Gnaeus Pompée  : ou Pompée le Jeune, tel était son surnom pour le différencier de son père dont il portait le même prénom : Gnaeus Pompeius . 75 Avant J.C., 45 Avant J.C.

Il était le fils aîné de Pompée le Grand et de sa troisième épouse Mucia Tercia .
Son histoire commence lorsqu'il suivit son père qui, accompagné d'un
grand nombre de sénateurs attachés aux institutions de la République ,
partirent de Rome quand J. César franchit le Rubicon.

---> Hipania remettant un trophée à Gnaeus Pompée.

Après l'assassinat de Pompée le Grand, son frère ( Sextus
dont la biographie est sur ce site) et lui se retrouvèrent et gagnèrent
l'Afrique où les opposants, en particulier Caton le Jeune et Metellus
Scipion, les chefs de l'opposition s'étaient réfugiés. Leur mère, quant
à elle, revint sans risque à Rome, ayant reçu des garanties de César.
Ils furent battus à la bataille de Thapsus (46 Avant J.C.)
par les troupes césariennes. Gnaeus en réchappa et avec son frère
(désormais jusqu'à sa mort, leur sort sera étroitement lié), ils
partirent pour les Baléares puis sur le continent en Espagne où ils
parvinrent avec 13 légions. Car en Espagne la gens Pompeia
était bien implantée ayant de gros intérêts économiques et agricoles.
Il ne faut pas oublié que leur père avait reçu un proconsulat sur ce
pays.

« L'armée de Pompée était composée de treize légions couvertes
sur les ailes par la cavalerie, et par six mille hommes d'infanterie
légère. Les troupes auxiliaires montaient à peu près au même nombre. »
César, Guerre d'Espagne, 30.

J. César les y suivit à la tête de 8 légions et de 8000 cavaliers.
Il avait avec lui un allié qui lui servait, avec ses troupes,
d'auxiliaires dans cette guerre entre Romains : Bogud , roi de Maurétanie.

Avec l'ancien légat en Gaules de J. César : Titius Labienus
qui, lui, s'occupait de la cavalerie, ils commandèrent les troupes
républicaines à la bataille de MUNDA (au Sud de Cordoue-17 mars 45
Avant J.C.). Labienus y périt, Sextus put s'enfuir, il fut fait prisonnier et peu de temps après, il fut exécuté.

« Pompée qui, comme nous l'avons dit, était grièvement blessé et
avait le pied foulé, était retardé dans sa fuite; en outre, la
difficulté des chemins ne lui permettait pas de se servir d'un cheval
ni d'un char. Ses gens, chassés de leur fort, et n'ayant aucun secours,
étaient massacrés de tous côtés par nos troupes. Alors Pompée se
réfugia dans la vallée et se cacha dans une caverne, où nous aurions eu
bien de la peine à le découvrir, si des prisonniers ne nous avaient
indiqué sa retraite. Il y fut tué. César, étant allé à Gadès, la veille
des ides d'avril, la tête de Pompée fut apportée à Hispalis et exposée
aux regards du peuple. »
César, Guerre d'Espagne, 39.

« Cneius Pompée fut trouvé grièvement blessé dans un endroit
désert et on l'acheva. Labiénus et Varus moururent dans la bataille. »
Velleius Paterculus, II, 55.

Les historiens disent qu'il aurait été battu car en pleine bataille,
il donna des ordres qui ne furent pas compris par ses lieutenants.

J. César ne connut pas d'autre combat aussi dur et incertain que cette bataille :

« Jamais cependant il n'eut à livrer de bataille plus acharnée
et plus dangereuse. Ce fut au point que, la victoire étant plus
qu'incertaine, il descendit de cheval, se dressa devant ses troupes qui
cédaient, et après avoir reproché à la fortune de l'avoir conservé pour
une telle fin, déclara à ses soldats qu'il ne reculerait plus d'un seul
pas… »
Velleius Paterculus, II, 55.

Cette bataille fut la dernière qui vit s'affronter des Romains
contre des Romains. Elle mit fin à la guerre civile et consacra le
triomphe de J. César.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !