« Nous n'avons jamais été aussi libres que sous l'occupation »

L'Homme a été confronté de manière brutale à ses choix. Il devait choisir, entre colaborateur, résistant, indifférent.

Ici être libre serait d'être soumis qu'à soi-même.

Pourtant, il arrive souvent que nous nous sentons libre sans l'être.

On pense que les animaux sont plus libres que nous, mais c'est seulement l'instinct.

Un animal n'est pas responsable de ses actions parce qu'il ne l'a pas voulu.

Alors que l'Homme est considéré comme responsable de ses actes parce qu'il en est la cause/

L'Homme apparaît par définition comme libre mais l'est-il vraiment ?

Peut-être n'est-ce qu'une illusion et nous ignorons les forces qui agissent sur nous.

Mais sommes-nous pas responsable de nos actes.

Liberté et volonté

A) Différentes définitions

La liberté politique, c'est avoir des droits.

On pense souvent à la liberté comme liberté politique (pouvoir, agir, circuler, s'exprimer librement, c'est-à-dire avoir des droits).

Quelque soit les droits que j'ai, la question de la liberté se pose à un autre niveau, celui de la liberté intérieure, qui nous fait agir ou pas agir (je peux tuer quelqu'un, j'en ai la liberté).

La liberté consiste à choisir entre plusieurs possibilités.

Instant T → → Champs des possibles

Cela signifie donc qu'être l'acteur de sa vie, c'est être la propre cause de ses actions.

Cela implique d'avoir conscience de sa liberté et de ses choix.I1IC

La liberté peut aussi être considéré comme une liberté de mouvements (je ne suis ni enfermé, ni prisonnière).

Cela montre ici que l'Homme est une exception dans la nature puisque tous les autres évènements, les phénomènes, du monde sont déterminés par des lois (les lois de la nature).

On appelle libre-arbitre, la faculté qu'a l'Homme à se déterminer lui-même. Je peux faire ou ne pas faire sans être contraint. Le seul facteur de mon choix, c'est ma volonté.

Même si aucun choix ne m'apparait, personnel, raisonnable, de pousser telle ou telle façon, le libre-arbibre m'aide à décider.

Descartes : Le libre-arbitre à décider uniquement par soi-même

Ovide « Je vois le meilleur, je sais que c'est bien, et je fais l'inverse » → Même si je sais que c'est mal, je peux le faire.

La liberté est donc une expérience que nous faisons, un sentiment intérieur : « Je me sens libre de décider ou pas »

Même si aucun choix ne s'attire, je peux quand même décder. C'est la liberté d'indifférence que Descartes appelle, le plus bas degré de la liberté.

On peut remarque ici que si c'est un devoir qu'a déterminer mon action, en un sens, je n'ai pas décidé donc je ne suis pas être libre.

Il y a liberté lorsque notre volonté est guidée par notre raison (réflexion, intelligence) et non par nos désirs.

« L'existance précède l'essence » Sartre

Sartre affirme cette thèse pour prouver la liberté humaine. Pour Sartre, on pense trop souvent que l'essence précède l'existance.

L'Homme serait programmé pour être de telle ou telle façon (si l'essence précède l'existance)

L'essence précède l'existance pour les objets : un stylo est conçus, on décide de son essence avant de le créer, avant qu'il n'existe.

Pour Sartre, l'Homme ne peut pas être défini avant d'exister (il n'est donc pas libre). Il existe d'abord. Il est dans son existance avant de devenir telle ou telle personne. La liberté pour Sartre est absolu.

Je suis toujours libre-arbibre

Pour Sartre, la liberté de l'Homme est absolu, total et entière, c'est-à-dire que rien, absolument rien ne nous condamne à être autre.

Nous sommes condamnés à être libre. Il n'y a rien qui limite notre liberté. Certes, nous naissons tous dans une situation donnée dans un contexte social et culturel.

Quelque soit la situation dans laquelle je suis, je peux lui donner du sens, être ce que je veux être.

Ne pas accepter sa liberté, c'est faire preuve de mauvaise foi, c'est se trouver des excuses dans tout ce qui peur me déterminer.

Pour Sartre, rien ne nous détermine. Le lâche, c'est celui qui se laisse déterminer.

Conclusion : La liberté semble être le propre de l'Homme. Il serait le seul être capable de décider par lui-même par sa seule volonté sans être déterminé de l'extérieur. C'est cec qu'on appele le libre-arbitre.

Pourtant tout dans la nature suit des lois. La liberté ne serait-elle pas une illusion ?

Comment trouver un professeur de philosophie ?

Les meilleurs professeurs de Philosophie disponibles
Sophie
4,9
4,9 (23 avis)
Sophie
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (152 avis)
Chrys & chris
87€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Larry
5
5 (82 avis)
Larry
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thibault
5
5 (26 avis)
Thibault
165€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (66 avis)
Patrick
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (50 avis)
Faustine
55€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Théodore
5
5 (15 avis)
Théodore
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Raphaelle
5
5 (35 avis)
Raphaelle
22€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sophie
4,9
4,9 (23 avis)
Sophie
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (152 avis)
Chrys & chris
87€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Larry
5
5 (82 avis)
Larry
39€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thibault
5
5 (26 avis)
Thibault
165€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (66 avis)
Patrick
70€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Faustine
4,9
4,9 (50 avis)
Faustine
55€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Théodore
5
5 (15 avis)
Théodore
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Raphaelle
5
5 (35 avis)
Raphaelle
22€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Déterminisme et liberté

A) Remise en cause du libre-arbitre

Dans la nature, on peut penser que tout suit une loi de la nature. Tout serait un enchainement de cause à effet A→B→C→D

Imaginons un être omniscient, c'est ce qu'on appelle le démon de Laplace, qui connait toutes les lois de la nature de l'univers sans exceptions, et en plus, il connait l'état du monde à l'instant t.

Cet être pourrait prévoir l'instant t+1.

On appelle déterminisme la doctrine qui considère que tous les phénomènes sont produits par un enchainement de cause à effet nécessaire donc il ne peut pas être.

Si le déterminisme est vrai, l'Homme ne pourrait pas y échapper et ses actions seraient prévisibles. Elle répondrait à des lois que nous ignorons. Les Hommes, dit Spinoza, ignorent les cause qui les détermine. La liberté n'est-il qu'illusion ou ignorance de ce qui nous fait réfléhir.

Spinoza l'exemple d'une pierre qu'on lance et qui roule, qui prend conscience de son mouvement.

B) De multiples déterminismes

1) Le déterminisme psychologique défini par Freud. Je suis déterminée par mes pulsions. Je ne suis pas libre, c'est mon inconscient qui me détermine.

2) Le déterminisme sociologique, ce que je suis est déterminé par le milieu social et l'éducation.

Je crois choisir librement mes gouts, ma carrière, mes opinions politiques alors que tout ceci est déterminé.

Marx montre même que la liberté a été inventé our qu'on supporte notre existence et notre condition.

3) Déterminisme biologique : on sait que les hormones agissent sur nos actions, nos comportements...

De la même façon, notre cerveau déciderait avant nous. Nos réactions sereaient déjà programmés avant.

Neurosciences

C) La liberté est compatible avec le déterminismes

La déterminisme est une pensée scientifique qui ne rend pas forcément compte de la réalité. L'Homme parce qu'il a une conscience est capable d'être responsable de ses actions parce qu'il y a toujours plusieurs responsabilités.

Le déterminisme peut être connu par l'Homme. Je peux savoir et connaître ce qui agit sur moi, je peux connaître ce qui va me pousser à faire telle ou telle chose. Mais si je le sais, cela ne pourrait plus avoir d'influence réelle, je pourrai m'en libérer, lui opposer d'autres influences.

C'est par la connaissance précise de notre être, de ce qui peut limiter notre liberté qu'il y a une liberté possible. C'est comme si nous et nos prisonniers des déterminismes et que nous cherchions à nous libérer. Mais il faut SAVOIR.

Conclusion ; L'Homme n'est pas totalement libre car sa volonté et son libre arbitre ne sont que des illusions. Le monde nous affecte, nous le subissons et si nous ne le comprenons pas, nous sommes prisonniers.

Pourtant , la liberté semble être nécessaire pour donner à l'Homme une responsabilité et faire de lui un être moral.

Liberté et moralité

A) La liberté est une exigence de la morale

Texte de Kant

Dans la 1ère situation ; l'Homme est entièrement déterminé âr ses désirs, la peur de mourir. Il ne décide pas de manière autonome.

Mais dans la 2ème situation, se trouve la morale qui met en jeu la conscience humaine et le sentiment de culpabilité. L'Homme reconnaît en lui la loi morale, le devoir de bien agir et pour la morale je me sens capable de résister à mes désirs. C''est possible et donc c'est contingeant. Don l'Homme peut aller contre le déterminisme, décider de lui même de son action grâce à sa raison.

Cela nous montre que l'Homme est capable de se détacher de ce que lui dicte ses actes grâce à sa conscience morale. C'est une façon de façonner l'Homme.

Or comment expliquer le mal ?

On explique le mal en lui donnant une cause externe

Ex : Diable, inconscient

Platon « Nul n'est méchant volontairement »

Si je sais ce qu'est le bien, ce qu'il faut faire, ce que je peux moralement faire → Je peux le faire.

Il dit que celui qui est méchant, l'est par ignorance.

L'Homme ne veut pas le mal, il veut mal le lien.

Pourtant cette thèse est contestable. C'est ce que dit Ovide → « Je vois le meilleur, je l'approuve et je fais le pire »

Le mal viendrait donc d'un mauvais usage de notre liberté parce qu'il faut que nous choisissons notre désir que notre moral. Le bien exige un effort sur soi et résister aux désirs. Mais l'Homme préfère ce qui le rend heureux, lui fait plaisir que plutôt la morale.

Notre liberté n'est pas mauvaise en soi mais elle exige un contrôle sur nous-même et le fait d'assumer sa responsabilité.

Etre libre, c'est se penser par soi-même sans influence.

Expérience de Milgran. Il propose une expérience de test à passer. Et si ça se passe mal, envoie de décharge (70% → mortel)

C'est ce qu'il appelle la soumission de l'autorité.

La soumission à l'autorité nous fait perdre le sentiment de responsabilité.

Etre libre, c'est penser par soi-même, avoir un esprit critique sur ce qu'on nous fait vivre.

Conclusion 3 : La liberté passe nécessairement de la responsabilité humaine que l'Homme soit véritablement libre ou non, la vie en société nous oblige à le considérer comme libre afin de lui permettre un comportement moral.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00 (5 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !