Phénarèthé est un nom qui parait un peu téléguidé et construit pour la circonstance, parce que si véritablement maïeutique socratique il y a, elle consiste à faire apparaître des vertus. La pratique socratique était inscrite dans le nom de la mère de socrate en même que son métier. Maibe: Platonic Inspiration : la maïeutique serait purement un pure création platonicienne et non pas un art qui aurait appartenu en propre à Socrate.

Théétète a bien entendu parler de cette mère de Socrate, parce que Socrate est un personnage célèbre de l'époque. Ce que Théétète ne sait pas que Socrate exerce le même art que sa mère transposé dans le domaine de sa mère, alors que sa mère opère un métier d'ordre physique. Théétète qui connait Socrate et qui est même situé en matière de recherches socratiques. Qu'un personnage comme Théétète n'ait jamais entendu parlé de la méthode socratique est quelque chose d'à peine crédible, car même si cette pratique est réservée à quelques uns, cela ne veut pas dire qu'elle n'est pas connue. L'enseignement scientifique est un enseignement limité : pour la théorie de la relativité. Dans le Théétète, on voit bien que Th ne connait pas l'enseignement contenu et il affirme même qu'il n'a jamais entendu parlé de contenu alors qu'il se situe même dans la mouvance socratique. Dans l’hypothèse d'une lecture littérale on a quelque chose d'à peine crédible, donc si Théétète n'en a pas entendu parlé cela reviendrait à dire que personne n'en a entendu parlé. Ce qui reviendrait dire qu'on a à faire à de la fabulation.

Dans le cadre de cette interprétation littérale du passage, on doit comprendre si c'est vrai que Socrate aurait eu une double activité dont une activité publique (qui s'exprime sur la place publique et qui rencontre les gens dans la rue et les interroge), et puis une activité privée (. Dualité dans les enseignements de Socrate et dans es pratiques pédagogiques, l'apologie en donne quelques éléments : 34c "Je prodigue à tout vent les affaires qui me mêlent au privée". Ce qui veut dire que son ministère philosophique ne se réduit pas à une affaire publique. En 33b: Socrate dit : Si quelqu'un prétend en privée dont personne n'est au courant, sachez bien qu'il ne dit pas la vérité. On voit bien dans ce passage rentre en contracdition avec celui du Théétète.

L'action dramatique du Théétète se situe juste avant le procès

alors que l'apologie de Socrate se situe pendant le procès.

Socrate dit qu'il a une activité secrète

Il y a deux affirmations qui se contredisent de manière flagrantes, la plus part des spécialistes penchent vers une affabulation du discours du Théétète. Ce qui revient à dire que selon les spécialistes, Socrate n'aurait jamais rien eu à cacher, comme il l'est dit dans l'apologie.

Jean Uhbert : Socrate et les petits socratiques, publié en 1967, page 180, expression d'une forte insistance de la part de Platon qui vise d'une part à annuler les affirmations mensongères des Nuées.

Il aurait voulu exorciser le Socrate antérieur ; à partir du moment où il a pris connaissance de la parole de l'oracle, il aurait changé de posture. L'ancien Socrate aurait été un personnage plus exotérique:

Suite à la rencontre avec l'oracle, il se met à dialoguer avec des individus qui sortent du cercle privée et se met à dialoguer sur la voie publique.

L'ancien Socrate serait celui qui dialoguait avec des personnes d'ordre privée, et c'est lui qui a formé des personnes de la haute société.

Dans l'apologie Socrate, aurait voulu éliminer l'ancien Socrate qu'il était et qui s'adressait uniquement à une minorité privée.

Socrate aborde le problème d'un enseignement secret, donc s'il en parle de cette façon là, cela voudrait dire qu'il distinguait le public et le privée.

"Le fait est sache le bien, ne me dénonce pas devant les autres. Car mon ami cela passe inaperçu, que je possède cet art."

Socrate emploie le terme "techné" qui n'est pas un terme anodin. Il y a les savoirs faire et qui relèvent simplement de l'expérience, et les technai : c'est à dire les pratiques rationnelles. La différence entre un imperia et une techné. Alors même que lorsqu'on dispose un art, on est capable de l'expliquer et l'enseigner. On a là un paradoxe, c'est que Socrate défini généralement, et il se défini par son non-savoir, son inscience, or une techné au sens socratique du terme, c'est un savoir rationnel, donc on a là quelque chose de contradictoire avec son postulat de base qui est le non savoir.

Ce sont les cyniques qui sont dans la lignée de Socrate.

Socrate ne se situe pas dans la filiation d'Héraclite. Platon est dans la filiation d'Héraclite.

La question se pose de savoir si cette protestation de l'. Les nuées qui présentent un Socrate plus ancien, ne montrent pas un Socrate affirmant ne rien savoir, le personnage sophiste de Socrate est davantage mis en avant.

Dans ce passage : "ne me dénonce pas devant les autres". On peut relever un autre mot important c'est : oheteiré : qui serait "oh mon ami" alors que la signification est plus technique. Un etheiros, est le membre d'une confrérie clandestine à caractère politique. Concernant ce terme, Michel Narcy fait la remarque suivante : rien d'étonnant que Socrate se voit synchroniser à l'etheiros au moment où il lui demande le secret.

Socrate le traite d'etheiros : donc de comploteur. Les etheiros étaient du parti aristocratique. Est-ce que la maïeutique a une signification politique ? En réalité la maïeutique n'a pas de signification particulière sur le plan politique, les implications de Socrate sont pourtant politique : on le voit à travers l'expression : ne me dénonce pas devant les autres" ce qui fait référence aux autorités politiques. Cela prendra donc une ampleur politique. On peut en relever un point important, c'est que le secret de la maïeutique n'est pas présenté comme un secret individuel, ce ne serait pas un secret qu'il aurait cultivé par de vers soi. Socrate fait apparaître par ce terme : la notion de secret partagé par certains. Donc nous aurions à faire à un groupe qui se définie par avance aux autres. Etheiros s'oppose aux autres : donc il y a d'un côté ceux qui sont du côté de Socrate et les autres. On a l'affirmation d'un processus d’auto définition d'un groupe, ou d'une secte parce que les sectes se définissent par "nous" et "les autres". Nous avons à faire à un comportement explicite alternatif de déviance : le groupe des intimes de Socrate qui sont mis au parfum. Notons que cette divulgation dans la logique dramatique du récit est plausible car la divulgation ne se fait pas devant les autres, amis se fait en circuit fermé par deux personnes : Théodore et Théétète, et comme il est parainné par Socrate il est plus dans la confidance. Le jeune homme était en proie aux révélations de Socrate.

Que désignent les etheiros ? Ce sont le groupe des socratiques, Théétète constitue, dans sa version littérale, un cercle fermé qui partage le secret de la maieutique. Eux seuls seraient au courant de ce secret qui consisterait l'art de la maïeutique. Ce secret aurait été bien gardé. Xénophon n'en parle jamais, alors qu'il devait faire parti des proches. Platon n'en parle jamais dans les dix premiers dialogues, même dans les dialogues de la periode médiane puisque dans le Banquet le Phèdre et la République ne parle jamais de la maïeutique. Donc Socrate aurait bien gardé le secret et l'aurait bien divulgué bien tardivement dans le Théétète. Théétète et Théodore, il s'avère que ce n'est pas du tout que c'est le moment de révéler le secret. Donc nous aurions à faire à une révélation et non pas à une divulgation.

Si le secret est divulgué il prendra l'aspect d'une véritable dénonciation. Et pourquoi dénonciation ? Parce que les autres ce qui ne font pas parti de l'etheroi: les autres représentent la norme généralement admise mais ils représentent aussi les autorités établies en place, le pouvoir disposant de la capacité judiciaire de punir. A savoir que Socrate est poursuivi en justice et devra se présenter à la fin de la discussion : Anytos et Mélethos. Il va devoir subir la procédure d'instruction qui est préalable au procès. Il est menacé du point de vue de sa liberté et de sa vie: ce n'est pas le moment de dénoncer son secret. Ce secret s'il n'est pas politique dans son contenu. En tout cas ce secret n'est pas anodin, puisqu'il concerne au plus au niveau, l'art du chef du groupe clandestin ou semi-clandestin.

On ne savait pas qu'il pratiquait un art secret, et que ce secret serait l'art le plus important celui se situant le plus haut du groupe.

I/ Pourquoi Socrate veut dissimuler son art devant les autorités : que peut-il craindre ? Pourquoi demande-il à Théétète qu'il ne le dénonce pas ?

On peut apporter effectivement quelques éléments de réponses (Théétète 210d) doit déjà connaitre plus ou moins les charges qui pèsent contre lui, et il doit savoir qu'il est sur le point d'être poursuivi pour corruption de la jeunesse : qui fait parti des rois chefs d'inculpation: la maïeutique n'est pas sans signification de ce point de vue là. C'est une pratique qui mélangeait de manière inhabituelle, masculinité et féminité. La maïeutique implique un rapport d'intimité (entre Socrate et les jeunes gens) et une telle relation d'intimité ne peut rajouter que de l'eau au moulin pour le chef d'accusation qui est de corrompre la jeunesse. Il y a des entretiens cachés et par surcroît plus intimes, et cela rajouterait des raisons supplémentaires pour condamner Socrate. Les juges sont des représentants du peuple, s'ils parviennent à savoir que cette pratique qui féminise les disciples de Socrate. Ce qui donnera à Socrate une difficulté pour Socrate d'expliquer cette pratique.

La pédérastie était carrément institutionnalisé, pour guider dans le grand monde et promotion des futurs politiques. Le comportement de Socrate est un comportement déviant. La pédérastie est vue comme masculine alors que la maïeutique féminise les disciples (d'où la corruption de la jeunesse)

II/ Veulent-ils la condamnation de Socrate parce qu'il féminise et que les grecs étaient profondément misogynes ? ou bien parce qu'il dérange pour autre chose comme inciter les gens à tout remettre en question jusqu'aux institutions politiques ?

Socrate va se servir de sa condamnation pour justifier sa pratique.

Dans le Théétète on voit réapparaître en 161e : une consigne de silence: et Socrate dit à ce moment là que sur la maïeutique qui lui est propre il préfère garder le silence, car cela ferait rire de lui. La maïeutique c'est quelque chose de tellement improbable à l'époque, et de tellement saugrenue que parler de la maïeutique devant tout le monde serait déclenché l’hilarité générale. On a un aveu en 161e qui explique à posteriori pourquoi Socrate a préféré gardé le silence, il y a là une conduite qui peut paraître ridicule. Donc par pudeur Socrate garderait ce secret.

Dans le Théétète Platon divulgue le secret de Socrate: que comprendre dans cette divulgation du Théétète. Pourquoi Platon la divulgue-t-elle dans un écrit ? Pourquoi Platon divulgue dans le Théétète alors qu'il n'en a jamais parlé avant ? Pourquoi la divulgation d'un secret, si secret il y a ? IL faut donc être plus précis et savoir quand le texte a été écrit. Pour avoir une explication claire, il faut interroger le prologue du Théétète : dans le prologue on a un personnage qui s'appelle Euclyde. Malheureusement Platon ne nous fourni pas la date de cette bataille. En 369, trente après la mort de Théétète. Il est important pour les historiens de savoir si Théétète est mort pendant la bataille de Corynthe.

Particularités stylistiques qui rapprochent des productions tardives qui rapprochent après la mort de Socrate. Lorsque les deux personnages de départ s'entretiennent font apparaître un écrit. Euclyde est en présence d'un écrit qui a fait écrire, et l'a faite lire. Euclyde dit avoir fait corriger le texte par Socrate.

Pourquoi le prologue fait apparaître une procédure d'écriture du dialogue ? Ce qui est exceptionnel dans tous les dialogues. Il y a des dialogues mimétiques : ce sont des dialogues qui se présentent comme des pièces de comédie, les dialoguants s'expriment au style direct. Dialogues qui imitent des discussions réelles.

Dialogues diégétiques : dialogues sous forme d'un récit : la République : style indirect

Dialogues semi-diégétiques : le fait est que c'est le cas du Théétète, on a un rapport qui est d'une personne, et le dialogue est ensuite présenté en style direct. Il s'agit donc d'une transmission.

Dans le Phédon, Socrate est absent.

Les grands dialogues de la période médiane : Le banquet, le Parnémide, le Phédon. Ces trois dialogues plus le Théétète sont des dialogues qui rapportent une tradition sur Socrate. Soit concernant un enseignement qu'il a reçu dans la jeunesse, ou alors comment il a subi l'épreuve de sa propre mort est le Phédon. Le Parnémide est une discussion que Socrate a eu avec Parnémide alors que Parnémide était jeune homme.

Socrate est jeune homme et il rencontre Parnémide vers le milieu du cinquième siècle. Il y a plusieurs intermédiaires, et comme il y en a plusieurs la version n'est jamais précise, on est tout le temps dans une formulation conditionnelle. Avec le Théétète si on adopte la date de composition tardive, donc en 379 trente ans après la mort de Socrate :le dialogue aurait été écrit pour conserver la mémoire de l'entretien. Donc 368 plutôt que 374. Les grecs préservaient une tradition orale très forte, ce qu'il faisait qu'il pratiquait la mémoire. Platon a divulgué le secret de la maïeutique tardivement, car le cas Socrate ne posait plus de problèmes 10 ans après sa mort. Le polémique était encore brûlante dix ans après.

Le Socrate privé n'est pas gênant, c'est le Socrate public.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide