Introduction

Nous allons étudier plusieurs  concepts philosophiques, les sentiments, la sensibilité, l’intuition des notions inséparables l’une de l’autre. Nous savons que les sentiments nous éclairent sur notre situation d’homme au monde, ils nous permettent de nous repérer et de nous situer dans notre rapport au monde, par conséquent il semblerait qu’ils soient au cœur d’une problématique philosophique essentielle, nous pouvons affirmer que si la philosophie est au cœur de la question du savoir, il s’avère qu’elle ne parait pas pouvoir ignorer celle des sentiments et de l’intuition qui nous révèle à nous-mêmes. La définition de la philosophie comme quête de sagesse apparait dès lors comme insuffisante, nous devons l’élargir à un degré supplémentaire de compréhension et admettre un ordre de connaissance et de révélation de  l’homme par lui-même. le sentiment et la sensibilité ont leur place dans le questionnement philosophique. Notre étude sera élargie aux sentiments en rapport à l’intuition, la sensibilité et la raison. Comment comprendre les sentiments, ont-ils à voir avec l’intuition? Nous nous proposons de suggérer certaines idées et fils conducteurs afin de soumettre des éléments pour une dissertation au baccalauréat de philosophie, nous analyserons dans un premier temps, certaines notions comme le sentiment intentionnel par opposition au sentiment en général avec des penseurs comme Husserl et sa visée phénoménologique d’intentionnalité, Rousseau, Michel Henry. Nous aborderons donc la notion d’affectivité comme précompréhension du monde environnant avec Heidegger. Nous pourrons voir en second lieu, l’idée d’intuition comme forme de sentiment en général puis en dernier lieu la notion heideggérienne de sentiment au niveau de sa définition et de sa compréhension.

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert>

Le sentiment intentionnel et le sentiment général

Nous pouvons en effet séparer les sentiments en deux catégories, le sentiment intentionnel tout d’abord et le sentiment général. Le premier sens est à entendre au sens de la phénoménologie. Nous pouvons à cet égard citer le phénoménologue Husserl qui affirme que « toute conscience est conscience de quelque chose ». La conscience est donc toujours tournée vers autre chose qu’elle-même, elle est donc intentionnelle, on l’appelle la visée transcendantale phénoménologique d’intentionnalité. La conscience est par conséquent tournée vers autre chose qu’elle-même, elle est une « visée«. En second lieu, le sentiment peut-être général, c’est-à-dire, que par opposition au sentiment intentionnel, il n’est pas dirigé sur un objet précis. Pour Rousseau, le sentiment de l’existence est un extrême plaisir à se sentir exister. Pour Michel Henry qui est un phénoménologue, le sentiment est le fait d’être affecté par soi sans avoir besoin de penser à un contenu affectif dirigé. L’essence de la subjectivité est le simple fait de se servir, la vie est le reflet du sentiment de soi. Nous avons la référence à l’affectivité au sens d’être auto affecté. Le sentiment ne sent pas autre chose que soi, c’est la version de la subjectiviste avec la notion de stimmung. Michel Henry vient après avec Heidegger, ils estiment que l’affectivité est sentiment de la situation, c’est le sentiment de soi en situation comme l’ennui par exemple. L’affectivité est toujours compréhension d’un monde ambiant, la compréhension est muette prélogique. Pour Heidegger, toute compréhension possède une tonalité qui n’est pas intérieure seulement mais subjective et objective en même temps, c’est-à-dire, je ne peux pas comprendre les choses sans les sentir d’une certaine manière. Selon Pascal, le thème du cœur domine, « le cœur a des raisons que la raison elle-même ignore » dit il. Le cœur est devenu un véritable ordre de connaissance. C’est cette intuition antérieure au raisonnement mais sur laquelle le raisonnement se fonde.

L’intuition est elle une forme du sentiment en général ?

Pour Heidegger, il s’agit de mettre en rapport une précompréhension du monde par les sentiments, une disposition à appréhender notre situation au monde par le biais d’une disposition affective. Mais la question reste entière, l’intuition est elle une forme du sentiment en général? Il nous faut pour répondre proposer une définition précise de l’intuition. Dans un premier temps, nous pouvons affirmer que la perception est directe par exemple chez Kant. Le cadre spatio temporel nous le prouve, il est saisi dans une intuition pure. Cela n’a rien à voir avec le sentiment. En second lieu, on peut la rapprocher de la sympathie et d’identification avec la chose selon Bergson.

Le sentiment et sa compréhension au sens heideggérien

Le sentiment serait préalable. Il est assimilé à un contact direct l’affectivité par conséquent devient un sentiment de l’être là au monde, nous ne faisons cependant que le pressentir, il ne s’agit d’une compréhension explicite mais seulement implicite, ce point de vue heideggérien s’oppose à celui d’Hegel et aux rationalistes pour qui l’homme ne peut atteindre l’immédiat, l’intuition selon eux accède à un degré supérieur d’intelligibilité, la véritable question est l’impossibilité de reconnaitre pour les rationalistes l’immédiateté inhérente à l’homme.

Conclusion

Par ce thème de la compréhension, on envisage le sentiment et le savoir comme opposés et corrélatifs. Le savoir ne vaut que par la compréhension préalable. L’équilibre est possible, même le déséquilibre selon Pascal, pour qui tout se réduit au sentiment. Tout notre raisonnement se réduit à céder au sentiment. Pascal pose ainsi un équilibre du cœur, une raison intuitive et discursive. Le sentiment n’est pas irrationnel. L’irrationnel est-ce qui est et qui va contre la raison. L’irrationnel n’est pas communicable. Si l’amour peut être aveugle, la raison aussi peut l’être. Nous ne sommes jamais dans l’adéquation pleine de nous-mêmes, nous sommes toujours en décalage. Le sentiment est pris dans un mouvement de présence absence. C’est ineffablement que l’homme est présent à lui-même. Ainsi, l’absolu du sentiment est le silence.

Besoin d'un professeur de Philosophie ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 1,00/5 - 2 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !