La résistance d’un végétal aux inondations

L’exemple du riz

 Le sujet comprend trois thèmes qui, bien que portant tous sur une même
problématique (la résistance aux inondations chez le riz), peuvent être traités
indépendamment.
 Pour chaque thème, vous répondrez à la question générale posée en début de
partie en construisant méthodiquement votre argumentation sur l’analyse des
documents proposés et sur vos connaissances.
 Vous ne rédigerez ni introduction, ni conclusion générale.
 Les documents pourront être découpés et intégrés à la copie, à condition d’être
exploités.
 Le plan devra faire apparaitre explicitement les titres des thèmes abordés ainsi que les
numéros des documents étudiés.
 En fin de thème 1 et de thème 2, des schémas récapitulatifs vous sont demandés.
Les barres verticales sur les graphes et histogrammes représentent l’erreur standard à la
moyenne (ou écart standard). Dans certains documents, les valeurs statistiquement différentes
sont repérées par un astérisque. Lorsque ce n’est pas le cas, on admettra que les résultats
sont différents si les barres d’erreurs ne se chevauchent pas.
2/13
Le riz est une des principales cultures alimentaires dans le monde (il nourrit 40% de la
population mondiale). Le plant de riz cultivé (Oryza sativa L.) appartient au groupe Orizae
(monocotylédone, famille des Poacées).
Le riz est cultivé dans des rizières. Près de 90% des surfaces cultivées en riz, soit plus de 130
millions d’hectares dans le monde, sont traitées en submersion. Une partie des surfaces
cultivées se situe dans des zones de mousson et peut subir soit des inondations brutales mais
de quelques jours, soit des inondations plus durables. Tous les plants de riz ne supportent pas
de la même façon ces conditions, ce qui guide le choix du riziculteur en fonction du terrain :
– les riz flottants, résistent à une inondation progressive et prolongée en échappant à
l’immersion totale, une partie du pied flottant à la surface de l’eau ;
– les riz tolérants supportent une inondation rapide et résistent à une immersion de
courte durée ;
– les riz intolérants ne résistent à aucune de ces conditions.

Thème 1 : La résistance du riz à une immersion progressive de longue durée
Différents messagers chimiques sont synthétisés par les plantes soumises à un stress
environnemental. C’est le cas par exemple de l’éthylène (sous forme gazeuse), de l’acide
gibbérellique ou de l’acide abscissique.
Vous expliquerez le rôle de ces messagers dans la résistance du riz flottant à une
immersion.
Le bilan sera réalisé sous forme d’un schéma récapitulatif.
1-1 : Une réaction du riz flottant à l’immersion
Document 1-1.A : Photographies de plants de riz cultivés dans deux conditions
différentes.

Corrigé

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucune note pour le moment)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide