Plutarque : (46 après J.C. ; 120 après J.C.)

« J'ai vu de loin, dans
les livres de Plutarque, ce qu'étaient les grands hommes. »
Montesquieu.

Il fut un des plus grands écrivains du monde romain et
grec. Il écrivit dans sa langue maternelle : le Grec.

Il naquit dans une famille aisée de CHERONEE, petite ville
de Béotie. Selon Gérard Walter qui rédigea une introduction et des commentaires
à ses textes pour la collection de la Pléiade : « Plutarque avait bien pris
soin  de rédiger lui-même sa propre biographie mais elle ne nous est pas
parvenue. » Cette ville était essentiellement  connue pour avoir été le lieu où
les forces athéniennes furent vaincues par Philippe II (roi de Macédoine,
créateur de la Phalange) ; la ville par elle-même n'a plus d'existence à notre
époque et sur son emplacement géographique, on peut voir, aujourd'hui, le
village de Kapréna.

Vers 20
ans, il partit de sa petite ville pour étudier la philosophie auprès d'Amonios,
un platonicien qui exerçait à Athènes, le plus grand centre culturel de
l'époque. D'ailleurs sans être véritablement un adepte de cette forme de pensée,
il en subit énormément l'influence que l'on peut retrouver partout dans son
œuvre. Il se rendit ensuite en Egypte, exactement à Alexandrie où il apprit la
médecine. Il vint ensuite à Rome, sous Domitien, pour donner des leçons de
philosophie « Les cours que fit à Rome, encore sous le règne de Domitien, le
platonicien Plutarque, étaient suivis par les hommes les plus considérables de
la capitale, dont plusieurs formèrent des relations durables avec ce philosophe
vénéré : ainsi Sossius Sénécion, consul dans les années 98, 99 et 102, celui
auquel Plutarque dédia ses  « Biographies des hommes  célèbres. » » L.
Friedlaender, professeur à l'université de Koenigberg. Livre trouvé sur le
site :

A son arrivée dans la Ville, il ne parlait pas latin mais
seulement le Grec mais comme les Romains d'un certain niveau était bilingue, il
se fit comprendre de tous.

« Pour moi, qui, né dans une petite ville, aime à m'y
tenir, afin qu'elle ne devienne pas encore plus petite, j'ai été tellement
distrait, pendant mon séjour à Rome et dans les autres villes d'Italie, par les
affaires politiques dont j'étais chargé, et par les conférences philosophiques
que je tenais chez moi, que je n'ai pu m'appliquer qu'assez tard et dans un âge
avancé à l'étude de la langue latine. II m'est arrivé, à cet égard, une chose
fort extraordinaire et pourtant très vraie: c'est qu'au lieu de comprendre les
faits que je lisais par l'intelligence des mots, ce sont plutôt les faits dont
j'avais acquis déjà quelque connaissance qui m'ont servi à entendre les termes.
C'est sans doute un grand plaisir que de sentir les beautés et la vivacité de la
diction latine, d'en saisir les métaphores, les images, l'harmonie, et tous les
autres ornements qui donnent tant d'éclat aux discours; mais cette connaissance
ne peut être que le fruit d'un long exercice et d'une étude difficile; elle
exige beaucoup de loisir, et un âge capable de l'ambition d'y réussir. »
Plutarque, la vie de Démosthène.

Il
possédait la citoyenneté romaine et portait le nom de Mestrius qu’il
devait sans doute à son ami Lucius Mestrius Florus, ancien consul. Il fut
un protégé de l’empereur Trajan qui alla, même, jusqu’à lui conférer les
ornements d’un consul. Ce dernier en fit même un gouverneur de l’Achaïe, selon
les sources de la Souda (encyclopédie rédigée par des Byzantins). Puis,
il rentra dans sa patrie où il fut désigné pour être Archonte (magistrat
principal de la ville) et un des deux prêtres d’Apollon qui officiaient à
Delphes, non loin de chez lui, pour interpréter les oracles de la Pythie,
fonction qui avait une très grande importance, ces hommes étaient habituellement
nommés pour quatre ans mais lui resta toute sa vie en poste.

A notre
époque, il est très connu pour avoir écrit « les vies parallèles des hommes
illustres » et beaucoup moins pour le reste de son œuvre. Les vies sont des
biographies qui mettent en scène un personnage de la Grèce ancienne et un
personnage romain qui peut lui être comparé ainsi on peut penser qu'il a voulu
montrer qu'un Grec n'était en rien inférieur à un Romain. Dans ces biographies,
il a voulu surtout peindre une personnalité plutôt que de faire de l'histoire.
« Il a une grâce inimitable à peindre les grands hommes dans les petites
choses ; et il est si heureux dans le choix de ses traits, que souvent un mot,
un sourire, un geste lui suffit pour caractériser son héros…La physionomie ne se
montre pas dans les grands traits, ni le caractère dans les grandes actions ;
c'est dans les bagatelles que la nature se découvre. »   Jean-Jacques
Rousseau.

Les « vies » ne se veulent pas être de l'histoire pure.
Plutarque n'a pas recherché tous les évènements qui ont marqué la vie d'un être
mais il en a évoqué certains qui sont représentatifs d'une personnalité, d'un
caractère ; on a dit de lui que voulant susciter l'admiration à tout prix, il a
donc laissé de coté certains travers pour accentuer des qualités de ses héros.
Il fut plus moraliste qu'historien.

Il a écrit 46 biographies présentées par paires plus 4
isolées ; Shakespeare s'en inspira pour  produire certaines de ses pièces qui se
passent dans le monde antique.

Mais il fut
aussi un auteur d'écrits portant sur de multiples sujets (il est à remarquer
qu'il ne parla jamais de la littérature latine, peut-être est ce du à sa
méconnaissance de la langue latine). Ces différentes œuvres furent réunies sous
le titre de MORALIA. Il nous en reste 78 sur un peu plus de 227 écrits.
Elles abordent des sujets très divers qui vont de la philosophie à la morale
(selon Eusèbe qui écrivait au 4ème après J.C.) en passant par la
religion (il se voulait être le défenseur des anciennes croyances), il fit
preuve d'une pensée, d'une réflexion presque platonicienne bien qu'il ne fut pas
un adepte de cette philosophie mais sa jeunesse avait trempé dedans. A
celles-ci, il faut ajouter des « propos de table » qui furent rédigés vers la
fin de sa vie. Il mit ainsi en scène la vie culturelle de son pays par des
remarques mises au crédits de penseurs dont certains ont existés.

Comme
beaucoup d'auteurs latins, c'est la Renaissance (surtout la Renaissance
italienne du 15ème siècle) qui l'a fait connaître, en particulier
Jacques Amyot agissant à la demande de François I.

Grâce à
Plutarque, nous avons une connaissance sinon parfaite du moins importante du
monde antique.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !