1er août 1137    Mort de Louis VI
Tué en quelque
sorte par sa gloutonnerie, qui l’a rendu obèse et lui a valu le surnom
de « le Gros », à cinquante-six ans, Louis VI n’en laisse pas moins le
royaume pacifié et bien administré. Sur son lit de mort il dit à son
fils, qui va devenir Louis VII : « Souvenez-vous, mon fils, que la
royauté n’est qu’une charge publique, dont vous rendrez un compte
rigoureux à Dieu, qui seul dispose des sceptres et des couronnes. »

22 juillet 1137    Mariage de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine.
Par cette union, Louis VII annexe la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, la Marche, l’Angoumois, la Saintonge et le Périgord.

16 février 1147    Assemblée des grands à Etampes.
Lors
de cette assemblée, on confie à l’abbé Suger la régence du royaume pour
toute la durée de l’absence de Louis VII qui part en croisade.

21 mars 1152    Annulation du mariage entre Louis VII et Aliénor d’Aquitaine.
Le
divorce est prononcé par le concile de Beaugency. Il sera la cause des
guerres qui éclatent peu après entre la France et l’Angleterre dont
Aliénor épouse le roi.

4 juin 1155    Paix de dix ans.
Louis
VII a déchu, en 1152, son vassal Henri II Plantagenêt de tous ses fiefs
français, parce que celui-ci a osé se marier sans en demander
l’autorisation au roi. La chose est d’autant plus grave qu’Henri II
épouse Aliénor d’Aquitaine que Louis VII a répudié et qu’elle apporte
pour son mariage la dot qu’elle a reprise. Sans moyen pour imposer que
sa sentence soit exécutée, Louis VII proclame la paix du roi. Ce geste
constitue la première ordonnance capétienne qui renoue avec la période
carolingienne. Dès l’année suivante, Henri II fera allégeance au roi de
France pour ses fiefs français.

23 juin 1173    Siège de Verneuil.
Révoltés
contre leur père, Henri II d’Angleterre, Henri le Jeune, Richard et
Geoffroy, soutenus par Louis VII, roi de France, mettent le siège
devant Verneuil.

30 septembre 1174    Paix de Montlouis.
Elle
est signée entre Louis VII et Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre.
On y réalise le partage des domaines des Plantagenêts entre le roi
Henri et ses fils rebelles. Pour sceller la paix, la fille de Louis
VII, Adélaïde, doit épouser le fils d’Henri II Plantagenêt, Richard
Cœur de Lion.

28 avril 1180    Mariage de Philippe II Auguste et d'Elisabeth de Hainaut.
Elisabeth de Hainaut est la nièce de Philippe d’Alsace, comte de Flandre. Elle apporte en dot l’Artois.

19 septembre 1180    Mort de Louis VII
Au
retour d’un pèlerinage, Louis VII prend froid et est terrassé par une
hémiplégie. Il meurt paralysé à l’abbaye de Saint-Port. Son successeur
est Philippe II Auguste.

2 octobre 1187    Chute de Jérusalem, prise par Saladin.
Le roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, est vaincu à Tibériade par Saladin qui, magnanime, le libère.

4 juillet 1189    Paix d’Azay-le-Rideau.
Par
cette paix humiliante, le roi Henri II d’Angleterre désigne son fils
Richard comme nouveau roi et abandonne à Philippe Auguste l’Auvergne,
Issoudun et Châteauroux. Il meurt deux jours plus tard.

18 juillet 1189    Philippe Auguste restitue les conquêtes d’Henri II.
Henri
II d’Angleterre, qui vient de capituler à Azay-le-Rideau le 4 juillet,
lit la liste de ceux qui ont lutté contre lui et apprend que ses deux
fils, Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre, sont parmi eux. Accablé
de chagrin et de honte, il meurt deux jours plus tard. Au moment de
mourir, il lance cette malédiction : « Honte, honte, sur le roi vaincu
et maudits de Dieu soient les enfants que je laisse. » Pour le
remercier, Philippe Auguste redonne à Richard Cœur de Lion, qui monte
sur le trône d’Angleterre, les territoires enlevés à son père.

24 juin 1190    Testament de Philippe Auguste.
Sur
le point de partir avec Richard Cœur de Lion pour la troisième
croisade, Philippe Auguste organise par un testament ce que doit être
le gouvernement pendant son absence.

4 juillet 1190    La troisième croisade.
Symboliquement,
c’est sur la colline de Vezelay d’où est partie la première croisade
après l’appel du pape Urbain II en 1095, c’est dans cette basilique où
Pierre l’Ermite a préché pour les pauvres en 1096, que se retrouvent
Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion avant de partir pour la
troisième croisade. Celle-ci est décidée en raison de la prise de
Jérusalem par Saladin, le 2 octobre 1187. L’empereur Frédéric
Barberousse a déjà pris la route.

13 juillet 1191    Prise de Saint-Jean-d’Acre par les croisés.
Malgré
leur mésentente, les deux rois croisés Philippe Auguste et Richard Cœur
de Lion qui ont entrepris cette troisième croisade pour délivrer
Jérulalem des mains des infidèles, combattent au côté l’un de l’autre.
Ils reprennent au sultan Saladin Saint-Jean-d’Acre, grâce au courage de
Richard. Après cette victoire, le roi de France laisse seul en Terre
sainte le roi d’Angleterre et rentre.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,67 (3 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !