[NO h1 found]

 Joseph Aloïs Schumpeter (1883-1950) sur la pensée capitaliste

Il y a eu une éducation aristocrate et fait des études supérieures. Il s’est retrouvé ministre et a dirigé une banque qui a fait faillite vers 1929. Il a fuit l’Autriche pour les Etats-Unis au début des années 30 et il est devenu professeur d’université. Il suit les pensées des économistes classiques : C’est un hétérodoxe (il n’appartient a aucun courant).
Le capitalisme n’est pas statique, il est en permanence en évolution parce qu’il y a des innovations. Il remet en cause certains auteurs. De Marx il partage l’idée que le capitalisme va disparaître mais il n’en donne pas les mêmes raisons. Pour Marx, il avait la révolution qui mettrait fin au capitalisme.

Superprof

La pensée de Schumpeter

*L’évolution

L’évolution (e capitalisme n’est pas un état stationnaire). Etat stationnaire => économie où il n’y a pas de productivité. Pour augmenter la production, il faut augmenter le nombre de personnes ou de machines ou alors le nombre de capital.
Pour Schumpeter, les innovations ne se produisent pas en permanence mais par coup. Les innovations surgissent de façon discontinue et c’est donc dans cette façon que dans l’économie capitaliste il y a des cycles (ensemble d’événements qui se reproduisent de façon régulière et récurrente. Pour Schumpeter, un cycle est composé de 4 phases.
Il a montré que le cycle parait se voir par les statistiques.
Cycle KONDRATIEFF au cycle long : environ 50 ans, il y a un cycle qui commence.

Les cycles KONDRATIEFF correspondent à l’émergence des innovations majeurs ( aux qui modifient profondément les façons de produire).
Exemple d’innovations majeures : => machines à vapeur XVIIIe 1780-> 1850
=>L’électricité, moteur à l’explosion XIXe
=> L’informatique
A l’intérieur du cycle KONDRATIEFF, il y a d’autres cycles :
Cycle JUGLAR (10 ans) et à l’intérieur du cycle JUGLAR il y a le cycle KITCHIV (2-3a ns)
Il y a 5 grands cycles KONDRATIEFF :
Les 5 grands cycles Kondratieff : dénomination J.Schumpeter et prolongements

*Le cycle « révolution industrielle » (machine à vapeur) :1790-1848
*Le cycle «  Bourgeois » (rail, sidérurgie) : 1748-1893
*Le cycle  « néomercantilisme » (automobile, électricité, chimie) 1893-1940
*Le cycle stratégique (avion, pétrole, électronique) : 1940-1992
* Le cycle gestionnaire (système d’information, télécoms) :1992
Pour Schumpeter, les crises et phases de récession sont normales, elles font partis du système capitaliste. Il dit qu’il faut chercher la cause de la récession dans la phase de prospérité qui la précède.

INNOVATION

Pour comprendre cela, il faut comprendre les innovations.
Schumpeter démontre 5 types d’innovations ou « nouvelles combinaisons » qui servent à produire :
-Fabrication d’un bien nouveau (ex : Ford T) ou innovation de produit.
-Introduction d’une nouvelle méthode de production, de transport ou de commercialisation.
-Aventure d’un nouveau débouché (nouveau marché donc plus de clients)
- Création d’une nouvelle organisation (ex : passage de la manufacture à l’usine, formation d’un tout, monopole, fusion d’entreprise…)
-Découverte d’une nouvelle matière première ou énergie (ex : pétrole)

« DESTRUCTION CREATRICE »

Les innovations apparaissent « en grappes », donc à plusieurs être cela provoque un phénomène de « destruction créatrice » donc le fait que l’introduction des innovations vont détruire et remplacer les anciennes activités, les anciens emplois, anciens produits pour les remplacer par des nouveaux.
Celui qui est à l’origine des innovations c’est l’entrepreneur, pour Schumpeter c’est l’individus clé du capitalisme.

L’entrepreneur innovateur est un «  fou »,un marginale, il croit à quelques choses que personne croit.
L’entrepreneur imitateur, il adapte l’innovation qui permet l’expansion du produit, et cela va impulser le cycle.
La rente de monopole c’est ce que Schumpeter appelle aussi le SUR-PROFIT. Cela va motiver l’entrepreneur outre le goût du risque. C’est tous les gains que lui rapporte la mise en place d’une innovation sur un marché qu’en on est le premier surprofit est grand. Mais après la diffusion de la création, le sur profit baisse. Plus il y a diffusion moins elle rapporte car il sont plus nombreux donc plus de concurrences
Conséquences : 1) épuisement du surprofit
2) La saturation de la part des consommateurs
Les entrepreneurs sont donc sous l’obligation d’innover.
Pour Schumpeter, le capitalisme est voué à disparaître parce que pour lui il n’y aura plus d’innovation car pour lui il n’y aura plus d’entrepreneur innovateur. Mais plutôt des entrepreneurs gestionnaires dont l’objectif est d’assurer la où vise l’entreprise. Il y a éclosion d’entrepreneur gestionnaire car il y a un esprit bureaucratique. Le problème c’est que ce sont les bureaucrates qui prennent le dessus sur l’entrepreneur innovateur qui prend des risques.

Productivité est le moteur du capitalisme

Actualité prolongement de la pensée de schumpeter.

ROMER : croissance endogène (le fait de considérer que le progrès technique provient de l’action des décisions des agents économiques.)
Doc vide=> Tucker Coppola 1988 (la vie d’un entrepreneur)
Tucker illustre ce qui peut être l’entrepreneur schumpetérien : Un esprit imaginatif, aventurier, un dévient par rapport aux autres qui n’hésite pas à prendre des risques.
Oligopole, illustrent que Schumpeter nomme les entrepreneurs gestionnaires (elles ne font reproduire les produits déjà créer, il ne font que gérer leur part de marché, ils n’innovent pas). Ca reviendrait à dire d’innover les lignes de production et les entreprises n’ont pas envie d’être suivis.

Démonstration d’une limite du travail fordiste (travail à la chaîne). Cette organisation est difficilement adaptable aux innovations. D’où une des raisons de la crise fordiste dans les années 70.
Comment les grandes entreprises sont liées aux réseaux politiques.
Les problèmes de financement pour mettre en œuvre les innovations (commercialisations et diffusion. Tucker a fait appel aux prêts, émission d’actions (public, concessionnaire, banques), caution, publicités, spots.
Le film illustre dans le monde industriel la moindre innovation nécessite de forte levés de fonds.
La taille de l’entreprise n’est pas un facteur déterminant de l’innovation. En effet, les grandes entreprises ont l’avantage d’avoir les moyens financiers pour mettre en œuvre des bureaux de recherche et développement.
Les PME innovent plus, mais souvent elles n’ont pas les moyens de diffuser leurs innovations. La prise de risque est facile parce qu’elles n’ont pas grand-chose à perdre le que les marchés soient composée d’oligopole, obligent les PME à vendre leurs innovations, car elles n’ont pas les moyens pour les diffuser.
Pour Tucker, les innovations sont un facteur de l’amélioration des conditions de vies de la population. Ca permet le développement (le niveau de vie).
2ème de l’innovation
L’innovation est un des moteurs de la compétitivité dans un pays par rapport aux autres, face à la concurrence des autres. S’il n’y a pas d’innovation, les marchés intérieurs sur bouchés par les produits extérieurs.
Le film illustre une croissance endogène, la décision des individus, l’état peut financer la diffusion des innovations. En fait plus une population est innovante plus il y a des innovations (formation, études plus prolongées).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide

Poster un Commentaire

avatar