 9000 avant. J.-C. L'un et l'autre avaient suivi le mouvement des rennes hardes provoqué par le changement climatique vers le nord.

Le ski et le peuple saami

Le peuplement de la Finlande et de la future Laponie commence vers 8500 avant J.-C. avec le déploiement au nord de tribus qui donneront finalement naissance au peuple saami8. Ils resteront longtemps isolés car la première immigration non-Saami n'a lieu que vers 4000 avant J.-C. Ces nouveaux arrivants étaient aussi des skieurs. Ils l'appellent probablement suksi en finnois.

L'arrivée du ski en Sibérie

Quelles sont les différences entre le ski de fond et le ski alpin ?
Il peut être très difficile de se déplacer dans une forêt enneigée sans skis.

La présence d'ethnies finno-grecques dans les montagnes Saan10, entre l'Alta et le lac Bakal, suggère fortement que des clans d'origine souche finnoise de l'Oural se sont installés en Sibérie du Nord. Le ski est l'un des arguments en faveur de cette hypothèse puisque les peuples sibériens du groupe linguistique Toungouzo-mandchou utilisent des mots comme souxilla, souxilda, et sokseljta, qui sont assez proches de suksi. Fridtjof Nansen a remarqué ces similitudes et a proposé que le ski ait été très probablement inventé en Sibérie. Les connaissances d'aujourd'hui nous permettent de la rejeter.

Il n'y a pas assez de données pour déterminer avec précision la date d'arrivée du ski en Sibérie méridionale. Elle est peut-être plus ancienne que 5000 ans (l'âge des traîneaux de style européen découverts dans l'est de l'Oural) et certainement plus ancienne que 3300 ans (la fin de la période mésolithique dans cette région).

Quelques gravures évoquant le ski

Les gravures rupestres sont extrêmement différentes et nombreuses en Eurasie et dans le monde. Elles ne peuvent pas être datées directement, et leur âge ne peut être qu'estimé. Tandis que les gravures que l'ont peut trouver en Finno-Scandinavie et en Sibérie sont jugées postérieures à 4000 av. J.-C. et 5000 av. J.-C., respectivement.

En Europe, il existe deux tombes de skieurs en Norvège et trente en Carélie, presque toutes situées sur la rivière Vyg, au sud de la mer Blanche. Les skieurs sont le plus souvent représentés avec un arc et, en groupe, avec un bâton. Ils se comptent par dizaines dans le sud-ouest de la Sibérie. Comme tous les personnages sont des archers, la renne est fréquemment poursuivie.

La présence de fossiles de ski

Les plus anciennes découvertes après celles de Vis datent de 5000 ans. Il s'agit des stations de ski de Salla (Finlande), Drevja (Norvège) et Kalvträsk (Suède). Le ski de Kalvträsk se distingue par un système d'attache verticale à quatre perches qui est toujours utilisé en Sibérie. Les deux autres ont des percages transversaux pour empêcher l'attache de frotter sur la neige. Depuis l'an 1000 de notre ère J.-C., tous les skis ont un socle avec un perçage horizontal, appelé mortaise. Ils témoignent des débuts de l'âge du bronze en Finno-Scandinavie.

La majorité des skis ont été découverts lors des travaux de drainage des marais et des tourbières effectués par les habitants. Une grande partie du matériel date du moyen-âge. Ils ont très probablement été enfouis volontairement derrière la couche de sphaignes flottant à la surface de l'eau. Il y a deux façons d'utiliser le bois : dans le quartier et sur la plage. Des skis en bois étaient utilisés dans toute la ville. De nombreuses rainures stabilisaient les skis formés par l'utilisation de vrilles de bois. D'autres avaient une garniture de peau qui recouvrait la semelle, qui était soit attachée soit cousue à travers le bois.

Les textes parlant du ski

Les premières mentions de skieurs apparaissent dans les annales chinoises du début de notre ère en référence à des tribus nomades évoluant le long de leur frontière nord, les Toungouzes, les Türks et les Mongoles. En Europe, les Saami sont identifiés par Tacite à la même époque que les Fennes (Finnois), mais sans l'utilisation de skis. Ils sont alors connus sous le nom de Phinno (Ptolémée, en 125), Crefennes (Jordanes, en 551), et Skrithiphino (Procope, en 554). Le mot skrit racine signifie "glisse", mais les skis ne sont jamais identifiés. Ils sont mentionnés pour la première fois en 788 par Paul Diacre à propos des Scritobini, qui "chassent en faisant des liens avec des "bouts de bois habituellement recourbés."

Des auteurs écrivant en arabe décrivent l'utilisation de skis et de traîneaux à chiens lors de voyages commerciaux le long des fleuves russes, entre la Baltique et la Méditerranée ou la Caspienne.

Les Européens prennent conscience de la présence des Saamis en 1550, grâce au livre d'Olaus Magnus, un évêque suédois exilé à Rome, puis en 1673, grâce au livre de Johann Scheffer, un intellectuel strasbourgeois exilé en Suède. Le premier skieur européen moyen est le prêtre italien Francesco Negri (1665), tandis que le premier skieur français est Jean-Baptiste de Lesseps (1788), qui fut chargé par La Pérouse de transporter des documents cruciaux du Kamtchatka à Versailles, où il fut reçu sur le terrain par Louis XVI.

Le ski pratiqué par les Scandinaves

La question ne se pose pas pour les Finlandais et tous les autres peuples d'origine finlandaise, qu'ils soient installés dans la Russie d'Europe ou en Sibérie occidentale. Avant de s'installer dans le nord-ouest de la Sibérie, le peuple samoyède savait skier. Le ski saami, quant à lui, a été transmis aux Norvégiens et aux Suédois, qui utilisent traditionnellement des raquettes à neige. Les liaisons sont devenues plus nombreuses et plus anciennes sur toute la côte norvégienne. La diffusion du ski parmi la population scandinave aurait véritablement durant l'âge de Fer.

Le ski pratiqué par les militaires

Gustave Vasa a fondé la première équipe militaire de ski en Suède en 1550, avec un corps de messagers rapides et furtifs. Les soldats à ski servent dans plusieurs conflits en Suède, notamment ceux contre le Danemark, la Norvège et la Russie. Les militaires russes ont commencé à utiliser les skis assez tôt. En 1449, il y a eu une grande expédition contre les tatars qui occupaient la Sibérie occidentale : près de 4000 guerriers à ski embarrèrent d'une quarantaine d'établissements fortifiés.

L'utilité du ski en Sibérie

Entre 1600 et 1700, les nombreux peuples sibériens, qui différaient par la langue et la génétique mais étaient assez semblables dans leur mode de vie, ont été progressivement soumis par les Russes. C'est seulement de cette manière que nous apprenons leur existence. De nombreuses personnes avaient encore l'âge de Pierre. Les skis qu'ils utilisaient étaient presque tous des dérivés du modèle Evenkes, plutôt grands et courts, constitués d'une fine planche de pin renforcée par un cousu de peau à poils longs. L'attache est surtout une lanière qui s'enroule sur l'avant du pied et passe sous le ski avant de remonter à la surface et d'effectuer le circuit des talons. Tout a été conçu pour être réparable à l'aide d'un couteau. Ils sont encore utilisés par les élévateurs et les chasseurs de la Renaissance.

La Norvège : contrée mère du ski moderne

Comment skier correctement ?
Dans certains pays, les enfants font à l'école en pratiquant le ski !

Les Norvégiens sont souvent considérés comme les inventeurs du ski moderne. Compatriotes contemporains des explorateurs Fridtjof Nansen et Roald Amundsen, ils louent le plus national, le roi des sports norvégiens. Plusieurs facteurs contribuent à l'insatisfaction du grand public. En premier lieu, le grand nombre de skieurs, tant urbains que ruraux, a donné lieu à une pléthore d'ateliers spécialisés dans les fabrications artisanales associées à un large éventail de techniques et d'environnements. Selon les sources, une industrie de transformation du bois est née en réponse aux besoins des marchands anglais de Christiania, et face à la crise, elle a absorbé toutes les opportunités de diversification. C'est ainsi qu'en 1886, la première usine de ski est créée dans la capitale norvégienne, suivie d'une course aux brevets technologiques relatifs aux équipements, aux accessoires, ou bâtons, aux chaussures, à l'art du ski à chaud... Troisièmement, si l'intérêt militaire de longue date a stimulé les premières réflexions sur l'équipement et la pratique, le développement des compétitions militaires et civiles favorise l'émulation entre les hommes et les lieux de pratiques diverses. Certains habitants de ce petit pays deviennent les premiers instructeurs internationaux dans les domaines civils et militaires, comme des spécialistes reconnus dans ce domaine. Ainsi, les pistes de compétition, les montagnes de Christiania, et le Télémark donnent leurs noms à des styles de ski.

Bein avant la Belle Époque, il était assez courant de croiser des petits Norvégiens de trois à 4 ans avec des patins aux pieds. En effet, dès le début de leur enfance, ils apprenaient à skier afin de se rendre à l'école durant l'hiver. De plus, les professeur mariaient la pratique éducative du sport avec le ski. En effet : la course, le saut et même la descente rapide demandent aux pratiquant des nombreuses qualité comme la volonté, l'adresse, la prudence ou même l'attention tout en développent la souplesse et l'élasticité de leur corps. Cependant, avec les différents changements économiques de 1880, les adultes commencèrent à apprécier et pratiquer ce sport en tant que loisir afin de profiter d'une union avec la nature et une retombée dans le monde féerique de l'enfance.

Il n'est guère étonnant que le lexique actuel contienne des vestiges du premier laboratoire norvégien. Pète, un mot norvégien qui apparaît pour la première fois dans le Larousse en 1907 avant de donner naissance à des verbes et des substantifs : farter, fartage... Le terme slalom, utilisé en France depuis 1910, désigne l'action de zigzaguer ou, plus exactement, de réaliser une série de virages chronométrés. Son étymologie semble faire référence à ce qui reste à la surface de la neige, c'est-à-dire aux pistes de ski en pente. L'analyse du virage dans une technique donnée révèle des notions techniques induites par le corps de la glisse, notamment l'équipement des pieds et le contrôle des mouvements du corps.

Le virage télémark nécessite une délicate génuflexion afin de pouvoir tourner à droite ou à gauche dans les pentes les plus étroites. Avec un peu de prévoyance, il suffit de fléchir la jambe, en arrière en appliquant le talon, puis de pousser sur le ski posé devant soi, provoquant l'arrachement de la section précédente. Le virage Christiania, plus simple et plus rapide, ne présente pas de torsions potentiellement dangereuses pour les débutants, mais nécessite un matériel de qualité avec de bonnes fixations et des carres. Skis parallèles, alléger l'arrière en répartissant la portée du corps vers l'avant, et provoquer le dérapage des deux skis parallèles en s'efforçant de placer les talons du côté opposé au virage. Le ski alpin s'écarte de la tactique de Christiania en imposant des fixations fortes dès le départ.

Après être devenue un pays indépendant en 1905, la Norvège est déterminée à exporter la technique de ski que ses explorateurs avaient utilisée pour conquérir les pôles, ainsi que le matériel nécessaire. Les premières avalanches du ski scandinave, entre 1908 et 1912, se produisent dans tous les massifs du monde, de l'Atlas algérien au Kilimandjaro, des Cascades à la Sierra Nevada, des Andes à l'Himalaya, de l'Himalaya au Tibet, des montagnes coréennes ou japonaises, aux montagnes australasiennes ou néo-zélandaises. Les stations les mieux équipées font aussi la promotion du bobsleigh. En France, le capitaine Bernard compare les avantages des attachés norvégiens Huitfeldt, Sigurd, et Houm...

Les meilleures sociétés d'importation françaises, comme Koski, dirigée par G. de Coninck à Maisons-Laffitte, ne peuvent revendiquer que des brevets norvégiens. Les fabricants de ski français s'inspirent des Scandinaves, la société Rossignol à Voiron ayant reporté le développement des voiles textiles pour suivre les traces des Scandinaves. Même la mode, alliant luxe et utilité, observe les magasins de sports d'hiver scandinaves et s'inspire de ce domaine d'activité, valorisant la saison avec des pulls roulé-col, des pantalons seyant avec, éventuellement, l'apparition de fuseaux, de molletières, de gants et de bonnets.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Joy

Freelancer et étudiante en Sciences de la Vie et de la Terre, je suis un peu une grande sœur qui épaule et aide les autres pour observer et comprendre le monde qui nous entoure et ses curieux secrets !