Vous retrouverez le début du cours ici

Mutations démographiques et explosion urbaine

Des populations plus nombreuses et plus mobiles

Comment évolue la population totale pour l'ensemble des pays ci-dessus entre 1851 et 1911 ? Comment l'expliquez-vous ?

On constate que pour l'ensemble des pays ci-dessus, la population totale a fortement augmenté, en seulement tout juste 60 ans. Cela peut s'expliquer par la hausse du niveau de vie, d'une meilleure hygiène, des progrès médicaux, de la baisse du taux de mortalité et du recul de la malnutrition.

Quelles en sont les conséquences observables ?

On remarque un fort exode rural ( qui est dû à l'attractivité des emplois de la ville ) des campagnes vers les villes et d'une forte migration européenne vers les États-Unis, le Canada, le Brésil, l'Australie, la Nouvelle Zélande et la Sibérie.

En quoi l'évolution de la population américaine est-elle originale ?

L'évolution de la population américaine est originale car on remarque qu'elle est multiplié par 4 ! Ceci est du à la migration et à l'accroissement naturel ).

En quoi l'évolution de la population français est-elle originale ?

L'évolution de la population en France quand à elle, n'aura été que de 3,5 millions en 60 ans, ce qui est très négligeable comparés à ses pays voisins. Cela résulte de la réduction précoce de la fécondité, de la baisse de la croyance et de la réflexion du partage de l'héritage.

Comment évolue la répartition entre population rurale et population urbaine ? Est-ce uniforme ?

Dans l'ensemble, la répartition de la population rurale diminue contrairement à la population urbaine ( Exode rural ), mais ce n'est pas uniforme. On remarque toutefois que plus de la moitié de la population totale restent rural en France.

Les pays majoritairement urbains sont le Royaume Unis et l'Allemagne, ceux majoritairement ruraux mais en passe d'intervention, les États-Unis et la France. La Russie elle, restent principalement rural.

L'explosion urbaine

Les villes attirent de nouveaux habitants parce qu'elle propose des emplois et offre des perspectives d'ascension sociale. Vers 1850, l'Europe compte à peu près 20% d'urbains et en 1910, 44% avec des différences notables selon les pays. Les villes ont du mal à s'adapter à cette croissance brutale de leurs populations, engendrant de nombreux problèmes.

  • Le développement anarchique des banlieues : apparition de quelques bidons-villes.
  • Embouteillages et circulations difficiles, apparitions de poches de taudifications.

L'urbanisme se présente comme une réponse à ses nouveaux problèmes. On réorganise les centres-villes avec la percée de voies nouvelles ( Haussmann à Paris par exemple ). On met en place des réseaux de distribution d'eaux, d'égouts, de transports collectifs ( métro )... La ville est à la fois un lieu d'intégration sociale et de ségrégation spatiale : En Europe, les classes aisées habitent dans les centres-villes alors que les ouvriers sont petit à petit repoussé vers les périphéries contrairement à ce qui se passe aux États-Unis.

La bourgeoisie, des classes moyennes, des classes conquérantes

La bourgeoisie est-elle un groupe social homogène ?

Non, elle est divisée en 2 parties :

  • La haute bourgeoisie composé de grands médecins, de grands avocats, de patrons et de banquiers...
  • La moyenne bourgeoisie et les classes moyennes composé pour la plupart des professions libérales, de fonctionnaires et de commerçants.

Quelle est la composition des classes moyennes ? Qu'est-ce qui a permis leur apparition et leur développement ?

La moyenne bourgeoisie est composé majoritairement de professions libérales, de fonctionnaires, de commerçants, d'employés de bureau dans le public ou le privé...

Quels sont les principes économiques de la bourgeoisie ?

  • Les principes économiques de la bourgeoisie sont :
  • La défense de la propriété et de l'initiative privées. Ils sont très attachés au capitalisme.
  • La liberté de l'agriculture, du commerce, de l'industrie et du travail.
  • La protection de la propriété commerciale.
  • L'opposition formelle à tout établissement de nouveau monopole, à tout mainmise de l'état sur les services à caractère commercial ou industriel et généralement à toute ingérence de l'état dans les gestions des entreprises.

Quel rôle doit jouer la femme dans la bourgeoisie ?

Dans les classes moyennes, on remarque l'essor de l'emploi féminin qui s'avère être une chance d'ascension sociale, et permet la hausse du niveau de vie de la famille.

Quelles autres valeurs ( communes à la bourgeoisie et aux classes moyennes ) apparaissent dans ce corpus documentaire ?

Ils ont une forte volonté d'ascension sociale grâce à l'école et ses diplômes, au mariage, aux relations et aux réseaux sociaux. Ils estiment l'importance de l'éducation, du travail, de l'effort, du mérite individuelle.

Quels rapports entretiennent les classes moyennes avec la bourgeoisie ? Avec le monde ouvrier ?

La bourgeoisie sert de modèle aux classes moyennes qui adoptent ses valeurs. Les classes moyennes veulent se démarquer des classes populaires par l'habitat, les costumes, les loisirs, le mode de vie et craignent la déchéance sociale.

Les dominants

La résistance de l'aristocratie

L'industrialisation a ébranlé la puissance traditionnelle de l'aristocratie. Elle conserve toutefois un réel pouvoir : par sa fortune, sa culture, ses relations.

En outre, elle occupe des solides positions dans l'armée, la diplomatie, la magistrature et la politique ; en particulier au Royaume-Uni, en Allemagne et en Europe centrale et méridionale.

Enfin, elle exerce toujours une véritable fascination sur les bourgeois qui rêvent d'accéder à ses manières de vivre. Toutefois, son influence diminue très nettement au 20e siècle, et l'aristocratie tend à se fondre dans la bourgeoisie.

La bourgeoisie conquérante

L'industrialisation a permis le développement et le triomphe de la bourgeoisie. Elle dispose d'un pouvoir économique, politique et culturel.

Elle recouvre des niveaux de fortune divers : de la haute bourgeoisie des industriels, banquiers, hauts fonctionnaires à la moyenne bourgeoisie des petits patrons, des professions libérales.

Elle possède des valeurs communes : elle est très attachée à la liberté économique, à l'esprit d'entreprise, accorde une grande importance au travail, à l'épargne, à l'éducation des enfants ( qui bénéficient d'un système scolaire élitiste ), elle affiche enfin un certain savoir-vivre. Ces valeurs s'imposent d'ailleurs progressivement dans le reste de la société.

Ces élites bourgeoises sont toutefois éprouvées par la Première Guerre mondiale qui provoque l'inflation et par la crise économique des années 1930 qui entraîne la chute du cours des actions.

L'apparition et l'essor des classes moyennes

Elles naissent au 19e siècle. C'est un groupe intermédiaire entre les classes populaires et la bourgeoisie, né de la ville et de l'essor du tertiaire. C'est un groupe très hétérogène : il s'agit d'artisans et de commerçants, de salariés de l'administration ( instituteurs, postiers ) ou des services ( employés de banque, des assurances... ) appelés les « cols blancs », de médecins, journalistes, etc.

Les femmes y ont petit à petit leur place, surtout après la 1ère Guerre mondiale, dans les métiers de la santé, de l'enseignement, du secrétariat.

Les classes moyennes partagent la même peur de la déchéance sociale qui les rejetterait dans le groupe des prolétaires, veulent se démarquer à tout prix des classes populaires ( par le vêtement, la culture, le logement, le mode de vie, même si leurs revenus ne sont pas toujours beaucoup plus élevés ). Leur modèle est la bourgeoisie dont elles imitent les comportements, dont elles adoptent les valeurs : travail, épargne, propriété, grande importance accordée à l'éducation ( aux diplômes ), principale chance d'ascension sociale.

Politiquement, ils soutiennent les formations réformistes ( exemple, le parti radical en France ), mais en cas de crise, sans espoir de promotion sociale, les classes moyennes peuvent se laisser tenter par les mouvements extrémistes, comme dans les années 1930, par le nazisme en Allemagne.

Les dominés

Un monde rural en mutation

L'industrialisation se traduit par un bouleversement profond des conditions de vie pour les paysans et par un certain malaise : dépeuplement des campagnes, effondrement des prix agricoles ( à cause de la surproduction ) lors de la grande dépression ( 1873-1896 ) et de la crise des années 1930.

Toutefois, les transformations ne doivent pas être analysées systématiquement comme un déclin inexorable du monde rural. Elles entraînent aussi de nombreux progrès : machinisme, utilisation d'engrais ce qui permet une hausse de la productivité, ouverture de nouveaux débouchés avec l'essor des villes et du chemin de fer. Enfin, la civilisation moderne et urbaine diffusée par l'école, le service militaire et le chemin de fer apporte l'hygiène, une meilleure alimentation et une ouverture sur le monde.

Le prolétariat industriel

C'est un groupe social en très forte croissance au cours de la période. C'est un groupe social très diversifié au début de l'industrialisation mais la concentration industrielle, le taylorisme vont rendre leur condition plus homogène. Ces ouvriers ont le sentiment de partager une identité commune et une conscience de classe émerge.

Cette condition ouvrière est marquée par la précarité : accidents du travail, faibles salaires et longues journées, logements insalubres, forte mortalité du fait de la tuberculose, du choléra, de l'épuisement, de l'alcoolisme.

Fin 19e – début 20e siècle, les conditions de travail et de vie s'améliorent progressivement. Agissant par charité chrétienne ou par crainte d'une révolution sociale, certains patrons et gouvernements cherchent des solutions aux difficiles conditions d'existence des ouvriers. En Allemagne d'abord, puis au Royaume-Uni et en France, les ouvriers qui se sont organisés ( syndicat, grève ) obtiennent progressivement satisfaction à leurs revendications ( comme en France, en 1919 où le temps de travail devient limité à 8 heures par jour ).

Cette classe ouvrière ne cesse d'inquiéter la bourgeoisie tout au long de la période...

Vous trouverez la suite et la fin du cours ici

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Clément M

Freelancer et pilote, j'espère atteindre la sagesse en partageant le savoir que j'ai acquis lors de mes voyages au volant de ma berline. Curieux scientifique, ma soif de découverte n'a d'égale que la durée de demie-vie du bismuth 209.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide