Introduction

Vous devez dans un premier temps définir la notion de travail intellectuel, elle peut parfois faire l’objet de contestation, serait elle paradoxale et contradictoire ? Devons nous poser la dialectique de l’activité productive et de la spéculation intellectuelle? Dans quelle mesure peut on parler d’une activité ou d’un travail intellectuel?

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (51 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (45 avis)
Faustine
50€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (12 avis)
Louis
40€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (36 avis)
Julie
40€
/h
1er cours offert !
Larry
5
5 (61 avis)
Larry
25€
/h
1er cours offert !
Alyse
5
5 (24 avis)
Alyse
50€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (23 avis)
Thibault
140€
/h
1er cours offert !
Christine
5
5 (6 avis)
Christine
30€
/h
1er cours offert>

Développement de la première partie

Certes, on parle de travail intellectuel dans le sens courant du terme, mais Est-ce légitime ? Le concept de travail est il incompatible avec toute idée d’activité intellectuelle ?  N’est-ce pas une certaine représentation de celle-ci que naîtrait l’apparence d’incompatibilité, par exemple, modèle spontanéiste de la pensée?

Nous avons une opposition apparente entre ce qui intellectuel, non nécessaire et libre alors que le travail serait obligé, pragmatique. Le travail comme activité productive renvoie à la transformation finalisée d’une matière brute en vue d’un produit utile à la vie. Ne peut on pas dire qu’il existe une activité mentale, dotée de savoir faire, et permettant de transformer un matière première, un donné brut? Le travail de la science comme transformation critique des représentations premières et production de connaissances peut être évoqué dans la dissertation ainsi que l’idée de pratique théorique ou l’implication d’un travail dans l’activité intellectuelle. Par pratique nous entendons tout processus de transformation d’une matière première donnée déterminée en un produit déterminé, transformation effectuée pour un travail humain déterminé. Cette définition de la pratique inclut en soi la possibilité de la particularité. Par théorie, nous entendons donc à cet égard, une forme spécifique de la pratique, appartenant elle aussi à l’unité complexe de la pratique sociale d’une société humaine déterminée. La pratique théorique rentre sous la définition générale de la pratique. Elle travaille sur une matière première qui lui est donnée par d’autres pratiques, soit empiriques soit techniques, soit idéologiques

Développement de la deuxième partie

Un travail peut il ne pas être intellectuel?  En deçà, d’une opposition entre la réflexion spéculative du penseur et l’activité fabricatrice du producteur, il faut relever les caractéristiques de tout travail entendu comme réalité constitutive de l’art au sens premier. Tecnè en grec, nous renvoie à l’utilisation de moyens et de savoir faire appropriés en vue d’une certaine fin. Tout travail suppose la conscience d’une fin, et la maîtrise de techniques adéquates. IL peut ainsi produire « ce que la nature est impuissante à effectuer «  ou l’imiter, dirons nous pour reprendre les mots d’Aristote dans Physique, 2, 8. L’opposition traditionnelle de la conception et de exécution est elle encore tenable? Deux tendances contradictoires coexistent dans l’évolution du travail, d’un côté parcellisation, automatisation du travail réduit le plus souvent à un acte mécanique répétitif et absurde, de l’autre l’exigence d’une qualification de plus en plus poussée pour des produites où conception et exécution sont difficilement séparables.

Si l’on se place du point de vue des perspective, nous dirons que réserver la pure exécution à une automatisation intégrale et faire disparaître ainsi le travail aliéné et aliénant, est il envisageable? Mais cela ne suppose t’il pas d’autres conditions sociales?

Conclusion

Dans la conclusion, vous devez refaire d’après les deux parties proposées dans ce document une brève analyse du sujet et de ses implications, une formulation et un dépassement de l’opposition apparente entre les deux termes, à savoir ce qui est intellectuel et le travail, l’un considéré comme non nécessaire et l’autre comme obligé. Un mot sur la réflexion propre au travail intellectuel qui correspond à notre deuxième partie serait le bienvenu.

Vous pouvez terminer la conclusion en proposant ces deux dernières questions, à savoir :

Y a-t-il vraiment une possibilité de parler d’un travail intellectuel?

N’est-ce pas en fait l’opposition exécution, conception qui est dépassée?

Besoin d'un professeur de Philosophie ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !