Leçons de sciences de la Terre et de l’Univers

Candidats des secteurs A et B

Leçons de contre-option CA

  • Accumulation sédimentaire et géodynamique
  • Aléa et risque volcanique
  • Cadre géodynamique et évolution des bassins sédimentaires
  • Cadre géodynamique et évolution des bassins sédimentaires
  • Chaîne andine et chaîne alpine
  • Chronologie absolue : principes et applications
  • Cinématique des plaques lithosphériques
  • Circulations atmosphérique et océanique
  • Comportement rhéologique des matériaux géologiques et structures associées
  • Crise crétacé-tertiaire : faits géologiques et discussions
  • Croûte océanique et croûte continentale
  • Déformation ductile et déformation cassante
  • Du plancton à la roche
  • Énergie solaire et bilan énergétique de la Terre
  • Évolution de la biosphère et coupure des temps géologiques
  • Évolution de la biosphère et coupure des temps géologiques
  • Formation et évolution d'une chaîne de collision
  • Géologie de l'Europe à partir de supports cartographiques au choix du candidat
  • Géologie de l'océan Atlantique
  • Géologie de l'océan Pacifique
  • Glaciers et sédiments associés
  • Gravimétrie et structure du globe à différentes échelles
  • Importance de la convection en géodynamique interne et externe
  • Influence de la lithologie et du climat sur le modelé du paysage
  • La biosstratigraphie
  • La biostratigraphie
  • La collision continentale
  • La collision continentale à partir de l'exemple de l'Himalaya
  • La collision continentale à partir de l'exemple des Alpes
  • La croûte océanique : structure et mise en place
  • La différenciation magmatique
  • La formation des Alpes
  • La fusion partielle de la croûte continentale
  • La lithosphère : propriétés thermiques et mécaniques
  • La lithosphère continentale
  • La lithosphère océanique
  • La mesure du temps en géologie
  • La reconstitution d'un paléoenvironnement au choix du candidat
  • La rythmicité dans les processus sédimentaires
  • La sédimentation biogène
  • La sédimentation en domaine océanique
  • La sédimentation marine : nature des sédiments, origine et facteurs de mise en place
  • La sédimentation sur les marges passives
  • La Terre comparée aux autres planètes telluriques
  • L'accrétion océanique
  • L'Archéen
  • Le champ magnétique terrestre : origine et évolution
  • Le magmatisme lié à la formation et à l'évolution des chaînes de montagnes
  • Le noyau terrestre
  • Le volcanisme dans les DOM et sa signification géodynamique
  • Le volcanisme tertiaire et quaternaire en France métropolitaine
  • L'échelle des temps géologiques
  • L'érosion des continents et la sédimentation terrigène
  • Les bassins sédimentaires observés sur la carte de France au millionième dans leur cadre géodynamique
  • Les crises biologiques dans l'histoire de la Terre
  • Les cycles du carbone
  • Les différents types de métamorphisme et leur signification géodynamique à partir de la carte de
  • France au millionième
  • Les dynamismes éruptifs
  • Les évaporites
  • Les glaciations
  • Les grandes accumulations sédimentaires détritiques
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique des Pyrénées à partir de cartes géologiques au choix du candidat
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique du Bassin Parisien à partir de cartes géologiques au choix du candidat
  • Les grands cycles orogéniques à partir de la carte de France au millionième
  • Les magmas : origine et évolution
  • Les marges actives
  • Les marges continentales actuelles de la France métropolitaine
  • Les marges passives
  • Les marqueurs de la collision continentale
  • Les métamorphismes liés à la formation des Alpes
  • Les météorites
  • Les microfossiles : utilisation biostratigraphique
  • Les nappes d'eau souterraines : ressources en eau, sources d'énergie
  • Les planètes du système solaire
  • Les ressources énergétiques du sous-sol
  • Les séries magmatiques
  • Les structures géologiques en zone de convergence
  • Les subductions
  • Les variations climatiques à différentes échelles de temps
  • Les variations climatiques du quaternaire
  • Les variations du niveau marin
  • Magmatisme et géodynamique
  • Mobilité horizontale des continents au cours du Phanérozoïque
  • Mobilité horizontale et verticale de la lithosphère océanique
  • Modifications anthropiques des enveloppes externes
  • Originalité de la Terre dans le système solaire
  • Origine et évolution des Hominidés
  • Planètes telluriques et planètes gazeuses
  • Réservoirs, flux et processus impliqués dans le cycle de l'eau
  • Rifting et ouverture océanique

Leçons de contre-option CB

  • La mobilité verticale de la lithosphère
  • Les marqueurs de la cinématique des plaques à différentes échelles de temps
  • La composition de la Terre
  • Les données géologiques sur l'origine de la vie
  • Altération et érosion des continents
  • La reconstitution des paléoenvironnements marins
  • Les basaltes
  • L'énergie solaire reçue par la Terre : devenir et effets
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique du Massif Armoricain à partir de cartes géologiques au choix du candidat
  • Les métamorphismes liés au cycle alpin en France
  • La distribution d'énergie solaire à la surface de la Terre et ses conséquences
  • Les marqueurs géologiques et géochimiques des glaciations
  • La biosphère au Paléozoïque
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique du Massif Central paléozoïque à partir de cartes
  • géologiques au choix du candidat
  • Chronologie relative : principes et applications
  • La reconstitution des paléoenvironnements continentaux
  • Géologie de l'océan Indien
  • La stratigraphie séquentielle
  • L'effet de serre
  • L'univers et les grandes étapes de la formation du système solaire
  • La rythmicité dans les processus sédimentaires
  • Le cycle externe de l'eau
  • Paléomagnétisme et cinématique lithosphérique
  • Utilisation biostratigraphique et paléoécologique des fossiles
  • Les bassins houillers en France
  • Formation des enveloppes terrestres
  • Les échanges océan-atmosphère
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique du Jura à partir de cartes géologiques au choix du
  • candidat
  • Le métamorphisme : marqueur géodynamique
  • Le paléomagnétisme : marqueur de la géodynamique océanique et continentale
  • L'expansion océanique
  • La Pangée
  • Les enregistrements des paléoclimats
  • Le magmatisme d'origine mantellique
  • Les différents types de marges continentales
  • Métamorphisme et conditions de pression et de température
  • Les granitoïdes
  • Les dorsales océaniques
  • Aléa et risque sismique
  • Les ophiolites
  • Les grandes lignes de l'histoire géologique des Alpes à partir de cartes géologiques au choix du
  • candidat
  • Utilisation des roches dans la construction
  • Sismologie et structure du globe
  • Rôle de la vie dans la genèse des roches
  • La chaleur interne de la Terre
  • Extension cénozoïque en France métropolitaine
  • Les ressources énergétiques fossiles
  • Les bioconstructions carbonatées
  • Modelé et relief en terrain calcaire
  • La déformation cassante
  • Les rifts continentaux
  • L'énergie interne du globe et sa dissipation
  • Récifs et sédimentation péri-récifale
  • Les courants océaniques
  • La mobilité de la lithosphère
  • Le cycle externe de l'eau
  • Du plancton à la roche (évolution de la matière organique exclue)
  • Transferts de matières du continent à l'océan
  • Exploitation et protection des ressources en eau

Leçons de biologie

Candidats du secteur C

Leçons de contre-option AB

  • Centromères et télomères : des éléments essentiels du chromosome eucaryote
  • La cellule musculaire striée squelettique
  • La procréation médicalement assistée
  • La respiration cellulaire
  • La synthèse protéique dans son contexte cellulaire
  • La transduction des signaux extracellulaires
  • L'adhérence intercellulaire
  • Le brassage génétique chez les procaryotes
  • Le fonctionnement du néphron chez l'Homme
  • Le maintien de l'intégrité du génome
  • Le virus de la mosaïque du tabac
  • L'eau et la cellule
  • Les cellules adhèrent entre elles et au substrat.
  • Les cellules cancéreuses.
  • Les cellules cardiaques et leur fonctionnement
  • Les cellules embryonnaires animales communiquent et s’informent
  • Les défenses des végétaux contre les organismes pathogènes
  • Les défenses immunitaires chez les mammifères
  • Les évènements cellulaires, moléculaires et métaboliques lors de la métamorphose chez les
  • amphibiens
  • Les formes d'énergie dans les cellules
  • Les interactions nucléo-cytoplasmiques programment la vie de la cellule
  • Les levures
  • Les messages qui construisent le système nerveux
  • Les parois végétales
  • Les pigments des végétaux
  • Les relations entre gènes et protéines
  • Mitose et méiose
  • Obtention et utilisations des plantes transgéniques
  • Qu'est-ce qu'un virus ?
  • Réponses de l'organisme humain à l'exercice musculaire
  • Rôle du foie dans la régulation de la glycémie
  • Stabilité et variabilité de l'ADN

Leçons de contre-option BA

  • Excrétion et milieu de vie
  • La biodiversité
  • La nutrition des autotrophes
  • La reproduction asexuée
  • La vie dans la zone intertidale
  • La vie fixée chez les animaux
  • L'adaptation des Embryophytes au milieu aérien
  • Le passage de la mauvaise saison chez les animaux
  • Le polymorphisme génétique
  • Les compartiments liquides extracellulaires des métazoaires
  • Les formes de l'azote et leur utilisation par les organismes
  • Les interactions plantes - champignons
  • Qu'est-ce qu'un fruit ?
  • Recherche de nourriture et prise alimentaire chez les Insectes
  • Respiration et milieu de vie

Quelques particularités propres à chaque secteur

Leçon de contre-option C

La leçon de contre-option c demande au candidat de construire autour d’un sujet en liaison avec le programme de connaissances générales sciences de la Terre et de l’univers une démarche fondée sur une problématique claire définie lors de l’introduction.

Il est essentiel que la démarche privilégie l’observation des faits, présentés à partir de matériels et/ou illustrations choisis et exploités : échantillons, images, cartes géologiques, etc. Un défaut trop fréquemment rencontré est l’absence d’exploitation réelle des documents présentés. Ceux-ci viennent également trop souvent en appui a posteriori d’un concept énoncé auparavant de façon théorique alors qu’ils devraient servir de base à la démarche.

Les aspects essentiels du sujet doivent être abordés et les connaissances essentielles dans le domaine du sujet doivent être clairement présentées. Le niveau des connaissances des candidats peut être qualifié d’hétérogène : des connaissances solides parfois, mais trop souvent des connaissances limitées, voire insuffisantes.

La présentation de la leçon, d’une durée maximale de 40 minutes, est suivie d’un entretien portant sur différents aspects des sciences de la Terre et de l’univers :

  • dans un premier temps, les questions visent à préciser et/ou compléter certains points du sujet ;
  • l’entretien est ensuite élargi à d’autres aspects du programme de connaissances générales et/ou à la question scientifique d’actualité portant en 2009 sur les « ressources minérales et énergétiques ».

Le jury a constaté trop souvent un manque de connaissances sur les applications pratiques des sciences de la Terre : il paraît pourtant indispensable que de futurs enseignants témoignent d’une bonne culture scientifique autour de questions largement médiatisées et qu’ils pourraient avoir à discuter avec leurs futurs élèves.

Epreuve de contre-option AB et BA

Le domaine du sujet de la leçon correspond au programme général du secteur C pour tous les candidats issus des secteurs A et B, et au programme général des secteurs A ou B pour tous les candidats issus du secteur C. À l’issue de la leçon, le jury interroge le candidat, dans un premier temps dans le domaine de la leçon, puis dans la deuxième contre-option.

Le jury déplore le nombre élevé de leçons souvent très théoriques, où les connaissances sont restituées de manière dogmatique, sans réelle réflexion sur le contenu du sujet et trop peu ou maladroitement illustrées. Quand les candidats choisissent d’illustrer leur leçon, c’est malheureusement trop souvent en multipliant les exemples sans approfondissement plutôt qu’en en traitant un nombre limité de façon complète. La démarche de l’observation des faits (observations et/ou expériences) jusqu’à l’obtention d’un modèle ou d’une théorie n’est que trop rarement mise en avant.

Le choix de manipulations/expériences a aussi révélé une grande naïveté chez de nombreux candidats : toutes les expériences / manipulations, surtout les plus simplistes, ne sont pas démonstratives vis-à-vis des questions posées par l’intitulé de la leçon.

Enfin, le jury a noté la difficulté pour beaucoup de candidats à se remobiliser lors de la deuxième partie de l’entretien, qui concerne la deuxième contre-option. Le jury rappelle que cette deuxième partie débute toujours par une ou plusieurs questions simples (éventuellement à partir de quelques clichés) qui doivent permettre au candidat de se re-concentrer dans un autre champ disciplinaire.

Cette épreuve est basée sur un exposé suivi d’un entretien. Elle ne concerne que des candidats de spécialité Sciences de la Terre. L’exposé est cadré dans le programme général et dure 40 minutes. Suit un entretien de 5 minutes centré sur le sujet de la leçon présentée, puis un entretien de 10 minutes élargi sur le domaine A et enfin un entretien de 10 minutes dans le domaine B. C’est au cours de l’entretien que peuvent être évoquées les questions d’actualité. Le jury tient à souligner quelques points importants concernant cette épreuve, de façon non exhaustive.

Quelques remarques sur les prestations des candidats pendant l’exposé

Maitrise scientifique

La maitrise des sujets posés est très variable suivant les candidats. Certains font preuve d’une réelle et profonde maitrise du sujet et utilisent même parfois des connaissances relatives au domaine de spécialité A. D’autres au contraire semblent avoir acquis leurs connaissances uniquement pendant la préparation, ce qui ne permet pas en général une maitrise suffisante. Le jury rappelle que les sujets choisis en contre-option sont des sujets relativement classiques, sans piège, et qu’une bonne préparation permet d’y faire face très sereinement à condition de ne négliger aucun domaine. Des lacunes scientifiques importantes ont en particulier été constatées dans la connaissance des protocoles expérimentaux utilisés en biologie cellulaire et moléculaire, dans la connaissance chimique des composés du vivant, dans la maitrise des notions physico-chimiques et sur certains points de physiologie.

Conception des exposés

Bien que les sujets soient généralement cernés, on constate un certain nombre d’erreurs de compréhension. Le jury rappelle que la phase d’analyse du sujet, en début de préparation est un instant fondamental. Pendant cette phase, il faut cerner les termes du sujet, en avoir une définition claire, et l’exprimer au moment de l’introduction. Il faut dégager clairement les axes du sujet. Ce sont ces axes qui vont conditionner la construction du plan. Les erreurs constatées dans la conception des sujets proviennent le plus souvent d’un déficit dans cette phase d’analyse et parfois d’un manque de maitrise du sujet.

Forme des exposés

Elle est en général satisfaisante. Le tableau est souvent bien tenu, avec un plan progressivement inscrit, l’expression graphique est en général correcte, la voix est posée dans la plupart des cas, et enfin la durée des exposés est le plus souvent cadrée. Quelques problèmes d’orthographe apparaissent parfois mais ils sont finalement assez marginaux.

Certains exposés néanmoins restent beaucoup trop ternes, monocordes et sans réel dynamisme. Il est conseillé aux candidats de s’investir activement dans la prise de parole et de faire vivre leur exposé. Ils peuvent par exemple introduire du contraste vocal dans les différentes phases de leur discours et ne pas hésiter à se déplacer pour montrer précisément les objets servant à étayer la leçon. En effet, les candidats doivent penser à introduire des activités variées à partir de différents supports, et à les placer judicieusement pour améliorer le rythme de la progression. Toutes ces qualités sont cruciales dans l’exercice de leur futur métier d’enseignant.

Argumentation expérimentale et utilisation des modèles

L’argumentation expérimentale des exposés est un point faible récurrent. Les modèles sont en général affirmés, sans qu’on en connaisse les arguments. L’appui sur des données expérimentales est incontournable dans la construction d’un exposé en biologie. Il est évidemment impossible de tout démontrer mais les candidats doivent prévoir au moins une phase dans laquelle ils exposent un protocole, ils expriment des résultats et en tirent des conclusions logiques. De la même façon, il serait souhaitable de ne pas oublier que les modèles ne représentent pas la réalité : ils tentent de s’en approcher en synthétisant des faits de façon obligatoirement simplificatrice. Il serait donc souhaitable d’utiliser davantage le conditionnel et d’introduire une part de doute lorsqu’on utilise un modèle.

Mise en contexte biologique

C’est aussi un point faible souvent constaté. Les faits sont souvent désincarnés, surtout lorsqu’on travaille au niveau moléculaire et les candidats oublient fréquemment la problématique biologique qui sous-tend leur exposé. Il faut donc penser à contextualiser les faits en se recentrant par exemple sur les grandes fonctions du vivant ou sur les significations adaptatives ou évolutives. Il serait bon aussi de garder à l’esprit l’utilité éventuelle des connaissances soulevées : application médicales, industrielles…

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide