Le commerce est un secteur économique dynamique avec une grande variété de produits échangés. Ce secteur traditionnelement aux mains des byzantins et du monde musulman devient au XII e siècle le domaine des villes Italiennes.

Les flux commerciaux sont en plein essor au XII e siècle, les affrontements politiques et religieux n'ont pas ruinés le commerce. Les croisades l'on même favorisé en dévellopant les flottes.

L'essentiel des échanges se déroulent entre les villes Italiennes, Constantinople, les états latins et Alexandrie. La majorité des marchandises circulent par mer.

Les marchandises proviennent d'Afrique du nord, D'Afrique sibsaharienne. Les épices sont acheminées de L'inde, la soie et le papier de Chine, les pierres précieuses d'Asie centrale et le bois, les fourrures d'Europe du nord.

Le commerce est un autre élèment qui explique la montée de l'Occident chrétien et latin. Il met en relation 3 continents : l'Europe, L'afrique et l'Asie. Il est l'occasion de rencontres entre les civilisations d'échanges pacifiques.

I/ Les influences culturelles

A) De multiples occasions de rencontres entre civilisations

Le voyage : Les marchands accomplisssent des voyages afin de dévelloper leurs activités. Les pélerins se rendent également à Jérusalem ou à la Mecque. Les militaires vont être en contact avec d'autres civilisations lors de la reconquista des croisades. Les géographe étudient les peuples, établissent des cartes. Les diplomates se déplacent pour négocier des traités.

Les espaces de contacts privilégiés :

Les minorités en terre d'Islam : Dans le monde musulman, les relogions chréiennes et juives sont également pratiquée. Les non musulmans sont tolérés, ils ont le statut d'himmis et doivent payer des impôts.

Les musulmans et non musulmans vivent à proximité les uns des autres mais ne vivent pas ensemble, un certain nombres de règles et interdits définissent les contacts qu'ils peuvent avoir entre eux.

Il y a de bonnes relations entre les marchands Italiens et le monde musulman, ils sont différenciés des croisés et ils bénéficient d'avantage d'une protection particulière. Leurs relations sont codifiées par un traité qui les engages.

La péninsule Ibérique, Tolède et Cordoue : Tolède a connut des influences Romaines, musulmanes et Chrétiennes. Des littéraire comme Gérard de Crémone se rendent à Tolède afin de consulter et de traduire des ouvrages en arabe sur toutes les disciplines. Ses livres n'existent pas en latin, il les traduits afin de faire progresser les connaissances des chrétiens. Pierre le vénéralbe fait traduire le coran en 1142 afin de connaitre la culture, la relogion des musulmans pour mieux les combattres, l'équipe de traduction se compoe de chrétiens et d'un arabe.

La péninsule Ibérique connait d'important échanges culturels entre les musulmans et chrétiens. La conquête arabe et le reconquista chrétienne mettent en relation différentes population : les musulmans, les juifs et les chrétiens qui cohabitent. Il y a des influences voir une fusion des différentes culture par exemple à Tolède ou Cordoue.

Mozarabes : On trouve en Al Andalous des mozarabes, c'est à dire des chrétien sous domination musulmanes.

Mudéjares : En territoire chrétien, il y a des mudéjares, c'est à dire des musulmans qui vient sous domination chrétienne.

Ces minorités favorisent les échanges, les contacts entre civilisations.

Dans les états latins d'Orient, les francs s'orientalise peu, certain cependant adoptent le mode de vie des arabos-musulmans.

La Sicile se situe au sud ouest de l'Italie, elle est au XII ème siècle un carrefoir d'influences. La Sicile a appartenue à l'empire Byzantin, elle est passée ensuite sous domination musulmane avant d'être contrôlée par les normands. Toutes ces civilisations ont laissées des traces, elles ont fusionnées et données un syncrétisme.

Un syncrétisme : cela correspont à la fusion d'élèments culturels, politiques, religieux... qui donnent un modèle original.

Il y a aussi de bonnes ententes entre les chréitens et les musulmans : Les femmes chrétiennes adoptent les coutumes des femmes musulmanes, le roi de Sicile emploit des fonctionnaires musulmans et vis selon les coutmes chrétiennes et musulmanes.

B) D'assez faibles influences d'une chrétienté sur l'autre

La culture de l'empire Byzantin se fige, l'art est admisé mais il n'évolut plus. Les Byzantins ne voient pas dans la culture des latins une occasion de progresser, de se renouveler. Ils n'estiment pas beaucoup l'Occident, ils se croient supérieur aux occidentaux. Ils ne sont pas ouvert sur l'extèrieur du fait des guerres permanentes.

On a cependant une influence dans les arts, dans l'architecture sur l'occident.

Un déséquilibre des échanges entre l'Islam et les Chrétiens.

Ce sont surtout les latins qui profitent ds échanges dans les domaines :

  • Artistique ou architecturale.

  • En médecine.

  • En astronomie.

  • En mathématique ( les chiffres arabes).

  • En agronomie ( sélection des plantes et irrigation).

  • Pour les jeux ( échecs).

Un grand mouvement de traduction se développe, un certain nombre d'intellectuels se rendent dans de grands centres comme Tolède dans la péninsule Ibérique ou Palerme en Sicile. L'objectif est d'accéder au savoir en traduisant des livres arabes en latin.

Les musulmans voient dans les chrétiens des personnes moins évoluées, moins rafinnées, ils profitent moinns des apports culturels chrétiens mais ils ont une avance très importante dans de nimbreux domaines.

Besoin d'un professeur d'Histoire ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Olivier

Professeur en lycée et classe prépa, je vous livre ici quelques conseils utiles à travers mes cours !