Introduction

Nous allons voir, dans le cadre de la thématique de la théorie et de
l’expérience, en quoi consiste l
ontologie
d
Aristote. Nous partirons de léquivocité de lêtre et de la façon dont sentend la substance pour ensuite définir la composition du logos, ou
discours aristotélicien tel qu
il
est exposé dans
de linterprétation. Nous nous
pencherons sur les notions de l
ontologie
du penseur, puis nous établirons un rapport analogique avec la cosmologie
aristotélicienne afin d
éclairer
certaines notions comme les substances. Enfin nous développerons le logos au
sens de discours, sa conception et sa composition.

Les notions de l’ontologie aristotélicienne

Nous allons voir le statut de léquivocité de lêtre.
Nous savons que nous avons une substance première, ceci que voici et une
substance seconde, ou définition ou encore genre, « le ce que c
est ». Le statut de léquivocité de lêtre nous permet de substituer un terme à un autre. Cela naît dune ressemblance dun même terme. Léquivocité
a une radicalité plus grande. On ne peut la réduire à une ressemblance, l
être est dit multiplement mais tous les sens
se rapportent à un terme unique, la substance, ousia. Si l
on prend lexemple de
la santé, si l
on dit quun homme est sain cela na pas le même sens que si lon dit que ce médicament est sain car il donne la santé. Le terme de
sain est équivoque. Avoir et donner la santé ne signifient pas la même chose.
Mais nous dit Aristote, les termes se disent en référence à un terme unique, le
fait de posséder la santé. Il en est de l
être comme de la santé, il y a une référence à un terme premier.

D’où vient la multiplicité des sens de l’étant ?

Nous retrouvons lorigine
de la doctrine du mouvement d
Aristote
dans la cosmologie. Le changement a plusieurs sens, la substance suppose le
mouvement, la qualité, l
altération,
le lieu, le mouvement local. Ainsi se superpose une pluralité des sens de l
être à la pluralité des sens du mouvement. La
recollection des sens de l
être en
direction de l
unité de la
substance a aussi comme signification métaphysique l
idée dun monde dans
lequel on a au sommet une pure substance, un être pur tel qu
aucune catégorie ne puisse sen dire.

Le logos, sa composition

Le discours est un entrelacement, nous avons le nom, le verbe. Le
nom est l
élément ayant un minimum
de signification; le discours est une voix significative dont les parties ont
une signification bien précise. Il nous faut attirer l
attention sur la variété des discours possibles, les louanges, les
prières etc.; le discours apophantique, qui fait voir, est celui qui intéresse
Aristote. Il en établit le rapport avec la connaissance, ce discours a comme
particularité d
être susceptible
de vrai et de faux, c
est un
discours assertif. Le philosophe enquête sur le discours assertif, sur la
connaissance. Dans le but de définir ce type de discours nous nous réfèrerons
au
Sophiste de Platon. Dans ce dialogue nous apprenons que le discours est
composé de noms, de verbes et qu
il
peut être vrai ou faux; pris isolément, le nom et le verbe ne signifient rien
mais ont un sens dans la phrase, seuls ils ne montrent rien quant à l
étant, ne donnent rien à voir nous dit
Aristote. La logique de la composition est un entrelacement, il y a
affirmation, négation, du vrai, du faux. Quand on dit Théétète est assis, c
est une affirmation, si nous disons le
contraire, c
est une négation. Il
y a une conception du langage qui est une sorte de reproduction de l
étant, il consiste à donner une copie conforme
des choses. Socrate est assis, je fais voir Socrate assis pour le confirmer; le
langage recueille ce que nous fait voir la perception hors des limites de la
perception actuelle. L
image du
discours a pour fonction de publier celle des choses, dans cette conception, le
langage aurait en lui-même une sorte de limite qui le contraindrait à
manifester ce qui est, c
est une
conception photographique du langage, donner à voir en les reproduisant. Pour
Aristote, le discours est assertif même quand il est faux. Il donne à voir le
vrai et le faux, l
affirmation et
la négation. Dire faux, c
est
aussi donner à voir. Le faux est inscrit originairement dans le langage. Il n
y a de discours que parce quil y a division et composition. Socrate est
laid, dans l
affirmation, il y a
une composition, on attribue le prédicat à un sujet. Dans la négation on
dissocie le prédicat et le sujet par conséquent, l
affirmation est une association et la négation est une dissociation.
L
association et la dissociation
sont des assertions. Antérieurement à cela, tout discours est à la fois
division et composition; par exemple, si nous disons Socrate est laid, il faut
poser à part Socrate et la laideur pour attribuer la laideur à Socrate. Donc,
antérieurement au discours, il y a séparation du prédicat et du sujet. L
association est possible car il y a cette
dissociation antérieure, c
est
elle qui rend possible le langage.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide