L'origine de l'idée des dieux dans l'Antiquité

La religion romaine se résume
Scheid : croire c'est faire
C'est l'acte qui compte avant tout.
Au contact des grecs, un certain nombre d'interrogations philosophiques
Pepaideumenoi : élite cultivée: paideia : formation de l'enfant (éducation) ces individus on les opposera au peuple. Ils ont reçu une éducation rhétorique. Les dieux pour eux, n'ont plus de biographies, mais ce sont plutôt des entités métaphysiques.
Les trois origines des dieux qui se complètent, c'est Saint-Augustin qui en parle. Cela s'appelle la théologie tripartie (en trois parties)
Dans l'antiquité, la théologie n'existe ou du moins elle existe mais ce n'est pas la réflexion sur les dogmes.
  • Théologies des législateurs que l'ont trouve dans les cultes (elle apparait en troisième chez St Augustin)
  • Théologie des poétes : théologie mythique
  • Théologie des philosophes : que l'on appelera aussi la théologie naturelle.
Scaevola : on le connaît à travers l'auteur Varron. Cette trilogie tripartie a été formulée parce que Scaevola a été connu par Varron et Varron a été connu par St-Augustin. Scaevola était un grand pontif (texte 2)
Qu'est-ce qu'un grand pontif ? C'est celui qui préside la cérémonie.  Pax de roum: s'il y a la moindre petite erreur ça rend l'équilibre entre la force humaine et la force divine et ça met en péril la cité. Il a pour fonction de mettre la vie rigoureuse de la vie religieuse. C'est lui qui désigne les prêtres, lesvestals (voeu de chasteté et devaient s'occuper d'un feu); les décrets d'une religion. Le pontif c'est littéralement le faiseur de pont, le pont c'est celui qui fait les liens. Pontif en moins 95. Il préfère la place des législateurs car il est le législateur religieux. Il est amené à forger les autres conceptions de théologie. Il reproche aux poétes comme Platon de véhiculer des récits faux immoraux qui véhiculent l'image inconstant débouché. Il estime que cela n'est que de l'anthropomorphisme, l'humain a tendance à trop représenter sur forme humaine
Les meilleurs professeurs d'Histoire disponibles
1er cours offert !
Angelina
5
5 (15 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Hugo
5
5 (9 avis)
Hugo
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (13 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert !
Angelina
5
5 (15 avis)
Angelina
60€
/h
1er cours offert !
Rémy
4,9
4,9 (22 avis)
Rémy
40€
/h
1er cours offert !
Thibault
5
5 (22 avis)
Thibault
130€
/h
1er cours offert !
Aymeric
5
5 (19 avis)
Aymeric
27€
/h
1er cours offert !
Arnaud
4,9
4,9 (16 avis)
Arnaud
50€
/h
1er cours offert !
Hugo
5
5 (9 avis)
Hugo
30€
/h
1er cours offert !
Eloïse
5
5 (13 avis)
Eloïse
25€
/h
1er cours offert !
Manon
5
5 (16 avis)
Manon
35€
/h
1er cours offert>

Qu'est-ce qu'un philosophe antique ?

En cours d'histoire, l'époque qui nous intéresse pour ce cours est celui de l'empire romain.
(faire en latin peut vouloir dire faire ou faire faire.)
Avant Platon il y avait les présocratiques
L'école pythagoricienne est un mouvement philosophico religieuse pleine de particularités pratiques. Elle a une influence aussi bien sur Platon que sur l'école impériale.
Pour Platon : le dieu est l'équivalent du bien suprême, le démiurge (Timée)Il chasse les poétes de la cité idéale. Il y a l'opposition du monde sensible et du monde des idées.
Epicure : conception matérialiste des dieux. Atteindre le bonheur (ataraxie) impose de libérer l'homme de la cainte des dieux, c'est à dire d'exclure le divin du monde. Il n'y a pas de providence mais le hasard
Les stoïciens : dieu = le monde = le logos (la raison)= la nature. Le rejet de l'anthropomorphisme. Le monde est réglé par la providence. (les choses sont le mieux qui puissent être. Quelqu'un qui est stoïque c'est quelqu'un qui serre les dents, qui affronte la réalité et ne s'en lamente pas.
Néo-académiciens : a défaut de certitude, nous devons nous contenter du probable et suspendre notre jugement. Ils rejettent la providence. (on peut les appeler également les néo-platoniciens). C'est la fameuse époché, ils ne se prononcent pas.
Le point de commun des philosophes, c'est le dieu philosophe assimilé à la perfection morale. Tous s'accordent à dire que la théologie civile s'accorde à dieu.  Platon affirme qu'il faut garder le rite pour ne pas qu'il y ait de péril de la société.
La répartition est décliné sous différentes variations.
Varron va affirmer que la théologie civile de la cité il faudrait que la cité idéale englobe la théologie mythique et la théologie naturelle (celle des philosophes : c'est la plus noble, elle ne peut pas suffire no plus parce qu'elle est trop hardue pour les masses). La théologie civile de la cité empreinte le charme de la poésie et la raison des philosophes.
Plutarque a beaucoup réfléchi sur la mythologie. Mais Plutarque est connu pour avoir fait des biographies, auteur de Vies parallèles et Oeuvres morales.
Il associait une grande figure mythologie romaine à une grande figure mythologique grecque. Plutarque était un citoyen de l'empire de romaine, il étudie la philosophie auprès du platonicien Ammonios.
Quand on dit les vies dans l'antiquité, ce n'est pas au sens littéral du terme, cela veut dire qu'il retrace le caractère et le mode de vie de quelqu'un.
Il écrit des traités moralia, de morale, de philosophie, de religion. Il était un grand esprit écleptique. Il a écrit Dialogue sur l'amour, il s'inscrit dans la ligné du Banquet de Platon. Plutarque oppose l'amour conjugal entre l'amour pédérastique. Les vraies relations nobles selon l'antiquité, était entre hommes. Alors que Plutarque fait l'éloge de l'amour conjugal. On retrouve dans ce texte la tripartition de la théologie de St Augustin.
Fable (récit imaginaire) => Théologie mythique > poètes : Hésiode, Homère
Loi => théologie civile se rapportant à la loi => législateurs : Solon
Raison => théologie naturelle philosophique = > Philosophes : Platon
Le plus fort qu'on connait 'c'est les dieux ne s'occupent pas de nous' mais dans l'antiquité tout le monde croit aux dieux.

La  légende d'Osiris

Le mythe d'Osiris : important
Cléopatre veut réintroduire la culture égyptienne dans la culture romaine.
Le mythe d'Osiris c'est le frère d'Isis et de Seth. Isis et Osiris, ont un enfant qui sera Horus.
Fils de Geb (la terre) et de Nout (le ciel), Osiris, reçoit en héritage la royauté du monde. Il enseigne aux hommes l'agriculture, les lois et la religion (la vie en société, la civilisation => image du bon roi). Son méchant frère, Seth, prépare un complot: il l'invite à un banquet avec 72 complices et pendant le repas,  apporte un coffret en promettant que celui qui rentrera dedans pourra repartir avec. Evidemment, c'est un piège.
Commence alors la quête d'Osiris par Isis dont il existe diverses versions. Isis réussit à retrouver le coffre à Byblos, où il avait été pris dans un arbre. Elle revient en Egypte et se cache mais Seth la retrouve et s'empare du cadavre d'orisis et le dépèce en quatorze morceaux qu'il disperse.
Isis parvient à en rassembler treize et réussit à les sauver
Après des péripéties, Horus venge son père. L'épisode de la lutte d'horus : va être reprise par le dualisme (idée d'une force bénéfice et une force maléfique) et Seth symbolise le combat du bien contre le mal. Finalement, HOrus reprend sa royauté et Osiris devient le roi de l'au-delà où il accueille et pèse les âmes (cf : livre des morts)
Représentation de Seth avec un corps anthropomorphisé avec une tête de chien
La scène du jugement auquel le ou la défunte doit se soumettre avant d'entreprendre son voyage dans l'au-delà se compose de deux séquences.
La pesée du coeur qui occupe la partie gauche de la scène est accomplie par Anubis et Horus.
L'épreuve passée, la séfunte se présente devant la figure imposante d'Osiris accompagnée d'Isis et de sa soeur Nephthlys.
la défunte adresse une déclaration d'innocence à chacun des quarantes deux membres.

Qui est Chrysotome ?

contemporain de Plutarque, il se faisait surnomé par Chrysostome; il était rhéteur (orateur), exilé sous l'empereur domitien en 82, il devient conférencier itinérant. On s'est posé la question d'une conversation de la rhétorique à la philosophie. En fait, les deux sont liés intimement dans son oeuvre. Il incarne ce qu'on appelle la seconde sophistique (il y aurait une première sophistique)
Chrysotome mélangeait toutes les disciplines dans ses discours. La seconde sophistique ce sont des professeurs qui se développent au sens de professeurs conférenciers. La première sphistique c'est le Protagoras, Gorgias, c'est celle que méprisait tant Platon. Extrait d'un discours olympien qui se présentait à l'occasion de l'olympie.
Il y a une première notion du divin innée: Liée à la parenté entre les hommes et les dieux. L'expérience du monde organisé atteste de la présence du divin. (conception stoicienne): pour eux s'il y a des catastrophes, mais c'est normal. Il y a une parenté entre les humains et les dieux. (car dieu = le logos: pour eux c'est raison au sens de raison universelle dont l'humain dispose une partie) Idée que le divin est présent et se manifeste dans la nature (l'arbre qui pousse; la régularité des astres)
Notion du divin transmise par les poètes. Notion du divin transmise par les législateurs : impérative et obligatoire (pas d'antériorité loi/mythe mais "accord spontané") Comme si les lois et les mythes s'étaient mises d'accord au même moment.
Notion du divin transmise par les artistes : artistes considérés comme les éducateurs du genre humain (ajout de Dion) (il appelle les plasticiens tous ceux qui fabriquent: il dit que quand on voit une sculpture c'est la figure du divin).
Comment progresser en cours d'histoire seconde ?

L'importance de la superstition

La superstitution est utilisé pour des croyances. C'est une manière de condamner la religion de l'autre. A Rome Le mot n'est pas spécialement péjoratif, mais il le devient. On distingue la religion de la superstition. Si on la formule avec le spécialiste John Scheid, ce qui est religio c'est tout ce qui est civique. La religion se distingue de la superstition, car la religion renvoi au collectif,, et la supersitio concerne "tout ce qui concerne la religiosité intime de l'individu, tout ce qu'il n'exprimait pas sur le plan religieux proprement."
Benvéniste : s'est intéressé à l'évolution sémantique de ce terme
L'étymologie renverrait à l'idée de clairvoyance, c'est très problématique, d'après le linguiste Benvéniste, le mot supersitito en latin renverrait à l'idée de connaissance véritable clairvoyance". Puis culte exagéré, superstition, mais ce second sens est secondaire par rapport à l'idée de clairvoyance divinatoire qui s'amorce au IIème siècle avant notre ère et se développe pleinement à l'époque de Cicéron, parallèlement au sens négatif de magie (magia).
Superstitio : à l'origine pouvoir de témoigner d'un moment passé comme s'il en avait été le temoin (divination du passé)
La superstitio
passage de divination du passé => divination en général => pratiques magiques apparentées à la divination (c'est en cela qu'il va prendre une connotation péjorative, culte civique, culte officiel +connotation péjorative).
La superstition est ce qu'on oppose à la religion de manière négative car ça renvoi à l'idée de pratique magique
Dans la divination il y a une partie qui est officielle.
La divination : "connaissance de la pensée divine, manifestée à l'âme humaine par des signes objectifs ou subjectifs et penéétré par des moyens extra-rationnels" André Bouché-Leclerq
La divination c'est pas la connaissance de l'avenir mais plutôt du passé.
Platon a distingué la divination naturelle de la divination artificielle.
Divination naturelle => La divination inspirée : Pythie (prêtresse de Grèce), Sybille (prêtresse de rome) , devins (pratiques proches du chamanisme, ils venaient des provinces orientales), enthousiasme (idée que le dieu est en nous)
Divination artificielle => divination par les signes,: haruspicine (entrailles, foie; idée qu'il y a une correspondance entre le microcosme et le macrocosme), agure, auspices : (observent les oiseaux)prodiges naturels, horoscope.
Prolyx pratique donc l'haruspice (personnage d'Asterix)
"Deux haruspices ne peuvent pas se regarder sans rire" Canton de l'ancien le censeur.
Pour en venir à la superstitition on va la distinguer de la religion, on appelera superstition les croyances non-officielles. Les superstitions peuvent accéder au rang de religion. Il n'y a pas d'opposition "vrai" vs "faux" ni "orthodoxie vs hérésie". Mais "religieux, i.e civique, pontifical vs non officiel".
Le culte d'Isis n'est pas un culte romain, était considéré comme une superstition, mais petit à petit, elle va être connue de la civilisation romaine et va être admise dans la civilisation romaine. EN -59 elle intègre la religion romaine.
La plupart de ces religions orientales, étaient en général déviantes, c'est pourquoi le terme latin  prend un sens très péjoratif. Cicéron parle d'"anilis superstitio" => "superstition de vieille femme".
La superstition n'est pas punie à Rome. La superstition est définie comme quelque chose de personnelle, à la rome antique on peut croire à ce qu'on veut du moment qu'on participe à la religion publique et officielle. On ne leur demandait de pas de croire aux cultes, mais juste qu'ils y participent.
ILs ne sont pas condamnés à mort parce qu'ils croient à l'eucharistie ou à la résurréction de la chair, ils sont condamnés parce qu'ils pratiquent des bizarres (manger des enfants, faire de la magie noire). Ce n'est pas les croyances qu'ils répriment mais les actes/ pratiques. On n'est condamné que pour troubles à l'ordre public, les motifs de poursuites ne sont pas en eux-mêmes religieux
On pourrait dire que la superstition concerne la sphère privée et individuelle et ne sera poursuivie par les autorités que lorsqu'elle excède cette sphère pour investi.
En grec, superstition : deisidaimonia : celui qui craint les démons/dieux/divinités.
Daimon est un terme extrêmement difficile à traduire, en latin, on parle de genius.
En tout les cas, il y a l'idée de peur.
Deisidaimon : celui qui craint les dieux comme on le doit le faire : pieux
Théophraste était un disciple et un ami d'Aristote (4_3ème siècle avant JC). Il est connu parce que ces caractères ont inspiré l'écrivain La Bruyère.
Ce texte est caricatural et il formule l'archétype du superstitieux. Il va devenir un modèle type littéraire du superstitieux.
Le laurier renvoi à la purification (le laurier étant l'arbre d'Apollon)
Belette = mauvais présage (il coupe le mauvais présage)
Sabazios : associé à Dionysos, serpent joufflu ne pique pas
Athéna est la forme apotropaique : qui conjure un mauvais présage/sort.
Crainte des femmes enceintes qui représentaient l'impureté aux yeux des superstitieux.
Misma : souillure morale et physique des grecs.
petite île Delos (où Apollon est né) et Epidaure (ville en Grèce) : lieux où on ne pouvait ni naître ni mourir : il y avait une loi qui (sanctuaire de guérison: équivalent de Lourdes)
Hécate : divinité lunaire infernale et marine (elle serait la mère de Médée). Figure inquiétante, associée aux enfers et aux rites magiques. Représentation : torches/forme animale - chiene, louve, jugement ou suivie d'une meute. Parfois trois têtes ou trois corps. Identifiée à la déesse romaine Trivia: déesse des carrefours, intersections de trois voies = zones troubles.
Augure : terme romain désignant quelque chose de particulier propre au contexte romaine (interprétation des vols d'oiseaux sur l'avenir) chez les grecs, on parle plutôt d'ornithomancie, dans le texte on parle d'ornithologie mais ce n'est pas au sens actuel.
Oint : couvert d'huile (latin) en grec on dit christos
Les hermaphrodites  = statues d'Hermaphrodite qui était une divinité à la fois maculine et féminine (symbole de fertilité)
A l'origine Hermaphrodite était juste homme, la déesse Aphrodite était tombée amoureuse de lui, et avait
Prêtes orphiques qui sont issu de l'orphisme, mouvement religieux apparu au VIème siècle avant JC se rattachant à Orphée, ou rorphéotélestes (littéralement : initiateurs orphiques : prêtres itinérants proposant des rites de purification (critiqués par Platon comme des charlatans dans la République).
Ce mouvement a beaucoup influencé Platon. Orphée aurait ramené à la descente aux enfers des éléments de la survie de l'âme.
le sacrifice d'un chiot est attesté aussi par Plutarque Questions romaines, au texte n2 (complémentaire de Plutarque). Le sacrifice du chiot est cathartique, et on portait le cadavre autour de l'objet à purifier de manière à enfermer le maléfice.
Il pose des questions sur ces pratiques, mais il n'émet pas de réponses
Le sacrifice du chien est attesté en Grèce et en Rome.
Lucien et Plutarque condamnent la superstition. Les méthodes des deux auteurs vont être différentes. A l'époque impériale, la critique est importante, car on a cru que cette période était
Il se trouve que les témoignages sur les superstitieux étaient nombreux à l'époque impériale pour en faire l'objet d'une critique.
La superstition est une passion impie, car elle méconnait la nature des dieux. L'apporche est avant tout philosophique. La critique dénonce la superstition comme un asservissement de l'humain. Il critique pas les croyances mais surtout les pratiques, car il y aurait un problème de la nature de la connaissance divine. C'est une attitude qui est liée à la peur des dieux, affolement en matière de religion. Les philosophes ont compris que cette pratique serait liée à une crainte, et si la crainte engendre la pratique, cela traduit une méconnaissance.
Deux erreurs pour Plutarde :
Athéisme (mépris méconnait la bonté de dieux nie leur existence; ne croit pas en la providence, ils se trompent sur leur nature des dieux, qui pour Plutarque est bontée)
Superstition : crainte méconnaît la nature des dieux en les croyant méchants
Donc le seul rempart, c'est la réflexion scientifique et philosophique.
L'idée de croire les dieux méchants est résumée dans le chapitre
Plutarque imagine qu'il est dieu, il pense que les athées sont moins ridicules que les superstitieux, car ils n'ont pas la peur contrairement aux superstitieux.

Qui est Lucien de Samosate ?

Lucien de Samosate était le Voltaire de l'antiquité, il était accusé d'athéisme : je suis un homme qui hait les fanfarons et les charlatans, qui rdéteste les mensonges et les hableries, qui a
Il a laissé une oeuvre considérable qui a influencé considérablement Rabelais et Voltaire. Il suit Plutarque. Il a donné des conférences publiques et il faisait parti des représentants de la seconde sophistique. L'accusation d'athéisme collée à Lucien comme elle l'est collé à Voltaire
La souda est une encyclopédie grecque, du 9ème siècle ap JC qui fait référence malgré ses nombreuses erreurs aux auteurs antiques. Il est mort dévoré par les chiens
Lucien de Samosate : la Calomnie d'Apelles [Botticelli 1434] (peintre de l'antiquité, on le connait grâce à Lucien qui en parle)
ekphrasis :  décrire une oeuvre d'art
Lucien critique la superstition par le rire dans plusieurs ouvrages: Alexandre ou le faux prophète, c'est un personnage qui a véritablement existé et qui a fondé un personnage bidon qui a existé. Lucien revient sur les motivations d'Alexandre. L'humain vit sous ses deux grandes passions : espoir et peur.
Hécatombes : sacrifice de 100 boeufs (plutard sacrifice important sans qu'il y ait cent boeufs pile)
Ce portrait de superstitieux fait penser au modèle superstitieux posé par Théophraste. Lucien exploite tout le potentiel littéraire qu'offre l'effort de la superstition.
Philopseudès ou l'ami du mensonge
Tychiadès : héros, porte parole de l'auteur
Eucratès : vieillard malade
Cléodémos : péripatéticien (école d'aristote, qui tournaient en rond ou en marchant pour stimuler leur pensée)
Deinomachos = stoicien
Ion = le platonicien
On associe la propriété magique et médicale de l'animal à la propriété physique
Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !