D'où vient ce courant économique appelé monétarisme ?

L'idée de Friedman

Le monétarisme est un terme apparu à la fin des années 1960 pour qualifier un courant de pensée économique pour lequel l'action de l'État en matière monétaire est inutile voire nuisible. Le chef de file de ce courant, Milton Friedman, a cherché à réhabiliter la théorie exogène (déterminée par la banque centrale),

  • la demande de monnaie est stable,
  • l'inflation est « partout et toujours un phénomène monétaire »,du à l'augmentation trop rapide de la masse monétaire (moyens de paiement mis en circulation)
  • les agents font des anticipations adaptatives qui diminuent à long terme l'effet des politiques conjoncturelles,
  • il existe un taux de chômage naturel en-dessous duquel l'économie ne peut pas descendre sans déclencher l'inflation.
Superprof

La courbe de Phillips

La courbe de Phillips est une constatation empirique d'une corrélation entre le chômage et l'inflation. Le taux de chômage est en abscisse et l'inflation en ordonnée, cette courbe est monotone convexe décroissante. Friedman va modifier la lecture de cette courbe de la manière suivante: « en augmentant la masse monétaire, les autorités font croire aux travailleurs que leur salaire réel a augmenté, ce qui les conduit à augmenter leur offre de travail. A court terme on a donc une diminution du chômage, mais rapidement les travailleurs s'aperçoivent que les prix ont augmenté en même temps, ils diminuent donc leur offre de travail. » Deux conséquences :

  • Premièrement, le niveau de chômage revient à son niveau « naturel », mais les prix ont augmenté ! La courbe de Phillips se déplace donc « vers le haut ».
  • Deuxièmement, Friedman en déduit que la courbe de Phillips de long terme est une droite verticale avec comme abscisse le taux de chômage « naturel », elle démontrerait alors l'inefficacité des politiques économiques sur le long terme.

Des nouveaux classiques se sont opposés à Friedman en défendant des hypothèses comportementales sensiblement différentes. Les monétaristes supposent des anticipations adaptatives, les agents s'adaptent en fonction de la situation présente. Ils peuvent être trompés par une politique économique qui sera alors efficace à court terme mais néfaste à long terme quand les agents se rendront compte de leurs erreurs. Pour les nouveaux classiques, les anticipations sont rationnelles. Les agents raisonnent en termes réels et ne peuvent être leurrés par une politique monétaire, qui sera donc inefficace à court terme comme à long terme.  

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar