COMPOSITION SUR UN SUJET DE BIOLOGIE

Durée : 5 heures

"Quelques mécanismes de l’évolution biologique"

Préambule

Ce sujet comporte deux parties qui peuvent être traitées de manière indépendante.
La première partie est une analyse de documents à partir de questions.
La deuxième partie demande de faire une synthèse avec une démarche logique à partir de l’analyse d’un ensemble
de documents. Pour cette partie, une introduction, un plan détaillé et une conclusion sont attendus.
Seront prises en compte dans la notation : la clarté de la présentation et de la rédaction, la rigueur et la précision
de l’analyse et de l’interprétation des documents.
Dans la synthèse, les informations apportées par l’exploitation des documents seront intégrées au développement.
Des illustrations pertinentes, étayant votre raisonnement, seront appréciées.

Partie I

Analyse des documents 1 à 5
Le genre Alectoris comprend sept espèces dans le paléarctique. Trois sont exclusivement asiatiques (A. philbiy, A.melanocephala et A. magna) et ne seront pas étudiées ici. Les quatre autres (A. rufa, A. graeca, A. chukar et A.
barbara) sont présentes dans le bassin méditerranéen (voir documents 1 et 2) et feront l’objet de cette étude. Ce sont essentiellement des oiseaux thermophiles des milieux ouverts méditerranéens : garrigues, pelouses
rocheuses des adrets en montagne.

1.1 Après avoir donné le nom générique français des oiseaux du genre Alectoris, précisez le nom vernaculaire de A. rufa et A. graeca.
Les aires de répartition de ces deux espèces (A. rufa et A. graeca) sont en contact en France dans les Alpes du sud (massif du Mercantour). Une analyse génétique de ces deux espèces a été menée sur une partie de leur aire de répartition à partir de 95 individus de A. rufa et de 320 individus de A. graeca. Trois populations (notées 1, 2 et 3) de A. rufa, treize populations de A. graeca (notées de 6 à 18) et deux populations dans la zone de contact entre les deux espèces (notées 4 et 5) ont été échantillonnées. La variabilité allélique de six loci, codant pour six enzymes, a été étudiée par électrophorèse sur gel de polyacrylamide. Trois des loci possèdent trois allèles et les trois autres deux allèles. La fréquence de ces 15 allèles a été mesurée dans chacune des 18 populations. Quatre d’entre eux, dont la fréquence varie de 0,85 à 1 dans les populations de A. rufa et de 0,12 à 0 dans les populations 17 et 18 de A. graeca, ont été considérés comme caractéristiques de A. rufa. La moyenne de leur fréquence a été
retenue comme indicatrice de la fréquence des allèles caractéristiques de A. rufa dans chacune des 18 populations. Le résultat est donné dans le document 3.

1.2 A partir de l’analyse du document 3, précisez quelles sont les modalités de distributions des allèles dans les populations étudiées et les particularités de la zone de contact actuelle entre les deux espèces. Comment expliquez-vous les distributions alléliques observées ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide