Pour débuter cette seconde partie qui prend appui sur le livre de F. Damette et J. Schiebling "La France : Permanences et mutations" je propose une étude de cas dont l'essentiel se trouve dans le manuel scolaire Bertrand-Lacoste "Géographie de 1ère" page 144 et intitulée le Creusot : les mutations d'un paysage industriel.

Pour donner à cette étude une dimension plus grande, je rajoute les documents suivants :

- une carte IGN du site pour montrer la proximité du bassin houiller de Blanzy ;

- un document sur l'évolution des effectifs des houillères en France entre 1850 et 1958 (tiré du doctorat "De l'aménagement assisté à l'aménagement concerté : les bassins houillers français en quête d'une reconversion" Jacques MUNIGA, 1995 - Lyon 2 page 119) ;

- un document mettant en relation la production de charbon et le nombre de logements miniers (Jacques MUNIGA, même source que ci-dessus) ;

- les deux cartes n°1 et 2 p. 141 manuel scolaire Bertrand-Lacoste "Géographie de 1ère" intitulée "les pôles de reconversion industrielle 1985 et les grandes friches industrielles à la fin des années 1980" ;

- la carte n°1 p. 103 Bertrand-Lacoste (cité ci-dessus) intitulée le dynamisme urbain 1975-1990.

L'ensemble de ces documents permettra de dégager :

- les facteurs de localisation de l'industrialisation ;

- l'exode rural et amorce la transformation des campagnes et des villes ;

- "l'aventure" industrielle française avec sa phase de reconversion ;

- la mutation qui s'est imposée dans l'espace français pour tenir compte des "impératifs" supranationaux.

 

L'étude de ces documents invite surtout à s'interroger sur les permanences et les mutations de l'espace industriel, accessoirement de l'espace urbain.

 a) La ligne Le Havre-Marseille a-t-elle vécue ?

1) aborder la localisation des anciennes industries en France avec les documents suivants :

- tableau p. 137 Bertrand-Lacoste (Géo 1ère) " des générations d'industries qui coexistent dans le présent ;

- cartes p.135 Hachette (Géo 1ère)  "les ressources énergétiques en France à la fin des années 1960 ;

- carte n°2 p. 141 Belin (Géo 1ère) "la France industrielle" ;

- carte n°1 p. 141 Belin (Géo 1ère) "les friches industrielles" ;

- carte n°2 p. 101 Nathan (Géo 1ère) "la localisation de l'industrie en France vers 1930" ;

 

 A partir de ces documents l'élève retranscrira sur un croquis les anciennes régions industrialisées qui sont aujourd'hui en reconversion. Et l'on obtiendra un schéma géographique comme celui-ci :

2) aborder "la stratégie gaullienne" :

- le tableau ci-dessus (Bertrand-Lacoste p. 137) ;

- un court extrait du texte "la stratégie gaullienne" de F. Damette et J. Scheibling in la France : Permanences et mutations (déjà cité) page 97 ;

- les trois cartes p. 121 Bréal (géo 1ère) intitulées "trois types de localisation industrielle" ;

A partir de ces documents l'élève sera en mesure de retranscrire sur un schéma géographique la décentralisation vers l'Ouest, les zones industrialo-portuaires.

3) aborder "la sélection et la ségrégation du territoire" :

- le tableau ci-dessus (Bertand-Lacoste p. 137) ;

- un court extrait du texte "la sélection et la ségrégation du territoire" de F. Damette et J. Scheibling (cité ci-dessus) p. 115 ;

- les cartes p. 121 Bréal (cités ci-dessus)

- carte et documents p. 127 (uniquement) Bréal (Géo 1ère) intitulés "l'industrie automobile en France" ;

- carte n° 2 p. 141 "La France industrielle" ;

Ces documents permettront à l'élève de tracer les deux pôles majeurs (Paris et Lyon) et quelques autres secondaires comme ceci (hormis les zones industrialo-porturaires déjà cartographiées) :

4) aborder le phénomène "d'évitement" :

- le tableau ci-dessus (Bertrand-Lacoste p. 137) ;

- un court extrait du texte "le phénomène d'évitement" de F. Damette et J. Scheibling (cté ci-desssu) p. 100 ;

- carte n° 5 p. 147 Bertrand-Lacoste (Géo 1ère) intitulée " Technopôles et technopoles" ;

- texte n°4 p. 147 Bertrand-Lacoste (cité ci-dessus) intitulé " la réussite des technopoles.

L'élève devra retranscrire les principales technopoles et matérialiser la zone attractive décrite par F. Damette et J. Schiebling comme ceci :

5) Des capitaux étrangers dans l'industrie française :

- photo + texte n° 9 p. 200 Magnard (Géo 1ère) intitulés " le choix de Daewoo ;

- carte n° 2 p. 119 Bréal (cité ci-dessus) intitulée "répartition pa région des investissements étrangers en France ;

- carte n°1 p. 100 Nathan (Géo 1ère) intitulée "les industries allemandes en France" ;

A partir de ces documents, on demandera à l'élève de reproduire des flèches matérialisant l'entrée des capitaux étrangers pour l'industrie française comme ceci :

b) Le croquis de synthèse

A) Analyse :

Avec ces cinq schémas de géographie, l'élève est en mesure de produire son croquis intitulé "l'espace industriel français".

Pour le guider on analyser le sujet. Ce dernier met l'accent sur le mot "espace".  Mais plus particulièrement sur l'article "le" qui nous demande de produire un croquis dans lequel l'espace industriel français ne sera pas la juxtaposition de plusieurs espaces industriels. Il doit traduire une "certaine" cohérence reflétant d'une part l'héritage et d'autre part une volonté politique ayant conduit la mutation.

Il faudra donc veiller à présenter ces deux aspects. La légende sera construite en conséquence avec d'abord les héritages et ensuite les dynamiques.

B) Le graphisme :

A présent il faut se préoccuper de la traduction graphique. Pour ce faire, observons les croquis intermédiaires. Ils nous présentent :

- des régions touchées par la crise et la reconversion ;

- d'autres qui affichent un dynamisme basé sur des facteurs différents : le sud, l'ouest, les investissements étrangers ;

- de grand pôles industriels (Paris, Lyon) qui font partis de l'héritage ;

- des pôles moins importants qui, pour les uns, sont des héritages, quant aux autres, ils sont dus au redéploiement ;

1) Ces différentes données mettent en évidence que certaines régions sont déjà bien caractérisées à savoir :

- la région dite en reconversion ;

- la région attractive pour les technopôles ;

- la région de l'Ouest industrialisées en extension de Paris ;

2) Je peux donc opter pour des plages de couleurs avec :

- le gris pour les régions d'anciennes industries en reconversion (gris = sinistré)

- l'orange pour l'extension vers l'ouest (couleur chaude qui traduit un dynamisme positif mais moins que le rouge)

- le jaune pour la périphérie sud (jaune = soleil)

3) Sur les croquis intermédiaires j'observe aussi :

- deux pôles majeurs hérités. Vu leur prépondérance, je dessine de grands cercles rouges (rouge = gagnant ; les grands cercles interpellent l'oeil) ;

- des pôles secondaires ayant des technopôles plus ou moins importantes. Pour matérialiser leur importance secondaire, je les représente avec des cercles mauves parce que cette couleur est moins vive que le rouge, il y a donc une hiérarchie. Je ne prends pas l'orange qui est déjà utilisé pour ne pas égarer l'oeil ;

- je représente les zones industrialo-portuaires avec des rectangles pour les différencier des cercles (villes). Ils seront bleus (bleu = eau).

4) Il me reste des blancs sur mon croquis.

Un croquis de synthèse de l'industrie française ne peut avoir de zones blanches. Si tel était le cas, il faudrait leur appliquer en légende une couleur (voire le blanc) pour signifier absence totale d'industrie mais tel n'est pas le cas.

En fait, l'Alsace et Rhône-Alpes n'ont pas de couleur sur mes croquis intermédiaires. Mais, grâce à la leçon, je sais que ce sont des régions industrielles très dynamiques avec notamment d'importants investissements étrangers. Je leur applique donc la couleur pourpre (pourpre = dynamisme, mais différente du rouge déjà utilisé).

Enfin il y a une grande diagonale qui apparaît. Hormis quelques industries que je peux bien situées (Michelin à Clermont-Ferrrand) il n'y a pas véritablement d'industries. Je lui applique donc une plage quadrillée en gris plus clair que les zones de reconversion (quadrillé rejoint, ici, la notion de presque vide et le gris clair s'apparente à la difficulté comme pour la reconversion).

5) Eléments pris sur des croquis d'autres leçons.

Dans tout croquis de synthèse, comme dans tout sujet de composition de géographie, on ne saurait s'en tenir qu'à la stricte leçon. Il y a toujours quelques éléments à "chercher" dans d'autres leçons concernant bien sûr la France à savoir :

- un élément important de l'espace industriel concerne les axes de circulation vu plus haut. Je reproduis donc les principaux axes terrestres ;

- mais il y a également les grands axes maritimes (vu avec l'Europe). Je reproduis donc les principales ouvertures sur l'espace maritime mondial qui expliquent l'existence des zones industrialo-portuaires.

6) Avec tous ces éléments, mon croquis devrait ressembler à celui-ci :

 

Note : Il est possible de rajouter sur ce croquis de synthèse les principaux pôles industriels européens et de les relier aux français avec les grands axes de communication.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Aucun vote)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide