Quelles sont les limites de la croissance ?

La croissance économique constitue l'un des quatre «angles» du carré magique de Kaldor (croissance, plein-emploi, maîtrise de l'inflation et équilibre de la balance des paiements) et est donc à cet égard un objectif important de politique économique. Mais pour avoir les moyens d'agir sur elle, il est nécessaire de pouvoir la définir avec précision et de cerner ses sources et ses limites.

Comment définir la croissance ?

• On peut définir la croissance comme l'augmentation soutenue, pendant une période longue, de la production d'un pays.

La Comptabilité nationale définit l'activité de production comme une activité socialement organisée destinée à créer des biens et des services habituellement échangés sur un marché et/ou obtenus à l'aide de facteurs de production s'échangeant sur un marché. Autrement dit, on parle de production lorsque le travail et le capital employés sont rémunérés. La croissance est la hausse de cette production.

• L'augmentation sensible de la richesse créée n'est un témoignage de croissance que si elle résulte d'un changement dans les conditions de production et non d'un événement extérieur ponctuel. Il faut donc que le mouvement ascendant soit durable et non aléatoire.

La croissance économique se mesure avec le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB). Le PIB est la somme des valeurs ajoutées réalisées par les agents économiques résidant dans un pays. On comptabilise aussi dans le PIB la valeur ajoutée par les administrations.

Superprof

D'où vient la croissance ?

• La croissance étant l'augmentation de la production, il faut, pour en trouver les origines, se tourner vers ce qui est nécessaire pour produire : le travail et le capital. On parle de croissance extensive lorsqu'elle est obtenue principalement par l'augmentation des facteurs mis en œuvre. Ainsi, si la population active occupée est en augmentation, la croissance en sera favorisée. En revanche, la croissance intensive est obtenue par une utilisation plus efficace des forces productives.

• La principale source de la croissance réside dans la hausse durable de la productivité du travail, c'est-à-dire dans la mise en œuvre de facteurs susceptibles d'améliorer l'efficacité du travail (37 heures de travail étaient nécessaires, en 1865, pour produire une tonne de ciment ; seulement 4 heures en 1948).

• La productivité du travail augmente sous l'effet de trois phénomènes : – l'accumulation du capital productif, c'est-à-dire l'accroissement du stock de capital utilisé pour la production. En effet, la production est plus efficace si elle est accompagnée d'un flux d'investissement régulier et soutenu (depuis la fin de la révolution industrielle, le stock de capital est de plus en plus élevé : 154 milliards d'euros en 1913 contre 1 143 milliards en 1997); – une spécialisation accrue, qui passe par la mise en place d'une division du travail poussée et d'une organisation de la production performante. Les gains de productivité réalisés par l'usine Ford suite à l'application des principes du taylorisme-fordisme en témoignent; – le progrès technique et l'innovation. Très difficile à cerner et à mesurer, le progrès technique peut se définir comme l'ensemble des innovations qui entraînent une transformation ou un bouleversement des moyens et méthodes de production, de l'organisation du travail, des produits et des marchés, des structures de l'économie. L'innovation favorise la croissance car elle permet aux entreprises de dégager des gains de productivité et d'investir davantage donc de soutenir la croissance.

• Ainsi, la croissance dépend des choix individuels des entrepreneurs en matière d'investissement et de Recherche&Développement, mais aussi des décisions publiques en matière d'infrastructures, de soutien à l'innovation et à la formation.

Quelles sont les limites de la croissance ?

• Cependant, depuis quelques années émergent des interrogations sur les bienfaits de la croissance comme fin en soi. En effet, la croissance, c'est-à-dire l'augmentation de la production, est un mécanisme purement quantitatif qui utilise des ressources primaires non renouvelables et qui a des répercussions sur l'environnement. Quand les émissions de CO2 mettent en danger la qualité de l'air, quand la pollution des eaux souterraines génère des inquiétudes pour la santé humaine, la prise en compte des effets des activités économiques sur l'environnement paraît urgente.

• L'approche en terme de développement durable est une façon de prendre en compte ce phénomène. Le développement durable est une conception du développement respectueuse de l'environnement. Il implique de ne pas gaspiller ni les autres ressources naturelles, de protéger l'environnement de façon à ce que les générations futures disposent encore des moyens de satisfaire leurs besoins.

• De plus, le PIB est avant tout un indicateur exclusivement économique qui ne parvient pas à prendre en considération le mode de vie de la population, ses conditions de travail, ses qualifications, sa protection sociale... d'où la nécessité d'utiliser un autre indicateur: l'IDH (indicateur de développement humain).

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide

Poster un Commentaire

avatar