1. Des cadres de vie renouvelés

Tente Glorieuses période de croissance, intense urbanisation. Population 1/3 français en ville en 1945, les ¾ de la population en 1975. En 1936, plus d’un français sur deux vie en ville, donc urbanisation après guerre : on rattrape le retard sur les pays voisins causés par l’industrialisation de l’urbanisation de l’agriculture dut à la mécanisation et l’intensification de l’agriculture. Phénomène de désertification dans les campagnes : population vieillissante car les jeunes partent en ville, moins d’enfants, moins d’écoles, de commerçants, déclin des petits commerces et des services publics → " rural profond " (≠ campagnes périurbaines).

Les facteurs de cette augmentation de la population urbaine :

  • l’exode rural (mécanisation et intensification de l’agriculture)
  • l’immigration
  • 1962 : fin de la guerre d’Algérie, signature des accords d’Evian → retour en France des pieds noirs
  • Solde naturel, démographie en augmentation (baby-boom)
  • Nouveau moyen de comptabilisation de la population urbaine par l’INSEE (ville = 2000 habitants agglomérés).

 l’Exode rural s’est terminé au début des années 70 avec le système inverse qui se met en place (retour vers les campagnes). Périurbanisation : accroissement de la ville vers les campagnes, rurbanisation : les communes proches des villes voient leur population augmenter, les actifs travaillent en ville.

Croissance des banlieues et des espaces périurbains : car pénurie de logements de France : on n’a pas bcp construit pendant la guerre donc accumulation du retard, les destructions importantes de la guerre (destruction avec les bombardements sur villes portuaires) → reconstruction.

Que va faire l’Etat pour régler le pb de logement ? Construction de grands ensembles (ex : Bobigny) rôle d’impulsion majeur, on construit 4000 logements par an. Réponse massive par l’Etat, on passe de 300 000 à plus de 4 millions d’habitation. Cet aménagement des grands ensembles entre dans le cadre réglementaire des ZUP (planification), association de logements, de commerces, des pôles d’emplois…

Parallèlement à ces constructions de l’Etat, fort développement de l’habitat individuel qui est permis grâce à l’élévation du niveau de vie (35% en 1954 contre 56% de propriétaires aujourd’hui), du pouvoir d’achat, mis en place de mesures facilitant l’accès à l’achat (Plan d’Epargne Logement en 1959), construction le lotissement pavillonnaires. Evolution du confort sanitaire des résidences principales (70% en 1945).

D’autres formes urbaines qui se développent, l’économie se tertiairalise, constructions de monuments, sièges sociaux (LE CNIT de la Défense nouveau centre d’affaires parisien). Répercussion des villes sur constructions automobiles → développement d’autoroutes, périphériques…

 

Développement des classes moyennes (cadres…). Puissance des classes moyennes car massification scolaire, augmentation des fonctionnaires, recrutement de l’Etat pour faire face à Etat Providence. Classe moyenne va devenir classe prédominante, c’est elle qui va imposer son art de fonctionnement. Une consommation qui progresse de 5.3%/an entre 1960 et 1973 et qui évolue. Le budget des ménages augmente mais sa distribution évolue.

Le budget des Français

 

  • La part de l’alimentation diminue, une alimentation quoi se diversifie, une consommation de produits frais, + de consommation de viande → consommation plus riche

 

  • L’habillement diminue aussi
  • Une part croissance consacrée au logement, à l’acquisition
  • Augmentation des services (santé, loisirs)

 

  • Biens d’équipement durables, on dépense plus pour aménager l’habitat (automobiles, électroménagers : télé (1960), micro-onde, lave vaisselle, réfrigérateur en 1965 la moitié des ménages équipés, la télé en 1966 que 50% des ménages équipés…). Automobiles → symbole de liberté, d’individualisme, d’ascension sociale _ automobiles emblématiques à l’époque : 4CV Renault en 1946, 2 CV Citroën en 1948, DS Citroën en 1955).

 

Le développement de la société de consommation s’accompagne d’un essor de la publicité. Entre 1952 et 1972, budget publicitaires des entreprises multiplié par 5. En 1968, la publicité de marque autorisée à la télé. Essor de la presse féminine avec les deux titres de l’époque (Marie-Claire, et Elle), elle joue un rôle important dans adoption de biens d’équipements, de style vestimentaire…. Les jeunes aussi sont visés par la publicité (Salut les copains lancé en 1962) → il s’agit de reproduire la consommation de l’americain way of life : le blue jean, le chewing-gum, le coca cola → uniformisation des modes de consommations (vestimentaires avec la mode…).

Le développement des supermarchés, le premier apparaît en 1958 : Express-Marché, on vient de loin pour acheter dans ces enseignes donc création de parkings pour accueillir les automobiles. Intérêt des supermarchés : on va trouver tout en un seul endroit, que se soit de l’alimentaire ou autre, avec une diminution des prix, plaisir de faire ses courses dans ces nouveaux endroits (rayons pleins, éclairés…). Apparition des hypermarchés en 1963, Carrefour (grand parking, station service…) On l’insert à proximité des villes et des périphériques, facile d’accès. En 1970 : 70 hypermarchés et 1200 supermarchés.

La conséquence du développement des grandes surfaces, répercussion négative sur le petit commerce. On a un mouvement qui se crée en 1953 par Pierre Poujade : Union de défense des commerçants et des artisans → un mouvement un peu réactionnaire et populaire.

 

  • La civilisation des loisirs

J.Fourastié " Les quarante milles heures " → il évoque la diminution du temps de travail qui est la conséquence de l’augmentation de la productivité. En 1936 : semaine de 40 heures (front populaire), en 1981 : 35 heures (Mitterrand), augmentation des revenus, allongement de l’espérance de vie, de l’âge de la retraite ce qui permet la civilisation des loisirs de masses, aussi avec la mise en place des congès payés :

  • 1936 (Front Populaire) 2 semaines
  • 1956 : 3 semaines
  • 1969 : 4 semaines
  • 1981 : 5 semaines

De plus en plus de français partent en vacances, 8 millions de français partent en vacances en 1951…20 millions en 1966.

Banalisation des vacances d’été, développement des stations balnéaires à la mer, développement des sports d’hivers, développement des voyages à l’étranger et des croisières (transport en commun de masse, de passager → prix des billets en baisse), de grands aéroports apparaissent en France pour accompagner ce développement. Ex Club Méditerranée en 1960 → nouvelle forme de vacances qui répond à une nouvelle demande des classes moyennes.

Pour accompagner ce développement, l’Etat intervient avec une politique d’aménagement du territoire, 3 exemples de réalisation :

 

  • Aménagement du littoral languedocien

 

  • Stations de sport d’hivers intégrées (Isola 2000)
  • Parcs naturels nationaux puis régionaux à partir de 1960

Ces aménagements se font avec des promoteurs particuliers, privés (logements) l’Etat se charge de la construction des infrastructures routières.

Les loisirs préférés des français dans les années 60 : le tiercé… dans les années 701 concurrencé par le développement du bricolage, le jardinage et les pratiques sportives amateurs généralisées à toutes les classes d’âges.

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00 (1 note(s))
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !