Le philosophe ne doit pas se déterminer par rapport à Dieu mais par rapport à l'homme. Ce n'est pas la foi mais la raison qui peut procurer à l'homme la liberté. La morale doit donc se libérer de toute référence (comme les Eglises) extérieures à la raison humaine.

I. CONTEXTE

1.L'autorité de la loi

Des penseurs comme Montesquieu ou Rousseau ont ouvert la voie aux législateurs de la révolution française. L'idée de solidarité entre les hommes est devenue une notion centrale de la philosophie politique. la grande idée du XVIIe siècle est celle du contrat social. la loi est l'expression de ce contrat et représente la légitimité de la volonté générale contre le désordre et l'arbitraire des volontés particulières. l'homme, en obéissant à la loi, n'obéit qu'à lui-même et ainsi il est libre.

2. Les lumières

Mouvements d'idées présentant des caractères commun :

-le principe de l'autonomie de la raison

-la méfiance envers toute autorité

-les idées de tolérance, liberté, égalité

-idée de progrès du savoir et de la civilisation, ce qui implique le progrès moral. L'homme est donc perfectible.

II. OEUVRES PRINCIPALES

Kant est un philosophe de la morale et de la liberté.

Critique de la raison pure (1781)

Kant s'interroge sur la raison pure, donc théorique ou spéculative, car ne venant pas de l'expérience. Il analyse ce qu'elle peut et ne peut pas faire, car la connaissance sensible ne nous présente les choses que comme elle nous apparaissent, alors qu'il faudrait parvenir à une connaissance objective.

Fondement de la métaphysique des moeurs (1785)

Kant y établit les principes d'une morale. Il ramène l'idée du devoir à celle d'un impératif catégorique et de l'autonomie de la volonté. Je dois donc je peux .

Critique de la raison pratique (1788)

La raison est pratique quand elle intègre la loi morale et la liberté dans sa réflexion. Kant exclut donc le dogmatisme des morales fondées sur des principes matériels. Il explique comment la loi morale suppose une foi rationnelle dans l'immortalité de l'âme et l'existence de Dieu.

III. APPORT

1. Le projet kantien

A une philosophie qui prétendait donner un système global de l'univers, à une philosophie du point de vue de Dieu, Kant substitue une philosophie du point de vue de l'homme, qui n'a pour but que de répondre à une seule question. Cette question se subdivise en trois:

Que puis-je savoir? Que dois-je faire? Que m'est-il permis d'espérer?

2. Postérité

Kant a ouvert deux voies.

-Il a libéré la science de tout dogmatisme, notamment en acceptant l'idée qu'une vérité scientifique peut être à la fois provisoire et vraie.

-Par l'autonomie de la conscience, il a libéré la réflexion éthique de toutes les autorités, et en particulier, de celle des Eglises. Depuis Kant, on peut penser la morale sans se référer à un principe extérieur à la raison humaine.

IV .Vocabulaire

Dogmatisme: rigidité intellectuelle des adeptes d'une doctrine qui refusent d'envisager la remise en cause de ses fondements.

Ethique: partie de la philosophie ayant pour objet la morale, l'action humaine étant considérée sous l'éclairage du devoir et de son but: le bien.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (1,00/ 5 pour 1 votes)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide