Lorsque meurt son père Charles V, le Dauphin (titre qu’il est le premier des fils de roi à porter, car il a reçu en apanage le Dauphiné acquis par son père) n’a que douze ans. Louis d’Anjou, Jean de Berry, Philippe de Bourgogne et Louis de Bourbon, ses oncles, sans tenir aucun compte des volontés du roi défunt, exercent la tutelle. Des révoltes éclatent dans plusieurs régions de France comme à Paris - celle des maillotins. En effet, les oncles du roi semblent, aux yeux du peuple, dilapider le trésor royal en même temps qu'ils pressent par l’impôt. En 1388, le roi écarte du pouvoir ses oncles. Il rappelle auprès de lui ceux qui furent les conseillers de son père et que les princes appellent avec mépris les Marmousets : Bureau de la Rivière, Jean de Noviant, Olivier de Clisson. En août 1392, il traverse la forêt du Mans, et marche contre le duc de Bretagne. Ce dernier refuse de lui livrer Pierre de Craon qui a tenté d’assassiner Clisson. Le roi, que l’on dit jusque là le Bien-Aimé, est alors frappé d’un premier accès de folie. Le « bal des ardents » au cours duquel le frère du roi, Louis, duc d'Orléans, met par mégarde le feu aux costumes, dont sont travestis les gens de la cour, ce qui trouble davantage le roi. Ses oncles reprennent la tutelle du royaume. Mais Jean sans Peur, nouveau duc de Bourgogne, hait le duc d’Orléans. Il le fait assassiner en 1407. Alors le pays se déchire entre Bourguignons et Armagnacs, partisans du duc d’Orléans et du Dauphin Charles. Les uns et les autres se livrent des combats sans merci. En 1419, Jean sans Peur est à son tour assassiné. Mais, déjà, l’alliance de celui-ci avec les Anglais a permis au roi d’Angleterre Henri V d’infliger, le 25 octobre 1415, le désastre qu’est la bataille d’Azincourt. Presque inconscient, Charles VI signe le traité de Troyes, le 21 mai 1420. Se rend-il compte qu’il vient de donner sa fille en mariage au roi d’Angleterre, qu’il vient de déshériter le Dauphin Charles ? Le Parlement déchoit le Dauphin Charles. Henri V est reconnu pour être le roi de France. Charles VI meurt deux mois après Henri V. Deux prétendants au trône de France s’opposent l’un à l’autre : le fils du roi d’Angleterre qui n’a que dix-huit mois, Henri VI, et le Dauphin Charles, qui a dix-neuf ans et qui n’est plus que le dérisoire roi de Bourges.

A cette époque vivaient :

BERRY, Jean de France, duc de (1340-1416)
Prince capétien, il est l’un des régents de son neveu Charles VI en 1380.

CHARTIER, Alain (v. 1385-1433)
Ecrivain, secrétaire de Charles VI et de Charles VII, il laisse des écrits politiques : Le Quadrilogue invectif et des poésies. Poète d’une nouvelle courtoisie, plus amère et bientôt procédurière, auteur pour qui la politique doit être avant tout une morale, il est également un excellent écrivain latin. L’imprégnation de ses textes latins par les oeuvres antiques s’est faite peu à peu plus profonde et ses Epistoles ont pu servir de modèles.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !