→ Croissance des activités sportives depuis 50 ans (pratique culturelle en plein essor).

70 à 80% de taux de pratique déclaré dans les 15 à 75 ans = 38 millions de personnes déclarent faire du sport plus ou moins régulièrement.

Il convient de rappeler que ces chiffres se font sur l’acceptation la plus large possible de la pratique sportive (au cours des 12 derniers mois, avez-vous occasionnellement ….. INSEE).

Avec une définition plus restreinte : un pratique licenciée, compétitive, et en club, on retombe à 12% de la population de référence = 6 millions de personnes.

→ Chiffre intermédiaire : indicateur de fréquence (1 APS au moins 1 fois par semaine) : 60% de la population de référence = 28 millions de pratiquants.

En France, les fédérations sportives sont placées sous la tutelle du ministre chargé des Sports, à l'exception des fédérations et unions sportives scolaires et universitaires qui sont placées sous la tutelle du ministre chargé de l'Education Nationale. Par ailleurs, en termes de popularité, ces enquêtes insistent bien sur les pratiques les plus prisées.

Palmarès qui a peu évolué durant les 20 dernières années.

  • Marche : 20 millions de marcheurs déclarés
  • Natation : 14 millions
  • Vélo : 13 millions

Combo marche, natation, vélo = 30 millions de personnes engagés dans cette multi pratique.

Chiffres assez intéressants parce que cela permet de réévaluer en permanence pour les collectivités territoriales : justifier ou pas les dépenses de l’aménagement du territoire et de l’équipement sportif (parcours santé, pistes cyclables, etc.)

De plus, cela fait ressortir un fort engouement autour des APPN ou plus largement des pratiques en extérieur, en contact avec la nature.

La pratique fédérale

Le nombre de licences tout sport confondu ne cesse de progresser même si il y a quand même une diminution depuis les années 90.

  1. Phase de croissance modeste 60’s
  2. Pic, phase de croissance rapide 70 80
  3. Déclin 90’s

Cela est variable selon les fédérations, mais incontestable si on le regarde dans sa globalité.

Cela s’analyse comme une phase de saturation du marché des pratiques sportives licenciées, autrement dit, compte tenu de l’offre actuelle, la demande effective est quasiment égale à la demande potentielle = saturation.

Depuis plus de 10 ans, cela a mené les fédérations à adopter 2 stratégies de développement pour endiguer cette saturation :

Stratégie de tentative d’extension du marché de la part des fédérations

Avec l’isolement des populations traditionnelles des fédérations qui sont plutôt : profil type traditionnel : homme jeune compétiteur.

L’objectif est de trouver de nouvelles populations susceptibles de pratiquer dans un cadre fédéral, d’où un renouvellement de l’offre tourné vers des publics spécifiques (séniors, femmes, handicapés, très jeunes enfants, etc.).

Opérationnalisation (éveil sportif de plus en plus jeune par un grand nombre de fédérations pour permettre une pratique de plus en plus longue : extrémisation.

Stratégie de tentative de gain de part de marché au détriment des pratiques dites substituables

Quasi stagnation de la demande, bien que chaque fédération ait le monopole de sa discipline, la concurrence inter disciplinaire et inter fédération et donc de manière implicite dans le même domaine de pratique (sports collectifs, sports de raquettes, sports de combat).

Souvent le gain d’un licencié pour une fédération équivaut à la perte d’un licencié pour une autre fédération.

Ceci est relativement visible lorsque les pratiques sont relativement proches et dites substituables. Ajouté à ca, les modalités de pratiques.

Quelles sont les fédérations qui comptent le plus d'adhérents en France ? La fédération la plus puissante économiquement et démographiquement est le football : 2 millions de licences.

Le tennis juste derrière : 1 millions de licenciés

Le judo : 700 000

Stabilité du groupe de tête avec une érosion du football (modèle vicié, et émergence de pratiques)

Forte progression de certaines fédérations : équitation 600 000 / en net recul : pétanque 350 000 qui cède sa place au golf : 400 000

Spécificités territoriales :

  • Bretagne et Corse : la Voile est en seconde position
  • Rhône Alpes : Ski en 3ème position
  • Aquitaine et Midi Pyrénées : rugby en 3ème position
  • Languedoc, PACA, auvergne : pétanque

Financement des fédérations

Au-delà du ralentissement de la croissance du volume de licenciés et de l’augmentation de la concurrence, un autre problème touche les fédérations : celui de leur financement.

Dans la majorité des cas, l’État est très fortement présent.

Ex. 2008 : 60 millions d’euros alloués aux 28 fédérations sportives olympiques. Ce qui a permis à certaines d’entre elles d’assurer l’essentiel de leur budget.

  • 1er constat : malgré leur autonomie proclamée, la plupart des fédérations sont fortement dépendantes de l’Etat. Pourtant l’Etat cherche à se désengager progressivement de la chose sportive, au profit d’un soutient plus localisé passant par les collectivités territoriales
  • 2ème constat : cela montre également qu’en France la pratique d’APS n’est que très rarement payée à son coup réel (cas Français). Autrement dit, sans l’aide des subventions, le prix des licences augmenterait extrêmement fortement, de même que le prix des adhésions au club. La France reste très fortement marquée par l’idée que la pratique sportive est une sorte de service public sans coût, et donc comme un dû qui doit être accessible gratuitement ou presque.

Si on prend les gymnastiques d’entretien, de remise en forme, on peut dissocier 2  associations 80% des pratiquants:

  • FFEPGV Fédération français d’éducation physique =75% (emploi 8000 personnes)
  • FFEPMM Fédération française d’entrainement physique dans le monde moderne (emploi 3500 personnes)

On peut retrouver dans des structures multisports :

  • UFOLEP Union française des œuvres laïques d’éducation physique
  • FSGT Fédération

C’est un secteur en forte croissance : on a quasiment 20% de croissance des licenciés.

→ On a une forte demande.

Quels est le nombre de licences délivrées par des fédérations sportives en France. Le dynamisme de la progression concorde dans l’engouement envers les pratiques de formes remarqué dans les études et enquêtes.

Cela a permis une professionnalisation importante de ce secteur.

La population est sénior (âge moyen 41 ans), rurale (associations de villages), féminin (à 80-90%), pratique relativement régulière (une fois par semaine).

Ces 2 fédérations doivent faire face à 2 changements majeurs :

  • Une modification de leur offre, nécessité d’une modernisation de la pratique (zumba). Diversifier ou élargir leur cible (relation parents bébés pour la motricité dès le plus jeune âge, enfants, et séniors).
  • Elles doivent faire face à l’entrée dans le domaine de la forme d’autres fédérations, comme par exemple la fédération française de gymnastiques qui propose des créneaux pour la gymnastique d’entretien, pour diversifier leur offre ; ou les fédérations de sport de combat (body taekwondo).

On passe ensuite au fitness (wellness) qui se développent dans les 70’s et qui s’intensifie dans les 80’s.

Ce secteur se caractérise par son volume, qui dépasse celui des fédérations aujourd’hui (salles privées), mais également par une offre de services et de produits relativement diversifiée.

En 2010, on recense 3500 salles de sport en France.

C’est un secteur très dynamique, des entreprises ouvrent et ferment fréquemment.

→ Majoritairement positionné en milieu urbain.

On compte en moyenne 700 adhérents par salles.

Cela donne en 2010, quasiment 2 millions de pratiquants dans ces salles privées : plus du double de ce qu’on peut trouver dans les fédérations.

Répertoriées en 2 grands ensembles :

  • 90% des clubs sont des TPE indépendantes, avec leur propre enseigne, et comptant moins de 10 salariés. =70% de la clientèle du secteur.

On a de très petites structures (en fonction de la superficie). 2/3 sont des entreprises individuelles et 1/3 sont des SARL. 90% de ces clubs comptent moins de 500 adhérents. Produits et services peu diversifiés. Ce type de salle a tendance à se localiser dans des quartiers bien spécifiques (campus avec une politique en dessous des autres).

Et une grande majorité sur des SARL.

Elles dépassent les 500 adhérents.

  • 10% Réseau national de franchisés. Minoritaire en termes de volume, représente 25% de la clientèle. Avec une superficie bien supérieure à 1000m², que l’on trouve de plus en plus implantée dans des zones commerciales. Majorité de SARL. 90% de ces clubs ont plus de 500 adhérents, les autres ont en plus de 1500. On est sur 12 salariés en moyenne (8 moniteurs de fitness et 4 personnel autre : accueil, entretien). Produits et services extrêmement diversifiés.

Le véritable enjeu est la diversification

En terme d’offre de produit, on assiste à un première vague de diversification au cours des 80’s avec l’arrivée des premiers cours collectifs de renforcement musculaire et de cardiovasculaire.

C’est aussi le début de la médiatisation de la pratique (Véronique et Davina).

La seconde vague a débuté au début des années 2000 avec la diffusion du concept de bien être : wellness, qui vient des pays anglo-saxons (Nouvelle-Zélande et Australie).

La diffusion du wellness tend à faire éclater les frontières entre différents champs qui étaient jusque là bien distincts : l’amincissement et la diététique, l’esthétique, voir même le paramédical.

La ‘’forme’’ est ainsi en phase de se relier avec un vaste ensemble de pratiques très hétérogènes qui concourent au bien être de l’individu (pratique d’entretien physique, alimentaire, relaxation, etc.).

Du faut de cette évolution de la demande, les grands centres diversifient leurs structures (créations d’instituts de beauté dans les différentes salles). Nécessité d’être en veille permanente pour actualiser (comprendre et intégrer ces nouvelles technologies

Ex. électrostimulation, réalisation de bilans de santé pour un suivi personnalisé, etc.).

Les moniteurs sont amenés à répondre à des questions diététiques (même si ils n’ont pas les compétences).

Un nombre croissant embauche dans des secteurs voisins (balnéothérapie).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 2 votes)
Loading...

Gaspard

Ancien étudiant de STAPS et passionné de Coaching Sportif. Je mets mes cours de sport à votre disposition. N'hésitez pas à me poser des questions en commentaire !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide