C'est la suite du document : • 3.3-
Philosophie : Cours du, 31 oct 2006 :
I)_langage_et_animalité_1--> le langage.

 

Mes documents sont réalisés
à partir de notes prises pendant les cours.

-----

 

Cours du, mardi 07 Novembre
2006.

 

I/ Le singe 

 

 Texte issu d'un document fourni
en cours. Le texte a été rédigé par mon
professeur de philosophie. Mis en ligne avec son accord.

 

Les singes sont capables de très grandes choses
intellectuelles.

Il faut des centaines d'heures pour qu'elle arrive à ????
parler / communiquer ????

Chez l'enfant, c'est le plaisir de jouer qui lui permet
d'apprendre à parler. Sarah n'a aucun plaisir à faire
cela. Elle est conditionnée et récompensée par
des friandises (pommes, chocolat). Elle est obligée de faire
des exercices. Elle est toujours en rapport avec la nourriture.

 

Conclusion du c
:

 

Il y a une intelligence des animaux. C'est sûr il y a une
communication, mais cette communication la plupart du temps est un
ensemble de signaux (visuels, acoustiques, chimiques (hormones,
phéromones), électriques, mais ces signaux ne sont
quasiment jamais des signes sauf pour quelques singes qui ont
réussit à utiliser des équivalents des
signes.

II/ Le signe (!!! partie importante du cours !!!)

Est-ce que les animaux utilisent leurs signaux comme nous ?

A) Définition du signe

 

 

Tout objet ou
phénomène qui renvoie à autre chose que
lui-même.

 

 

Quelques signes avec quelques exemples:

* Un indice (traces de pas, cicatrice, symptôme)

* Le signal (le sifflet dans un macht de foot), feux
tricolores.

I--> le signal a pour but de nous faire
faire quelque chose.

* Une icône : (carte de géographie)

* Signes linguistiques : (touches de clavier)

* Codes : Braille, morse)

* écriture : (Alphabet, hiérogliphes.)

B) Le signe linguistique
:

 

Le signe linguistique renvoie arbitrairement
à une chose concrète ou abstraite.

 

Exemple :

Le mot "Gawagaï" :

On a le signifiant mais on ne peut pas le signifier, car on ne
sait pas ce que c'est. On ne peut pas le signifier dans sa
tête. Le signifiant et le signifié sont les deux faces
du signe. Le référent, c'est l'image, le
réel.

Le signe qui est plus difficile à se représenter
pour l'enfant, c'est le mot "Je". C'est un référant qui
se renvoit à lui-même (le "tu" aussi.). Il y a aussi le
mot "ici". Il y a des "ici" partout et nulle part à la fois.
Le mot "maintenant", c'est aussi un mot qui est multiple et
nombreux.

Pour désigner la même chose d'une langue à
l'autre, on n'utilise pas forcément le même signe (mot).
La relation entre les signes et le référant est
arbitraire, au sens qu'il n'y a pas de raison d'employer un mot
plutôt qu'un autre pour dire la même chose.

La relation entre le signifiant et le signifié est
nécessaire puisque les deux ont été
imprégnés ensemble dans mon esprit quand j'ai appris
à parler. Dans une langue, la relation entre les deux signes
est nécessaire.

Il y a des langues qui utilisent un référent qui
n'existe pas dans d'autre langue.

Exemple : Chez les Inuits, il y a 80 mots/référents
pour dire "neige".

 

Le référant peut être quelque chose qui
n'existe pas.

Exemple : Un arbre, ça n'existe pas.

Il y a des chênes, des peupliers, des marroniers, etc...
mais un arbre en tant que tel, ça n'existe pas.

La différence entre un référant concret et un
référent abstrait n'existe donc pas vraiment.

(référent --> généralité
--> classifié)

Sarah ne peut pas faire cela.

C) Bilan des études sur les animaux

 

1ère remarque : Sarah
ne parle pas parce qu'elle n'utilise pas des jetons comme des signes
dans un langage. Parce que ces jetons sont toujours présents
avec les objets à désigner dans ces expériences.
(Ils sont toujours co-présent avec la chose à
désigner.)

Sarah n'a pas utilisée un jeton seul pour demander une
pomme qui n'aurait pas été là. (si non cela
aurait été évoqué)

 

2ème remarque : En
outre, Sarah utilise ses jetons comme des substitus d'objets. A la
place des objets, elle utilise des jetons. Or les signes du langage
ne sont pas substitués à l'objet, puisqu'ils ne peuvent
pas se substituer aux objets qui n'existent pas.

Le langage humain n'est pas un code.

Pour les autres singes :

- Nim, c'est un singe qui a été étudié
dans les années 70-80.

Avec lui, ce que l'on croyait être de la communication
était en fait une observation du comportement du moniteur.

Exemple : L'objection de Hans le Malin (c'est l'histoire du
cheval qui savait compter)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_le_malin

 

- Koko : Avec lui, choses surprenantes, Koko était capable
de faire de la dissimulation, de mentir. Il pouvait dire des phrases
qu'il n'aurait pas dû savoir dire.

Les macaques, ouistitis font aussi cela. Koko a aussi
été capable d'apprendre le langage des signes et de le
retransmettre à ses enfants.

 

Denière remarque :
Certains ont affirmées que si les singes ne parlaient
pas, c'était par absence de motivation.Qu'ils n'avaient pas de
raison de parler. On peut les forcer à parler par des
expériences mais qu'ils n'en ont pas besoin, contrairement
à l'Homme. Parce qu'en milieu naturel le singe ne parle pas.
Les cris qu'ils poussent ne suffisent pas à affirmer tout ce
que le langage peut dire.

 

 Suite dans le prochain
document.

 

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide