Liste des mots et leur définition

*Acide aminé : maillon élémentaire dont sont composées les protéines. Il en existe 20 différents comme la phénylalanine ou la valine ou la méthionine, enchaînés dans les macromolécules biologiques selon un ordre dicté par le gène. Chaque acide aminé possède une fonction « acide » –COOH et une fonction « amine » –NH2. Les acides aminés s’enchaînent par une liaison entre un COOH de l’un et le NH2 du suivant. Cette liaison s’appelle liaison peptidique. Les quatre atomes qui la constituent ( CONH ) sont dans un même plan. Trois nucléotides du gène codent pour un acide aminé précis. Par ex. AAA dans le gène correspondra à la lysine dans la protéine.

*Addition : mutation avec ajout d'un ou plusieurs nucléotides

*ADN : Acide DésoxyriboNucléique. Molécule composée d'acide phosphorique, de désoxyribose et de quatre bases azotées A, T, G et C. C'est une molécule constituant le support de l'information génétique. Elle est universelle (présente chez tous les êtres vivants). Elle a une forme hélicoïdale, et est composée de deux brins complémentaires. Chaque brin est une succession de nucléotides dans un ordre précis. Cet ordre est appelé séquence des nucléotides. Transversalement, deux seuls couples sont possibles : le couple TA et le couple GC.

*Agent mutagène : Tout facteur augmentant la fréquence des mutations est appelé agent mutagène. Parmi eux on peut citer : les UV et les rayons X, les goudrons de la fumée de tabac, l'alcool, le benzène, l'amiante , les rayonnements gamma ou alpha issues de la désintégration de substances radioactives…etc
Outres ces facteurs physiques et chimiques, les virus représentent d’importants facteurs biologiques de mutation.

*Allèle : Chaque gène peut exister sous différentes formes. On appelle allèles les différentes formes que peut prendre un gène. Par exemple : le gène qui détermine la couleur des yeux peut présenter l'allèle bleu, noir…La protéine de pigmentation des yeux est donc toujours synthétisée mais a une forme un peu différente pour chaque allèle. Pour le gène des groupes sanguins, il y  a trois allèles A, B et O.

* Anaphase :  3ème phase de la mitose qui fait suite à la prophase et à la métaphase. En anaphase, le centromère se dédouble (achèvement de la réplication) et les deux chromatides sœurs, identiques génétiquement,  se séparent, tirées par les fibres protéiques du fuseau.

* Anticodon :  triplet de ribonucléotides présent sur l’ARNt. S’il y a complémentarité de l’anti-codon et du codon de l’ARNm, l’acide aminé transporté par l’ARNt est sélectionné et ajouté à la chaîne protéique en cours d’élongation.

* Anticorps :  molécule protéique produite par le système immunitaire, capable de reconnaître, de fixer et de mener à la destruction d'un agent antigénique.

* Antigène  :  molécule susceptible de déclencher une réponse immunitaire. Elle est reconnue comme le « non-soi » par le système de défense de l’identité biologique

*Allèle dominant : Allèle qui s'exprime toujours dans le phénotype d'un organisme lorsqu'il est présent.

* Allèle récessif : Allèle ne s'exprimant dans le phénotype d'un organisme que lorsqu'il est présent en deux exemplaires.

*Apoptose : mort cellulaire. C'est le stade ultime et le pendant  incontournable de la vie cellulaire. La mort cellulaire survient après bon fonctionnement (ex : pour un globule rouge, après 120 jours ; pour un globule blanc, après quelques jours seulement) quand la cellule vieillit, fonctionne mal, a muté ou devient inutile. Elle est parfois même nécessaire au modelé du corps (ex : mort des cellules entre les doigts lors de l'embryogenèse) ou au bon fonctionnement du tissu : ainsi les cellules mortes de l’épiderme protègent les cellules plus profondes.

*Arbre phylogénétique : construction schématique représentant les relations de descendance et de parenté entre les êtres vivants. Cet arbre est basée sur le fait évolutif. Chaque nœud repérsente un ancêtre commun.

*ARN : Acide RiboNucléique. Il en existe trois types : les ARNm (messager) représentent les copies des gènes ; ils sortent du noyau et sont traduits au niveau des ribosomes en protéines. Les ARNr (ribosomiaux) et les ARNt (transfert) participent au bon déroulement de la biosynthèse des protéines. Alors que les ADN sont à double brin, les ARN sont monobrins.

* Back Cross ou croisement en retour : c'est le croisement entre un individu de génotype inconnu et un individu homozygote récessif. La descendance obtenue révèlera les gamètes produites et le génotype de l’individu dont on souhaite connaître le génotype.

* Brassage génétique : c'est la création de nombreuses combinaisons génétiques différentes. On distingue le brassage inter-chromosmique dû à l’ascension aléatoire des chromatides en anaphase de méiose (lors 1ère ou 2ème division) et le brassage intra-chromosomique dû aux crossing-over en prophase de première division de méiose

* Brin : c'est une des deux hélices de l'ADN. L'ADN est composé du brin codant non transcrit (« BNT ») et du brin transcrit (« BT ») non codant. L'ARN naît par complémentarité de bases au niveau du brin transcrit. La séquence est la même que celle du brin non transcrit mais l’uracile U remplace T.

*Biosynthèse des protéines : Production de protéines au niveau des ribosomes, dans le cytoplasme, selon l'ordre du gène. Les acides aminés s'enchaînent en fonction des triplets de nucléotides de l'ARNm. La biosynthèse se fait au niveau du REG pour les protéines destinées à l’exportation et au niveau du cytoplasme pour les protéines qui resteront dans le cytoplasme.

*Cancer : prolifération de cellules agressives qui échappent au contrôle du corps. Les cellules cancéreuses se développent d'abord aux dépens d'un organe particulier puis ont tendance à étendre leur territoire et à se disséminer par des cellules mobiles : les métastases. Les cellules cancéreuses sont le plus souvent mutées une ou plusieurs fois à de multiples endroits du génome et notamment dans des gènes « proto-oncogènes » ou des « anti-oncogènes », impliqués dans la division cellulaire. Plus d'un cancer sur deux serait dû à une mutation dans le gène de la protéine gardienne du génome P53.

*Caryotype : classement des chromosomes d'un individu par paires et par taille décroissante. Les cellules sont bloquées et photographiées en métaphase. L'observation du caryotype permet la détection éventuelle d'un certain nombre d'anomalies chromosomiques et la détermination du sexe du bébé. Un caryotype normal est constitué chez l’homme de 46 chromosomes : 44 autosomes + XY et chez la femme de 46 chromosomes : 44 autosomes + XX. Les caryotypes des cellules cancéreuses présentent souvent des caryotypes tout à fait anormaux.

*Cellule somatique : (soma= corps) Toute cellule du corps d'un organisme multicellulaire qui n'est pas un spermatozoïde ou un ovule, donc de la lignée germinale. Ce sont par ex. les neurones ou les hématies…

*Cellule germinale : cellule qui produit les gamètes.

*Cellule Hela : cellules cancéreuses cultivées dans le monde entier, prélevées sur une américaine du nom d’Henrietta Lacks morte d’un cancer de l’utérus…..en 1951…..Ceci illustre l’immortalité des cellules cancéreuses qui ne connaissent pas l’apoptose.

*Centromère : zone du chromosome reliant les deux chromatides et donc les deux molécules identiques d'ADN issues de la réplication. Cette zone non dupliquée est capitale puisqu'elle évite la séparation prématurée des deux chromatides. C'est sur elle que s'attachent les fibres protéiques qui mèneront les chromatides aux pôles lors de l’anaphase de mitose.

*Chromatides : Ce sont les deux parties similaires du chromosome métaphasique. Elles sont génétiquement identiques, aux mutations près. A ne pas confondre avec les deux bras court (p) et long(q) du chromosome.

*Chromosomes : les chromosomes sont composés d'une ou deux longues molécules d'ADN identiques et de protéines. En début de division, grâce à la duplication préalable, ils possèdent deux molécules d'ADN identiques (aux mutations près). Ils sont au nombre de 46 chez l'homme, 48 chez le singe....

*Chromosomes sexuels : XX chez la femme, XY chez l'homme

*Chromosomes homologues : se dit des deux chromosomes d'une même paire. Ils possèdent aux mêmes endroits (« loci ») les mêmes gènes mais pas toujours les mêmes allèles. Les chromosomes X et Y ont une petite partie homologue et chacun une zone qui leur est propre.

*Clonage : reproduction à l'identique de cellules, d’un organisme. Au niveau cellulaire, la mitose, in vivo ou in vitro, est la division ou reproduction conforme des cellules et constitue un véritable clonage. Au niveau des organismes, la quasi totalité des Mammifères ont fait l’objet de clonages avec des succès divers. On souvient de la Brebis Dolly, premier Mammifère clonée en 1997 en Ecosse, morte prématurément. On a cloné des chats, chiens, vaches.. ...et même des singes...( 2007). Le clonage est de deux types : reproductif (interdit chez l’Homme malgré des recherches dans plusieurs laboratoires) et le clonage thérapeutique. Il s’agirait alors d’utiliser des cellules souches d’un embryon né d’une fécondation in vitro avec le matériel génétique du malade pour constituer une banque d’organes, de cellules totipotentes et de reconstituer des organes défaillants. Les deux sortes de clonage soulèvent de graves problèmes éthiques et laissent augurer de dérives extrêmement dangereuses.

*Code génétique : Il correspond au système de correspondance entre la séquence des nucléotides de l'ADN et la séquence des acides aminés de la protéine. Chaque acide aminé est codé par un ou plusieurs triplets de nucléotides (Un triplet = 3 nucléotides, on parle également de codon). Trois codons ne codent pour aucun acide aminé : ce sont les codons stop. Ce sont TAA, TAG et TGA. La traduction de l'ARNm est alors stoppée.

* Codominants : se dit d'allèles qui tous les deux  s'expriment  dans le phénotype de l'hétérozygote. Ex. Un individu A/B sur les chromosomes 9 est de groupe sanguin AB. A et B sont codominants. Un individu HbA/HbS est plus résistant au paludisme qu’un individu HbA/HbA, HbS étant l’allèle responsable de la drépanocytonse.

*Codon ou triplet : ensemble de trois nucléotides de l'ARN. Sur les 64 triplets (4x4x4), 61 ont un sens et trois sont des codons non sens ou codons stop (voir code génétique)

*Crossing-over : représente l’échange d’informations génétiques qui se produit entre chromatides de deux chromosomes homologues lors de la prophase de première division de méiose. Le crossing-over débouche sur une recombinaison des allèles présents sur la chromatide. Entre deux gènes, la fréquence de crossing-over augmente avec la distance entre les deux loci. Les crossing-over sont responsables du brassage intra-chromosomique.

*Cycle cellulaire : ensemble des phases que suit une cellule au cours du temps. Quand elle se divise, elle enchaîne une interphase avec G1, S, G2 et une mitose avec P, M, A, T. Quand elle cesse de se diviser, la cellule rentre en G0 provisoire indifférencié puis en G0 définitif, différencié. Des protéines autorisent le passage d’une phase à la suivante, notamment des cyclines et des CDK.

*Cycle de vie ou de  reproduction : ensemble des étapes permettant de boucler le cycle de vie après reproduction sexuée. Selon les positions respectives de la méïose et de la fécondation, on distingue des cycles diplophasiques (Ex. Homme), haplophasiques(Ex. Sordaria) ou haplodiplophasiques (Ex. Ulve).

*Délétion : mutation avec disparition de un ou plusieurs nucléotides.

*Différenciation : c'est l'acquisition de « différences » par la cellule, par rapport aux cellules embryonnaires, souches qui se divisent et sont dépourvues de caractéristiques bien typées. Elle touche des cellules qui cessent de se diviser et expriment certains gènes spécifiques. Ex : gènes de la globine dans les érythrocytes, futurs globules rouges.

*Dihybridisme : En génétique, le dihybridisme représente l’étude du croisement entre individus différant que par deux caractéres (Ex. Croisement d’une mouche à yeux rouges et ailes longues avec une mouche à yeux blancs et ailes vestigiales).

*Diploïde ou diplophasique : se dit d’une cellule / d’une phase dont l’information génétique est sous forme de chromosomes en deux exemplaires (« cellules à 2n chromosomes »).  Le cycle de reproduction dans l’espèce humaine est fondamentalement diploïde, la phase haploïde se réduisant aux fugaces gamètes.

*Dominant : se dit d'un allèle qui masque un autre allèle. C'est le seul qui s'exprime dans le phénotype de l'hétérozygote. Ex. Un individu A/O sur les chromosomes 9 est de groupe sanguin A. A est l'allèle dominant. O est qualifié de récessif.

*Duplication : appelée aussi réplication. C'est le dédoublement à l'identique des molécules d'ADN. Elle est semi-conservative. Chaque nouvelle molécule est formé d'un ancien brin et d'un brin nouvellement polymérisé. La duplication se déroule pendant l'interphase en phase S. C'est essentiellement pendant la duplication que  peuvent se produire des erreurs appelées mutations. La duplication dure de 6 à 8h pendant lesquelles sont dupliquées toutes les molécules d’ADN, soit plus de 2m d’information génétique chez l’homme et plus de 6 Gigabases.

*Duplication génique : c’est le dédoublement d’un gène. La nouvelle copie du gène peut rester sur le même chromosome ou migrer sur un autre chromosome, on parle alors de transposition. La copie du gène pourra dériver par mutation et créer un nouveau gène. Les deux gènes appartiendront à une même famille multigénique.

*Enzyme : protéine généralement (certains ARN ont une activité enzymatique), catalyseur biologique extrêmement efficace qui accélère les réactions sans intervenir dans le bilan final. Les enzymes possèdent un site actif, zone de l'enzyme où le substrat est positionné et modifié. Les plus communes des enzymes sont les hydrolases qui détruisent par fixation d'une molécule d'eau. Des enzymes assemblent, transfèrent, transforment......etc. Toutes ces réactions biochimiques dans le cytoplasme constituent le métabolisme.

*Famille multigénique : Désigne un ensemble de gènes apparentés car dérivant d’un même gène ancestral. La parenté entre les différents gènes se caractérise par de très nombreuses analogies au sein des séquences nucléotidiques et protéiques. On considère que deux protéines présenatnt plus de 20% d’analogies sont apparentées (le hasard fixe à 5% la similitude entre protéines non apparentées). Ainsi la vasotocine (AVT), l'ocytocine (OT) et la vasopressine (ADH) font aprtie d’une même famille mutigénique de même que tous les gènes de globine ou tous les gènes HLA du CMH.

*Gène : Un gène est une portion d'ADN (donc une séquence de nucléotides) occupant une position spécifique sur un chromosome(le locus). Chaque gène contient l'information génétique nécessaire à la fabrication d'une protéine (ou parfois d’un simple ARN dans le cas des gènes des ARNr et des ARNt). Un même gène peut exister sous plusieurs formes différant légèrement les unes des autres par leurs séquences de bases, elles correspondent à des allèles. Les gènes permettent de déterminer les caractères d'un individu (ex : groupe sanguin, couleur, taille…).

*Gènes homéotiques ou gènes architectes ou homéogènes : gènes qui commandent la destinée de groupes de cellules au cours du développement embryonnaire. Il sont aussi qualifiés de gènes architectes car ils mettent en place le plan d’organisation de l’être vivant (position des yeux, nombre de doigts, de pétales…)

*Gène morcelé : les Eucaryotes présentent des gènes qui comportent des séquences qui se retrouveront effectivement dans la protéines, les exons et des fragments qui ne seront pas traduits, les introns. Ainsi le gène de la béta globine possède trois exons et deux introns. Le gène de la CFTR responsable quand elle est mutée de la mucoviscidose possède 27 exons….

*Génome : Le génome d'un organisme correspond à l'ensemble de ses gènes, à l'ensemble de son matériel génétique. L'homme comporte environ 21 000 gènes noyés au sein des 6 milliards de nucléotides. On parle du « génome humain ».

*Génotype : Le génotype est à ne pas confondre avec le génome. Le génome est l'ensemble des gènes d’une espèce, quels que soient leurs allèles (ainsi tous les organismes d'une même espèce ont le même génome). Le génotype correspond à tous les allèles présents dans un organisme, ainsi, chaque individu à un génotype unique à l'exception des vrais jumeaux. Pour un gène donné, on parle de génotype homozygote ou hétérozygote.

*Haploïde ou haplophasique : se dit d’une cellule / d’une phase dont l’information génétique est sous forme de chromosomes en un seul exemplaire (« cellules à n chromosomes »). Les gamètes, spermatozoïdes ou ovules sont classiquement haploïdes. Ils ne possèdent que 23 chromosomes dans l’espèce humaine. Le cycle de reproduction dans l’espèce Sordaria est fondamentalement haplophasique car le zygote sitôt formé subit la méiose.

*Haplodiploïde ou haplodiplophasique : se dit d’une cellule / d’une phase dont l’information génétique est alternativement sous forme de chromosomes en deux exemplaires (« cellules à 2n chromosomes ») puis sous forme de chromosomes en un seul exemplaire (« cellules à n chromosomes »). L’ulve ou laitue de mer est un exemple d’espèce présentant ce type de cycle.

*Hémoglobine: protéine constituée de quatre globines et de quatre hèmes, chacun pouvant fixer une molécule d'oxygène. De très nombreuses hémoglobinopathies existent : la drépanocytose fréquente en Afrique Noire, les thalassémies, fréquentes dans le pourtour méditerranéen et en Asie. La cause première de ces maladies génétiques est parfois la mutation d’un seul nucléotide.

*Hérédité autosomale  : se dit quand un caractère est porté par un autosome, c’est à dire en génétique humaine sur un chromosome 1 à 22. On ne distingue pas mâles et femelles. On notera les génotypes sans tenir compte des chromosomes sexuels. Ainsi on notera N/N, N/m et m/m les trois génotypes observés dans le cas d’un allèle de la maladie récessif.
*Hérédité liée au sexe : se dit quand un caractère est porté par un gonosome, c’est à dire le chromosome X ou le chromosome Y, dans leur partie non homologue. Les phénotypes dans les croisements dépendront du sexe de l’individu. Mâles et femelles seront à distinguer. La myopathie de Duchenne relève d’une hérédité liée au sexe : le gène de la dystrophine a son locus sur le chromosome X. On notera les génotypes en tenant compte des chromosomes sexuels. Ainsi, pour une maladie récessive portée par X comme la myopathie, on notera les hommes XNY ou XmY et les femmes XNXN, ou XNXm ou  XmXm

*Homozygote : individu possédant pour un gène deux fois le même allèle. Par ex : A/A

*Homologues : sont qualifiés d’homologues deux chromosomes d’une même paire. Ils portent les mêmes gènes aux mêmes locus mais pas forcément les mêmes allèles. On parle alors d’hétérozygotie pour ce gène.

*Hétérozygote : individu possédant pour un gène deux allèles différents. Par ex. A/B

*Hybride :  désigne en génétique un individu résultant du croisement entre deux individus homozygotes et de génotypes différents, de « lignée pure ». L’hybride est donc hétérozygote.

*Interphase : phase du cycle cellulaire située entre deux mitoses. La cellule est tout sauf inactive puisqu'elle augmente la taille de son cytoplasme par d'intenses synthèses. C'est pendant l'interphase que se duplique l'ADN (en phase S). Des milliards de nucléotides sont ainsi dupliqués en quelques heures.

*In vitro : manipulations biologiques en éprouvette, en boîte de pétri, en dehors du corps humain. On connaît la FIVETE (fécondation in vitro avec transfert d’embryons), les cultures in vitro ( de plantes, de cellules souches, de cellules cancéreuses). S’oppose à in vivo.

*In vivo : au sein du corps humain.

*Locus : désigne le positionnement précis du gène sur le chromosome. Un même gène sur deux chromosomes homologues est situé au même locus.

*Méiose : division ou reproduction non conforme des cellules. C’est une succession de deux divisions qui s’enchaînent sans interphase intermédiaire. La première division aboutit à une réduction de moitié du nombre de chromosomes et est dite « réductionnelle ». La seconde sépare les chromatides des chromosomes et est qualifiée d’ «équationnelle ».

*Membrane plasmique : structure capitale qui borde toute cellule. Fine (7nm environ) et fragile, elle est essentiellement constituée de lipides et de protéines. Elles peut facilement se déformer, est renouvelée en permanence et assure les échanges entre cytoplasme (milieu intracellulaire) et milieu extracellulaire. Elle ne doit pas être confondue avec la paroi qui est externe à la cellule.

*Méristème : zone du végétal où se déroulent les mitoses. Ils génèrent des cellules qui par la suite s’allongent et se différencient. On distingue des méristèmes primaires et des méristèmes secondaires. Ils ne sont jamais atteints par les virus et peuvent régénérer une plante entière.

*Métaphase :  2ème phase de la mitose, fugace. Les chromosomes se placent dans un plan médian appelé plan équatorial. Cette mise en ordre permettra une juste répartition des chromatides en deux lots identiques dans la phase suivante, l’anaphase.

*Mitochondrie : organite énergétique présent dans toutes les cellules eucaryotes, doté d'une double membrane. S'y déroule la respiration cellulaire. Les glucides y sont totalement oxydés en présence d'oxygène. La respiration est une réaction exergonique qui produit 38 molécules d'ATP par molécule de glucose. Les deux résidus de la respiration sont minéraux et dépourvus de toute énergie : ce sont l'eau et le dioxyde de carbone. Les mitochondries possèdent leur propre molécule d'ADN qui permet la synthèse de plusieurs protéines de l'organite. L’énergie produite par la mitochondrie permettra notamment la duplication, la mitose, la biosynthèse des protéines très voraces en énergie.

*Mitose : division ou reproduction conforme des cellules. On parle aussi de clonage. Les deux cellules filles possèdent exactement le même patrimoine génétique entre elles et à celui qu’avait la cellule mère.

*Molécule organique : Molécules carbonées(à base de carbone mais aussi d'hydrogène et d'oxygène) riches en énergie du fait des multiples liaisons covalentes. Les principales molécules organiques sont les glucides (CHO), les lipides(CH et peu de O) et les protides (CHONS). Les acides nucléiques (CHONP) et les vitamines sont aussi dans cette catégorie.

*Monohybridisme : En génétique, le monohybridisme représente l’étude du croisement entre individus ne différant que par un seul caractère (Ex. Croisement d’une mouche à yeux rouges avec une mouche à yeux blancs).

*Monosomie : En génétique, désigne un état où un seul des deux chromosomes homologues est présent chez un individu diploïde. Le syndrome de Turner X. est une monosomie.

*Morbide : En génétique désigne un allèle muté qui provoque une maladie.

*Mutation : Une mutation est une modification du message génétique donc de l'ADN. Si un gène est muté, la protéine pour laquelle il code peut être modifiée (mais par toujours du fait de la redondance du code génétique). Les mutations se produisent spontanément avec une fréquence très faible. Cependant cette fréquence est augmentée en présence d'agents mutagènes. Si les mutations concernent les gamètes (cellules sexuelles) alors la caractéristique qui en résulte est transmissible à la descendance. Ce qui n'est pas le cas si la mutation touche une cellule somatique. Cependant, l'apparition de mutations dans les cellules somatiques (non sexuelles) contribue à l'apparition des cancers.

*Mutation faux sens : Mutation entraînant le changement d’un ou plusieurs acides aminés dans la protéines (Ex. TGT codant pour cys muté en TCT codant pour ser)

*Mutation non sens : Mutation entraînant l’apparition prématurée d’un codon stop (Ex. TGG codant pour trp muté en TGA, codon stop)

*Mutation silencieuse : Mutation n’entraînant aucun changement d’acides aminés du fait de la redondance du code génétique (Ex. GGG muté en GGA qui codent tous les deux pour gly)

*Noyau : structure capitale de la cellule eucaryote (les cellules procaryotes n'en ont pas). Le noyau renferme l'information génétique sous forme d'ADN. Des pores permettent les échanges avec le cytoplasme, notamment la pénétration des nucléotides libres et la sortie des ARNm.. La membrane nucléaire est double et disparaît en prophase de mitose pour ensuite réapparaître en télophase à partir du réticulum.

*Nucléotide : élément de l'ADN ou de l'ARN constitué d'un acide phosphorique(P), d'un sucre (D désoxyribose ou R ribose) et d'une base azotée. Dans l'ADN, on trouve ainsi des PDA, PDT, PDG et PDC et dans l'ARN des PRA , PRU, PRG et PRC. Les trois éléments sont reliés par des liaisons covalentes. Dans l’ADN, transversalement, seuls deux couples sont possibles : le couple A===T et le couple G===C. Les deux partenaires sont reliés par des liaisons hydrogène, fragiles (2 pour le couple AT, trois pour le couple GC), permettant une séparation facile des deux brins lors de la duplication de l’ADN en phase S.
* O.G.M = organisme génétiquement modifié : organisme dont le génome à été modifié par transgénèse. Il a donc reçu dans son ADN un gène nouveau.  Exemple Maïs Bt : maïs OGM avec gène de la bactérie Bacillus thuringiensis, producteur d'une toxine contre la pyrale, insecte consommant le maïs.

*Phénotype : Le phénotype correspond à l'ensemble des caractères d'un individu. Ce peut être au niveau morphologique (forme du nez par ex.), physiologique(VO2max), anatomique(proportion de fibres musculaires rouges et blanches dans un muscle), biochimique(teneur en Hb du sang), psychologique(caractère timide)….. Le phénotype est déterminé à la fois par les gènes qu'il possède et par l'environnement dans lequel il s'est développé, son vécu. Le phénotype d’un individu est soumis à variations (le poids par ex ou le degré de bronzage de la peau). Le phénotype peut s’observer au niveau moléculaire, au niveau cellulaire et au niveau macroscopique, de l’individu.

*Polypeptide : Macromolécule formée d'une chaîne non ramifiée d'acides aminés de petite taille (moins de 50 à 100 acides aminés). L’insuline est un polypeptide de 51 acides aminés.

*Prophase :  1ère phase de la mitose. C’est aussi la plus longue au cours de laquelle les chromosomes apparaissent. La chromatine petit à petit se condense et les chromatides des chromosomes apparaissent de plus en plus condensées, rattachées deux par deux au niveau du centromère. La membrane nucléaire disparaît.

*Protéine : Une protéine est une macromolécule constituée d'une ou plusieurs chaîne(s) non ramifiée d'acides aminés dans un  ordre précis : la séquence des acides aminés (structure primaire). Cette séquence permet à la protéine de se replier spontanément dans l'espace et de prendre une forme (ou structure tertiaire) qui lui permet d'accomplir son rôle. Les rôles des protéines sont très variés par exemple le collagène a un rôle structural (élasticité et maintient des tissus), l'hémoglobine est un transporteur d'O2 , les récepteurs et neurotransmetteurs sont également des protéines, certaines protéines permettent la réalisation de réactions chimiques, ce sont les enzymes. Les protéines contrôlent plus ou moins directement tous les caractères d'un individu.

*Protoplaste : Cellule végétale ayant été débarrassée de sa paroi par un traitement enzymatique. Les protoplastes ont du coup une forme ronde. On peut les faire fusionner entre-eux et réaliser des cellules chimères dont certaines se développeront.

*Pseudogènes : Se dit d’anciens gènes que nous conservons au sein de nos chromosomes et qui ne sont plus exprimés.

*P53 : Capitale protéine de 393 acides aminés appelée aussi gardienne du génome et codée par un gène situé sur le chromosome 17. Elle bloque les cellules anormales dans leur division avant la phase de réplication S, en attendant leur réparation. Si la réparation n’est pas possible, la protéine P53 ménera la cellule mutée à l’apoptose. Une mutation de cette protéine serait retrouvée dans plus de la moitié des cancers. Il s’agit de la plus importante des protéines anti-oncogènes. Plus de 300 codons sont susceptibles de mutés mais les mutations dans six codons, les 175(arg), 245(lys),  248(arg),  249(arg),  273(arg),  et 282(arg),  représentent à eux seuls plus de 30% des mutations de P53 impliquées dans des cancers.

*Récessivité : se dit d'un allèle qui est masqué par un autre allèle, qui ne s'exprime donc pas dans le phénotype de l'hétérozygote. Ex. Un individu A/O sur les chromosomes 9 est de groupe sanguin A. O est l'allèle récessif.

*Réplication : synonyme de duplication. Elle se fait en phase S sous le contrôle des gardiens du génome et avec un contrôle qualité : en cas d’erreur, des enzymes de correction et de réparation interviendront.

* Ribosome : organite cytoplasmique capital dans la synthèse des protéines.

*Séquence des nucléotides : Il existe quatre nucléotides différents : Adénine et Thymine qui sont complémentaires. Cytosine et Guanine qui le sont également. L'ordre des nucléotides est appelé séquence, elle détermine l'ordre des acides aminés de la protéine grâce au code génétique. On appelle message génétique les informations contenues dans cette séquence.

*Substitution : mutation avec remplacement d'un ou plusieurs nucléotides par le même nombre de nucléotides différents. Ex : ATTATT--------------AGGATT correspond à une double mutation.

*Télophase :  4ème et dernière phase de la mitose, symétrique de la prophase. L’information génétique se décondense et les chromosomes disparaissent, la chromatine réapparaît tout comme la membrane nucléaire qui se reforme à partir de la membrane du reticulum.

*Tissu : ensemble de cellules différenciées selon le même type. Les organes sont constitués de plusieurs tissus. Ex : un muscle est constitué de tissu musculaire, de tissu sanguin, de tissu nerveux, de tissu adipeux....

*Thérapie génique : Protocole de guérison de maladie génétique par transfert d’un allèle correct au sein des cellules mutées grâce à l’intermédiaire d’un vecteur qui se trouve souvent être un virus. Des essais de thérapie génique ont été tentés pour traiter la mucoviscidose et le cancer sans grand succès encore mais ils sont prometteurs. Des succès ont par contre été obtenus avec l’adrénoleucodystrophie, la béta-thallassémie et le déficit immunitaire combiné sévère des bébé-bulle.

*Transgénèse : transfert de gènes d’une espèce à une autre. La transgénèse est une technique de biotechnologie qui permet d'introduire un gène d'une cellule (cellule donneuse) dans le génome d'une autre cellule (cellule receveuse). La cellule receveuse devient donc capable de produire la protéine codée par le gène qu'on lui a introduit. Ceci est possible car l'ADN et le code génétique sont universels. Pour faire un transfert de gène, il faut extraire le gène d'intérêt de la cellule donneuse, le multiplier et l'introduire dans la cellule receveuse.

*Trisomie : désigne la présence de trois chromosomes homologues au lieu d’une simple paire. La trisomie la plus fréquente est la trisomie 21 mais existe aussi dans l’espèce humaine la trisomie 8 et la trisomie 13. Au niveau des chromosomes sexuels, des individus sont XXX, XXY, XYY.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !