Introduction

Nous nous situerons afin de conduire notre étude relativement à la
théorie et à l’expérience, dans la perspective platonicienne de la dialectique
pour Aristote. Pour Platon, la dialectique est la reine des sciences, les
principes sont absolus, toutes les autres sciences ne sont que des préambules à
la dialectique. Aristote prend le contre pied de la dialectique platonicienne
car selon lui toute science est une science isolée en son genre, il n
y a pas de science supérieure qui soit une
science au dessus des genres. Aucune science, aucune règle ne peut transgresser
cela. La dialectique est un enchaînement syllogistique qui part de prémisses
probables. La dialectique est une discipline syllogistique qui tire les
conséquences rigoureuses. Dans un premier temps, nous étudierons les concepts
de science et de dialectique puis, en dernier lieu, nous développerons l
idée selon laquelle connaître pour Aristote, cest connaître par les causes.

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert>

Science et dialectique

Pour la science les prémisses doivent être vraies, en dialectique,
elles ne sont que probables, il faut tirer les conséquences les plus lointaines
des prémisses probables. Par exemple « le monde est éternel » est une
opinion soutenue, probable en dialectique, on peut la prendre comme prémisse.
Ainsi, des prémisses probables caractéristiques de la dialectique nous tirons
la conclusion. Mais il n
y a pas
de raison de partir des prémisses probables si au préalable j
ai une prémisse vraie comme par exemple avec
le triangle, dans ce cas, ce n
est
pas du ressort de la dialectique, mais du domaine de la science. La dialectique
remplit les lacunes de la science; là où il n
y a pas de prémisses vraies, nous navons que des prémisses probables. La dialectique a une origine
dialoguale. C
est là toute lambiguïté de la dialectique. Il faut trouver
une technique réfutative. La tentation de la transformer en dialectique
positive a déjà été tentée. Socrate pose le problème de la dialectique. Elle
trouve une réfutation par l
art de
la contradiction. Les prémisses dialectiques peuvent être mises sous forme de
problèmes, alternatives, ambiguïté des prémisses probables. Pour Platon, la
dialectique est une technique d
épreuve
de la vérité mais elle n
est pas
une science de la vérité. Elle ne relève pas du champ scientifique. Aristote
est très dialecticien car il utilise l
opinion probable. Cest
la technique de la doxa, opinion en grec. Il passe de la prémisse véritable aux
probables, de la science à la dialectique. De l
opinion admise à lopinion
arbitraire, c
est un examen
critique. La démarche réfutative se transforme progressivement en démarche
positive, dogmatique.

Connaître par les causes

Pour Aristote, connaître cest connaître par la cause, connaître le principe ou la cause pour
laquelle la chose est-ce qu
elle
est. La science est la possession du syllogisme, ce en vertu de quoi les choses
sont connues selon leur nécessité. Il n
y a pas de science sans recherche des causes et des principes. Les
devanciers et physiologues avant Aristote ont réduit le sensible, il n
y a pas détant ou que ce que lon
voit se manifester. Ils croyaient avoir donné les causes principes de l
étant de la philosophie première. Ils nont touché que le sensible. Pour Aristote, le
sensible n
est peut-être pas le
tout de l
étant, cela devient une
philosophie seconde, une science qui recherche les principes de l
étant en tant quil se donne au sens. Sil
y a une philosophie première, l
étant
est supérieur car il n
est pas
accessible par les sens. Il y a donc une différence entre ces deux
philosophies. La science des principes premiers est l
étant en tant quétant,
le par quoi l
étant est étant. La
substance est étant. Tout ce qui désigne ses catégories est en quelque sorte
proche de l
étant, il en relève. Cest la dénomination la plus générale que lon puisse donner.

Conclusion

Ainsi, la philosophie première concerne létant non sensible, elle tend à devenir une théologie, elle a
tendance à aller à une théologie. Elle cible le premier étant, l
étant suprême et ensuite démontre tout le
reste, tout ce qui en dépend. L
ontologie
tend ainsi vers l
universalité.
Besoin d'un professeur de Philosophie ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !