L'URSS est URSS en 1922.

Modèle de référence, à la fois pour les pays communistes et les autres pays. Donc c'est là que se mettent en place les théories marxistes, avec des déviations.

Alors même s'il y a des déviations, il y a une théorie communiste.

Économie russe → Économie URSS (avec planification)

Évolution importante.
Le système soviétique, lien très fort entre le politique et l'économique.

l’État, c'est le PCUS, à la tête de l'organisme étatique.

C'est un État socialiste, qui n'a jamais vraiment réussi à devenir communiste. Il est important de ne pas mélanger économie socialiste et économie soviétique. L'échec du système soviétique, n'est pas l'échec socialiste. (Dans le réel, l'URSS ne représente n'est pas LE modèle communiste.)

C'est pas parce que URSS a foiré, que les autres communismes aussi.

PB : Le début du système soviétique est il une innovation ou dictée par des circonstances ?

La Russie tsariste, une modernisation incomplète

Les débuts de l'industrialisation

Dans les débuts de l'industrialisation en Russie, ne sont pas liés à des mécanismes naturels. Ça n'est pas une industrialisation liée à des changements d'économie, mais purement voulue par l’État. But stratégique et militaire.

Pourquoi une volonté de l’État ? Concrètement, parce que dans la société russe, dirigée par la noblesse, pour cette partie dominante, elle se sent menacée (par le prolétariat). Ils ne veulent pas de l'industrialisation.

Mais après une suite d'échecs militaires. Guerre de Crimée 1854 : les russes doivent aller dans des ports libres de glace. Ils veulent un accès aux mers chaudes (Mer Méditerranée, Mer Rouge...) Ils échouent contre l'empire ottoman.

Ils ne parviennent pas à les dominer. Les russes veulent alors avoir des armements modernes. Donc industrialisation.

Tout d'abord avec les chemins de fers, pour contrôler son territoire.

l’État est donc le déclencheur de cette modernisation.

L'industrie est développée, mais elle n'a pas de base en Russie. Les russes veulent des technologies modernes, la Russie doit donc importer. Il n'y a pas de banques en Russie !! Problème important pour investissements.

Les débuts de l'industrialisation c'est seulement 2 à 3 % de croissance. Donc extrêmement lent.

A partir de 1880, on prélève des impôts, politique fiscale, protectionnisme, reformes monétaires... Mais aussi des capitaux étrangers.

Ça marche relativement, comme avec les mines (70% des capitaux étrangers). La production sidérurgique x10 en 1900.

La Russie, c'est 50 % du pétrole dans le monde en 1900. Comme il n'y avaient pas de bases industrielles, les russes développent des grands centres industriels. (Combinats du Donetz, vastes ensembles industriels, à Saint-Pétersbourg, dont les usines Poutinov... ) Production métallurgique importante.1908-1930, l'emploi industriel augmente de 30%. Le nombre d'ouvrier augmente augmente fortement.

Grands centres industriels favorisés. Si on a une modernisation, elle ne touche pas les compagnes (elle est concentrée), déconnectée de l'agriculture, qui reste très archaïque. Pas de débouchés industriels, dans les campagnes.

Biens de consommation, mais aussi de la modernisation de l’État.

Le prix du blé diminue, s'accompagnant d'une croissance démographique. Pas de création d'élite agricole... (Agriculture laissée en marge.)

Il n'y a pas de dynamisme dans l'agriculture.

Besoin de cours d'histoire en ligne pour mieux comprendre l'histoire ?

Un contexte révolutionnaire

Globalement, le prolétariat est faible.

9 millions de salariés, et 3 millions d'ouvriers à la veille de la 1ère GM. Mais une conscience de classe se développe, et la grande Industrie est extrêmement dominante. Les ouvriers travaillent dans des très grandes usines.

En plus, les conditions de vie sont très dures, 12-14h/jour.

L'industrialisation a été rapide, exode rural important. Mais pas de logements... Importance des bidon villes, les lois sociales en 1897, avec la loi des 11h30/jour, ne sont pas appliquées. Ces éléments provoquent une crise économique, lié à un krach boursier. (Sur investissement dans les chemins de fers) conduit alors à la fermeture des entreprises.

Chômage, aggravation des conditions à la campagne.

Donc partout, les gens ne sont pas contents.

Grèves, dans les villes et à la campagne.

L’État agit par la répression, s'ajoute alors une défaite terrible contre les japonais. (entre 1904-1907)

Cette guerre pas voulue par le peuple, montre l'incapacité de l’État à gérer le pays. Le 9 janvier 1905, le dimanche rouge, l'armée tire sur la foule, et ça conduit à une radicalisation du mouvement.

Les grèves se développent alors dans tout le pays.

Face à ça, le pouvoir a une double réaction.

Réformes politiques, qui ne servent à rien. Juste pour diviser l'opposition.

Répression, dans les villes et les campagnes. 50 000 arrestations au total.

Il y a alors beaucoup de tensions sociales.

Où trouver un prof d histoire géo ?

L'échec des réformes politiques

La Russie tsariste, est un système autocratique (monarchie absolue). Le pouvoir souverain ne peut être opposé. Pouvoir de droit divin donc.

Aucune forme de représentation de la population.

Les hautes fonctions sont tenus par les nobles.

En Russie, il n'y a pas de bourgeoisie, elle n'est pas parvenue à imposer ses idées. Petite bourgeoisie, avec corps professionnel libéral très très faible, même si elle demande des logiques libérales.

1904, demande d'une représentation du peuple ; demande d'une assemblée nationale. Alors c'est à ces libéraux là, que le tsar va accorder le Manifeste des Libertés, qui promet une Douma (assemblée nationale).

Le suffrage pour la Douma, est censitaire et indirect. Pa véritablement un système démocratique.

Propagande anti-gouvernementale, est limitée.

S'ajoutant à cela, la Douma n'a aucun pouvoir, elle n'est pas constituante, et le domaine reservé au souverain est extrêmement large.

Malgré tout, la Douma veut écrire une constitution. Alors elle est dissoute en 1906. Le pouvoir cherche à contrôler les élections. Les conséquences sont les mêmes, quand la Douma est opposée à l’État, est élue et également dissoute en 1907.

Modification des lois électorales.

La troisième Douma est alors fidèle au tsar. La conséquence de tout ça : réforme mis en place faible. On reste alors sur une logique conservatrice.

15 % des terres sont redistribuées aux paysans.

On va ouvrir 150 000 écoles en Russie. Mais ça ne représente que 50% des enfants de moins de 12 ans. Il y a donc un retard indéniable, par rapport aux autres pays.

Pas d'améliorations des conditions des ouvriers.

En 1912, lors d'une révolte dans une mine d'or en Sibérie : 270 morts.

Personne ne soutient plus l’État tsariste.

Vous cherchez des cours d'histoire ?

Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
Thibault
5
5 (27 avis)
Thibault
160€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (152 avis)
Chrys & chris
87€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Aymeric
4,9
4,9 (21 avis)
Aymeric
37€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (13 avis)
Diego
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (26 avis)
Rémy
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sarah
5
5 (29 avis)
Sarah
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chemsa
4,9
4,9 (15 avis)
Chemsa
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Angelina
5
5 (20 avis)
Angelina
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Thibault
5
5 (27 avis)
Thibault
160€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chrys & chris
5
5 (152 avis)
Chrys & chris
87€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Aymeric
4,9
4,9 (21 avis)
Aymeric
37€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (13 avis)
Diego
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (26 avis)
Rémy
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sarah
5
5 (29 avis)
Sarah
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chemsa
4,9
4,9 (15 avis)
Chemsa
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Angelina
5
5 (20 avis)
Angelina
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

De la Guerre à la Guerre, les conditions de formations de l’État soviétique

De l'échec de la Guerre à la révolution de Février

La Guerre débute et la Russie intervient en 1914, contre les forces de l'Europe centrale. Contre l'empire austro-hongrois. Désastre complet. Pas assez d'armements... En 1915, la moitié des troupes de combats sont K.O. 150 000 morts. 900 000 prisonniers. La Russie perd la Pologne et l'ensemble de l'industrie est réorienté vers la guerre. Il y a un développement des pénuries et les conditions de travail se dégradent. Il n'y a pas de fixité des salaires. Pas de systèmes de rationnements. Dégradation du niveau de vie dans la population. En Février 1917, il y a lock-out : les ouvriers sont mis dehors.

Il y a alors des manifestations qui aboutit au renversement du gouvernement.

C'est la prise du Palais d'Hiver, à Saint-Pétersbourg.

Nouveau pouvoir : sous la forme d'un soviet : une assemblée représentative de la population, élue au niveau des entreprises.

Et dans le Soviet de Saint-Pétersbourg, les

Avec les Menchéviks et les Bolchéviks. (Majoritaires et minoritaires). Soutien de la Douma, qui vient d'être mis en place.

Extension de ce système dans tout le pays. Cela conduit à l'abdication de Nicolas II, le tsar. La Russie a un gouvernement provisoire, instable entre d'un côté la pression populaire et l'armée.

(Elle est toujours en guerre contre l'Allemagne). L'armée veut juste gagner la guerre. Il y a un éclatement politique. Les SD et les SR se divisent (Socio-démocrates et Socio-Révolutionnaires).

Défensisme révolutionnaire (continuer la guerre pour continuer les réformes).

Le gouvernement dirigé par Kerensky, veut continuer la guerre... C'est un risque sur la scène internationale, si on arrête la guerre.

Mais ça ne marche pas. Les offensives qu'ils reprennent décrédibilisent le gouvernement.

La situation économique et sociales est en crise.

Tentatives multiples pour renverser le pouvoir.

Lénine s'enfuit en Finlande. Il est réprimé. On a une autre tentative, celle du général Kornilov, mais les bolcheviks parviennent à mobiliser des ouvriers à Saint-Pétersbourg et contre Kornilov.

La Révolution d'Octobre

Le pouvoir du gouvernement de Kerensky est remis en cause.

Est prévue une réunion de tous les soviets de Russie, pour mettre en place une vraie organisation.

Sauf que Lénine sait qu'il ne sera pas majoritaire à ça congrès. Il prend le pouvoir et entre en rupture complète avec les autres partis, c'est à dire : les SD et les menchéviks.

Le congrès des soviets vote pour les bolcheviks.

C'est un coup de force qui permet le contrôle toute une partie de l'armée, grâce à ça, ils peuvent prendre le pouvoir.

Volonté des bolcheviks de devancer le processus démocratique, pour ça ils utilisent la force et l'armée, prise de pouvoir le Octobre.

Où trouver des cours histoire primaire ?

Le « Communisme de Guerre »

Très rapidement,, les russes veulent la paix et les terres.

Décrets sur la paix et sur la terre, → Redistribution des terres.

Mais en 1917, la Douma est contre les bolcheviks. (Cependant, elle est dissoute)

Comme les bolcheviks sont minotaire, ils doivent utiliser la force.

La paix avec les allemands : la Paix de Brest-Littvovsk. La Russie perd 800 000 km ² de terre., 26 % de la pop, 75% du fer et de l'acier, 30% de la population agricole. Toute une partie de Russie disparaît. Cette paix apporte alors la guerre civile. Ce qui est donc très avantageux pour les bolcheviks.

Face à la situation désastreuse, les bolcheviks structurent une armée : avec des soldats volontaires avec élections des officiers. C'est l'Armée Rouge.

Fin 1920, mise en place d'un service militaire obligatoire, qui dépasse alors les 5 millions d'hommes. Grâce à cette armée, les bolcheviks peuvent reconquérir l'ensemble du territoire russe. Mais aussi contre les restes du pouvoir tsariste. Les bolcheviks vont parvenir à tout reconquérir.

Pour fournir l'armée, les entreprises sont nationalisées dès Juin 1918.

En 1920, toutes celles de plus de 10 ouvriers, ou cinq ouvriers avec un moteur. (37 000 entreprises). Collectivisation théorique de l'industrie.

Système de contrôle et de réquisition.

Le communisme de guerre est donc un échec économique, mais sur le plan militaire c'est bien. De plus, la politique est ainsi étendue, par la force sur l'ensemble de territoire. Les autres partis politiques sont dissous.

Constitution de juillet 1918 : Le parti communiste domine et contrôle tout.

Mise en place d'une politique dictatoriale.

Réouverture des camps de travail.

En 1921 : 107 camps. Avec 75 000 prisonniers.

En 1922, l'URSS le pouvoir communiste s'étend sur les autres territoires limitrophes .On a la mise en place d'une dictature.

Mais surtout les structures politiques de l'Union soviétique naissent de la guerre. Ce sont les soldats de l'armée de Rouge, qui se rallie en premier avec les bolcheviks. Au moment de la démilitarisation, les militaires sont recyclés au sein de l’État, ils occuperont des places importantes dans l’État.

Redoutable fidélité, marquée par la force et la guerre.

La socialisme URSS est pur produit militaire. (Guerre civile)

La NEP (Nouvelle Économie Politique)

Famine entre 1921 à 1922. L'économie est désastreuse. Les villes se dépeuplent du fait du manque des aliments. Moscou perd la moitié de ses ouvriers.

Les usines ne fonctionnent plus....

Le système qui sort de la guerre civile n'est plus efficace.

L'alliance ouvrière et paysanne

L'économie est à terre. Lénine développe une union entre paysan et ouvrier.

Les paysans peuvent avoir une économie type de marché. Moins de prélèvements sur les paysans... Comme ça ils peuvent consommer.

Achat de matériel agricole pour aider agriculture.

L'espoir entre paysan et ouvrier → Pbs alimentaires...

Les réquisitions excessives ne fonctionnent pas... Libre action du marché...

En restructurant principalement l'économie industrielle.

Les réalisations de la NEP

2 hectares de terres pour chaque famille. Le nombre de paysans sans terre diminue alors. Ces prélèvements proviennent des grands ensembles.

En 1917-1926, l'URSS consomme 85 % des céréales qu'elle produit.

La production n'augmente que très lentement. Auto limitation de la production, les paysans ne veulent devenir des Koulaks. (Koulaks = riches paysans)

Les Koulaks sont prélevés, donc limités.

Les paysans préfèrent alors rester modestes.

Le système de troc entre l'industrie (matériel agricole) et produit agricole. Les collectes organisées voient leur importance diminuée. La petite industrie rurale peut se relancer, même si elle manque de capitaux et d'investissements.

Les grands industries veulent se rénover depuis leur création depuis l'avant guerre. La modernisation est donc très limitée.

En 1927, la production est supérieure à celle de 1913, mais elle manque toujours de capitaux pour s'élever. L'agriculture comme production toujours plus, ne sont pas ancrée dans les mentalités. (On a pas d'intérêt à produire plus)

La paysannerie reste très en retard.

L'opposition entre la paysannerie et l’État reste un problème à long terme. (Problèmes alimentaires) Stagnation de la production agricole.

La Nep est un moment de croissance sans résoudre les pbs économique au sortir de la guerre.

Les débats sur les voies de développement

Le débat qui met fin à la NEP, est entre l'agriculture et l'industrie.

Moins de réquisitions, moins de contrôle de la population... avec les polices politiques. La question qui se pose à la fin de la NEP. On continue ?

Est ce que ça développe l'agriculture, mais une dimension à créer des coopérations.

C'est un schéma qui prendra alors des dizaines d'années, donc une vision à long terme.

Le deuxième modèle, par Trotsky qui incite à une pression de l’État pour contrôler l'économie, (C'est l'accumulation socialiste primitive) Pour capter des capitaux plus importants pour développer l'industrie d'abord. On conduit alors à une production industrielle qui sert à développer l'agriculture avec les biens d'équipement, tels que les tracteurs, et les outils.

C'est cette deuxième voie qui est retenue.

Au delà de la vision politique, en hiver 27-28, les récoltes sont trop faibles.

Fin 28, début 29. Grande phase de collectivisation forcée.

La victoires des bolcheviks en URSS n'est pas un hasard. Il n'a y pas comme prévoyait Marx une évolution de la production. Ce n'est en rien un mouvement de fond social et politique de la pop russe.

Le communisme de guerre est la base de l'URSS et va donc percer dur l'évolution.

Le divorce entre ouvrier et agriculture est important et naît dès le début des années 20. Ces choix politiquement voulus sont aussi liés à la structure de la Russie avant la venue du pouvoir des communistes. → Les infrastructures de bases en 1917.

une volonté politique.

Stalinisme à la chute de l'URSS

Le totalitarisme

Totalitarisme = contrôle de la société.

Un système économique qui lui est propre, qui implique donc un ensemble d'erreurs (pas de consensus) Modèle absurde.

Dimension de survie très longue du modèle stalinien.

La mise en place d'un système stalinien

De la collectivisation au plan

Mise en place d'un nouveau système économique. Le modèle stalinien est lancé lorsque que le monde connaît une grave crise économique.

Donc survalorisation du regard sur l'URSS. Collectivisation des terres. On prévoit de faire disparaître toutes propriétés privées, mise en place des structures pour les collectivités. Mise en place des sovkhozes, ferme formée par l’État et dont le matériel est fournis.

Kolkhozes : coopératives de paysans. Octobre 29, 7 % de terres collectivisées, 60 % en Mars 30. On force alors les paysans à créer des kolkhozes, on est dans un système volontariste. (Prétend alors de collectiviser, mais en fait non.)

Le régime stalinien fait pression alors, et le prélèvement de 30 est de 60 % à 70 % des récoltes. Cela crée des tensions, et peut mieux contrôler.

Les paysans exploitent alors en commun, et les moyens d'exploitations sont communs.

On va dékoulakiser, éliminer les koulaks, remis en cause de l'échec de la collectivisation. Déportations de 200 000 familles. Ensuite, on déporte plus de 5 millions de personnes en Sibérie.

La collectivisation augmente alors.

Pour avoir des excédents (quantité de céréales). Ce qui donne à l'URSS, des exportations vers l'Allemagne, et donc l'URSS a des capitaux.

En 1929, avec le Plan quinquennal : le GOSPLAN, qui prévoit une augmentation de l'industrie de 136 %, et qui prévoit la planification de chaque entreprise.

A qui on attribue les crédits ? À l'industrie lourde, 30 % du capital.

Le problème de ces plans, sont irréalistes, et de prendre en compte la réalité économique.

55 000 tracteurs → 450 000

70 m → 150 m de tonnes de charbon.

Les prévision sont du grand n'importe quoi. Les crédits sont bloqués dans des projets irréalisables.

Gestion à court terme, réorientation permanente des capitaux.

Concurrence de l'urgence, car tout est urgent, alors on ne sait pas où investir.

Les responsables cet échec, sont d'après le gvt, les capitalistes.

Il y a en fait un problème de gestion financière.

La Gosbank, trésor public, émission de la monnaie.

Il n'y a alors pas beaucoup d'investissements.

La Gosbank s'occupe de tout, et l’État nationalise tout. Donc monnaie scripturale.

Quand il s'agit d'un gros achat, on paie avec un certificat de fond fourni par la caisse.

La convertibilité du rouble est fixé par l’État. (1 rouble = 1 dollar)

Ces ouvriers sont transformés en cadre, et les paysans deviennent des ouvriers. Baisse de la productivité de 28 % entre 1928 à 1930.

Stakhanovisme, Stakhanov, a produit 14 fois plus de charbon que les autres.

Valorisation de celui qui produit et qui travaille le plus.

Au final, ça marche, il y a une croissance économique. Mais beaucoup moins forte que prévue, entre 10 à 20 %. Même chose pour l'électricité, on arrive à 14 millions de kw au lieu de 20.

L’économie soviétique et la guerre

On prépare la guerre en 97, mais avec les purges et les planifications, les pays ne sons pas prêt à une guerre.

Avec Barbarossa, organisation d'un conseil d'évacuation, vers l'Oural et Sibérie.

FIN 41, les entreprises sont déplacés.

Ces déménagements d'entreprises vont lancer le système militaro soviétique qui va avoir une caractéristique d'être secrète. On fournit aussi des matières premières, comme aluminium, pétrole...

Mais avec l'utilisation massive de population,comme plus de 3 millions d’adolescents on va former 2 millions d'adultes pour remplacer les militaires.

A la fin de la guerre, il y a une économie florissante.

Le retour au modèle d'avant guerre

On est dans le modèle du volontarisme et de extensibilité.

Fin 45, l'URSS possède des territoires importants, mais a fait également 20 millions de morts. L'économie est médiocre et ne connaît pas de croissance.

Plus de 30 000 usines détruites, 25 millions SDF. En 1946, on retrouve les tensions internationales. Discours de Churchill, à Fullton, qui définit alors le rideau de fer.Staline va lancer la reprise de son système. Taxation des marchés libres, prélèvements des kolkhozes. Réduction des kolkhozes. La conséquence est simple, il y a des exodes ruraux. De cette manière, la production agricole stagne.

Retour aux méthodes coercitives dans les industries.

Lancement des projets gigantesques, barrages pour bloquer des fleuves... création de mers. Augmente alors le nombre d'ouvriers, mais pas la productivité.

Modèle de redistribution. Les gens ont de l'argent, mais n'ont rien à acheter. Mécanisme de redistribution de l'état. D'importantes pénuries continuent à exister.

Autosuffisance des pays.(Pas trop d'importation), mais ne signifie pas forcément que les gens vivent bien.Pour l'URSS c'est la même chose.

Absence complète de logique dans l'URSS.

Les réformes complètes de Khrouchtchev

Le projet de K

Critique de la dérive autocratique de Staline. Critique secrète, seuls ce qui assistent au sein du PCUS. On ne s'attaque pas de front au système stalinien.

Sur le plan économique, industrie lourde ou légère.

k. essaie de tout faire en même temps.

Il y a une moindre pression sur la pop, K cherche un activisme social. Davantage d'initiative individuelle. Pour obtenir cet investissement, il faut alors réformer l'alimentaire.

Conquête de terres vierges, 37 millions d'hectares, vers l'Oural. Conduit à une demande importante de matériel agricole.

Ensuite, il y a une volonté de diminuer les prix de produits agricoles, pour faciliter à l'accès de la pop.Tout cet élan économique coûte très cher. Les subventions accordées aux consommateurs, à la cons... coûtent très chers.

Il y a alors des tensions de plus en plus importantes au sein de l’État.

« Rattraper et dépasser les États-Unis »

Retour au volontarisme. Peu compatible.

K. Sovnarkhozes, ministères gérant l'ensemble de l'économie, à l'échelle régionale. Favorable dans les entreprises locales. Mais dans les entreprises bénéficient moins de capitaux. On va se lancer dans le volontarisme à outrance. Bilan mitigé, politique contradictoire. Liberté ? Contre volontarisme.

Le seul secteur où il y a des progrès dans le domaine spatial.

650 000 militaro-spatial ;

Spoutnik. 1957, premier satellite.

Gargarine 1961.

Limites importantes

Cela abouti à des dérapages de plus en plus importants, retour récurent des pénuries. Poids du secteur militaro-industriel.

Retour intensification de la croissance, investissement en masse.

Entre 55 à 59, l'agriculture connaît une croissance très faible.

Importateur net de céréales, et ne cesserai qu'à la fin de l'URSS.

Le plan de 59, prétend de faire URSS la première puissance mondiale. Passage du mythe du communisme. On a un système qui a motivé l'espérance, mais qui a également déçue.

De la stagnation au déclin

Un conservatisme majeur

Volonté de réformer pour résoudre les problèmes d'approvisionnement qui existe.

Sur le plan politique, Brejnev fait disparaître les trucs de K.

Retour au planification économique, mais on laisse une partie des bénéfices aux entreprises pour se développer.

Oui, les entreprises ont plus de libertés, mais le plan apparaît comme une limite. Pour que l'innovation existe, elle doit être redistribuée dans les autres lieux de production. Le fait que ça ne marche pas... cela conduit alors à un retour du volontarisme. Pas de guerre des images, ni d'utilisations des nouveaux médias...

Le conservatisme de Brejnev ne marche pas, il est sclérosé au niveau social et économique.

Une crise économique et sociale

Baisse de la croissance. Problème de stockage, 15 à 20% de pertes.

Secteur informel, petit lopin de terre.

État central ne fait plus vivre toute une partie de la population.

On voit des activités illégales qui se développent. Toutes les technologies sont importées. Regain de la guerre fraîche, avec des investissements importants. (Parc nucléaire important 20 000 têtes)

Crise sociale, et la population est dans un mode de survie.

Tchernobyl en 1986. Erreur de recherche. Aucune structure de recherche...

Le choc gorbatchévien

Gorbi arrive au pouvoir en 1985 et tente des réformes. Glasnost (transparence)

Déstalinisation. Suppression de 600 000 emplois dans des ministères.

Les apparatchiks remettent en cause sur l'ensemble de la société. Elle autorise alors certaines libertés, avec la presse. Les problèmes sont donc plus visibles. Gorbi rationne la vodka. Sur le plan économique, la perestroïka. (reconstruction)

Remise en cause du plan et de la collectivisation.

Entreprises petites tailles, et ouverture aux capitaux étrangers.

Autonomie des entreprises qui continuent alors à prélever l'essentiel des profits. L'autonomie ne réduit pas les problèmes d'approvisionnement.

Les réformes politiques ont beaucoup d'impact, avec une assemblée en Russie.

Chute de l'URSS en 1991, avec arrivée de Eltsine.

On ne sort jamais du Stalinisme.

Sauf avec Gorbi, mais ça détruit l'URSS en lui même. L'URSS sur le plan économique n'est pas un échec complet, puisque il y avait de réels progrès militaires. Cela montre alors une puissance indéniable.

Malgré cela, l'URSS tombe en morceaux, et chute en 1991.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !