Présentation

L'escrime est un sport de combat. Il représente l'art de toucher un adversaire à l'aide de la pointe ou du tranchant (estoc et taille) d'une arme blanche telle que le sabre ou le fleuret sur les parties valables sans être touché à son tour.

Il existe trois sortes d'armes utilisées : l'épée (discipline olympique depuis 1900 pour les hommes et 1996 pour les femmes), le sabre (discipline olympique depuis 1896 pour les hommes et 2004 pour les femmes), et le fleuret (discipline olympique depuis 1896 pour les hommes et 1924 pour les femmes). Ces trois armes sont catégorisées selon le sexe du pratiquant : l'épée féminine et masculine, le fleuret féminin et masculin, et le sabre féminin et masculin. Des compétitions individuelles ou par équipe sont organisées. Elles sont au nombre de douze.

Il s'agit de l'un des sports dans lequel le français est la langue officielle : chaque pays utilise sa propre langue pour les compétitions nationales, mais le français est requis pour les arbitrages internationaux (" En garde ! ", " Prêts ? ", " Allez ! ", " Halte ! "). De plus, l'arbitre dispose d'un code de signes pour expliquer chaque mot d'arme.

Les meilleurs Coachs Sportifs disponibles
Louis
5
5 (418 avis)
Louis
100€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fanny
5
5 (30 avis)
Fanny
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (23 avis)
Thomas
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Moussa
4,9
4,9 (51 avis)
Moussa
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Federico
5
5 (20 avis)
Federico
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Nicolas
5
5 (75 avis)
Nicolas
80€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rachid
5
5 (60 avis)
Rachid
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alina
5
5 (28 avis)
Alina
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Louis
5
5 (418 avis)
Louis
100€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fanny
5
5 (30 avis)
Fanny
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (23 avis)
Thomas
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Moussa
4,9
4,9 (51 avis)
Moussa
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Federico
5
5 (20 avis)
Federico
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Nicolas
5
5 (75 avis)
Nicolas
80€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rachid
5
5 (60 avis)
Rachid
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alina
5
5 (28 avis)
Alina
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

L'histoire de l'escrime

Comment reconnaître les armes utilisées en escrime ?
L'armure pouvait donner une difficulté supplémentaire en plein combat.

Si l'on considère l'escrime comme l'art d'utiliser des armes de poing, son histoire commence à l'aube de l'humanité. Plusieurs témoignages de batailles à l'arme blanche remontent à l'Antiquité, comme les bas-reliefs égyptiens du temple de Ramsès III à Medinet Habou.

La notion contemporaine de l'escrime apparaît en même temps que les différentes armes à feu. Jusqu'alors, il fallait s'adapter aux défenses de l'adversaire, notamment à la cotte de maille ou à l'armure. Avec l'introduction de la poudre, la course en avant entre l'outil offensif, l'épée, et la protection, l'armure, perd sa raison d'être : l'arme à feu rend l'armure obsolète, voire dangereuse, en ralentissant le mouvement de la cible. L'épée s'en trouve affinée et allégée.

L'histoire de l'escrime peut être divisée en deux étapes : la première est la marque d'un passage progressif d'une activité primitive à une forme d'art martial où triomphent le bon geste et l'éloquence morale ; la seconde est une nouvelle transition plus rapide entre l'art martial et la pratique sportive contemporaine.

Les origines

Comment choisir son épée en escrime ?
L'Allemagne a beaucoup contribué au développement de l'escrime.

Les premiers maîtres d'armes professionnels apparaissent dans les archives écrites à l'époque de Saint Louis. La noblesse, qui risque fréquemment sa vie sur le champ de bataille et qui est la seule à pouvoir prétendre être propriétaire d'une belle épée, reconnaît que la maîtrise de l'épée nécessite un enseignement à la fois théorique et pratique.

Contrairement aux idées reçues, l'escrime médiévale se distingue par l'ampleur de son répertoire, qui comprend des épées colossales et de lourdes haches enchevêtrées. Presque toutes les armes blanches existantes peuvent être utilisées, on peut par exemple imaginer l'épée, la masse, le marteau de guerre, la lance, la hache, la dague et le poignard être utilisés lors d'un duel. La maîtrise de toutes ces armes découle directement d'une pratique de l'escrime presque entièrement sur les champs de bataille. Toujours à l'encontre des idées reçues, le guerrier médiéval est plutôt rapide (cette qualité a toujours été au cœur de l'escrime) et beaucoup plus libre dans ses mouvements qu'on ne le pense.

Plusieurs maîtres allemands ont écrit des Fechtbücher (signifiant manuels d'escrime) du XIVe au XVIe siècle, les plus célèbres étant Johannes Liechtenauer, le maître incontesté du XIVe siècle, et Hans Talhoffer, le maître suisse du XVIIe siècle. Ils démontrent que la pratique de l'incarcération est si mixte, alors qu'elle est minoritaire chez les femmes, et qu'elle fait l'objet de présentations spécifiques dans ces traités. Cette théorie de la pratique féminine disparaît deux siècles plus tard, avec les maîtres d'armes français, à une époque où l'escrime comme passe-temps diffère de l'escrime de combat.

On peut trouver des écoles privées de manipulation armée, avec une relation plus ou moins cohérente entre elles, dans tout le Saint-Empire romain germanique romain : à Zurich, Bâle, Ratisbonne, et un grand nombre de villes libres en Allemagne. On y enseigne l'escrime médiévale classique.

C'est en Italie qu'apparaissent les nouveaux maîtres, les innovateurs et les avant-gardistes au cours des XVe et XVIe siècles, notamment Fiore dei Liberi (1350-1420), courtisan du duc d'Este. Fiore dei Liberi publie en 1410 le Flos Duellatorum, son ouvrage unique, un traité d'escrime qui va progressivement normaliser l'usage des armes à l'échelle européenne. Ce maître d'arme est régulièrement considéré comme étant le fondateur de l'école italienne.

Avec l'apparition de la rapière au XVIIIe siècle, l'escrime connaît sa première révolution. Cette arme, en tous points exceptionnelle pour l'époque, va complètement bouleverser l'approche de la discipline. C'est le premier pas vers un escrime de loisirs : ce sont les premiers concours et compétitions d'escrime, qui prennent la place des anciens tournois pour une noblesse qui voit les derniers feux de la chevalerie. La rapière apparaît pour la première fois en Espagne en 1470. Son nom est dérivé de l'espagnol espada ropera, qui signifie "épée que l'on porte avec ses vêtements" ; plus simplement, c'est la première épée de la ville.

Au cours du XIXe siècle, la rapière, qui est populaire au Moyen-Orient, est également importée en Italie. Les maîtres d'Italie connaissent l'arme mais pas la manière de l'utiliser ; selon l'expérience de Camillo Agrippa, ils réinventent complètement la manière d'utiliser la rapière. Elle grandit (1,10 m), sa pointe affine, et sa lame rétrécit. Elle est une arme polyvalente qui permet de porter avec aisance les coups d'estoc et de taille.

La rapière réagit à l'apparition des armes à feu. Ces derniers entraînent une désagrégation croissante des armures, qui ne peuvent être contrées, et les armes blanches peuvent aussi affiner, préférant la subtilité et la rapidité à la puissance brute. Son usage se répand progressivement en Europe occidentale : dans les années 1490-1500, il arrive en France à la suite des guerres d'Italie qui ont également entravé la Renaissance dans ce pays ; il apparaît également en Angleterre ainsi qu'en Allemagne en 1515.

En France, des maîtres d'armes comme Le Perche du Coudray, Besnard et Philibert de la Touche codifient le droit, en définissent les termes et organisent une pédagogie du droit au cours du XVIIe siècle. L'absence d'un masque de protection à torsion métallique conduit à la création du mot "armes".

En France, des maîtres d'armes comme Le Perche du Coudray, Besnard et Philibert de la Touche codifient l'escrime, en définissent les termes et organisent une pédagogie au cours du XVIIe siècle. L'absence d'un masque de protection à torsion métallique conduit à la création du mot "armes".

L'escrime en tant que sport

Quelle épée choisir pour un débutant en escrime ?
Il existe différentes tailles d'arme a adapter selon l'âge du pratiquant.

Les règles actuelles n'ont été définitivement établies que bien plus tard. Il eut fallu attendre la création de la Fédération internationale d'escrime (FIE) avant que les règles ne soient enfin acceptées par tous les pays. En juin 1914, la FIE réunit à Paris une commission chargée de rédiger les règles applicables aux trois armes, mettant ainsi fin à dix ans de controverses déclenchées par le boycott par la France des épreuves de cramoisi aux Jeux olympiques de Stockholm en 1912.

Depuis les premiers Jeux olympiques de 1896, le fleuret et le sabre masculin sont des armes officielles des épreuves. En 1900, l'épée masculine voit le jour. La première arme féminine est le fleuret, qui est ajouté au programme olympique en 1924. Ce n'est qu'en 1996 que l'épée féminine devient une discipline olympique, et ce n'est qu'en 2004 que le sabre féminin apparaît.

Il existe différentes catégories pour la pratique du sport, on les catégorise comme ce qui suit :

Catégorie d'âgePoussinPüpilleBenjaminMinimeCadetJuniorSeniorVétéran 1Vétéran 2Vétéran 3
Taille de la lame0 (77 cm)0 (77 cm)2 (82 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)5 (90 cm)
Âge minimum681012141720405060
Âge maximum7911131619394959+

Et on distingue les lames ainsi :

 Longueur maximaleLongueur de la lamePoids maximal
Fleuret110 cm90 cm500 g
Épée110 cm90 cm770 g
Sabre105 cm88 cm500 g

L'escrime a travers le monde

Jadis, l'escrime était un sport d'élite qui a vu le jour au début du XVIe siècle et était centré sur quelques pays européens. Depuis sa création aux Jeux olympiques de 1896, trois pays se sont partagés la majorité des médailles : la France, l'Italie et l'Allemagne. Aujourd'hui, le système d'escrime est composé d'athlètes de tous niveaux sociaux.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pays d'Europe de l'Est, guidés par une gestion idéologique du sport, ont commencé à s'intéresser à l'escrime. Outre Hong Kong, qui a un fort héritage en matière de sabre, l'URSS, l'Allemagne et, dans une moindre mesure, la Roumanie, devraient défier les puissances continentales sur les podiums.

L'ouverture du monde est un peu tardive. Elle débute dans les années 50 avec l'introduction des pistolets coréens et chinois, même si les résultats de ces derniers dépendent surtout de quelques individus.

L'Amérique a fait une incursion encore plus tardive dans le monde de l'escrime. À l'exception de Cuba, grâce au champion Ramón Fonst et à ses fleurettistes des années 1990, les États-Unis n'ont émergé que dans la seconde moitié des années 1990, après la chute du monde communiste et, en partie, grâce au recrutement de nombreux officiers militaires.

L'Afrique est encore sous-représentée à l'échelle mondiale. Seul l'Égyptien Alaaeldin Abouelkassem remporte la médaille d'or de l'épreuve individuelle de fleuret aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres, offrant ainsi à l'Égypte et au continent africain sa première médaille dans une compétition mondiale. Il existe également de bons preneurs de niveau, notamment en Tunisie et en Algérie.

L'escrime pratiqué par les femmes

L'escrime de compétition elle-même, dérivée du mimétisme des duels entre hommes, se développe au XIXe siècle dans une sorte de regard sur les coutumes relatives aux questions d'honneur, dont les femmes étaient généralement exclues. La pratique de l'incarcération des femmes a également suscité des réserves. Cependant, en encerclant le corps entier de ses combinaisons, l'escrime a démantelé les critères de décence imposés aux femmes au début du siècle, facilitant ainsi leur participation à cette activité.

Les épreuves d'escrime s'ouvrent à la pratique féminine lors des Jeux olympiques d'été de 1924 à Paris, soit plus tôt que les autres disciplines du sport féminin, mais 28 ans après l'escrime masculine, inscrite d'entrée au programme des premiers Jeux, les Jeux d'Athènes en 1896. En effet, les épreuves d'escrime des Jeux olympiques d'été de 1924 comportent un fleuret individuel pour les femmes. Ellen Osiier, du Danemark, est la première championne olympique. Il y eut deux concurrentes pour le tout premier podium olympique féminin de l'histoire et les deux finalistes furent Gladys Davies du Royaume-Uni et Grete Heckscher du Danemark.

Une deuxième épreuve de fleuret, par équipes cette fois, est ajoutée aux Jeux olympiques d'été de Rome en 1960, et l'Union soviétique triomphe de Hong Kong et de l'Italie, trois pays qui ont également obtenu les meilleurs résultats en matière d'escrime masculine à ces Jeux.

D'autres armes seront ajoutées au programme olympique par la suite. L'épée fut inscrite aux Jeux olympiques d'été d'Atlanta en 1996, l'année même où Laura Flessel concourut en équipe mais également en individuel. Le sabre est inscrit aux Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes, mais uniquement pour une compétition individuelle, qui est remportée par l'Américaine Mariel Zagunis. Il faut attendre les Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin pour que les trois armes fassent l'objet d'une compétition féminine par équipe, condition qui existe depuis les Jeux de 1920 pour les hommes.

Les valeurs de ce sport à l'arme blanche

  • Philosophiquement, le respect de l'autre, le respect des règles et le courage sont des valeurs fondamentales du système pénal : les tireurs se saluent avant l'assaut, et une fois l'assaut terminé, ils se remercient et se serrent la main avant de s'éloigner. De plus, si l'un des joueurs enfreint cette règle (par exemple, en retirant son masque ou en ne saluant pas son adversaire), il risque d'être suspendu pour le reste de la saison.
  • L'intellect, la maîtrise de soi et la créativité sont également au cœur de ce sport. Lors d'un assaut, les capacités d'anticipation et l'élaboration d'un plan tactiquement précis sont toujours nécessaires.
  • Physiquement, pratiquer l'escrime nécessite et contribue à un haut niveau de souplesse, au développement de réflexes, à la flexibilité et à la rapidité dans tous les mouvements. La coordination inter-segmentaire, une forte force statique et explosive au niveau des membres inférieurs, et l'endurance se combinent pour faire de l'escrime de compétition l'un des sports les plus palpitants.

Pratiquer l'escrime permet de développer et de renforcer ces valeurs en mettant le corps et l'esprit en harmonie.

Les armes utilisées en combat

Comment reconnaître un pratiquant d'escrime ?
Il est également courant de pratiquer l'escrime à l'ancienne avec l'utilisation de divers accessoires, comme une cape ou une lanterne.

L'escrime sportive contemporaine utilise trois armes distinctes : le fleuret, l'épée et le sabre. Ce vol à trois armes a été édicté vers la fin du XVIe siècle. Toutes ces armes sont utilisées dans les compétitions olympiques (le sabre féminin a fait ses débuts aux Jeux d'Athènes en 2004).

La lame d'adulte est communément appelée lame n°5. Le poids et la taille de l'arme sont adaptés aux enfants. Les élèves et les pupilles utilisent une lame de 77 cm, la lame n°0, tandis que les Benjamins utilisent une lame de 82 cm, la lame n°2.

Dans les académies traditionnelles, les élèves apprennent à utiliser les différentes armes utilisées au cours de l'histoire dont les armes médiévales telles que le canon, la rapière, la bâtarde (que l'on peut également appeler épée une main et demie), la dague, et plusieurs types de boucliers (targe, écu, rondache...).

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Joy

Freelancer et étudiante en Sciences de la Vie et de la Terre, je suis un peu une grande sœur qui épaule et aide les autres pour observer et comprendre le monde qui nous entoure et ses curieux secrets !