I. Qui produit ?

A) La production
Définition : la production est l'action de fabriquer des biens et des services qui satisfont des besoins individuels ou collectifs.
Production marchande: production vendue dans le but de réaliser un profit. Prix supérieur au coût. Ex: une voiture
Production non marchande: production faire pour un but non lucratif. Prix inférieur au coût. Ex: Enseignement. L'étudiant paye 500 euros et coûte 4000 euros par an.( déficit de 3500 euros).La fac est financée par les impôts. RER: billet = 5 euros
coût = 20 euros. = déficit de 15 euros.
Attention! Le même service peut relever d'une production marchande ou non marchande. Ex: enseignement supérieur; université publique propose un service non marchand, une école de commerce privée propose un service marchand.
Hopital (public): 1 nuit = 20E
coût = 1000E / nuit = non marchand

Clinique (privée): 1 nuit = 1100E
coût = 1000E / nuit = marchand

La production est assurée par des organisations productives : les entreprises produisent des biens ou des services.
--> ménages : productions domestiques
--> associations : (restos du coeur par exemple). Elles s'apellent les administrations privées. Ce sont des organisations productives qui produisent des biens ou des services non marchands.

Les administrations publiques : elles sont là pour produire des biens ou des services non marchands et appartiennent à l'Etat. On distingue les organisations productives en fonction de leur statut publique ou privé.

Les Organisations Productives

Statut

/ Production

Public Privé
Marchand Entreprises puliques (EDF) Entreprise privée (SFR)
Non Marchand Administration publique (Hôpital) Administration Privée (association)

B)La diversité des organisations productives

Administrations publiques
Centrale Collectivité territoriale Sécurité sociale
- ministères - mairie
- antennes locales - régions (décentralisé)
( service déconcentré) - département

IMPOTS - COTISATIONS

Les entreprises

Privées = entreprises individuelles Publiques = Nationalisées
= sociétés = S.E.M (Société d'Economie
Mixte)

Juridiquement parlant, on distingue les entreprises individuelles des sociétes:
- l'entrepeneur est seul propriétaire de l'entreprise individuelle, alors que plusieurs associés se partagent la propriété d'une société.
- par définition, une société a un capital social. Toujours par définition, le capital d'une entreprise individuelle a celui de l'entrepreneur.
- dans l'entreprise individuelle, la propriétaire est aussi gérant. Dans une société les propriétaires peuvent nommer un gérant.
- les associés d'une société ne sont responsables qu'à hauteur de leurs apports. L'entrepeneur individuel est responsable indéfiniment sur ses biens personnels.

Les groupes

Le secteur économique auquel correspond la fabrication de voitures est le secteur secondaire ( => produit des biens industriels) + financement des ventes = tertiaire
Primaire : Agriculture + mines
Secondaire : industrie (transformation de matière première)
Tertiaires : Services

Chaque entreprises n'a pas nécessairement une seule production. Plusieurs entreprises peuvent en fait appartenir à une seule production. Plusieurs entreprises peuvent en fait appartenir à une seule et une entreprise peut diverssifier ses activités. Quand une entrprise décide de diversifier ses marques ou sa productio, on dit qu'elle constitue un groupe. Ex: Danone, Carrefour, Pinault-Printemps-la Redoute, Coca-Cola, Bouygues, LVMH.
Quand une entreprise en rachète une autre, on parle de concentration.

Les meilleurs professeurs de SES disponibles
1er cours offert !
Thibault
5
5 (36 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (46 avis)
Thomas
20€
/h
1er cours offert !
Isarn
4,9
4,9 (21 avis)
Isarn
35€
/h
1er cours offert !
Daphne
4,8
4,8 (8 avis)
Daphne
32€
/h
1er cours offert !
Stéphan
5
5 (194 avis)
Stéphan
25€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (16 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (15 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (7 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (36 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Thomas
4,9
4,9 (46 avis)
Thomas
20€
/h
1er cours offert !
Isarn
4,9
4,9 (21 avis)
Isarn
35€
/h
1er cours offert !
Daphne
4,8
4,8 (8 avis)
Daphne
32€
/h
1er cours offert !
Stéphan
5
5 (194 avis)
Stéphan
25€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (16 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (15 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (7 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert>

II. Comment produire?

A)Combinaison productive
1)travail et capital

Définitions :
Facteurs de production: ensemble des élèments qui sont combinés pour permettre la production de biens ou de services. On distingue deux facteurs: le travail et le capital.

Travail : dépense d'énergie physique et intellectuelle servant à produire un bien ou un service.

Capital : ensemble de l'outillage et des équipements nécessaires à la production des biens (capital fixe) ainsi que les éléments qui sont transformés ou détruits dans le processus de production (capital circulant ou consommations intermédiaires.)

2) La combianaison des facteurs de production
Définitions:
Combinaison productive: proportion de capital technique et de travail utilisé pour produire. Peut-être plus ou moins capitalistique; c'est à dire incorporer proportionellement plus ou moins de capital.

Combinaison capitalistique : part du capital dans la combinaison productive plus forte.

Facteurs complémentaires : lorsqu'une seule combinaison productive est possible.

Facteurs substituels : lorsque l'entreprise peut effectuer un choix entre plusieurs combinaisons possibles.

B) L'efficacité productive
1) la productivité

4 formules pour calculer la productivité:
-productivité physique par tête : quantités produites / nombre de travailleurs
-productivité physique horaire : quantités produites / heures de travail
-productivité en valeur par tête : valeur de la production / nombre de travailleur
-productivité en valeur horaire : valeur de la production / nombre d'heures

La productivité est le rapport entre la production et les facteurs de production employés. Elle mesure l'efficacité d'une organisation productive. On peut mesurer la production de deux manières : par les quantittées produites (il s'agit de la productivité physique) ou par la valeur de la production (productivité en valeur). Pour mesurer la quantité de travail enployée, on peut utiliser l'effectif (productivité par tête) ou le nombre d'heures de travail ( productivité horaire).
Pour que la productivité augmente, il faut que la variation de la production soit supérieur à celle des moyens employés.

2) l'investissement
L'investissement, c'est l'ensemble des dépenses de biens et de services durables visant à augmenter, maintenir ou améliorer la production d'une organisation productive. On distingue la FBCF (achat de biens productifs) des investissements immatériels (dépense de services productifs).
On distingue 3 types d'investissements: - investissement de capacité, qui vise à augmenter la capacité de production.
- investissement de remplacement, qui vise à remplacer du matériel cassé.
- investissement de productivité, qui vise à améliorer l'efficacité productive.

3) innovation et progrès technique
Définitions:
Innovation : correspondant à un nouveau procédé ou produit, elles est l'application industrielle et commerciale d'une invention, c'est à dire la fabrication et la vente à grande échelle de cette dernière.

Invention: application d'une découverte scientifique dans le domaine technique sous la forme d'un produit nouveau ou d'une technique de production nouvelle.

Le progrès technique c'est l'ensemble des innovations qui mène à la création de nouveaux produits (biens ou services) ou à la mise au point de nouveaux procédés (méthode, outils, machines...).
Découverte
Invention = Progrès Technique
Innovation

Le processus de progrès technique est au coeur de la réussite des économes d'aujourd'hui. Le premier pays, ou entreprise, à avoir développé une innovation prend l'avantage sur ses concurrents.

III. L'entreprise, lieu de travail et de relations sociales

A) L'organisation du travail
1) La Révolution Taylorienne

Taylor est un ingénieur qui, au début du XXeme s'est attaqué à la flanerie des ouvriers. Il a constaté qu'existait dans les entreprises une flânerie systématique dù à la mauvaise organisation du travail. Pour Taylor, les relations entre patrons ou ouvriers sont biaisées (elles ne sont pas saines, franches). Le patron rend sesponsable l'ouvrier de la flânerie alors que l'organisation de l'entreprise ne permet pas à l'ouvrier d'être efficace. L'organisation scientifique du travail par l'ingénieur doit fournir, doit donner, un cadre rigoureux, objectif, indiscutable, dans lequel peuvent prendre place les relations entre petrons et ouvriers.

Principe de l'organisation scientifique du travail.

Séparation du travail de conception Sélection et formation Contrôle du travail
du travail d'execution de la main d'oeuvre effectué par la hierar
chie et rémunération
en fonction de la confo
-rmité des tâches au
travail proscrit.

Henri Ford, patron de l'industrie automobile prolonge le taylorisme dans l'industrie américaine des années 1920 - 1930. Il perfectionne le taylorisme d'un point de vue technique avec une plus grande mécanisation (chaine de montage) et avec une plus forte rationnalisation du travail humain (tâches répetitives, parcielisées).

Fordisme

Capital Travail
= mécanisation =tâches répétitives

Hausse de salaire
-> compenser la pénibilité du travail
-> sélectionner les travailleurs = Entreprise
-> motivation
-> stabilisation de la main d'oeuvre
-> débouché = Economie

Cet enrichissement repose principalement sur l'augmentation du salaire : "5$ day" qui a de multiples vertus: diminution du turn-over (rotation de la main d'oeuvre) etc. La hausse de la productivité et l'augmentation des revenus a crée ce que l'on appelle le cercle vertueux du fordisme.

Travail à la chaine ----> Gains de productivité ----> Prix en baisse ----> Augmentation des ventes

----> Augmentation de la production ----> Augmentation de la demande
création d'emplois

2) Les limites du taylorisme et du fordisme

T+F = 1910 -> 1970. Organisation du travail crée en 1910 et remise en cause en 1970.
------> Insatisfaction d'une demande différencié à cause de la standardisation.
------> Mauvaise qualité et multiplication des défauts.
------> Agravation des problèmes humains (stress, résistance au travail, absences...).

B) Un nouveau modèle d'organisation du travail ?
Apparait au Japon une nouvelle organisation du travail : le Toyotisme (ou Ohnisme). Il va prendre le contre pied du taylorisme et du fordisme. Idée générale : le fordisme est rigide, il faut mettre en place un modèle souple.

TOYOTISME

TAYLORISME

autonomisation hiérarchisation des tâches
réduction de stocks logique de production intensive
diversification des produits production uniforme
normes de qualités norme de quantités
réduction des pannes système rigide

On dit que le toyotisme repose sur le système des 5 zéros olympiques:
- O stocks tant en amont qu'en aval.
- O délais -> s'adapter à la demande en temps réel.
- O papiers -> taylorienne = masses de papiers. toyotisme = communication souple : économie.
- O pannes -> toyotisme accorde plus d'importance à la continuité de la production qu'à sa quantité.
- O défauts -> d'une manière générale, la toyotisme remet en cause les fondements même de l'organisation taylorienne. Les équipes de travail sont autonomes, la conception est associé à l'execution. De même, l'entreprise toyotienne ne cherche pas à imposer ses produits mais s'adapte à la demande.

2) Le néo taylorisme
De 1984 à 1998, le nombre de travailleurs déclarants effectuer un travail répétitif a augmenter de 50%, passant de 20% des travailleurs. Le travail répétitif existe toujours en France.

Néo- Taylorisme = travail répétitif
séparation travail conception / execution
tertiaire
qualité

IV. Où va la production ?

A) La valeur ajoutée : mesure de la richesse

Valeur ajoutée différente du chiffre d'affaire (valeurs des choses vendues).

Valeur Ajoutée = Chiffre d'Affaire - Consommations Intermédiaires

Comme la valeur ajoutée mesure la richesse crée par une entreprise, elle peut tout aussi bien mesurer la richesse créee par un pays. Le PIB est la somme des Valeurs Ajoutées de toutes les entreprises présentes sur le territoires national, quelques soient leur nationalités. PNB : somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises nationales, quelques soient leurs implantations.

B) La répartition de la valeur ajoutée

Valeur Ajoutée : 3 agents économiques ont contibués à la production. Ces agents sont d'abord les facteurs de production:
- travail (salariés)
- capital (entreprises, actionnaires)
A ces deux agents s'ajoute
- l'Etat.
On considère qu'il participe car il contibue à la construction des infrastructures, forme les travailleurs, les soigne etc...

Définitions: Amortissements: sommes misent en réserve pour compenser l'usure des machines et préparer leur remplacement.

E.B.E : part de la Valeur Ajoutée destinée à l'entreprise. E.B.E = V.A - salaires- impots.

Bénéfices : E.B.E - amortissements - interets

Besoin d'un professeur de SES ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !