Quels sont les obstacles ?

- 1ère guerre mondiale, 14-18. Guerre qui va stopper le développement international et modifier le commerce international, à cause de la guerre sous-marine. Rend les routes commerciales bcp plus difficiles. La guerre profite au commerce de l'Amérique Latine et de l'Asie. Modifie les choses. Guerres mondiale qui fait intervenir toutes les grandes puissances. Guerre longue, meurtrière. « Guerre civile entre les Européens », qui ruine les pays européens, et donc promouvoir la puissance américaine. Fournir le rôle d'arsenal. Aide militaire ET financière. Bouleversement monétaires, financiers, remise en cause du commerce international.
Crise économique de 1929. L'entre-deux guerres marqués par un repli des économies sur elles-mêmes, ralentissement de la croissance. Ont du mal à se remettre du déséquilibre de la guerre et de la crise.

Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (14 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Diego
4,9
4,9 (9 avis)
Diego
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (12 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert>

Le poids de la guerre de 14 et le ralentissement du commerce mondial

Les conséquences de la guerre

Très lourdes sur le plan éco. Intervention de l'Etat dans l'économie. La guerre impose des priorités stratégiques (produire un arsenal). Il faut mobiliser les moyens disponibles et les diriger vers une guerre. Mobilisation de la main-d'oeuvre. Or il faut faire marcher les usines. On fait donc appel aux femmes.
Financement de l'effort de guerre. La guerre coûte cher. Comment les pays bouclent-ils les budgets? Faire des emprunts. Tentent d'augmenter les impôts. En France, impôt sur le revenu en 1913. Les autres pays l'avaient déjà. En 1917, affaire Caillaud. Les impôts ne sont pas suffisant. Emprunt auprès de la population. Faire appel au nationalisme des gens (« Donnez votre or! ») Emprunts internationaux (en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis). On fait marcher la planche à billets. L'Etat fabrique des billets. Mais si l'on augmente la masse monétaire, cela déclenche une inflation considérable après la guerre.
Pertes humaines considérables. Hémorragie démographique. Jamais eu de guerre aussi coûteuse en hommes. France en faiblesse démographique en 1900. Perd sa jeunesse en 1914 (Les veuves de 14, livres de Claude Simon). 1,4M de morts. Paysans très touchés. Toutes les élites mobilisées, pas un Saint-cyrien vivant, 1/3 des polytechniciens, 1/3 de normaliens. Accroissement de la faiblesse démographique => Déficit des naissances en 1930 => Migration en France. Polonais dans les mines. Pertes considérables en Allemagne, en Grande-Bretagne (un peu moins …). Pertes de l'industrie, villes rasées (Reims), pertes matérielles considérables dans le Nord-Est, problèmes dans l'agriculture et l'industrie. Pays en guerre pays ruinés. Caractérisés par …....

Des désordres monétaires et financiers

« Il faut gagner la paix », aussi compliqué que de gagner la guerre. Ne pas mettre en germe désir de vengeance. Traité de Versailles joué sur le document des 14 points de Wilson. Conséquences économiques et financières : éclatement des trois grands empires. Empire allemand => république de Weimar, austro-hongrois, ottoman.
Comment rembourser les dettes de guerre. Années 20 minées par les questions des réparations. Vaincus doivent payer une dette de guerre. Au nom de quoi? Comment les évaluer? Comment les faire payer? Imposées aux Allemands, car désignés comme responsables de la guerre. Conférence après le traité de Versailles, évaluées à 132 G de marks. Plus de la moitié devait revenir aux français. Anglais favorables à une sorte de négociation. Faire payer l'Allemagne en fonction de ses capacités de financement => Etablir des relations de paix. Keynes a claqué la porte de la commission. France plus touchée démographiquement et matériellement. Elle attendra pendant toute l'entre-deux guerres le remboursement, cela empoisonne les relations France/Allemagne. En 1871, la France avait remboursé l'Allemagne.
Députés nationalistes voulaient ce remboursement. France a occupé la Ruhr militairement. Réponse allemande : grève passive dans les mines de charbon. Cela a déclenché la colère des anglo-saxons. Réglé à la commission de Dawes => Rééchelonner la dette. Plan Young en 1929, nouveau rééchelonnement (à payer jusqu'en 1989!!!!). Remboursement des dettes de la France et de la Grande-Bretagne vis à vis des Etats-Unis. Les Français auraient voulu que les Allemands remboursent leurs dettes aux EU directement aux EU. Les Américains n'ont jamais voulu. Les Français et les Anglais continuaient de rembourser leurs dettes, sans être remboursés eux-mêmes … En 1944, les Etats-Unis annulent la dette de leurs alliés.

Pays européens ruinés. Monnaie plus convertible en or. Plus assez d'or, déjà. Tout le monde s'est financé avec du papier. Grande-Bretagne, Allemagne ont puisé dans leurs réserves de lingots.
=> Reconstruire un système monétaire international. Rôle de la conférence de Gênes en 1922 qui va instituer un système fondé à la fois sur l'or et sur des devises fortes qui vont être convertibles en or. Monnaies convertibles en or + devises périphériques. convertible en or. Stock des EU en or important. A partir de 1917, les EU sont créditeurs jusqu'en 1985. La livre est aussi convertible, car c'est La monnaie du système jusqu'en 1914. Illustre le rôle de Londres. Doit retrouver une convertibilité or en 1925. Pour la retrouver, elle pratique en 1918 une politique de déflation, d'équilibre budgétaire, de balance des paiements. Au terme, la GB sacrifie sa croissance à la monnaie. Qui s'est enrichi? Marchands de canons (ex : Marcel Boussac) Stefan Haffner : L'Histoire d'un Allemand Les monnaies fluctuent pour cette raison : - Balance commercial (Export/Import). Balance Paiement (BC + Services). Quand la balance des paiements courant est négative, pays a un besoin de financement, il s'endette donc. La monnaie diminue. Etats-Unis et Grande-Bretagne vont devoir stabiliser leurs monnaies.  Les monnaies après la guerre sont des monnaies destabilisées. 1er cas : l'Allemagne et l'hyperinflation. Fait marcher sa planche à billets => Masse monétaire multipliée par 7. Développement d'une inflation dès 1918, déséquilibre entre offre et demande. Accroissement du déficit budgétaire après la guerre de nouveau financé par la création monétaire. Poids des réparations qui pèse après la guerre. Allemagne accusée de ne pas avoir réduit l'inflation afin d'alléger ses dettes. Lors de l'occupation de la Ruhr en 1923, accélération des déséquilibres (baguette de pain à 600 milliards de marks). Economie de troc. Réforme monétaire par le Dr Schacht. Comme le mark ne vaut plus rien, on crée une monnaie provisoire appelée le rentenmark garantie par une rentenbank, elle-même garantie sur les actifs industriels du pays, la terre et les actifs fonciers. Les Allemands se stabilisent. Flux financiers des années 20 : de NY à Berlin. L'Allemagne a connu de 24 à 30 une prospérité importante. 2ème cas : La Grande-Bretagne et la déflation. Sacrifie la croissance économique à sa monnaie. Va tout faire pour que sa monnaie soit forte : politique d'équilibre budgétaire et de déflation. Baisse des prix qui étouffe la croissance. On dit[qui ?] qu'il est plus difficile de sortir de la déflation que de l'inflation. Selon Keynes, la monnaie anglaise est trop forte. Constante du Royaume-Uni : préserver sa monnaie au détriment de l'industrie. L'Allemagne a toujours préféré l'équilibre budgétaire à la relance de a croissance. Economistes : Keynes, Galbraith. 3ème cas : Les Etats-Unis, prospères et presque pépères. Production de masse, consommation de masse. Prospérité plus ou moins instable à cause des inégalités sociales et des secteurs en retard (agriculture, vieux secteurs industriels). Etats-Unis gardent des mesures protectionnistes et vont empêcher leurs Alliés de les rembourser. 4ème cas : La France, ruinée. Doit rembourser la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Dépenses structurelles dans son budget : intérêts de la dette, pensions aux anciens combattants. La France s'endette auprès des marchés, des EU, des banques privées. Franc n'est plus convertible depuis 14 et ne l'a pas été non plus en 18. Inflation due à sa masse monétaire. Crise du Franc en 1926, quasi-banqueroute. La gauche arrive au pouvoir en 1924 (Cartel des Gauches, radico-socialiste). Revenir à un équilibre budgétaire. Diminution des dépenses, augmentation des impôts en 1926. Sort la dette de son budget, crée une caisse de remboursement de la dette financée par le monopole du tabac et des allumettes. On laisse flotter la monnaie sur le marché d'échange pour voir où il se fixe : le Franc va être dévalué de 80% (Franc Poincaré). De nouveau convertible en or pour les banques. la France retrouve une monnaie forte. Stimulation des exportations. Déséquilibre de la BC comblé. Objet de spéculations à la hausse sur le marché d'échange. Spéculation contre la livre, car on pense que le niveau de la livre est intenable. Retrouve un équilibre budgétaire. C'est pouquoi la crise éco de 1929 n'arrive en France qu'en 1932. Ensuite, s'enlise dans la crise. <h2>Une croissance forte qui permet une reprise du commerce international</h2> Dans le cadre de mesures protectionnistes. Accélération du renforcement du protectionnisme. Moins d'échanges, fins des grandes migrations. Repli des Etats-Unis avec les lois des quotas. Loi de 1921 limite les immigrants à 3% des nationalités implantées aux Etats-Unis. Loi des quotas : 2% sur la base de 1880. La croissance économique n'est plus tirée par le commerce mondial mais par la reconstruction. Croissance forte. Tirée par les applications de la deuxième révolution industrielle. Industrie de l'automobile, de l'électricité, de l'industrie chimique. Les relations commerciales ont diminué dans les années 20 à cause du climat protectionniste de 1914, pas supprimé. Baisse des relations financières et des échanges, intenses une fois la stabilisation faite entre NY et Berlin. Remboursement de leur dette de guerre. Climat de restrction des échanges se calquaient sur les migrations des hommes, moins d'attraction à se déplacer.  Comment mieux comprendre la <a href="https://www.superprof.fr/cours/histoire/france/">leçon d histoire</a> avec un prof particulier ? <h2>La crise de 1929 : une fragmentation des échanges</h2> Causes immédiates et causes profondes. Les crises n'arrivent jamais que parce qu'elles sont le résultat de déséquilibres. <blockquote><i>1) Une crise d'abord américaine qui va s'étendre ensuite au reste du monde</i></blockquote> Correspond à un retournement de cycle, suit une période prospère (les roaring twenties). Crise d'abord boursière. Jeudi noir 24 octobre. La baisse avait commencé depuis septembre. Chute spectaculaire qui suit une hausse importante (DJ : 100 en 1826, 216 en sept 1929). Hausse qui était due à la montée des profits des entreprises et surtout à la spéculation => Formation d'une bulle. Spéculation entretenue par le développement effréné du crédit, de sociétés d'investissement qui facilitaient les emprunts. Politique de bas taux d'intérêt. Cela a entraîné un décalage entre l'économie réelle (la hausse réelle du profit des entreprises) et la hausse des actions. Absence de réglementations : auto-entretenir la hausse. Grands bénéfices qui drainent les capitaux vers NY. Qu'est-ce qui va faire éclater la bulle? Le doute s'installe sur la fiabilité du système. Faillite en Angleterre du groupe Hatry (photomatons). Puis hausse des taux d'escompte (taux auquel les banques empruntent auprès de la banque centrale). Cela provoque le retournement de la confiance. Actifs toxiques. Pour éviter la faillite totale, les banques centrales ont mis des liquidités énormes sur le marché. Les gens vendent, certaines actions perdent jusqu'à 90% de leur valeur. Perte se poursuit jusqu'en 1932, 1933. La crise devient ensuite financière. Les banques font des erreurs : réduisent les crédits aux entreprises, baissent les prêts aux ménages. Diminution de l'activité, rapatrient leurs avoirs placés à l'étranger et surtout en Europe, et surtout en Allemagne => Les banques paralysent l'activité. Crise aggravée par les banques centrales qui va continuer à faire monter le taux d'escompte. La crise devient économique : chute de la demande et chute de la P industrielle, 75% pour les biens d'équipement. Les branches les plus touchées sont celles qui fonctionnaient le plus avec le crédit. Chute des exportations (de 5 à 1,5 milliards de). Extension de la crise à tous les secteurs.
Le crise devient sociale : les entreprises licencient => chômage qui devient le fléau. 3% de la population active en 1929, 25% en 1932. Touche plus les villes que les campagnes (touchées depuis les années 20 par l'effondrement des prix agricoles). Hooverville. Hoover très critiqué, on dit qu'il n'a pas compris l'ampleur de la crise.
Devient internationale. Les banques qui manquent de liquidités raptrient leurs capitaux de l'étranger et surtout de l'Europe centrale et de l'Allemagne. Cela se traduit par la faillite du Kredit Anstalt, et de grands sociétés de négoce. Cela fragilise aussi les banques anglaises qui avaient des relations étroites avec les banques allemandes. Le crédit international est très restreint, on voit bien comment la crise se transmet : commerce international qui se restreint de mois en mois.

Le commerce international n'est plus un moteur de la croissance. Baisse en volume et encore plus en valeur à cause de l'effondrement des prix. Baisse de 60% environ. Effondrement des prix de gros qui reculent d'un tiers entre 1929 et 1932. Touche les pays exportateurs de matière première et les pays du Sud. Contraction des échanges aggravée par les mesures protectionnistes qui ont été prises (cf feuille 3) : tarifs Hawley Smoot, plus fortes taxes douanières de l'économie américaine. Les Anglais instaurent aussi un tarif protectionniste. Les Français imposent des contingentements (décréter des quotas d'importation) et imposent des surtaxes de change aux pays qui ont dévalué. Absence de régulation internationale qui aggrave la dépression.
Le président Hoover décide un moratoire des dettes pendant un an. Cela s'explique par l'inquiétude des EU. Une conférence est prévue à Londres pour essayer de trouver une solution internationale à la crise. Conférence trop tardive car entre temps les pays ont dévalué. Les pays aux deux monnaies qui jouaient dans les banques centrales mettent à mal la conférence : la livre est dévaluée, les EU dévaluent aussi dès l'arrivée de Roosevelt au pouvoir. dévalué de 40% en 44. Ont pris leurs décisions sans s'occuper du commerce internationale. Echec de la conférence de Londres. Le réflexe est le repli nationaliste, aucune tentative coordonnée pour sortir de la crise. La crise arrête les migrations.  Vous cherchez un <a href="https://www.superprof.fr/cours/histoire/france/">leçon d histoire</a> ?  Repli des pays sur leurs empires. Accords d'Ottawa signés par les Anglais replis sur le Common Wealth. Repli des EU sur la zone. Repli de la France sur la zone franc. Fractionnement dans des zones monétaires avec la formation d'un bloc or en 1933. Formation de pays qui sont restés fidèles à l'étalon-or. Benelux, Suisse, Portugal => 1/3 de l'or mondial. Bloc or disparaît en 1936 avec les dévaluations du franc et du franc belge. Réaction des pays centraux qui vont imposer leur devise aux pays membres. Bloc mark et bloc yen. Plus de monnaie internationale. Les dictatures réagissent par des situations d'autarcie, contrôlant les échanges et les transferts financiers => politique de clearing, de compensation des échanges. La fermeture n'a fait qu'aggraver les difficultés économiques.
La réaction à la crise avec des politiques économiques de l'Etat : New Deal de Roosevelt, politique de soutien de l'agriculture. Alléger la loi anti-trust et des cartels. Base du welfare state, création d'une sécurité sociale minimum (1935). Théorisé par Keynes dans son grand livre de 1936. Relancer l'économie par les dépenses publiques provoquant ainsi à la fois un effet multiplicateur pour l'économie mais aussi un déficit public qui doit être progressivement comblé par la reprise de la croissance.
Les EU ne sortent vraiment de la crise qu'avec la guerre, qui va faire marcher les économies avec les lois du Lend Lease Act et du Victory Program. Régulation plus importante. Pour les banques : Glass Stegall Act (1933) qui introduit une relation entre les banques-dépôt et les banques d'investissements. La crise a montré l'absence de régulation internationale. La GB s'en tire "mieux" que les autres pays, la France a un PIB inférieur à celui de 1929 en 38. L'Allemagne a une économie qui est repartie ... pour préparer la guerre.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !