Étude de l'œuvre philosophique de Thomas More

Chancelier du Roi Henry VII, divergence d'opinion et exécuté.

Écrit sur le mode de dialogue entre Morus et Raphaël. Utopie, ou non lieu.

C'est un monde restant sur terre, que Raphaël raconte après avoir passé 5 ans.

Le bonheur est permis par le plaisir, qui est alors l’élément central de ce lieu. Il doit être bon et en accord avec la nature. L'Utopie a beaucoup de points communs avec l'épicurisme, distinction entre plaisir stable et plaisir en mouvement.

(Contraire alors au mouvement des Cyrénaïques.)

La vertu est également dans le plaisir. L'Utopie n'est pas qu'un monde idyllique, ni composée d'êtres parfaits. La Justice est un thème assez récurrent, critique de la Justice anglaise, avec la peine de mort vue comme abusive (surtout sous Henry VIII).

Hytoclée est celui qui a découvert l'Utopie.

Chez Platon, on trouve trois moments ontologiques :

  • Essence

  • Réalisation de l'existence

  • Existence

L'essence, c'est le réel pour Platon. Ce qu'est une chose, la forme intelligible ou l'Idée de la chose.

Idea ou Eidos, l'idée pour Platon c'est les formes indépendamment de son existence.

La République ne donne pas un idéal de cité mais une réalité de la cité (pour Platon.)

Il présente selon lui, ce qu'est vraiment une cité.

  • La vraie réalité, la vraie cité ici : ce qui font régner l'ordre sont courageux et vertueux. Mais à quelles conditions ?Les femmes comme les hommes peuvent participer à la vie étatique. (PARITE)
  • Que ceux à la charge de l’État soient en même temps des propriétaires. (Absence d'intérêts)
  • Ceux qui gouvernent soient des philosophes, qui connaissent le Bien.

L’existence de ce lieu est un lieu creux. Chance ou intervention divine, Platon ne sait pas comment faire cette cité. C'est le hasard, on ne connaît pas les modalités de réalisation de l'existence. L'Utopie de Thomas More, qui est à la fois une Utopie, pur produit de la pensée, et qui est supposée exister.

Image : figuration sensible, pour Platon, avec le Timée, une cité qui serait conforme à celle d'une cité comparable à la République / l'Atlantide. (→ antithèse de la cité parfaite de la République imaginée par une Athènes qui a existé il y a 9 mille ans.)

L'Utopie de Thomas More, c'est non seulement un livre philosophique, qui a la prétention de donner des réalisations de ce qu'il pense, suppose alors que ça existe.

Ce qui est (Bien) et ce qui n'est pas (Mal)

Pourquoi y a t-il du mal ?

L'existence est, mais ce n'est pas de l'être. Les choses existent mais ne sont pas vraiment.

Ce qui est vraiment, ce sont les formes intelligibles. L'existence empêche l'être d'être, c'est pourquoi perversion et désordre. Et donc, pour Platon, il conviendrait qu'il n'y ait pas du tout de lois. Car elles sont fixes, or l'existence ne cesse d’exister, elle est évanescente.

L'idéal, pour le coup, ce serait qu'il n'y ait pas de lois.

Lois moyen de corseter l'existence en la violentant.

L’existence chez Thomas More, est directement réalité.

Copernic, Descartes, Galilée, on pense l'existence de façon normé, rigide et mesurable. L'existence à la Renaissance, avec Galilée, l'existence devient accessible à 100% à la pensée mathématique. Donc les lois sont possibles (More était contemporain.)

La raison humaine a la capacité de connaître les lois, mais aussi de les créer. (Impératif hypothétique, par Kant.) Ordonner la vie selon la volonté humaine.

Les lois chez Thomas More ont fonction d'exprimer la volonté humaine, par des lois. (Lois GENERALES, comme avec Rousseau.)

Principe des lois, c'est la générale.

Après, singulièrement et individuellement, ils font ce qu'ils veulent.

Plus proche de Kant que de Platon. L'expression même de la réalité humaine

« Juge, la bouche de la loi » Montesquieu.

Il n'y a pas de jugement individuel, pas d'appréciation, pas de circonstances atténuantes.

Thomas More écrit en 1515 et lit des récits de voyages notamment ceux de Amerigo Vespuccii, dans les Quatre Navigations. (On a donné son nom au Nouveau Monde.)

More a alors inventé le personnage de Raphaël Hythlodée, marin philosophe s'inspirant de Vespucii.

Le projet d'écrire un contre point à Érasme (avec l’Éloge de la Folie, qui était dédié à More)

More voulait alors écrire un Eloge de la Sagesse, pour Erasme.

Il voulait d'abord écrire un Nusquama, un « Nulle Part ».

La première partie décrit l'Angleterre, et plus largement l'Ancien Monde qui est désastreuse.

Utopia est crée de façon utopique. Immédiatement cela veut dire non lieu.

Ce terme n'existe pas, UTOPOS (grec) et terminaison latine en -A.

Humaniste, qui met l'homme au centre.

Humaniste chrétien, qui voulait être moine au début. More, est mort décapité par opposition au roi et ayant supporté le pape. More voulait en effet distinguer affaires politiques et affaires religieuses.

Liberté totale de pensée, y compris pour les athées.

Mais qu'on ne met pas en prison.

Utopie, signifie une description détaillée supposée réalisée (dans la conception de More).

Rêve, ne suit pas la raison, il a une logique de création artistique, poétique ou encore puissance de l'inconscient. Le rêve n'est pas logique, à proprement parler.

Ce n'est pas non plus un mythe, car pas de mise en scène de personnages mythologiques et surnaturels.

Utopie, il ne faut pas tout y croire et l'appréhender au deuxième degré.

L'écriture oblique, elle dit les choses en disant autre chose.

Plaisir humaniste et subtil.

Superprof

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (5,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide
avatar