Introduction 

 

Nous allons étudier la philosophie de Leibniz sous forme d’un exposé
dans le cadre des interrogations propres à l’histoire de la philosophie.

Leibniz est un philosophe né en 1646 et mort en 1716. Ses
contemporains sont, Spinoza, Newton et Locke. Il considère que la raison n
est pas homogène. Il a été imprégné par une
éducation philosophique ancienne. Platon pour la théorie des idées, Aristote et
les stoïciens ont également marqué son système. Il reçut une éducation
classique et moderne avec Descartes et Gassendi. Il a le souci constant de la
singularité, il veut donner une expression conceptuelle de l
individualité. Il cherche à réduire les
raisonnements à un jeu de signes, la caractéristique universelle, en analogie
avec les mathématiques universelles de Descartes, il pose une logique
universelle, c
est lart combinatoire. Nous allons étudier sa
philosophie dans son ensemble d
un
point de vue chronologique en dégageant les grands points spécifiques de son
système.

 

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert>

La spécificité de la philosophie leibnizienne

 

Concernant les roses croix, il saffile avec un courant influencé par les alchimistes. Cest la conception mystique de la connaissance,
il veut atteindre le mystère de la nature par la lumière intérieure. Il espère
trouver en eux une manière de concilier le géométrisme de Descartes et sinon la
mystique, la révélation de la foi, c
est-à-dire, un moyen de tirer vers lui la vérité. Il sera vite déçu
par la confrérie des roses croix.

1671, lhypothèse physique nouvelle est
encore à mi chemin de la physique cartésienne et sa propre physique, c
est-à-dire, le dynamisme. Le conatus est-ce
qui pour le mouvement correspond à l
espace et à un point, cest la tendance pour un corps à passer de la puissance à lacte. Il dépasse Descartes pour revenir à
Aristote.

Le but de sa philosophie est dapporter une
réponse à la question du salut. Il rencontre Arnauld, Malebranche et les
disciples de Newton; il fait un travail sur l
infini après avoir découvert Pascal.

Il sinterroge sur les méditations sur la
connaissance de la vérité des Idées.
Lévidence nest quun critère
psychologique non logique. Descartes est incapable de rendre compte de la
vérité par des arguments objectifs. Il y a réhabilitation de l
expérience chez Leibniz contre Spinoza et
Descartes. Toute chose peut être analysée, un objet mathématique est
susceptible d
une analyse
complète, il s
intéresse en outre
à l
analyse indéfinie pour les
vérités de fait par exemple. Le système se met en place. En 1686, il écrit un
Discours sur la métaphysique, cest un premier
exposé d
ensemble de sa
philosophie. Le deuxième est la monadologie. Entre les deux, rien ne change si
ce n
est que par le terme de
monade nous désignons la substance individuelle. Le discours se place du point
de vue du connaître, dans la monadologie, du point de vue de l
être.

 

Dans les nouveaux essais sur lentendement humain, il procède à
la réfutation de l
empirisme de
Locke car cela engendre l
athéisme
selon le philosophe.

 

Le principe de la nature et
de la grâce par la raison
est significatif du fait que Leibniz souhaite
concilier le géométrisme de Descartes et la révélation de la foi. Il ne peut y
avoir deux vérités, scientifique et Dieu. La révélation est en continuité avec
la raison. La révélation est subordonnée à la clarté de la raison car Dieu est
une intelligence. Dieu est rationnel par opposition à Pascal, Leibniz pense que
ne pas croire est absurde car on ne peut croire un objet absurde.

Un esprit positif : il prend en compte les contraintes de la réalité, il a une esprit
chimérique et utopique, il a l
ambition
de totalisation, de l
unification
avec les roses croix. Ce n
est pas
une philosophie éclectique, mais une philosophie de type encyclopédiste, une
philosophie de la différence, de la distinction avec le désir de penser la
singularité, c
est une philosophie
de la totalité pour laquelle tout est lié à tout et tout est continu, il a l
exigence de distinguer les différentes
parties. Tandis que Descartes est solitaire, Leibniz est un homme du monde, il
faut rendre compte de tout ce qui se dit, tout est logique, même le mal à sa
justification. Il intègre toute l
histoire
de la pensée à sa philosophie. Il a le sens du complexe, il procède par
absorption, totalisation par opposition à Descartes qui travaille par
élimination.

 

Sa formation : il est formation allemande, il ne veut pas couper avec la
scolastique, il reste tributaire de la philosophie scolastique, il n
y a pas de coupure avec le sensible tandis que
Descartes coupe avec le sensible et avec les traditions scolastiques.

 

La mutation des sciences
: à cause du progrès auquel il contribue, le rationalisme innéiste de Descartes
et de Spinoza ne peut plus être.

 

La physique : la dynamique est un développement de la mécanique, cest une physique de la force, le mouvement
vient de l
intérieur même des
choses. Il y a mise en question du mécanisme cartésien, il exclut Dieu de l
explication de la nature. La dynamique à
travers la notion de force des corps spiritualise la matière et introduit Dieu.
Sa physique se situe dans la lignée mécaniste, mais s
en sépare.

 

Les mathématiques : concernant le calcul infinitésimal, il introduit linfini, la continuité dans lalgèbre. Il est lié à la dynamique qui réclame
un moyen de calculer les forces dans l
accélération. Il pose une exigence nouvelle, lier linfini et le fini. Concernant latomisme, il enseigne les mêmes choses quen mathématique et en physique, il tente de
lier l
infini et le fini. Il fait
découvrir l
infiniment petit. Le
tout n
est pas seulement une
addition de parties, mais une intégration des parties dans une unité
supérieure. Le réel est un continu dont on ne peut épuiser les parties, cela n
en est pas pour autant irrationnel. Penser la
logique de cette infinie complexité est une exigence. On ne pense plus le fini
et l
infini séparément, par
opposition à Descartes qui pose une coupure entre l
homme fini créé par linfini
car, seul l
infini peut penser le
fini.

Besoin d'un professeur de Philosophie ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !