Prendre soin de son corps avant tout

“Un esprit sain dans un corps sain” (Juvénal)

Cela signifie "prenez soin de votre santé physique si vous voulez optimiser vos capacités intellectuelles".
Cette vérité qui s’applique à tous les élèves devient fondamentale pour les étudiants en classe préparatoire ou tout autre filière sélective. Ceux-là passent beaucoup de temps à travailler et risquent de négliger leur santé.
Vous ne trouverez pas de conseils irréalisables du style manger bio, sans gras, ni sel, ni sucre, dormir 12h par nuit et faire du sport tous les jours!
Voici quelques conseils faciles à appliquer au quotidien et qui vous permettront de “tenir le coup” car il faut arriver en bon état au moment de passer ses examens ou ses concours !

Comment faire du sport en prépa ?
Le sport c'est la vie !
En effet, il est important de bien garder une activité sportive et de sortir pendant la prépa. Si vous vous enfermez, vous finirez par le regretter et perdre en capacité de concentration.
  • Pour le sommeil, ne diminuez pas trop sa durée par rapport à vos besoins. Ne dormir que 5h pour finir son devoir est ridicule ! La journée du lendemain serait fichue ! Il faut vous organiser, par exemple en vous avançant vraiment le week-end (certains l’oublient). Si malgré cela, vous n’avez pas terminé à minuit, arrêtez quand même, dormez et expliquez sincèrement le problème à votre professeur le lendemain. En principe, Il comprendra la situation.
  • Ne négligez pas le sport : dans certaines classes prépa, 2h sont prévues à l’emploi du temps. Ne trouvez pas d’excuses vaseuses pour ne pas y participer. Le week-end, un jogging, une marche en forêt ou une séance de natation en piscine sont à la portée de tous. Le sport vous videra la tête et votre travail sera ensuite beaucoup plus efficace. Si vraiment vous détestez le sport, marchez ... remplacez un trajet en métro ou bus par une marche rapide.
  • Ne laissez pas traîner un mal de gorge, une fièvre, un mal de dents ... Les problèmes de santé pris au début sont vite résolus, sans trop de fatigue.
  • Faites attention à votre alimentation : un petit-déjeuner copieux le matin avant les cours (pas pendant) faits de sucres lents : céréales ou pain pour tenir le coup jusqu’au déjeuner. Dans la matinée, en cas de fringale, privilégiez un fruit. Non, pas des fraises Tagada... Évitez les bonbons justement. Et pour le reste, pensez à la recommandation “5 fruits et légumes par jour” quand vous choisirez vos plats à la cantine.
Les meilleurs professeurs de Physique - Chimie disponibles
Greg
5
5 (120 avis)
Greg
120€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Houssem
4,9
4,9 (111 avis)
Houssem
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sébastien
5
5 (75 avis)
Sébastien
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Pierre-thomas
5
5 (46 avis)
Pierre-thomas
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ahmed
4,9
4,9 (85 avis)
Ahmed
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (130 avis)
Chrys & chris
78€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Antoine
4,9
4,9 (94 avis)
Antoine
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Philippe
4,9
4,9 (31 avis)
Philippe
32€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Greg
5
5 (120 avis)
Greg
120€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Houssem
4,9
4,9 (111 avis)
Houssem
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sébastien
5
5 (75 avis)
Sébastien
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Pierre-thomas
5
5 (46 avis)
Pierre-thomas
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ahmed
4,9
4,9 (85 avis)
Ahmed
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (130 avis)
Chrys & chris
78€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Antoine
4,9
4,9 (94 avis)
Antoine
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Philippe
4,9
4,9 (31 avis)
Philippe
32€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Faire face au découragement

Il existe plusieurs facteurs pouvant entraîner un découragement.

Tout d'abord la fatigue qui s'accumule lorsqu'un élève se couche plusieurs fois de suite un peu tard, pour terminer la rédaction d'un devoir, la préparation d'une colle ou d'un devoir surveillé.

Un autre facteur de découragement est bien-sûr une moins bonne réussite que l'année précédente, une note de DS catastrophique, une colle complètement ratée, une remarque un peu dure d'un professeur, l'impression que les efforts fournis ne portent pas leurs fruits.... Bref, l'élève pense qu'il va rater son année, qu'il est incapable de suivre et qu'il ne sera jamais pris en seconde année.

Pour les internes, s'ajoutent à ces deux raisons la séparation avec la famille, très difficile à supporter par ceux qui jusqu'alors étaient choyés dans le cocon familial.

Prendre du recul

Déjà, réalisez que les vacances sont proches ! Cette coupure sera bénéfique pour tous.

Elle vous permettra bien-sûr de dormir plus et de récupérer. Ce n'est pas franchement la période pour faire la fiesta tous les soirs avec vos copains. Vous arriveriez en classe encore plus fatigué qu'avant les vacances.

Beaucoup d'internes pourront retourner dans leur famille pour se faire chouchouter par leurs parents. Vous pourrez alors reprendre confiance en vous quels que soient vos résultats.

Après quelques jours sans travail pour vraiment reposer vos méninges, faites un bilan de votre travail et de vos résultats : les notes dans toutes les matières à l'oral et à l'écrit, les remarques des professeurs,  la progression...

Analysez vos points faibles et vos points forts, demandez-vous si les mauvaises notes étaient dues tout simplement à un manque de travail ou à un travail fait à la dernière minute. Et prenez de bonnes résolutions si nécessaire.

Profitez des vacances pour vous avancer et revoir à fond les chapitres en cours, vous suivrez mieux à la rentrée.

Réfléchissez à vos méthodes de travail : les questions de cours sont-elles toujours bien apprises ? Préparez-vous les séances de TD ou recopiez-vous les solutions ? Un test, ce sont les notes de colles : si elles descendent en-dessous de la moyenne, c'est que le cours n'est pas assimilé ! Suivre une prépa demande une constance dans le travail et si vous n'avez pas l'intention de vous y mettre, changez de voie.

Depuis le début de l'année, après les premières notes et en suivant les conseils des professeurs, vous avez justement modifié votre méthode en travaillant d'une façon plus approfondie. Vous êtes découragé de ne pas progresser. Il faut savoir que les progrès vont arriver petit à petit.

Continuez, persévérez dans cette voie et sachez que le travail que vous effectuez n'est pas perdu. Il sera rentable à moyen et long terme donc soyez patient. Ayez en tête que vous avez encore presque deux ans pour vous préparer aux concours.

Une dernière remarque : ne soyez pas traumatisé par le passage en seconde année. Il est beaucoup trop tôt pour y penser. Et en plus souvenez-vous que la très grande majorité des élèves passent en seconde année. Donc si vous êtes motivé, si les matières étudiées vous plaisent, travaillez intelligemment et voyez le côté positif de ces études : si vous tenez le coup deux ou trois ans, vous réussirez un concours car il y a de la place pour tous les élèves.

Les Travaux Pratiques

En TP, faites-vous des fiches sur chaque instrument utilisé, des électrodes au montage nécessaire à la fabrication d’un organomagnésien. Utilisez des livres ou Internet pour les compléter. En classe préparatoire, les TP constituent pour votre jury de concours une mine de questions de cours. Le temps que vous y consacrerez sera récompensé. Il est au contraire très mal vu qu’un étudiant ne sache pas répondre à une question de TP.

Les Travaux Personnels d'Initiative Encadrée (TIPE)

Ce travail est très compliqué en MPSI, puisque vous serez très vite limité par le matériel, par la disponibilité de vos objets d’étude et la complexité des expériences.

Plus tôt vous commencerez, plus tôt vous finirez. Quoiqu'il en soit, ne passez pas trop de temps sur les TIPE. Réussir vos écrits est prioritaire. De plus, il suffit d’un jury non réceptif pour obtenir une note très décevante. Travaillez bien votre rapport. Les professeurs-encadrants sont là pour vous apprendre à rédiger un document scientifique.

Qu'est-ce que le TIPE ?
Les TIPE sont des travaux de groupe qui vous mèneront à une réflexion sur un sujet précis. Cette étude sera justifiée par un rendu à l'écrit et un oral dans lequel vous exposerez vos conclusions.

Les entraînements aux oraux (colles)

Le stress inhibe non seulement la réflexion, mais aussi la mémorisation. Certains colleurs n’en tiendront pas compte, et pensant vous aider, vous asséneront des informations sans aménité après vous avoir rapidement, mais efficacement démoli le moral. Prenez l’habitude de tout prendre par écrit aussitôt, et ajoutez cela plus tard, au calme, à vos connaissances.

Prenez du recul. Vous êtes adultes aux yeux de la loi et aux vôtres, vous devrez le paraître aux yeux des jurys du concours. Vous n’avez rien à perdre à une colle, personne ne vous veut de mal, et vous avez rédigé, lu et appris votre cours.

C’est donc serein que vous devez aborder ces épreuves.

Mieux vous saurez votre cours, plus ce sera facile. Plus vous vous resterez calme, plus facile cela sera la fois suivante. Si vous avez des critiques à faire au colleur, dites-le lui franchement. On voit rarement quelqu'un oser le faire, ce qui est dommage : un colleur dont les élèves ont peur ne leur est pas utile.

Si un camarade oublie ces lignes, rappelez-les-lui. L'efficacité prime toujours dans la préparation et au tableau. Ecrivez vite, parlez à un débit correct et assuré, avec une voix forte, claire, articulée. Plus votre discours sera fluide et rapide, plus vous donnerez l’impression de maîtriser votre sujet.

Vous devez paraître sérieux, à l’aise avec votre sujet, à l’aise avec la matière. Mais vous n’avez pas le temps, la plupart des sujets de concours sont très longs, ne pensez qu’à en faire le plus possible. N’attendez pas les réponses des colleurs, les jurys du concours ne sont pas censés vous adresser la parole outre mesure.

Corrigez vous-même les étourderies que vous avez faites dans votre préparation. Donnez seulement les résultats, on vous demandera les calculs si des points sont prévus pour. Les sujets de colle étant plus courts et plus faciles qu’au concours, vous devez parvenir à les terminer dans le temps imparti.

Eviter de tomber dans la démotivation

S'arrêter quand ça ne va pas

Si vous êtes trop fatigué pour travailler, ne vous acharnez pas, dormez pour être efficace le lendemain. Une soirée de retard pris n’est pas grave. Par contre si vous vous entêtez, vous serez incapable de suivre correctement le lendemain et le problème se posera à nouveau le soir suivant. Donc apprenez à vous arrêter.

Pourquoi sortir en période de révision ?
Quand vous en avez marre : sortez dehors et allez faire une petite promenade. Il n'y a rien de mieux que de prendre un peu l'air pour se vider la tête et penser à d'autres choses.

Faire du sport et continuer à sortir

Placez des séances de sport dans votre emploi du temps. Vous passez vos journées sur une chaise, vos nuits dans un lit, votre corps en pâtira si vous ne le réveillez pas une à deux fois par semaine au moins. Peu importe le sport : marche, footing, volley, tennis de table, basket, piscine, musculation, danse… consacrez-y un minimum vital de temps. La fatigue sera bonne.

Un loisir sauvegardé, casé dans votre emploi du temps ou en électron libre, vous délivrera de nombreuses peines et fatigues : promenade, jeu vidéo, soirée, cuisine, lecture, musique, chant, jeu de société, temps consacré à votre animal de compagnie, n’abandonnez pas l’activité qui vous apaise le plus. Prenez cependant garde qu’elle ne déborde pas sur votre temps de travail.

Garder des relations sociales

Ne cédez pas à l’abattement dans la solitude. Il faut absolument parler. Parlez à vos camarades, vos professeurs, vos colleurs, vos amis, vos parents, grands-parents, peu importe, il faut absolument se soulager lorsque le doute, le découragement, l’énervement vous assaillent.

Bien manger pour être en bonne santé

Vous apprendrez vite que le cerveau se nourrit principalement de glucose.

Petits déjeuners, repas du midi, goûters, doivent être riches en sucres lents, pains, céréales, pâtes… Vous maigrirez bien assez, ne vous inquiétez pas.

Les nutritionnistes recommandent un petit déjeuner solide pour tenir la matinée, un repas de midi équilibré pour tenir jusqu’au soir, un goûter pour reprendre un peu d'énergie, et un repas du soir plus léger pour bien dormir.

Si vous en sentez le besoin, ajoutez un goûter dans la matinée. Il faut boire de manière régulière tout au long de la journée, avant que la sensation de soif ne se fasse sentir. Respectez ces conseils pour que votre système digestif comblé laisse travailler votre système cérébral.

Prenez soin de votre corps

Médicaments, potions, et autres drogues sensées améliorer vos capacités sont aussi futiles qu’imbéciles. Rien ne vaut un bon repas, un bon somme, une bonne séance de sport, un esprit sain, dans un corps sain.

Vous payerez cher tôt ou tard un recours à un produit chimique, et vous pouvez facilement vous en passer. Il faut bien y réfléchir avant d’être tenté dans un moment de panique ou de désespoir.

Si vous vous sentez incapable de faire face au stress le jour de l’examen écrit ou oral, si vous pensez que seul un calmant ou un excitant vous sauvera : comprenez bien que vous ne pourrez pas repousser toujours les moments où vous devrez travailler dans l’urgence, où vos prestations auront une immense influence, où vous devrez vous adressez à un public nombreux.

Plus tôt vous combattrez ces angoisses, plus vite vous serez apte à y faire face. Les plus grands artistes et professionnels ont toujours une angoisse, mais l’entraînement et l’expérience permettent de la surmonter. Nous en sommes tous capables, courage !

Entraînez-vous d’abord face à des personnes de confiance.

Le deuxième point est très important, mais vous ne devriez pas y recourir. Si jamais malgré tous vos efforts acharnés votre physiologie est telle que vous perdrez de toute façon vos moyens face à un examinateur, n’ayez jamais recours à des médicaments sans l’avis d’un médecin !

Plusieurs accidents sont déjà à déplorer. Vous vous doutez bien qu’un calmant qui endort ou un excitant qui vous fait trembler gâchera toutes vos chances plus sûrement qu’un bégaiement. Aller voir votre médecin traitant ou un spécialiste de médecine comportementale qui vous donneront les bons conseils, et s’il le faut vraiment les médicaments adaptés.

Bien entendu, contrez au plus vite un rhume ou une angine, et ne faites jamais la bêtise de réviser plutôt que d’aller chez le médecin quand vous vous inquiétez, ou que l’on s’inquiète, pour votre santé.

Pourquoi faut-il prendre soin de sa santé ?
On peut parfois être tenté de prendre des médicaments pour contrer un mal de tête en période d'examens ou de révisions. Mais soyez vigilants, les antalgiques ne font que masquer les douleurs et ne soignent rien du tout. Ils pourraient même vous faire ignorer des douleurs, ce qui pourrait s'avérer grave !

Ne pas sombrer dans le stress

La principale cause du stress est le manque de temps et le retard. Il en a été beaucoup débattu dans les parties précédentes : convainquez-vous que cela est prémédité, passez outre jusqu’à votre prochain temps libre et améliorez votre organisation.

La fatigue cause un stress artificiel. La dernière cause importante est le sentiment d’infériorité. Avoir toujours été bon en cours et ne pas réussir à obtenir la moyenne, et voir les autres qui y arrivent, est très blessant.

Dans ce cas reprenez-vous : votre objectif est d’avoir un des concours visés, pas d’être le meilleur. Apprenez des gens meilleurs que vous. Ne vous découragez pas, cernez vos défauts et corrigez-les méthodiquement. Prenez ce recul. Vos seules notes importantes sont celles du concours.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Clément

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.