L'évolution de la pensée de classe

  1. Bien que Max Weber (1864-1920) (lien) se soit intéressé à la question des classes et ait donné une définition à ce concept, il n’a pas véritablement produit une théorie des classes. Les propositions de M. Weber occupent néanmoins une position charnière entre les analyses en termes de classes et les analyses de classification statutaire.
  2. L’analyse de Weber est pluridimensionnelle : « les classes, les groupes statutaires et les partis sont des phénomènes de distribution du pouvoir dans une communauté donnée ». Il existe en effet selon lui trois hiérarchies qui ne se recoupent pas. Elles correspondent aux trois sphères que sont l’ordre économique (qui est à l’origine de classes), l’ordre social (où le prestige des positions occupées hiérarchise des groupes de statut) et l’ordre politique (où les partis s’affrontent pour la conquête du pouvoir). Ainsi pour Weber, on peut bien avoir une position élevée sur un axe (être un riche industriel par exemple) et basse sur un autre (être en même temps peu cultivé). Les classes ne constituent qu’une dimension de la stratification sociale et elles ont avant tout une signification économique
  3. Weber rejette également l’idée marxiste que la lutte des classes serait le seul principe de la dynamique sociale. Les classes ne sont pas des entités homogènes mais elles se transforment. Weber développe ainsi une vision nominaliste des classes selon laquelle les classes auraient une existence objective sans pour autant qu’elles puissent exister subjectivement dans la conscience de leurs membres.. Mais surtout Weber considère à l’inverse de Marx que « les classes ne sont pas des communautés ». La multiplicité des positions sociales pour un individu rend la conscience (et donc la lutte) des classes problématiques. On peut ainsi faire partie objectivement d’un groupe social (groupe d’appartenance) défini par le revenu ou le mode de vie tout en se sentant appartenir, de façon subjective, à un autre groupe (appelé groupe de référence).
  4. Ainsi la société est structurée par autre chose que le seul marché comme chez Marx. Le statut est un lien de nature extra-économique fondé sur le prestige social qui sert de principe de hiérarchisation. Weber esquisse ainsi une problématique de la distinction symbolique que reprendront par la suite plusieurs sociologues. Il distingue notamment les « sociétés d’ordre » où les distinctions statutaires sont garantis par des lois et des conventions et les sociétés modernes, également appelés « de classes » où « le statut, qualité d’honneur social ou d’absence de cet honneur (…) est presque entièrement conditionné aussi bien qu’exprimé par un style de vie particulier ». Il faut bien noter que cette notion de hiérarchie statutaire ne peut pas chez Weber être pensée sans la notion de différenciation en classes et surtout en oblitérant les concepts de domination et d’ordre légitime. C’est pourtant ce que feront certains courants sociologiques américains.
Superprof

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide

Poster un Commentaire

avatar