29 septembre 106 Avant J.C.

48 Avant J.C. à Péluse, en Egypte.

Il est né dans le Picinum , au sein d'une riche et
puissante famille équestre de province. Il trouva la mort en Egypte,
tué par des spadassins à la solde des régents du jeune roi Ptolémée
XIII. Il était de 6 ans l'aîné de César.

Il était le fils de Gnaeus Pompeius Strabo qui s'illustra
par sa cruauté durant les « guerres sociales ». Ce dernier fut consul
en 89 Avant J.C., haï du peuple romain. Il devra défendre la mémoire de
ce père, accusé d'avoir détourné des fonds. Lui-même subit une telle
accusation.

A 23 ans, son énorme ambition, malgré son jeune âge, le mit à la
tête de 3 légions levées parmi ses clients et les vétérans de son
père ; avec elles, il se mit au service de Sylla alors en lutte avec
les marianistes. Le futur maître de Rome l'envoya combattre Cinna , puis il dut partir en Sicile et en Afrique où il trouva Cn. Domitius Ahenobarbus en face de lui.

En cours d'histoire, tout jeune, il avait épousé la fille du préteur Antistius puis, en récompense, en quelques sortes, des services rendus, Sylla lui offrit sa fille, Aemilia , qui va, très vite, périr en couches ; c'est ce dernier qui lui donnera le surnom de Magnus (grand) faisant référence à Alexandre le Grand, il en adopta même la coiffure pour accentuer la ressemblance.

Comme sa destinée fut de toujours finir avec éclat ce que d'autres
avaient commencé avec difficultés, il alla en Espagne soutenir Metellus Pius qui luttait contre Sertorius (marianiste) qui tentait d'établir une nouvelle Rome en Espagne. Il se retrouva face à face non pas avec Sertorius qui avait été assassiné par Perpenna ,
un de ses lieutenants, mais avec ce dernier qu'il avait déjà trouvé sur
son chemin en Sicile. Il le vainquit mais la lutte dura 4 ans. Il le
fit prisonnier et exécuter. C'est en revenant d'Espagne qu'il rencontra
5000 hommes, rescapés des troupes de Spartacus, il les massacra
jusqu'au dernier. Pour cet exploit et surtout pour avoir vaincu en
Espagne (un Romain ne pouvait recevoir un triomphe que s'il avait
vaincu des étrangers et non pas d'autres Romains, encore moins des
esclaves), il eut droit à un triomphe tandis que Crassus n'eut droit
qu'à une ovatio . D'où problème de jalousie. Ce qui n'empêcha
pas les deux hommes de se retrouver consul pour l'année 70 Avant J.C.
Il reçut le consulat sans avoir l'âge légal et surtout sans avoir
exercé aucune des fonctions du cursus honorum . Ils seront à
nouveau consul ensemble, comme l'avait décidé les accords de LUCQUES
(marquant l'aide renouvelée entre les triumvirs) pour l'année 55 Avant
J.C.

La Lex Gabinia (67 après J.C.) qui venait d'un tribun, Aulus Gabinius ,
qui, sera gouverneur de Syrie, lui donna les pleins pouvoirs pour
vaincre les pirates qui hantaient la Méditerranée. Ces derniers avaient
presque 1000 vaisseaux et possédaient de nombreuses places fortes
(Crète, Sicile etc…). Pompée va les battre en 3 mois. Pour cela, il va
diviser la mer et les côtes en treize secteurs, il eut sous ses ordres
500 navires, 120.000 fantassins et 5000 cavaliers, pourquoi des
cavaliers ? Parce que son pouvoir va s'étendre non seulement sur la mer
mais sur toutes les zones côtières romaines. Il recevra pour l'aider
dans son combat 6000 talents, somme énorme. Il va s'en dire qu'une
telle puissance réunie dans les mains d'un seul homme n'alla pas sans
poser d'énormes problèmes et le résultat fut que cette loi passa
difficilement.

« Ce décret, lu publiquement, fut ratifié par le peuple avec
l'empressement le plus vif. Mais les premiers et les plus puissants
d'entre les sénateurs jugèrent que cette puissance absolue et
illimitée, si elle pouvait être au-dessus de l'envie, était faite au
moins pour inspirer de la crainte ; ils s'opposèrent donc au décret, à
l'exception de César, qui l'approuva, moins pour favoriser Pompée que
pour s'insinuer de bonne heure dans les bonnes grâces du peuple et se
ménager à lui-même sa faveur. » Plutarque, Pompée, XXVI.

Comment trouver un professeur d'histoire géographie ?

Puis une deuxième loi fut votée, la lex Manilia (66 Avant J.C.), proposée par le tribun Manilius Crispus
pour lui donner les moyens nécessaires pour écraser Mithridate VI. Par
cette loi, il avait le pouvoir de s'allier à qui bon lui semblait et de
conclure n'importe quel traité, son vote fut appuyé fortement par J.
César et Cicéron, elle devait amener à anéantir totalement le roi
oriental, le sénat lui confia les troupes de Lucullus et
c'est ainsi qu'une fois de plus, il sera amené à terminer ce qu'un
autre avait commencé. Il va mettre deux ans pour battre définitivement
Mithridate. Il aura besoin de la trahison du propre fils du satrape,
Pharnace, celui-ci enverra le cadavre de son père au Romain pour preuve
de son loyalisme envers Rome. Et c'est ainsi qu'en 64 Avant J.C., il
fit rentrer Antioche donc la Syrie , plus la Bithynie , la Paphlagonie
et le Pont dans le giron de Rome. Il voulut annexer Pétra mais le
siège, conduit par un de ses lieutenants, Scaurus , échoua.
En 63 Avant J.C., il va se rendre à Damas où une délégation juive lui
demanda de leur choisir un roi ; comme celui qui ne fut pas choisi se
révolta, il dut envahir la Palestine et prendre Jérusalem d'assaut pour
imposer ses décisions. Cette année là, les sénateurs votèrent 10 jours
de supplications (actions de grâce) pour les victoires de Pompée. Pour
avoir défait Mithridate, il reçut un troisième triomphe.

Après sa victoire sur les pirates et sa conquête de l'Asie, il
demanda à être sculpté nu, tenant dans sa main gauche un globe
représentant le monde, cette statue (Pompée en « cosmocrator ») trônait
au milieu de celles des 14 nations qu'il avait soumises. Elle décora,
quelques années après, la Curie qu'il avait fait bâtir dans le
prolongement de son théâtre ; c'est à ses pieds que Jules César fut
assassiné.

--- > Mort de César, Vincenzo Camuccini,1798.

Et vint le premier triumvirat en 60 Avant J.C. quand trois ambitieux, César, représentant le partie populaire ( Populares ), Pompée, s'alliant à l'aristocratie ( Optimates ),
et Crassus qui va apporter l'argent aux diverses entreprises du clan,
s'unirent dans le plus grand secret pour se partager le pouvoir en
contrebalançant celui du Sénat. Ils délimitèrent leurs zones
d'influence. A lui revint l'Espagne ; Crassus eut la Syrie et César :
les Gaules (Narbonnaise et Cisalpine) plus l'Illyrie ; ils y eurent
chacun un pouvoir proconsulaire. Mais curieusement, il ne partit pas
vers son gouvernement, préférant laisser agir ses légats qui
s'activaient en suivant ses ordres, il resta à Rome pour voir comment
aller s'enchaîner les évènements et pour pouvoir agir quand le besoin
s'en ferait sentir. Pour marquer leur bonne entente, il épousa Julia , fille unique de César et de Cornelia (fille de Cinna ), il tomba amoureux d'elle ; lui qui était libre après avoir répudié Mucia Tertia
pour adultère. Malheureusement, elle va périr au cours d'une grossesse
et sa disparition va marquer la séparation entre César et Pompée
(Crassus, troisième éléments du triumvirat va périr contre les
Parthes), bien que pour ressouder leur alliance, César ait demandé la
main de son unique fille.

Il eut plusieurs épouses dans sa vie (5 en tout) pour marquer des
alliances politiques mais la passion et la sexualité amoureuse, il les
connut avec une courtisane nommée : Flora . Mais revenons quelques années plus tôt quand Julia
était toujours là. Il obtint du Sénat que le proconsulat de son
beau-père soit augmenté d'une province : la Gaule transalpine ce qui
plaça sous son commandement une légion supplémentaire. Mais les
sénateurs lui refusèrent l'octroie de terres pour ses vétérans ce qui
le poussa un peu plus à participer à ce triumvirat. César va réussir à
les lui faire obtenir quand il sera consul, grâce à l'appui de Pompée ;
échange de bons procédés.

En 57 Avant J.C., le Sénat le chargea du ravitaillement en blé de
Rome qui connaissait alors une grave pénurie. On le retrouva en 56
Avant J.C., participant aux pourparlers de LUCQUES qui allaient voir le
renouvellement du triumvirat en principe pour 5 ans et les triumvirs
firent voter une loi qui les renouvelait dans leurs pouvoirs
proconsulaires. En 52 Avant J.C., on le retrouve consul unique (faisant
office d'une espèce de dictateur). En permettant un consulat tenu par
une seule personne, le Sénat pensait arriver à résoudre les troubles
graves qui éclataient dans Rome. Il faut se souvenir que c'est la
période qui vit l'affrontement des bandes de Clodius contre celles de
Milon. Mais en même temps, il gardait son pouvoir proconsulaire sur
l'Espagne, il cumulait deux imperium , un consulaire, l'autre
proconsulaire sur sa province comme on vient de le voir, ce que Sylla
n'avait jamais voulu mais qui se fera par la suite avec les empereurs.

Il n'oubliait pas son ancien complice du triumvirat qui maintenant
était son ennemi : J. César. Ce dernier voulait briguer un autre
consulat sans être présent à Rome. Le Sénat lui demanda de se présenter
dans la Ville comme un simple particulier tandis que Pompée, lui,
conservait ses troupes. Situation impensable qui déboucha sur une
guerre civile. En 49 Avant J.C., César va franchir le Rubicon (rivière
qui symbolisait la frontière de Rome qu'une armée ne pouvait
traverser). A l'instigation de Pompée, le Sénat va le déclarer hors la
loi. Devant la fougue déployée par César, il fut complètement dépassé,
il fuit en Orient, demanda aux sénateurs de le suivre sous peine d'être
considérés comme étant de la fraction des partisans de son rival. Ce
départ fut tellement précipité que le Trésor Public fut oublié, pas par
César lorsqu'il pénétra dans la Ville. La guerre civile qui s'était
déclanchée, va aller en s'amplifient ; avant de s'attaquer à lui, César
voulut battre les différentes armées pompéiennes réfugiées en Espagne.
Puis, Pompée qui était en Thessalie fut rejoint, l'affrontement entre
eux eut lieu à Pharsale (48 Avant J.C.). Et là, bien que son armée fut
en position de forces, étant numériquement plus importante, il fut
battu et il va fuir vers l'Afrique. Pendant sa fuite vers l'Egypte,
destination final, il va faire escale à Mytilène (ancienne capitale de
l'île de Lesbos) pour récupérer sa femme, Cornélie (ancienne épouse du
fils - Publius - de Crassus qui a péri avec son père à la bataille de Carrhes) et un de ses fils ( Sextus ).
Il refusa de s'y réfugier comme la population le lui offrait. Pourquoi
se réfugier en Egypte ? Parce que le pays était encore indépendant et
surtout parce qu'il lui était redevable mais les régents du Pharaon de
l'époque (Pothin et Achillas), Ptolémée XIII (frère et époux de
Cléopâtre) décidèrent de se ranger du coté du vainqueur et c'est ainsi
que Pompée fut assassiné dès son débarquement sur les cotes égyptiennes
sous les yeux de sa femme et de son plus jeune fils, Sextus.

--- > Mort de Pompée, tirée du livre de J. Abott, « History of Julius Cesar »1904.

Ces derniers purent s'enfuir. Il fut tué par un de ses anciens subordonnés passé au service des Egyptiens, un centurion, Septimius . Il avait 58 ans presque 59 puisqu'il mourut la veille de son anniversaire soit le 28 septembre.

S'il fut un grand général, il fut un piètre politique. «  De l'homme d'Etat, il n'avait que l'ambition, et pour l'assouvir, il mit sa politique au service des puissances d'argent.  » Marcel Le Glay, Rome, Grandeur et Déclin de la République.

Toute sa vie, il aura eu des pouvoirs légaux mais toujours : «  en marge de la légalité républicaine  ». Marcel Le Glay, ibidem.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !