Comment gérer l'expansion de l'économie ?

Introduction

«Le marché automobile se porte mal», «le marché de l'immobilier s'est écroulé ce trimestre», toutes ces phrases nous les entendons lorsque nous allumons la télévision, mais qu'entendons-nous par «marché» ?

Le marché est au sens économique, le lieu réel ou fictif où se rencontre les demandes et les offres des biens ou des services, et surlesquels vont s'établir les prix. Les demandes correspondent à ce que veulent acheter les clients, tandis que l'offres sont les productions que vendent les vendeurs. Pour les économistes classiques et néo-classiques le marché est un processus naturel né du besoin des hommes à vouloir (dans un premier temps) se rencontrer, c'est le lien social, duquel découle (dans un second temps) l'envie de ces mêmes hommes de s'échanger des biens et des services dans le but d'accéder à un degres supperieur de satisfaction, c'est le lien économique.

A l'aube de l'humanité, ses échanges marchands se faisaient par le bié du troc: l'échange d'un bien ou service par un bien ou service de valeur équivalente. Puis, afin de faciliter ce lien économique, l'homme inventa la monnaie. C'est avec l'invention de cette derniére qu'est néee la marchandisation et le capitalisme, c'est à dire que desormais tout devient une marchandise y compris les biens non-marchands et que donc tout peut être vendu sur le marché. Ainsi, selon Adam Smith, le plus grand économiste classique (ou libéral), «l'homme est de nature égoïste» ce qui explique qu'il se soit si bien adapté à ses théories.

Je me suis donc posé les deux questions suivantes, de quelle(s) maniére(s) les rapports marchands se sont étendus ? Cette expension est-elle infini, ou alors connait-elle déjà ces limites ?

Dans une premiére partie, nous nous interreserons à l'expansion de ces rapports et dans une seconde partie, nous allons voir que cette croissance n'est pas inéluctable.

Superprof

L'extension des rapports marchands

Dans cette partie, nous allons voir qu'il existe plusieurs causes à ce phénomène et nous verrons les conséquences qu'il peut y avoir sur la société.

 

Les causes de cette extension

Nous allons étudier les trois principales causes qui sont le systéme économique dans lequel nous vivons, les idées liberales adoptées et la mondialisation.

 

Depuis les Révolutions Industrielles des XVIII et XIX eme siécle, le model capitaliste, évoqué dans l'introduction, est l'unique systéme économique à avoir fait ses preuves, bien que d'autre existe comme le communisme. Le capitalisme a pour but de faire du profit, donc d'amasser du capital, tous ce que l'homme aime par nature. Le meilleur moyen d'y arriver et la vente. D cette maniére, les rapports marchands n'ont sans cesse augmenté atteignant aujourd'hui leur âge d'or grace à la troisiéme Révolution Industrielle et aux nouvelles technologies comme les biotechnologies.

Selon les libéraux, l'Etat ne doit pas intervenir dans l'économie quel que soit le pretexte et se limiter aux fonctions régaliénne (Défense,Justice et l'Odre), on parle alors d'Etat gendarme. Etant donné que l'Etat n'intervient pas le marché est libre, il fait ce qu'il veut, donc augmenter ses rapports marchands. De plus, le marché s'autorégule, c'est à dire qu'il va par lui-même trouver un prix qui permet d'égaliser l'offre et la demande, donc pas de crises longues possible. Le marché «libéral» est comme un enfant qui n'a pas de régles auxquelles obéir (les parents [l'Etat] n'intervenant pas) et qui s'il fait des bêtises ne sera pas punit. L'enfant est en pleine liberté et fais ce qu'il veut.

Une autre cause de cette extension, et à laquelle nous asistons de nos jours, est la mondialisation. Cela signifie qu'au lieu d'échanger au sein d'un marché national en semi-autarcie, nous avons un marché international sans aucune mesures protectionistes. La mondialisation est accélérée par Internet, car l'on peut échanger à toute la planéte. L'extention des rapports marchands s'expliquent donc par l'explosion du marché à l'échelle mondiale et donc du nombre de possibilité de rapport marchand

Les conséquences négatives sur la société de cette extension

Nous allons étudier les deux principales conséquences qui sont lié aux limites du capitalisme et du libéralisme. Pour la deuxiéme conséquence, nous ferons une étude de cas sur l'Assurance Maladie dans un pays très libéral : les Etats-Unis et un pays moins libéral : la France

Comme nous l'avons vue précedement, la capitalisme a pour but d'amaser du capital en réalisant du profit. Cependant, comme pour tout, il a des limites. Par exemple, puisque tout se vend (marchandisation), certains individus vont abuser et vendre leur corps (prostitution, mére porteuse, trafics d'organe de bébés,...) ce qui est illégal. Ces individus vont donc franchir ses frontiéres clairement établit par la loi et de ce fait vont se marginaliser. Un deuxiéme exemple, c'est la privatisation du patrimoine national. Comme tout le monde le sait l'Etat français est endétté, les revenus des impôts et des taxes ne sufisent plus, l'Etat doit vendre ses biens. Ainsi, à la fin du quiquéna du président Nicolas Sarkozy, l'espace de travail des fonctionnaires doit passer de 15m² à 12m², l'Etat vend donc de nombreux bureaux, immeubles, hotels particuliers,...

Les Etats-Unis sont LE pays libéral par exélence au même titre que le Royaume-Uni. Cela signifie que conformément à ce que voulait Adam Smith, l'Etat est un Etat gendarme. Il y a donc aux U.S.A pratiquement que des hôpitaux et cliniques privées. Or, comme le soulignent Marc Chevalier et Guillaume Duval dans leur article «Assurance maladie : vive le monopôle», paru dans l'Alternatives Economiques n°227,les assurances maladies américaines remboursent que les soins des personnes qui peuvent cotiser pour leurs futures soins, les pauvres en sont de fait exclus. En France, la Sécurité Sociale et la Caisse d'Assurance Maladie remboursent tous le monde sans distinction et cela se traduit par une meilleur espérance de vie qu'aux U.S.A. Donc les limitent du libéralisme entrainent une progression des inégalités riches/pauvres.

Nous venons de voir, dans cette premiére partie les différentes causes et conséquences de ces rapports marchands, nous allons maitenand voir si ces rapports marchands sont inéluctable.

N'est pas inéluctable !

Dans cete partie, nous étudieronsle cas français face aux raports marchands, puis nous verrons les formes de rapports non-marchands où l'argent et le capitalisme sont exclus.

La France face à l'extention des rapports marchands

Comme nous l'avons nu précédement, la France n'est pas entiérement libérale. Nous nous interesserons au domaine médical et au domaine éducatif.

 

Comme nous l'avons vu tout à l'heure, il y a de fortes différences entre les U.S.A et la France en matiére de santée. En effet, aux U.S.A on préviligit ceux qui ont de l'argent et qui peuvent se payer une assurance vie, contrairement à la France. Cette derniére s'occupe mieux de ses habitants, les chiffres parlent d'eux-même : 352 cancers pour 100.000 habitants aux U.S.A contre 282 en France selon Marc Chevalier et Guillaume Duvel. Donc en matiére de santée la France résiste pour le moment à la marchandisation des soins et au libéralisme puisque la Sécurité Sociale est publique et est financée par l'ensemble des unités résidentes en France.

Cependant, dans le dommaine de l'éducation, ce n'est pas le même constat. Certes, on peut se dire qu'un individu quelque soit sa place sociale peut accéder à de grandes écoles, ainsi selon le ministére de l'éducation, durant l'année scolaire 2005/2006, 4,3% des élèves de la section de technicien suppérieur était fils d'agriculteur ou d'exploitant. Tandis qu'aux U.S.A une fois de plus seul les plus riches peuvent faire de grandes études. Néammoins, lorsque l'on sait que (pratiquement) toutes les écoles suppérieurs sont privées en France. On peut se poser la question de savoir si le libéralisme n'est pas le vainqueur de l'éducation suppérieur ? Voir même du primaire et du secondaire, car il existe de plus en plus de colléges et de lycées privées.

Des alternatives possibles ?

Dans cette derniére partie, nous verrons les rapports non-marchands comme les S.E.Ls et le bénévolat, puis nous alons voir une alternative au capitalisme : l'altermondialisme.  

«Existe-t-il une autre économie ?» c'est ainsi que commence l'article de Bernard Maris de son article «Anti-manuel d'économie» paru en 2003. Selon lui, plusieurs hommes de différentes classes sociales ont tenté de mettre en place des S.E.Ls. Se sont des réseaux où les membres échangent leur savoir-faire, non pas cotre de l'argent, mais contre des heures de travail, le but étant à long terme de réduire les inégalités, que les 350 plus riches possédent autant que le reste de la population. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, c'est une économie qui ne repose pas sur l'argent.

Dans la suite de son article, Bernard Maris, nous parle des l'altermondialistes qui luttent contre la marchandisation, comme le prouve leur slogan «Le monde n'est pas une marchandise». Ces groupes de personnes dont José Bové est le chef de file en France «refusent de soumettre la vie aux [...] multinationales, qui creusent le monde [...] pour en extraire une illusoire valeur».

Nous venons de voir que ces rapports marchands ne sont pas inéluctables dans certain dommaine et dans certain pays et que même, commencent à se mettre en place une opposition depuis une vingtaine d'années.

Conclusion

Nous avons étudié les causes de l’extension des rapports marchands qui sont essentiellement dûes au système capitaliste, à la théorie libérale et à la mondialisation. Les conséquences négatives sur la société qui sont de deux ordres marginalisation des individus et progression des inégalités riches/pauvres. Puis nous avons étudié le système médical et éducatif français et avons constaté que la France n'est pas un pays très libéral et pour finir, nous avons vu que des alternatives sont possibles comme les S.E.Ls ou l'altermondialisme.

Donc temps que le capitalisme existera, les rapports marchands seront majoritaire. Déjà, les hommes ont tenté de l’éradiquer, mais cela ne marcha pas. Mais demain, serrons-nous prêt à abandonner la monnaie et à nous tourner vers un monde plus égalitaire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar