Il était le fils cadet du Grand Pompée et de sa troisième épouse : Mucia Tertia
(elle fut d'abord mariée au fils de Marius), elle donna à son mari
trois enfants : deux fils et une fille. Comme son père, il prit le
qualificatif de Pius .

Tandis que son frère aîné (sa biographie est sur ce site), Gnaeus , avait suivi leur père à l'Est, lui, trop jeune, restait à Rome avec sa belle-mère Cornelia Metella
au moment où César franchissait le Rubicon. Après que son père fut
battu à la bataille de Pharsale (48 Avant J.C., en Thessalie), toujours
accompagné de sa belle-mère, il le rejoignit Mytilène (capitale de
l'île de Lesbos) et tous ensemble, ils s'enfuirent vers l'Egypte dont
le souverain était redevable à leur famille. Mais malheureusement, par
traîtrise, Pompée fut assassiné sous les yeux de son fils et de sa
femme dès sa descente du navire qui les avait amené sur les cotes
d'Afrique.

L'année suivante, il rejoignit les opposants à César en Afrique ils
furent battus à Thapsus. Il rejoignit, alors, son frère en Espagne et
c'est ainsi qu'il se retrouva à la tête des troupes républicaines avec Gnaeus et Titus Labienus ,
l'ancien légat de César en Gaules. Ils affrontèrent le dictateur une
nouvelle fois en Espagne, exactement près de MUNDA (au Sud de
l'Espagne, en 45 Avant J.C.). Gnaeus fut fait prisonnier et
peu après exécuté. Quant à lui, il s'échappa pour trouver refuge en
Sicile et eut bientôt toute l'île à sa dévotion, il put ainsi
constituer une armée et une flotte. Juste avant de partir, il apprit la
mort de J. César alors qu'avec des soldats rescapés des armées de son
père et de son frère aîné, il s'avançait contre la ville de Carthagène
à la tête de 7 légions.

« Sextus Pompée était un jeune homme sans instruction
littéraire, barbare dans son langage, brave avec emportement, toujours
prêt à agir, prompt à concevoir et qui était bien loin d'avoir la
loyauté de son père. Affranchi de ses affranchis, esclave de ses
esclaves, il jalousait les gens de mérite, pour obéir aux plus
médiocres. »

Velleius Paterculus, II, 73.

Après la mort du dictateur, le Sénat crut avoir retrouvé sa liberté de décision et nomma Sextus
préfet de la flotte et commandant en chef des cotes romaines mais
quatre mois plus tard, les sénateurs déchantèrent vite sur leur retour
au pouvoir, devant la volonté du second triumvirat, ils durent revenir
sur ce qu'ils avaient dit.

De la Sicile , où il se faisait appeler « le fils de Neptune », ( l'ivresse
du succès lui fit prendre ouvertement le titre de fils de Neptune; et,
pour se rendre ce dieu favorable, il lui sacrifia un cheval et des
taureaux aux cornes dorées. Aurélius Victor, de viris illustribus, LXXXIV.)

il entreprit, en 39 Avant J.C., de provoquer la famine dans la ville
de Rome en bloquant son approvisionnement en blé, il contrôlait le
passage du détroit de Messine ; il réussit presque. Octave envoya un de
ses légats, Salvidienus Rufus , qui fut battu près de la cote de Rhegium
et ne put même pas prendre pied en Sicile. Après la rupture du
triumvirat, la stratégie d'Octave fut d'attirer au loin la flotte du
fils de Pompée de façon à permettre un débarquement aux troupes
assemblées de l'autre coté du détroit de Messine. Mais en 38 Avant
J.C., la flotte de l'héritier de César subit une défaite au large de
CUMES puis fut complètement anéanti au promontoire sicilien de SCYLLA,
Octave en réchappa par miracle.

Lors de la seconde proscription, Sextus attira à lui ceux
qui étaient désignés pour être mis à mort. Il doubla les primes
promises pour leur capture à ceux qui les sauveraient. Lui-même, malgré
ses relations personnelles avec les triumvirs fut poursuivit et inscrit
sur ces listes qui devaient poursuivre les assassins de César ( lex pedia ).

Devant le danger qu'il représentait les hommes du second triumvirat
négocièrent avec lui. Une rencontre eut lieu qui fut organisée par Lucius Sribonius Libo ,
beau-frère d'Octave. Elle déboucha sur la paix de MYSENE qui sera
éphémère puisqu'elle ne durera que 5 ans (Marc Antoine voulant assurer
ses arrières pour mener sa future campagne contre les Parthes). Et
c'est ainsi qu'on lui fit toute une série de promesses : il sera le
maître de ce qu'il a déjà, c'est-à-dire des îles de la Sicile , de la
Sardaigne et de la Corse , on lui promit l'Achaïe, Octave et Marc
Antoine lui offrirent le consulat pour l'année 38 Avant J.C., ses
troupes devaient recevoir les mêmes parts de butin et autres avantages
que celles des triumvirs, il devait recouvrer les biens immobiliers de
sa famille, en particulier la maison du quartier des Carrènes (entrée
du Forum) qui était rentrée de façon bizarre en possession de Marc
Antoine. Pour sceller leur accord, sa fille est fiancée avec Marcellus,
neveu d'Octave.

« Sextus Pompée, vaincu en Espagne à Munda, recueillit, après la
perte de son frère, les débris de ses troupes, et gagna la Sicile , où,
brisant les fers des esclaves, il s'empara de la mer. II interceptait
les convois pour l'Italie, qu'il réduisit à la famine ; l'ivresse du
succès lui fit prendre ouvertement le titre de fils de Neptune; et,
pour se rendre ce dieu favorable, il lui sacrifia un cheval et des
taureaux aux cornes dorées. Après avoir fait la paix avec Antoine et
César, il leur donna un repas sur son vaisseau ; « Voici mes carènes !
» dit-il assez spirituellement, faisant allusion à sa maison située à
Rome dans le quartier des Carènes, et alors au pouvoir d'Antoine.
Lorsque ce dernier eut rompu le traité, Sextus, vaincu dans une
bataille navale par Agrippa, lieutenant d'Auguste, s'enfuit en Asie, où
il fut tué par les soldats d'Antoine. »

Aurelius Victor, « de Viris Illustribus », LXXXIV.

Aucun de ces engagements ne sera tenu. C'est surtout la
non-possession de l'Achaïe qui fut le plus mal perçu. La guerre reprit
très vite entre eux. Pour le vaincre, Marc Antoine arma 120 navires de
ses propres deniers. Mais en définitive, le succès final fut du à
Octave ou plutôt à l'un de ses légats et ami intime, Agrippa ,
qui remporta une bataille navale au large de la Sicile à NAULOQUES
(nord de l'île). C'est à cette occasion que fut utilisé une nouvelle
arme navale : l' « harpax », c'est elle qui fit toute la différence.
Octave profita de cette circonstance pour éliminer Lépide du
triumvirat. En effet ce dernier essaya de mener un jeu personnel qui,
politiquement, lui fut fatal ; le futur Auguste ne lui conserva
seulement que le titre de « Grand Pontife ».

Sextus s'enfuit de cette bataille perdue avec 17 navires. Il se
réfugia en Orient où il espérait trouver une certaine générosité de la
part de Marc Antoine. Il pratiqua alors un double jeu, jouant de
l'amitié avec lui tandis qu'il complotait avec ses ennemis. Un
lieutenant du triumvir, Marcus Titius , fit mettre fin à ses jours, il était à Milet (une des 12 cités grecques de l'Asie Mineure) et c'était en 35 Avant J.C.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 3,00/5 - 2 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !