IRSN

L'IRSN fournit sur le net les résultats des mesures faites par les capteurs de radioactivité disséminés sur tout le territoire français : il vous suffit de cliquer sur le point le plus proche de votre domicile pour voir s'afficher la dernière valeur mesurée.

Rappelons que le nanoSievert correspond à un milliardième de Sievert.

 

 

La surveillance

Surveillance de la radioactivité de l'air en France - Données du réseau Téléray

L’outil cartographique ci-dessous met à disposition du public les résultats de la surveillance radiologique du territoire français effectuée par l’IRSN dans le contexte des événements nucléaires en cours au Japon.

Il diffuse les résultats des mesures de rayonnement gamma dans l’air ambiant, transmises par les sondes du réseau Téléray. Les données sont mises à jour toutes les 4 heures.

Il s’enrichira dans les jours qui viennent d'autres mesures, comme celles effectuées sur les filtres aérosols ou les eaux de pluie. En effet, ces autres mesures sont effectuées en laboratoire à la suite de prélèvements individuels et ne peuvent donc être obtenues qu’en différé de quelques jours.

  • Les points indiquent la position des stations de mesure de la radioactivité de l'air.
    A noter : Le niveau de radioactivité fluctue naturellement de plus ou moins 30% selon les conditions météorologiques.
  • Les mesures sont données heure de Paris (GMT+1).

Depuis le 12 mars 2011, le panache radioactif qui résulte des rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale de Fukushima se déplace, tout en se diluant, dans les courants atmosphériques de l’hémisphère nord. L’IRSN dispose d’une modélisation de cette dispersion, réalisée en collaboration avec Météo France, qui lui permet de suivre et d’anticiper ce déplacement (cf. ci-dessous).

Selon cette modélisation, le panache a recouvert dans la journée du vendredi 18 mars 2011 la plus grande partie de l’Amérique du Nord et le nord-est de la Sibérie. Il est passé ensuite sur l’Atlantique Nord et pourrait atteindre la France métropolitaine le 23 ou 24 mars 2011.

Les concentrations attendues de césium 137 dans l’air sur les territoires balayés par le panache sont extrêmement faibles. Ce radionucléide est représentatif des matières radioactives rejetées à longue distance lors d’un accident nucléaire.

Ces concentrations seront d’un niveau trop faible pour être détectées par les 170   balises d’alerte du réseau Téléray de l’IRSN, dont les mesures sont également consultables sur le site internet de l’IRSN.

Accéder aux cartes des résultats de mesure de la radioactivité de l'air

   - en France métropolitaine
- à Saint-Pierre-et-Miquelon
- à Tahiti
- en Guyane
   - en Guadeloupe
- en Martinique
- à La Réunion
- en Nouvelle-Calédonie

L’IRSN partage l’avis de l’Agence de l’Environnement des Etats-Unis (EPA), qui estime que ces concentrations seront sans conséquence sanitaire et environnementale. De plus, elles seront si minimes qu’elles ne pourront sans doute être détectées dans l’environnement que par des mesures d’échantillons effectuées dans des laboratoires spécialisés.

L’IRSN dispose de ce type de laboratoires en métropole (ainsi qu’à Tahiti, situé dans l’hémisphère sud et donc hors du flux principal de ce panache). L’Institut publiera les résultats d’analyse dès que disponible, c'est-à-dire plusieurs jours après le passage du panache. S’agissant de Saint-Pierre-et-Miquelon ou des Antilles, les résultats des données analysées aux Etats-Unis sont considérées comme représentatifs de la situation sur ces territoires.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide