• Rôle accru de l’Etat

La pensée économique dominante est le libéralisme (Etat doit le – intervenir), pour sortir de la crise de 1930, mise en place de théories keynésiennes et impliquent Etat dans l’économie (new deal). Dans gouvernement d’après guerre bcp de gens de gauche veulent un changement, marquer la rupture avec les libéraux = dirigisme économique.

 

  • La planification (indicative)

 

Fixer des priorités et objectifs à atteindre, certain secteurs prioritaires pour recevoir aide de l’Etat (charbon, électricité, métallurgie, sidérurgie, transport) = rattraper économie d’avant guerre. En 1946 : création du Commissariat général au Plan confié à Jean Monnet. Plan de reconstruction puis plans quinquennaux. Niveau économique de 1929 rattrapé en 1948 et dépassé en 1950 (25% au dessus) → reconstruction rapide.

 

  • Les nationalisations (mettre intérêt collectif en avant)

 

Certains secteurs clés de la croissance économique :

- tous secteurs de l’énergie dès 1945 avec nationalisation des charbonnages de France (EDF-GDF),

- secteur financier et bancaire (4 grandes banques de dépôts (Crédit Lyonnais, Société Générale, Comptoir National d’escompte de Paris et Banque Nationale de commerce et d’industrie (BNCI)_ secteur des transports

- Les transports : même si bcp de choses étaient faites avant guerre (SNCF nationalisée en 1937 a front populaire)

 

  • Les concentrations d’entreprises

 

Ces nationalisations vont s’accompagner de concentration d’entreprise pour être plus efficace pour recevoir les aides de l’Etat. Etat exerce une pression sur toutes les entreprises (publiques comme privées) pour les pousser à se concentrer pour mieux résister à la concurrence internationale.

- Secteur énergétique : fusion ELF-ERAP, 2ème groupe pétrolier français

- Secteur bancaire : fusion du Comptoir national d’escompte de Paris et la BNCI en 1966 pour créer la Banque nationale de Paris (BNP)

- Secteur automobile : rachat de Citroën par Peugeot en 1974

- Secteur sidérurgique : création de 3 pôles géographiques et capitalistiques: un pôle lorrain (de Wendel-Sacilor), un pôle dans le Nord (charbon, Usinor), un pôle spécialisé dans les aciers spéciaux (Creusot-Loire)

- Secteur informatique : lancement de Plan, Calcul en 1967

- Secteur aéronautique : en 1970, regroupement des constructeurs publics dans la SNIAS (Société Nationale Industrielle aéronautique). Cette concentration de secteur se fait à l’échelle nationale mais aussi à l’échelle européenne. Cela entraîne de belles réussites : 1955 La Caravelle (premier avion de transport civil français), 1972 l’Airbus A300 (programme franco-allemand), le Concorde 1976 (programme franco-britannique, 1er vol en 1976 Paris-New York).

- Domaine du nucléaire civil (dans domaine militaire : 1960), le civil prend du temps car France veut développer une filière nucléaire à l’uranium enrichie, elle adopte se programme en 1969, cela aidera à sortir des chocs pétroliers.

 

  • L’aménagement du territoire

Livre de J.F Gravier, Paris et le Désert Français de 1947, ce livre insiste sur le grand déséquilibre entre la capitale et la province, différence aussi entre Nord-est (urbain et industrialisé) et le Sud-ouest (rural et agricole).

L’Etat s’engage dans l’aménagement du territoire en 1963 avec la création de la DATAR (délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale). Exemples de réalisations de l’Etat dans le domaine de l’aménagement :

- Déconcentration industrielle → qui consiste à implanter des industries dans le sud-ouest

- Zones industrialo-portuaires → permet d’importer les matières premières et les sources d’énergies (ex : raffineries, usines pétrochimiques, sidérurgie → car besoins de bcp d’importations) → bipolarisation de la sidérurgie française (Fos en Mer, Dunkerque et le Havre)

- Métropoles d’équilibre → dont le but est de donner d’avantages de poids et de pouvoirs à d’autres métropoles que Paris, pour diminuer sa suprématie (macrocéphalie : une très grosse ville qui domine sur tout le réseau urbain) On crée des métropoles d’équilibre qu’on essaye de dynamiser : Lyon, Toulouse, Bordeaux, Marseille, Lille… Création de nouvelles villes à 10kms de Paris pour maîtriser la croissance puis de d’autres villes importantes → but éviter les migrations populaires en créant des logements et des emplois.

 

  • L’Etat Providence

Deux aspect : Etat régulateur de l’économie, il va servir de parachute social pour bien connaître sa population cela va passer en œuvre par la mise en place de structures sociales : 1945 création d’une Sécurité Sociale unifiée, 1958 Assurance Chômage pour les salariés de l’industrie et du commerce. Création de l’UNEDIC et de l’ASSEDIC, ce n’est pas l’Etat qui s’occupe directement de ces structures, les patronats et les syndicats qui s’en occupent. Le système de retraite va devenir progressivement obligatoire pour tous les salariés, les cotisations retraites obligatoires en 1975.

 

 

  • l’épanouissement de la seconde révolution industrielle : de nouvelles méthodes de production

 

La période des Trente Glorieuses est le sommet de la révolution industrielle. C’est le moment où la taylorisme et le fordisme se développent à toutes les branches de l’industries.

Taylorisme vient de Taylor qui a mit en place une OST → décomposition de la production en des tâches simples. L’ouvrier effectue qu’une seule tâche très simple : il s’agit d’un ouvrier spécialisé, ils vont être chronométrés.

Fordisme perfectionne les idées de Taylor dans ces usines automobiles : avec tout d’abord la standardisation de ses produis (Ford) et la mise en place de la chaîne de fabrication, de la chaîne de travail : l’ouvrier se déplace plus et limite ses déplacements → pas de perte de temps. Ford va procéder à une politique de hauts salaires pour ses ouvriers : il permet à ses ouvriers d’acheter les produits Ford. Agrandissement des usines et concentration. Ces méthodes vont être remplacées dans les années 1980 par le Toyotisme. Production en flux tendus (on attend la commande pour fabriquer ce qui limite les stocks extrêmement coûteux).

Les entreprises françaises s’insèrent dans la Division Internationale du Travail en commençant à délocaliser la production à la fin des Trente Glorieuses.

 

  • le rôle des innovations

 

De nombreux organismes de recherches public ou privés se développent :

1939 : CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)

1941 : INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale)

1943 : IRSID (Institut de la Recherche de la Sidérurgie)

1944 : CENT (Centre National d’Etude des Télécommunication)

1945 : CEA (Commissariat à l’Energie Atomique)

1961 : CNES (Centre National d’Etudes Spatiales)

On observe un raccourcissement extrême du temps de l’invention et de sa diffusion (ex : photographie 1 siècle entre invention et diffusion, pour le transistor 3 ans pour la diffusion au grand public). La productivité va énormément évoluer. Les nouvelles méthodes de productivité et le rôle des innovations permettent de faire croître significativement la productivité.

 

  • la transformation de la main d’œuvre

 

Pour diminuer les coûts de production, il faut 3 choses réunies :

- un coût d’énergie faible réussit grâce aux nouvelles énergies

- un faible coût de la matière première grâce à l’exploitation des matières premières des pays du Tiers Monde.

- un faible coût de la main d’œuvre

Deux types de mains d’œuvres se développent parallèlement et de manière antagonistes. Les entreprises ont besoins d’ouvriers formés, avec l’allongement des études, la main d’œuvre est mieux formée → répond aux besoins des entreprises qui est la qualification des employés. Mais les entreprises ont plus besoins d’employés spécialisés (non qualifiés) pour produire. Pour répondre à ce besoin des entreprises prennent une main d’œuvre peu chère et peu qualifiée, on fait donc appel à l’immigration.

 

  • L’accroissement de la demande

 

 

 

La consommation est un des moteurs clés de la croissance.

 

  • l’internationalisation des échanges et l’accroissement de la demande extérieure

 

Les entreprises françaises vont trouver de nouveaux marchés et de nouveaux consommateurs en partant à la conquête des marchés étrangers. On constate une explosion du commerce international après la guerre.

Forte diminution des coûts de transports, du temps de transport et augmentation des quantités transportables (une plus grande capacité, plus rapide, moins cher)

La libéralisation des échanges : GATT → diminution des barrières douanières, avec début de la construction européenne : en 1948 création de l’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique → charger de partager les fonds versés par Plan Marshall), en 1951 : CECA → mise en commun de la production de charbons et d’aciers, 1957 : Marché commun avec le Traité de Rome. La construction européenne va obligée les entreprises à s’adapter à la concurrence étrangère et au marché extérieur. Les exportations françaises sont plus destinées aux pays européens et non plus aux colonies.

 

  • l’augmentation de la demande intérieure

Augmentation de la population due au " boom de la fécondité " et qui va se maintenir à un haut niveau jusqu’au milieu des années 60, allongement de l’espérance de vie. Plus de consommateurs : 1946 → 40.5 millions d’habitants, 1945 → 52.6 millions d’habitants.

Solde migratoire très positif, accueil beaucoup d’étrangers : 1946 → 2 millions d’étrangers (5%), 1975 → 4 millions d’immigrés (7.5%).

Augmentation du pouvoir d’achat : évolution du PIB par habitant en France doublé, le salaire va tripler car les entreprises font de plus en plus de bénéfices qu’elles reversent aux salariés sous formes de salaires. 1950 : SMIG, création d’un salaire minimum, situation de pleins emploi, manque de salariés → donc ils ont le pouvoir : mensualisation des salaires. Les français vont bénéficier de d’autres sources de revenus (prestations sociales : allocations sociales, allocations chômages, protection sociale).

Nouvelles pratiques de consommation, développement de la publicité qui va stimuler la consommation et modifier les comportements des consommateurs.

Développement du crédit à la consommation.

 

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !